Gonadotrophines pour l'induction de l'ovulation chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

Problématique de la revue

Comparer l'efficacité et l'innocuité des gonadotrophines, les hormones qui régulent le système reproducteur, comme traitement de deuxième intention pour stimuler l'ovulation chez les femmes atteintes du SOPK qui n'ovulent pas ou ne conçoivent pas avec du citrate de clomifène.

Contexte

L'infertilité due aux troubles de l'ovulation est le motif le plus fréquent de consultation ou de traitement. Ces femmes sont traitées en stimulant l'ovulation à l'aide de médicaments, ce que l’on appelle « l’induction de l'ovulation ». Cette induction est habituellement effectuée avec des comprimés contenant du citrate de clomifène, comme première ligne de traitement. Lorsque les femmes ne réagissent pas à ce médicament, le traitement de deuxième intention le plus courant chez ces femmes est l'induction de l'ovulation avec des gonadotrophines, qui sont des médicaments injectables. Divers types de gonadotrophines ont été mis au point : des produits d’origine urinaire, disponibles sous forme purifiée (FSH-P) et hautement purifiée (FSH-HP), et la gonadotrophine ménopausique humaine, également disponible sous forme hautement purifiée (HP-HMG). Enfin, la FSH recombinante (rFSH) a été développée artificiellement pour obtenir une pureté encore plus élevée.

Les femmes qui réagissent, mais qui ne conçoivent pas dans un délai de six cycles ovulatoires avec citrate de clomifène, peuvent continuer avec le citrate de clomifène ou passer aux gonadotrophines.

Caractéristiques de l’étude

La revue inclut 15 essais, portant sur 2387 participantes. Dix essais ont comparé les gonadotrophines d'origine urinaire aux rFSH. Parmi ces dix essais, trois ont comparé la rFSH et la gonadotrophine ménopausique humaine, et sept essais ont comparé la rFSH et la FSH-HP. Quatre essais ont comparé la FSH-P et la gonadotrophine ménopausique humaine. Un essai a comparé les gonadotrophines et le citrate de clomifène continu. Nous n'avons trouvé aucun essai comparant la rFSH et la FSH-P ou FSH-HP et FSH-P. Les données probantes sont à jour jusqu'en janvier 2018.

Résultats principaux

Il pourrait y avoir peu ou pas de différence entre les gonadotrophines d'origine urinaire et la FSH recombinante en ce qui concerne les naissances vivantes, les grossesses multiples, les grossesses cliniques ou les fausses couches. Nous ne savons pas si la gonadotrophine ménopausique humaine ou l'hormone de stimulation du follicule urinaire améliore l'issue de la grossesse chez les femmes atteintes du SOPK. Nous ne savons pas si les interventions diminuent l'incidence du syndrome d'hyperstimulation ovarienne.

Comparativement au traitement continu au citrate de clomifène, les gonadotrophines ont entraîné un plus grand nombre de naissances vivantes sans augmenter le taux de grossesses multiples. Les gonadotrophines ont entraîné plus de grossesses cliniques, mais aussi plus de fausses couches que le citrate de clomifène, alors qu'il n'y a eu aucun cas de syndrome d'hyperstimulation ovarienne.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était faible à très faible pour les résultats de la rFSH par rapport aux gonadotrophines urinaires et de la gonadotrophine ménopausique humaine par rapport à la FSH-P. La qualité des données probantes était modérée pour les résultats des gonadotrophines par rapport au citrate de clomiphène continu.

Dix des quinze études incluses dans la présente revue ont fait état d'un financeur commercial.

Conclusions des auteurs: 

Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans le taux de naissance vivante, l'incidence de grossesses multiples, le taux de grossesses cliniques ou le taux de fausses couches entre les gonadotrophines d'origine urinaire et l'hormone de stimulation folliculaire recombinante chez les femmes atteintes du syndrome de l'ovaire polykystique. Pour la gonadotrophine ménopausique humaine ou la gonadotrophine ménopausique humaine hautement purifiée par rapport à l'hormone de stimulation folliculaire d’origine urinaire, nous ne savons pas si l'une ou l'autre améliore ou diminue les naissances vivantes, l'incidence des grossesses multiples, le taux de grossesses cliniques ou le taux de fausses couches. Nous ne savons pas si l'une ou l'autre de ces interventions réduit l'incidence du syndrome d'hyperstimulation ovarienne. Nous suggérons de peser les coûts et la commodité dans la décision d'utiliser l'une ou l'autre gonadotrophine. Chez les femmes atteintes d'une défaillance du citrate de clomifène, les gonadotrophines ont entraîné un plus grand nombre de naissances vivantes que le citrate de clomifène continu sans augmentation des grossesses multiples.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'induction de l'ovulation par l'hormone folliculostimulante (FSH) est un traitement de deuxième intention chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) qui n'ovulent pas ou ne conçoivent pas sous citrate de clomifène.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'innocuité des gonadotrophines comme traitement de deuxième intention pour l'induction de l'ovulation chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) résistants au citrate de clomifène et chez les femmes qui n'ovulent pas ou qui ne conçoivent pas après le citrate de clomifène.

