La supplémentation en calcium dans la prévention de l'hypertension artérielle

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Problématique de la revue

Nous avons voulu déterminer les effets de l'apport en calcium sur la pression artérielle chez les personnes ayant une pression artérielle normale.

Contexte

L'hypertension est un problème de santé grave qui augmente le risque de maladies cardiaques et rénales. Plusieurs études ont montré que l'augmentation de l'apport en calcium abaisse la tension artérielle, même chez les personnes dont la tension artérielle est normale. L'augmentation de l'apport en calcium a également des effets bénéfiques sur l'issue de la grossesse, effets que l'on pense être médiés également par la réduction de la pression artérielle. L'hypertension artérielle a été identifiée comme un facteur de risque majeur de mortalité et même de petites réductions de la pression artérielle peuvent diminuer l'apparition de maladies coronariennes, d'accidents vasculaires cérébraux et de décès.

Caractéristiques des études

Nous avons sélectionné des études ayant évalué l'effet de la supplémentation en calcium ou de l'enrichissement alimentaire en calcium sur la pression artérielle de patients normotendus de tout âge. Les recherches ont été effectuées pour la dernière fois en septembre 2020.

Principaux résultats

Cette revue a analysé les informations de 20 essais dont 18 essais (3140 participants) ont fourni des données sur l'effet de l'intervention. Nous avons constaté qu'une augmentation de l'apport en calcium réduit légèrement la pression artérielle systolique et diastolique, respectivement de 1,37 mmHg et de 1,45 mmHg. Cet effet était plus important avec des doses de calcium supérieures à 1000 mg/jour. La pression artérielle systolique a été réduite de 1,05 mmHg avec des doses de calcium de 1000 à 1500 mg/jour et de 2,79 mmHg avec des doses de calcium égales ou supérieures à 1500 mg/jour.

Nous avons constaté une réduction de la pression artérielle chez les hommes et les femmes et à des âges allant de 11 à 82 ans, mais la réduction était plus importante chez les personnes plus jeunes. La pression artérielle systolique a été réduite de 1,86 mmHg chez les moins de 35 ans et de 0,97 mmHg chez les personnes âgées de 35 ans ou plus.

Aucune des études n'a rapporté d'effets indésirables. Nous avons besoin de recherches supplémentaires pour déterminer le dosage idéal de la supplémentation et pour savoir si elle est plus efficace et plus sûre dans le cadre du régime alimentaire ou sous forme de supplément.

Qualité des données probantes

Nous avons trouvé des données probantes de qualité élevée concernant la pression artérielle systolique et diastolique chez les hommes et les femmes. La qualité des données probantes était également élevée chez les participants âgés de 35 ans ou plus et modérée chez les plus jeunes.

Les données probantes étaient de qualité élevée pour les doses de calcium de 1000 à 1500 mg/jour, et de qualité modérée pour les doses plus faibles ou plus élevées.

Cinq des 18 essais ont été financés par l'industrie.

Conclusions des auteurs: 

Une augmentation de l'apport en calcium réduit légèrement la pression artérielle systolique et diastolique chez les personnes normotendues, en particulier chez les jeunes, ce qui suggère un rôle dans la prévention de l'hypertension artérielle. L'effet dans de multiples sous-groupes préspécifiés et un éventuel effet dose-réponse renforcent cette conclusion. Même de petites réductions de la pression artérielle pourraient avoir des répercussions importantes sur la santé en réduisant les maladies vasculaires. On estime qu'une baisse de 2 mmHg de la pression artérielle systolique entraîne une diminution d'environ 10 % de la mortalité par accident vasculaire cérébral et d'environ 7 % de la mortalité par cardiopathie ischémique.

