Le contact corporel précoce pour les mères et leurs nouveau-nés en bonne santé

Quel est le problème ?

Les bébés sont souvent séparés de leur mère à la naissance. Lors de la prise en charge standard à l'hôpital, les nouveau-nés peuvent être maintenus enroulés ou habillés dans les bras de leur mère, placés dans des berceaux ouverts ou sous des incubatrices. Lors du contact corporel (CC), le nouveau-né est placé nu sur la poitrine nue de sa mère dès la naissance ou immédiatement après. Il est question de CC immédiat lorsque le contact survient dans les 10 minutes suivant la naissance alors que l'on parle de CC précoce entre 10 minutes et 24 heures après l'accouchement. Nous voulions déterminer si le CC immédiat ou précoce mène à une amélioration de l'allaitement maternel pour les mères et les bébés, et favorise la transition vers le monde extérieur pour les bébés.

En quoi est-ce important ?

Il existe des bénéfices reconnus de l'allaitement maternel pour les femmes et leurs bébés. Nous voulions déterminer si un CC immédiat ou précoce pourrait améliorer les chances de succès de l'allaitement maternel. Recevoir un contact précoce pourrait également aider à maintenir les bébés au chaud et au calme et améliorer d'autres aspects de la transition d'un bébé à la vie en dehors de l'utérus.

Les preuves observées :

Nous avons recherché des études contrôlées randomisées de CC immédiat et précoce le 17 décembre 2015. Nous avons trouvé trente-huit études comprenant 3472 femmes ayant fourni des données pour l'analyse. La plupart des études comparaient un CC précoce avec les soins standard de l'hôpital pour les femmes ayant accouché de bébés nés à terme et en bonne santé. Dans huit études, les femmes ont accouché par césarienne, et dans six études les bébés étaient en bonne santé mais nés prématurément à 35 semaines ou plus. Davantage de femmes ayant pratiqué le CC avec leurs bébés allaitaient encore au bout d'un à quatre mois après l'accouchement (14 études, 887 femmes, preuves de qualité moyenne). Les mères ayant pratiqué le CC avec leurs nourrissons ont également alimenté leurs bébés au sein plus longtemps, soit en moyenne 60 jours de plus (six études, 264 femmes, preuves de faible qualité). Les bébés maintenus en CC étaient plus susceptibles d'avoir allaité avec succès lors de leur première tentative d'allaitement (cinq études, 575 femmes). Les bébés maintenus en CC avaient un taux de glucose dans le sang supérieur (trois études, 144 femmes, preuves de faible qualité), mais la température corporelle était similaire aux bébés ayant reçu des soins standard (six études, 558 femmes, preuves de faible qualité). Il y avait trop peu de bébés dans nos études incluses et la qualité des preuves était trop faible pour que nous puissions avoir fortement confiance dans les résultats pour les nourrissons.

Les femmes accouchant par césarienne pourraient bénéficier d'un CC précoce. En effet, davantage de femmes allaitent alors avec succès et continuaient d'allaiter au bout d'un à quatre mois (quatorze études, 887 femmes, preuves de qualité modérée), mais il n'y avait pas suffisamment de femmes étudiées pour que nous puissions avoir suffisamment confiance en ce résultat.

Nous n'avons trouvé aucun bénéfice notable pour le CC immédiat comparé au CC après que le bébé ait été nettoyé et examiné. Nous n'avons trouvé aucun avantage clair d'une plus longue durée du CC (plus d'une heure) par rapport à moins d'une heure. De futurs essais comprenant davantage de femmes et de nourrissons pourraient nous aider à répondre à ces questions avec assurance.

