Acupuncture pour le syndrome des ovaires polykystiques

Problématique de la revue

Quelle est l'efficacité et l'innocuité du traitement par acupuncture des troubles de l'ovulation chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ?

Contexte

Le femmes atteintes de SOPK ont de multiples kystes (sacs remplis de liquide) sur leurs ovaires (organes qui produisent des ovules) et avec des signes cliniques de menstruations (règles) peu fréquentes ou très légères, d'échec de la conception (grossesse) et de croissance excessive des cheveux. Les femmes peuvent ou non présenter des symptômes. Les traitements occidentaux standard actuels pour les femmes atteintes du SOPK sont les médicaments sur ordonnance, la chirurgie et les changements de mode de vie. Il a été prouvé que l'acupuncture peut influencer l'ovulation (libération de l'ovule) en agissant sur les niveaux de diverses hormones. L'acupuncture est une thérapie chinoise où de fines aiguilles sont insérées dans la peau à certains endroits. Le mécanisme exact du fonctionnement de l'acupuncture pour le SOPK n'est pas connu et nous avons cherché à explorer son utilisation pour le SOPK dans cette revue.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons fait des recherches dans les bases de données médicales pour trouver des études cliniques dans lesquelles des personnes ont été réparties au hasard dans l'un des deux groupes de traitement ou plus, y compris le traitement d'acupuncture pour les femmes atteintes du SOPK qui n'ovulaient pas souvent ou jamais. L'acupuncture a été comparée à l'acupuncture simulée (sham), à l'absence de traitement, aux changements de mode de vie (p. ex. relaxation) et au traitement conventionnel.

Nous avons inclus huit études portant sur 1 446 femmes dans cette revue. Les études ont comparé l'acupuncture à l'acupuncture simulée, au clomifène (médicaments pour induire l'ovulation), à la relaxation et à Diane-35 (pilule contraceptive orale combinée), et à l'électroacupuncture à basse fréquence (où de petits courants électriques passent par les aiguilles d'acupuncture) à l'exercice physique. Nous avons inclus les femmes qui voulaient devenir enceintes et les femmes qui voulaient une ovulation régulière et le contrôle des symptômes comme nos deux principales populations d'intérêt.

Résultats principaux

Nos principaux critères de jugement étaient le taux de naissances vivantes, le taux de grossesses multiples (pour les femmes qui voulaient devenir enceintes) et le taux d'ovulation (pour les femmes qui voulaient une ovulation régulière et le contrôle des symptômes). En raison de la très faible qualité des données probantes et des résultats imprécis, nous n'étions pas certains de l'effet de l'acupuncture sur le taux de natalité vivante, le taux de grossesses multiples et le taux d'ovulation comparativement à l’acupuncture simulée. Pour les mêmes raisons, nous étions également incertains de l'effet de l'acupuncture sur la grossesse clinique et le taux de fausses couches. L'acupuncture peut avoir amélioré le rétablissement des règles régulières. L'acupuncture a probablement aggravé les effets secondaires lorsqu'on la compare à l'acupuncture simulée.

Aucune étude n'a fourni de données sur le taux de natalité vivante et le taux de grossesses multiples pour les autres comparaisons : exercice physique ou aucune intervention, relaxation et clomifène. Les études incluant Diane-35 n'ont pas mesuré les critères de jugement de fertilité car les femmes ne s'intéressaient qu'au contrôle des symptômes.

Nous ne savions pas si l'acupuncture améliorait le taux d'ovulation par rapport à la relaxation ou au Diane-35 (mesuré par échographie, qui utilise des ondes sonores à haute fréquence pour créer une image, trois mois après le traitement). Les autres comparaisons n'ont pas porté sur le taux d'ovulation.

Des effets secondaires ont été enregistrés dans le groupe acupuncture pour les comparaisons exercice physique ou aucune intervention, clomiphène et Diane-35. Il s'agissait notamment d'étourdissements, de nausées (sensation de malaise) et d'ecchymoses.

Dans l'ensemble, la qualité des données probantes était faible ou très faible. Il n'y a actuellement pas suffisamment de données probantes pour appuyer l'utilisation de l'acupuncture pour le traitement des troubles de l'ovulation chez les femmes atteintes du SOPK.

Qualité des données probantes

Les données probantes allaient d'une qualité très faible à modérée, les principales limites étant l'absence de résultats cliniques importants et l'insuffisance des données.

Conclusions des auteurs: 

Pour l'acupuncture par rapport à l'acupuncture simulée, nous ne pouvons pas exclure des différences cliniquement pertinentes dans le taux de natalité vivante, le taux de grossesses multiples, le taux d'ovulation, le taux de grossesse clinique ou de fausse couche. Le nombre de jours intermenstruels peut s'améliorer chez les participants qui reçoivent une acupuncture comparativement à l'acupuncture fictive. L'acupuncture aggrave probablement les effets indésirables par rapport à l'acupuncture simulée.

Aucune étude n'a fourni de données sur le taux de natalité vivante et le taux de grossesses multiples pour les autres comparaisons : exercice physique ou aucune intervention, relaxation et clomifène. Les études incluant Diane-35 n'ont pas mesuré les critère des jugement de fertilité puisque les femmes participant à ces essais n'ont pas recherché la fertilité.

Nous ne savons pas si l'acupuncture améliore le taux d'ovulation (mesuré par échographie trois mois après le traitement) comparativement à la relaxation ou à Diane-35. Les autres comparaisons n'ont pas rendu compte de ce critère de jugement.

Des effets indésirables ont été notés dans le groupe acupuncture pour les comparaisons exercice physique ou aucune intervention, clomifène et Diane-35. Il s'agissait notamment d'étourdissements, de nausées et d'hématomes sous-cutanés. Les données probantes étaient de très faible qualité, avec des IC très larges et des taux d'événements très faibles.