La stratégie de recherche documentaire: 

En janvier 2018, nous avons fait des recherches dans le Registre Cochrane spécialisé des essais contrôlés Groupe sur la gynécologie et la fertilité, CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, CINAHL, le registre des essais cliniques de l'OMS, Clinicaltrials.gov, LILACS, PubMed, et Google Scholar. Nous avons vérifié les références de toutes les études obtenues. Nous n'avons appliqué aucune restriction linguistique.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés rapportant des données sur les résultats cliniques chez les femmes atteintes du SOPK qui n'ont pas ovulé ou n'ont pas conçu sous citrate de clomifène et qui ont subi une induction de l'ovulation avec des gonadotrophines d'origine urinaire, notamment l'urofollitropine (uFSH) sous forme purifiée (FSH-P) ou hautement purifiée (FSH-HP), et la gonadotrophine ménopausique humaine (HMG) et la gonadotrophine ménopausique humaine hautement purifiée (HP-HMG), ou la FSH recombinante (rFSH), ou en continuant le citrate de clomifène. Nous avons inclus des essais sur l'induction de l'ovulation suivie de rapports sexuels ou d'insémination intra-utérine. Nous avons exclu les études qui décrivaient un co-traitement avec le citrate de clomifène, la metformine, l'hormone lutéinisante ou le létrozole.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue (NW, EK et MvW) ont indépendamment choisi les études à inclure, évalué le risque de biais et extrait les données des études. Les critères de jugement principaux étaient le taux de naissances vivantes par femme et le taux de grossesses multiples par femme. Les critères de jugement secondaires étaient les taux de grossesse clinique, fausse couche, incidence du syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) par femme, la dose totale de gonadotrophine et la durée totale de la stimulation par femme. Nous avons combiné les données à l'aide d'un modèle à effet fixe pour calculer le risque relatif (RR). Nous avons résumé la qualité globale des données probantes pour les principaux critères de jugement à l'aide des critères GRADE.

Résultats principaux: 

La revue a porté sur 15 essais auprès de 2387 femmes. Dix essais ont comparé la rFSH à des gonadotrophines d'origine urinaire (trois ont comparé la rFSH à la gonadotrophine ménopausique humaine et sept ont comparé la rFSH à la FSH-HP), quatre essais ont comparé la FSH-P à la HMG. Nous n'avons trouvé aucun essai comparant la FSH-HP à la FSH-P. Un essai a comparé la FSH au citrate de clomifène continu.

FSH recombinante (rFSH) par rapport aux gonadotrophines d'origine urinaire

Il peut y avoir peu ou pas de différence dans le taux de natalité entre la rFSH et les gonadotrophines d'origine urinaire (RR 1,21, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,83 à 1,78 ; cinq essais, N = 505 ; I² = 9 % ; données de faible valeur probante). Cela suggère que pour la moyenne observée des naissances vivantes par femme ayant utilisé de la FSH d'origine urinaire de 16 %, la probabilité de naissances vivantes avec la rFSH se situe entre 13 % et 28 %. Il pourrait également y avoir peu ou pas de différence entre les groupes quant à l'incidence de grossesses multiples (RR 0,86, IC à 95 % : 0,46 à 1,61 ; huit essais, N = 1 368 ; I² = 0 % ; données de faible valeur probante), au taux de grossesse clinique (RR 1,05, IC à 95 % : 0,88 à 1,27 ; huit essais, N = 1 330 ; I² = 0 ; données de faible valeur probante), ou au taux de fausse couche (RR 1,20 ; IC à 95 % : 0,71 à 2,04 ; sept essais, N = 970 ; I² = 0 ; données de faible valeur probante). Nous ne savons pas si la rFSH réduit l'incidence du SHO (RR 1,48, IC à 95 % : 0,82 à 2,65, dix essais, n = 1 565, I² = 0 %, données de très faible valeur probante).

Gonadotrophine ménopausique humaine (HMG) ou HP-HMG par rapport à uFSH

Comparativement à l'uFSH, nous ne savons pas si l'HMG ou l'HP-HMG améliore le taux de naissance vivante (RR 1,28, IC à 95 % : 0,65 à 2,52 ; trois essais, N = 138 ; I² = 0 % ; données de très faible valeur probante) ou réduit le taux de grossesse multiple (RR 2,13, IC à 95 % : 0,51 à 8,91 ; quatre essais, N = 161 ; I² = 0 % ; données de très faible valeur probante). Nous ne savons pas non plus si l'HMG ou l'HP-HMG améliore le taux de grossesse clinique (RR 1,31, IC à 95 % : 0,66 à 2,59 ; trois essais, N = 102 ; I² = 0 ; données de très faible valeur probante), réduit le taux de fausse couche (RR 0,33, IC à 95 % : 0,06 à 1,97 ; deux essais, N = 98 ; I² = 0 % ; données de très faible valeur probante), ou réduit la fréquence des SSCO (RR 7,07, IC à 95 % : 0,42 à 117,81 ; deux essais, N = 53 ; données de très faible valeur probante) comparé aux uFSH.

Gonadotrophines par rapport au citrate de clomifène continu

Les gonadotrophines ont entraîné un plus grand nombre de naissances vivantes que le citrate de clomifène continu (RR 1,24, IC à 95 %, 1,05 à 1,46 ; un essai, N = 661 ; I² = 0 % ; données de valeur probante moyenne). Cela suggère que pour une femme avec un taux de natalité vivante de 41 % avec du citrate de clomifène continu, le taux de natalité vivante avec FSH était entre 43 % et 60 %. Il y a probablement peu ou pas de différence dans l'incidence des grossesses multiples entre les traitements (RR 0,89, IC à 95 % : 0,33 à 2,44 ; un essai, N = 661 ; I² = 0 % ; données de valeur probante moyenne). Les gonadotrophines ont entraîné un plus grand nombre de grossesses cliniques que le citrate de clomifène continu (RR 1,31, IC à 95 % : 1,13 à 1,52 ; un essai, N = 661 ; I² = 0 % ; données de valeur probante moyenne) et plus de fausses couches (RR 2,23, IC à 95 % : 1,11 à 4,47 ; un essai, N = 661 ; I² = 0 % ; données de valeur probante moyenne). Aucune des femmes n'a développé de SHO.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Julia Caratini et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.