Le CC a été défini de différentes manières, et différentes échelles ont été utilisées pour mesurer des critères de jugement différents à des moments différents. Les femmes et le personnel savaient ce qui était étudié, et les femmes dans les groupes de soins standard recevaient différents niveaux de soutien à l'allaitement. Ces différences ont conduit à de grandes variations dans les résultats et une plus faible qualité des preuves. De nombreuses études étaient de petite taille avec moins de 100 participantes.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Les preuves issues de cette revue mise à jour sont favorables à l'utilisation du CC immédiat ou précoce afin de promouvoir l'allaitement maternel. Cette revue est importante, car nous savons que l'allaitement des bébés permet d'éviter les maladies et de rester en bonne santé. Les femmes accouchant par césarienne pourraient bénéficier d'un CC précoce, mais d'autres études sont nécessaires pour confirmer cela. Nous ne savons toujours pas si un CC précoce pour les nourrissons en bonne santé permet de les aider à s'adapter favorablement à la transition vers le monde extérieur après la naissance, mais de futures études de bonne qualité pourraient améliorer notre compréhension de ce sujet. Malgré nos inquiétudes concernant la qualité des études, et étant donné que nous n'avons trouvé aucune preuve d'effets délétères dans aucune des études incluses, nous concluons que les preuves soutiennent que le CC précoce doit être la pratique habituelle pour les nouveau-nés en bonne santé, y compris ceux nés par césarienne et les bébés nés prématurément au bout de 35 semaines ou plus.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont favorables à l'utilisation du CC afin de promouvoir l'allaitement maternel. Des études présentant des échantillons plus larges sont nécessaires pour confirmer le bénéfice physiologique pour les nourrissons lors de la transition à la vie extra-utérine et pour établir les éventuels effets dose-réponse ainsi que le moment optimal de mise en pratique du CC. La qualité méthodologique des essais reste problématique, et de petits essais rendant compte de différents critères de jugement avec différentes échelles ainsi que des données limitées limitent notre confiance dans les bénéfices du CC pour les nourrissons. Notre revue a inclus uniquement les nourrissons en bonne santé, ce qui limite la marge des paramètres physiologiques observés et rend leur interprétation difficile.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La séparation de la mère et de son enfant après la naissance est courante. Lors des soins standard à l'hôpital, les nouveau-nés sont portés enroulés ou habillés dans les bras de leur mère, placés dans des berceaux ouverts ou sous des incubateurs. Le contact corporel (CC) commence idéalement à la naissance et devrait se poursuivre jusqu'à la fin du premier allaitement maternel. Le CC implique de placer le bébé nu et séché sur le ventre, contre la poitrine nue de sa mère, souvent sous une couverture chaude. D'après les neurosciences chez les mammifères, le contact intime inhérent à cet endroit (habitat) évoque des neuro-comportements assurant l'obtention des besoins biologiques de base. Cet espace immédiat après la naissance pourrait représenter une « période sensible » pour la programmation de la physiologie et du comportement futur.

Objectifs: 

Évaluer les effets du CC immédiat ou précoce pour les nouveau-nés en bonne santé par rapport à un contact standard quant à la réussite et le maintien de l'allaitement ainsi que la physiologie du nourrisson.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (17 décembre 2015), contacté personnellement les investigateurs, consulté la bibliographie sur les soins maternels kangourou (SMK) maintenue par le Dr Susan Ludington, et examiné les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés qui comparaient le CC immédiat ou précoce avec les soins hospitaliers habituels.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les essais à inclure et le risque de biais, extrait les données et vérifié leur exactitude. La qualité des preuves a été évaluée à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 46 essais portant sur 3850 femmes et leurs bébés ; 38 essais totalisant 3472 femmes avec leurs nourrissons ont fourni des données pour nos analyses. Les essais ont été réalisés dans 21 pays, et la plupart portaient sur des échantillons de petite taille (seuls 12 essais ont randomisé plus de 100 femmes). Huit essais incluaient des femmes qui pratiquaient un CC après un accouchement par césarienne. Tous les nourrissons recrutés dans les essais étaient en bonne santé, et la plupart étaient nés à terme. Six essais ont étudié les nourrissons peu prématurés (ayant vécu plus de 35 semaines de gestation). Aucun essai inclus ne remplissait tous les critères de bonne qualité en ce qui concerne la méthodologie et le rapport des informations ; aucun essai n'a réussi la mise en aveugle, et toutes les analyses étaient imprécises en raison de la petite taille des échantillons. Plusieurs analyses présentaient une hétérogénéité statistique en raison des différences considérables entre le CC et les soins standard dans les groupes témoins.