Il y a un grand besoin d'essais cliniques adéquatement alimentés et randomisés chez les sujets jeunes. L'analyse des sous-groupes doit tenir compte de l'apport basal en calcium, de l'âge, du sexe, de la pression artérielle basale et de l'indice de masse corporelle. Nous devons également évaluer les effets secondaires, les doses optimales et la meilleure stratégie pour améliorer l'apport en calcium.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypertension artérielle est un problème majeur de santé publique qui augmente le risque de maladies cardiovasculaires et rénales. Plusieurs études ont montré une association inverse entre l'apport en calcium et la pression artérielle, car il a été démontré que de petites réductions de la pression artérielle entraînent une diminution rapide du risque de maladie vasculaire, même chez les personnes dont la pression artérielle est normale. Il s'agit de la première mise à jour de la revue visant à évaluer l'effet de la supplémentation en calcium chez les personnes normotendues en tant que mesure de santé préventive.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance de la supplémentation en calcium par rapport au placebo ou témoin pour réduire la pression artérielle chez les personnes normotendues et pour la prévention de l'hypertension artérielle primitive.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle a recherché des essais contrôlés randomisés dans les bases de données suivantes jusqu'en septembre 2020 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, CENTRAL (2020, numéro 9), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) et le registre des essais en cours des National Institutes of Health des États-Unis, ClinicalTrials.gov. Nous avons également contacté certains auteurs d’articles pertinents concernant d’éventuels travaux publiés et non publiés. Les recherches ont été effectuées sans aucune restriction sur la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné des essais randomisant des personnes normotendues pour des interventions sur le calcium d’origine alimentaire telles que la supplémentation ou l'enrichissement des aliments par rapport à un placebo ou à un témoin. Nous avons exclu les plans quasi randomisés. Les critères de jugement principaux étaient l'hypertension artérielle (définie comme une pression artérielle ≥ 140/90 mmHg) et les mesures de la pression artérielle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études à inclure, extrait les données et évalué les risques de biais. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

La recherche mise à jour en 2020 a permis d'identifier quatre nouveaux essais. Nous avons inclus un total de 20 essais avec 3512 participants, mais nous n'en avons retenu que 18 pour la méta-analyse avec 3140 participants. Aucune des études n'a rapporté l'hypertension artérielle comme un critère de jugement dichotomique. L'effet sur la pression artérielle systolique et diastolique était le suivant : différence moyenne (DM) de -1,37 mmHg, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -2,08, -0,66 ; 3140 participants ; 18 études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé ; et DM de -1,45, IC à 95 % de -2,23, -0,67 ; 3039 participants ; 17 études ; I2 = 45 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé, respectivement. L'effet sur la pression artérielle systolique et diastolique chez les personnes de moins de 35 ans était : DM -1,86, IC à 95 % -3,45, -0,27 ; 452 participants ; huit études ; I2 = 19 %, données probantes d’un niveau de confiance modéré ; DM -2,50, IC à 95 % -4,22, -0,79 ; 351 participants ; sept études ; I2 = 54 %, données probantes d’un niveau de confiance modéré, respectivement. L'effet sur la pression artérielle systolique et diastolique chez les personnes âgées de 35 ans ou plus était : DM -0,97, IC à 95 % -1,83, -0,10 ; 2688 participants ; 10 études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé ; DM -0,59, IC à 95 % -1,13, -0,06 ; 2688 participants ; 10 études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé, respectivement. L'effet sur la pression artérielle systolique et diastolique chez les femmes était : DM -1,25, IC à 95 % -2,53, 0,03 ; 1915 participants ; huit études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé ; DM -1,04, IC à 95 % -1,86, -0,22 ; 1915 participants ; huit études ; I2= 4 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé, respectivement. L'effet sur la pression artérielle systolique et diastolique chez les hommes était respectivement : DM -2,14, IC à 95 % -3,71, -0,59 ; 507 participants ; cinq études ; I2 = 8 %, données probantes d’un niveau de confiance modéré ; DM -1,99, IC à 95 % -3,25, -0,74 ; 507 participants ; cinq études ; I2 = 41 %, données probantes d’un niveau de confiance modéré. L'effet était constant chez les deux sexes, indépendamment de l'apport initial en calcium.

L'effet sur la pression artérielle systolique était : DM -0,02, IC à 95 % -2,23, 2,20 ; 302 participants ; 3 études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance modéré avec des doses inférieures à 1000 mg ; DM -1,05, IC à 95 % -1,91, -0,19 ; 2488 participants ; 9 études ; I2 = 0 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé avec des doses de 1000 à 1500 mg ; et DM -2,79, IC à 95 % -4,71, 0,86 ; 350 participants ; 7 études = 8 ; I2 = 0%, données probantes d’un niveau de confiance élevé avec des doses supérieures à 1500 mg. L'effet sur la pression artérielle diastolique était : DM -0,41, IC à 95 % -2,07, 1,25 ; 201 participants ; 2 études ; I2 = 0, données probantes d’un niveau de confiance modéré ; DM -2,03, IC à 95 % -3,44, -0,62 ; 1017 participants ; 8 études ; et DM -1,35, IC à 95 % -2,75, -0,05 ; 1821 participants ; 8 études ; I2 = 51 %, données probantes d’un niveau de confiance élevé, respectivement.

Aucune des études n'a rapporté d'effets indésirables.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Feriel Arezki et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.