Il n'y a qu'un nombre limité d'ECR dans ce domaine, ce qui limite notre capacité à déterminer l'efficacité de l'acupuncture pour le SOPK.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est caractérisé par les signes cliniques d'oligo-aménorrhée, d'infertilité et d'hirsutisme. Le traitement conventionnel du SOPK comprend une gamme d'agents pharmacologiques oraux, des changements au mode de vie et des modalités chirurgicales. La bêta-endorphine est présente dans le liquide folliculaire des ovaires normaux et polykystiques. Il a été démontré que les taux de bêta-endorphine dans le liquide folliculaire ovarien de femmes autrement en bonne santé qui étaient en cours d'ovulation étaient beaucoup plus élevés que les taux mesurés dans le plasma. Étant donné que l'acupuncture a un impact sur la production de bêta-endorphine, ce qui peut affecter la sécrétion de l'hormone de libération de gonadotrophine (GnRH), il est postulé que l'acupuncture peut avoir un rôle dans l'induction de l'ovulation par une production accrue de bêta-endorphine qui affecte la sécrétion de GnRH. Il s'agit d'une mise à jour de notre revue précédente publiée en 2016.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité du traitement d'acupuncture chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), tant pour la fertilité que pour le contrôle des symptômes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des études pertinentes à partir de bases de données telles que le registre spécialisé de gynécologie et de fertilité, CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, CNKI, CBM et VIP. Nous avons également fait des recherches dans les registres d'essais cliniques et les listes de références de documents pertinents. Les recherches CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, CNKI et VIP sont à jour jusqu'en mai 2018. La recherche dans la base de données de la littérature biomédicale chinoise (CBM, Chinese BioMedical Literature Database) se termine en novembre 2015.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) qui ont étudié l'efficacité du traitement d'acupuncture pour les femmes oligo/anovulatoires atteintes du SOPK. Nous avons exclu les essais contrôlés quasi-randomisés ou pseudo-randomisés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont choisi indépendamment les études, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons calculé les risque relatif (RR), la différence moyenne (MD), la différence moyenne standardisée (SMD) et les intervalles de confiance (IC) à 95%. Les principaux critères de jugement étaient le taux de natalité vivante, le taux de grossesses multiples et le taux d'ovulation, et les résultats secondaires étaient le taux de grossesse clinique, le rétablissement de la période des menstruations régulières, le taux de fausses couches et les effets indésirables. Nous avons évalué la qualité des données probants à l'aide de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit ECR avec 1546 femmes. Cinq ECR ont été inclus dans notre revue précédent et trois nouveaux ECR ont été ajoutés dans cette mise à jour de la revue. Ils ont comparé l'acupuncture à l'acupuncture simulée (trois ECR), l'acupuncture vraie à la relaxation (un ECR), l'acupuncture vraie au clomifène (un ECR), l'électroacupuncture basse fréquence à l'exercice physique ou l'absence d'intervention (un ECR) et la véritable acupuncture au Diane-35 (deux ECR). Les études comparant l'acupuncture et Diane-35 n'ont pas mesuré les résultats de fertilité, car elles étaient axées sur le contrôle des symptômes.

Sept des études présentaient un risque élevé de biais dans au moins un domaine.

Pour l'acupuncture véritable par rapport à l'acupuncture simulée, nous n'avons pu exclure les différences cliniquement pertinentes dans les naissances vivantes (RR 0,97, IC à 95 %, 0,76 à 1,24 ; 1 ECR, 926 femmes ; données de faible qualité) ; taux de grossesse multiple (RR 0,89, IC à 95 %, 0,33 à 2,45 ; 1 ECR, 926 femmes ; données de faible qualité) ; taux d'ovulation (SMD 0,02, IC à 95 % -0,15 à 0,19 ; I2 = 0 % ; 2 ECR, 1010 ; femmes, données probantes de faible qualité) ; taux de grossesse clinique (RR 1.03, 95% CI 0.82 à 1.29; I2 = 0%; 3 ECRs, 1117 femmes; données probantes de faible qualité) et taux de fausse couche (RR 1.10, 95% CI 0.77 à 1.56; 1 ECR, 926 femmes; données probantes de faible qualité).

Le nombre de jours intermenstruels peut s'être amélioré chez les participants ayant reçu une acupuncture comparativement à l'acupuncture fictive (MD -312,09 jours, IC à 95 % -344,59 à -279,59 ; 1 ECR, 141 femmes ; données probantes de faible qualité).

L'acupuncture aggrave probablement les effets indésirables par rapport à l'acupuncture simulée (RR 1,16, IC à 95 %, 1,02 à 1,31 ; I2 = 0 % ; 3 ECR, 1 230 femmes ; données probantes de qualité moyenne).

Aucune étude n'a fourni de données sur le taux de natalité vivante et le taux de grossesses multiples pour les autres comparaisons : exercice physique ou aucune intervention, relaxation et clomifène. Les études incluant Diane-35 n'ont pas mesuré les critères de jugement de fertilité.

Nous ne savions pas si l'acupuncture avait amélioré le taux d'ovulation (mesuré par échographie trois mois après le traitement) par rapport à la relaxation (MD 0,35, IC à 95 %, 0,14 à 0,56 ; 1 ECR, 28 femmes ; données très faibles) ou Diane-35 (RR 1,45, IC à 95 %, 0,87 à 2,42 ; 1 ECR, 58 femmes ; données très faibles).

Dans l'ensemble, la qualité des données probantes variait de très faible à moyenne. Les principales limites étaient l'absence de rapports sur les critères de jugement cliniques importants et une très grande imprécision.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.