Pharmacothérapie pour l'hypertension chez les adultes de 60 ans et plus

Problématique de la revue

Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette revue, publiée pour la première fois en 1998 et mise à jour en 2009. Nous voulions étudier les bénéfices et les risques de l'utilisation de médicaments hypotenseurs chez les adultes de 60 ans et plus ayant une tension artérielle élevée.

Date des recherches

Afin de répondre à cette question, nous avons consulté la littérature médicale disponible pour trouver tous les essais comparant le traitement médicamenteux à un placebo ou à l'absence de traitement. Les données incluses dans cette revue étaient à jour en novembre 2017.

Contexte

L'hypertension artérielle, qui est courante chez les personnes âgées de 60 ans ou plus, augmente les risques de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé 16 études qui ont assigné de façon randomisée 26 795 patients de 60 ans ou plus souffrant d'hypertension artérielle à un traitement antihypertenseur, à un placebo ou à un groupe témoin non traité, pendant une durée moyenne de 4,5 ans.

Résultats principaux

Le traitement médicamenteux hypotenseur chez les personnes hypertendues de 60 ans et plus a permis de réduire le nombre de décès, d'accidents vasculaires cérébraux et d'infarctus du myocarde. Les avantages étaient semblables que les valeurs de tension artérielle systolique et diastolique soient toutes les deux élevées ou que seule la valeur systolique soit élevée. Le traitement de première intention utilisé dans la plupart des études était un thiazidique. Plus de patients se sont retirés des études en raison des effets secondaires de ces médicaments. L'ampleur des avantages observés sur le plan de la mortalité et de la morbidité cardiovasculaires était probablement plus grande chez les patients âgés de 60 à 79 ans que chez les patients de 80 ans ou plus.

Conclusions

Le traitement médicamenteux hypotenseur pour les personnes en bonne santé (de 60 ans ou plus) souffrant d'hypertension artérielle réduit la mortalité et les risques de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux.

Valeur probante des données

Les auteurs de la revue ont estimé que les données avaient une bonne valeur probante en ce qui concerne la réduction du nombre de décès et une valeur probante modérée en ce qui concerne la réduction du nombre d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement de l'hypertension systolique et/ou diastolique modérée à grave chez les adultes en bonne santé de 60 ans et plus par une pharmacothérapie antihypertensive a réduit la mortalité toutes causes confondues, la mortalité et la morbidité cardiovasculaires, la mortalité et la morbidité cérébrovasculaires et la mortalité et la morbidité liées aux maladies coronariennes. La plupart des données probantes sur les avantages se rapportent à une population qui utilise un diurétique thiazidique comme traitement de première intention dans un contexte de prévention primaire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit de la deuxième mise à jour de fond de cette revue. Elle a été publiée pour la première fois en 1998 et mise à jour en 2009. La tension artérielle élevée (ou "hypertension") augmente avec l'âge - et plus rapidement après 60 ans. L'hypertension systolique est plus fortement associée aux maladies cardiovasculaires que l'hypertension diastolique, et elle est plus fréquente chez les personnes âgées. Il est important de connaître les avantages et les inconvénients du traitement antihypertenseur pour l’hypertension dans ce groupe d'âge, ainsi que séparément pour les personnes âgées de 60 à 79 ans et les personnes âgées de 80 ans ou plus.

Objectifs: 

Objectif principal

- Quantifier les effets du traitement antihypertenseur par rapport au placebo ou à l'absence de traitement sur la mortalité toutes causes confondues chez les personnes de 60 ans et plus souffrant d'hypertension systolique ou diastolique légère à modérée

Objectifs secondaires

- Quantifier les effets du traitement antihypertenseur par rapport au placebo ou à l'absence de traitement sur la morbidité et la mortalité cardiovasculaires chez les personnes de 60 ans et plus souffrant d'hypertension systolique ou diastolique légère à modérée ;