Résultats pour les femmes

Les femmes pratiquant le CC étaient plus susceptibles d'allaiter au bout d'un à quatre mois après la naissance que les femmes ayant un contact standard, bien qu'il y avait certaines incertitudes par rapport à cette estimation en raison des risques de biais dans les essais inclus (risque relatif moyen (RR) 1,24, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,07 à 1,43 ; participants = 887 ; les études = 14 ; I ² = 41 % ; GRADE : qualité modérée). Les femmes pratiquant le CC ont également alimenté au sein leurs nourrissons plus longtemps, bien que les données étaient limitées (différence moyenne (DM) 64 jours, IC à 95 % 37,96 à 89,50 ; participants = 264 ; six études = ; GRADE : faible qualité) ; ce résultat provient d'une analyse de sensibilité qui a exclu une étude parce qu'elle contribuait à toute l'hétérogénéité de l'analyse primaire. Les femmes pratiquant le CC étaient probablement plus susceptibles d'allaiter exclusivement au sein à partir de la sortie de l'hôpital jusqu'à un mois après la naissance et de six semaines à six mois après la naissance, bien que les deux analyses présentaient une hétérogénéité substantielle (RR moyen depuis la sortie de l'hôpital : 1,30, IC à 95 % 1,12 à 1,49 ; participants = 711 ; six études = ; I ² = 44 % ; GRADE : qualité modérée RR moyen au delà de six semaines : 1,50, IC à 95 % 1,18 à 1,90 ; participants = 640 ; sept études = ; I ² = 62 % ; GRADE : qualité modérée).

Les femmes pratiquant le CC présentaient des scores moyens plus élevés pour l'efficacité de l'allaitement, avec une hétérogénéité modérée (différence moyenne du score IBFAT (Infant Breastfeeding Assessment Tool) ; 2,28, IC à 95 % 1,41 à 3,15 ; participants = 384 ; quatre études = ; I ² = 41 %). Les nourrissons du groupe du CC étaient plus susceptibles de se nourrir au sein avec succès lors de leur première allaitement, avec une hétérogénéité élevée (RR moyen 1,32, IC à 95 % 1,04 à 1,67 ; participants = 575 ; cinq études = ; I ² = 85 %).

Résultats pour les nourrissons

Les nourrissons du groupe pratiquant le CC avaient un score SCRIP (la stabilité du système cardio-respiratoire) plus élevé dans l'ensemble, ce qui suggère une meilleure stabilisation de trois paramètres physiologiques. Cependant, il y avait peu de nourrissons, et la signification clinique de ce test n'était pas claire parce que les investigateurs rapportaient les moyennes de multiples moments de mesure (différence moyenne standardisée (DMS) 1,24, IC à 95 % 0,76 à 1,72 ; participants = 81 ; deux études = ; GRADE : faible qualité). Les nourrissons du groupe CC avaient un taux de glucose dans le sang plus élevé (DM 10,49, IC à 95 % 8,39 à 12,59 ; participants = 144 ; trois études = ; GRADE : faible qualité), mais leur température corporelle était similaire à celle des nourrissons ayant reçu des soins standard (DM 0,30 degrés Celsius ( ° C) de 95 % entre 0,13  ° C à 0,47 ° C ; participants = 558 ; six études = ; I ² = 88 % ; GRADE : faible qualité).

Femmes et nourrissons après un accouchement par césarienne

Les femmes qui pratiquaient un CC après un accouchement par césarienne étaient probablement plus susceptibles d'allaiter un à quatre mois après la naissance et d'allaiter avec succès (score IBFAT), mais les analyses étaient basées sur seulement deux essais et peu de femmes. Les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si le CC pourrait améliorer l'allaitement à d'autres moments après une césarienne. Des essais isolés ont présenté des données quant à la fréquence respiratoire des enfants, la douleur maternelle et l'état d'anxiété maternelle mais sans puissance statistique suffisante pour détecter des différences entre les groupes.

Sous-groupes

Nous n'avons pas trouvé de différences pour les critères de jugement lorsque nous avons comparé différents moments de mise en pratique du CC (immédiat, soit moins de 10 minutes après l'accouchement versus 10 minutes ou plus après la naissance) ou quant à la durée du temps de contact (60 minutes ou moins de contact comparé à plus de 60 minutes).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.