- Quantifier le taux d’abandon du traitement dû aux effets indésirables du traitement antihypertenseur par rapport au placebo ou à l'absence de traitement chez les personnes de 60 ans et plus souffrant d'hypertension systolique ou diastolique légère à modérée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le Spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l'hypertension a recherché des essais contrôlés randomisés dans les bases de données suivantes jusqu'au 24 novembre 2017 : le Registre Spécialisé du groupe Cochrane sur l’hypertension, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE Ovid (depuis 1946), Embase (depuis 1974), le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé et ClinicalTrials.gov. Nous avons contacté les auteurs des articles pertinents au sujet de travaux supplémentaires, publiés ou non.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés d'une durée d'au moins un an comparant un antihypertenseur par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement et fournissant des données sur la morbidité et la mortalité chez les patients adultes (≥ 60 ans) dont l'hypertension est définie comme une tension artérielle supérieure à 140/90 mmHg.

Recueil et analyse des données: 

Les critères de jugement évalués étaient la mortalité toutes causes confondues, la morbidité et la mortalité cardiovasculaires, la morbidité et la mortalité cérébrovasculaires, la morbidité et la mortalité coronariennes et l’arrêt du traitement pour cause d'effets indésirables. Nous avons modifié la définition de la mortalité et de la morbidité cardiovasculaires afin d'exclure les accidents ischémiques transitoires lorsque cela était possible.

Résultats principaux: 

Cette mise à jour comprend un essai supplémentaire (MRC-TMH 1985). Seize essais (N = 26 795) menés auprès d'adultes ambulatoires en bonne santé de 60 ans ou plus (âge moyen de 73,4 ans) provenant de pays industrialisés occidentaux présentant une hypertension systolique et/ou diastolique modérée à grave (moyenne de 182/95 mmHg) ont répondu aux critères d’inclusion. La plupart de ces essais ont évalué un diurétique thiazidique de première intention pour une durée moyenne de traitement de 3,8 ans.

Le traitement antihypertenseur a réduit la mortalité toutes causes confondues (données de bonne valeur probante ; 11 % dans le groupe témoin par rapport à 10,0 % dans le groupe de traitement ; risque relatif (RR) 0,91, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,85 à 0,97 ; morbidité et mortalité cardiovasculaires (données de valeur probante modérée ; 13,6 % dans le groupe témoin par rapport à 9,8 % dans le groupe de traitement ; RR 0,72, IC 95 % 0,68 à 0,77 ; mortalité et morbidité cérébrovasculaires (données de valeur probante modérée ; 5,2 % dans le groupe témoin par rapport à 3,4 % dans le groupe de traitement ; RR 0,66, IC 95 % 0,59 à 0,74 ; et la mortalité et morbidité coronariennes (données de valeur probante modérée ; 4,8 % dans le groupe témoin par rapport à 3,7 % dans le groupe de traitement ; RR 0,78, IC à 95 % 0,69 à 0,88). Les arrêts dus à des effets indésirables ont augmenté avec le traitement (données de faible valeur probante ; 5,4 % chez les témoins par rapport à 15,7 % chez les patients traités ; RR 2,91, IC à 95 % 2,56 à 3,30. Dans les trois essais restreints aux personnes souffrant d'hypertension systolique isolée, les avantages signalés étaient semblables.

Cette revue systématique exhaustive fournit des preuves supplémentaires indiquant que la réduction de la mortalité observée était principalement attribuable à une réduction dans le sous-groupe de patients âgés de 60 à 79 ans (données de bonne valeur probante ; RR 0,86, IC à 95 % 0,79 à 0,95). Bien que la mortalité et la morbidité cardiovasculaires aient été réduites de façon significative dans les sous-groupes des 60 à 79 ans (données de valeur probante modérée ; RR 0,71, IC à 95 % 0,65 à 0,77) et 80 ans ou plus (données de valeur probante modérée ; RR 0,75, IC à 95 % 0,65 à 0,87), l'ampleur de la réduction absolue du risque était probablement plus élevée chez les 60 à 79 ans (3,8 % contre 2,9 %). La réduction de la mortalité et de la morbidité cardiovasculaires est principalement attribuable à une réduction de la mortalité et de la morbidité cérébrovasculaires.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David LEOPOLD-METZGER et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.