Quels types de problèmes cardiaques et vasculaires compliquent les infections à la COVID-19, quelle est leur fréquence et quelles sont les autres affections médicales de ces patients ?

Contexte

De nombreuses personnes infectées par la COVID-19 ne présentent que peu ou pas de symptômes. Cependant, la COVID-19 peut rendre le sang visqueux, obstruant à la fois les petits vaisseaux sanguins (capillaires) et les gros vaisseaux sanguins, ce qui pourrait causer des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux ou des caillots sanguins dans les jambes ou les poumons. Ces affections peuvent être fatales. Les personnes souffrant de diabète, d'hypertension artérielle ou de problèmes cardiaques préexistants courent un plus grand risque de développer de telles complications si elles sont infectées par la COVID-19.

Notre question de recherche

Nous avons voulu déterminer, en cas de COVID-19 confirmée ou suspectée :

- quels sont les problèmes cardiaques et vasculaires (cardiovasculaires) préexistants les plus courants (par exemple, le diabète, l'hypertension artérielle et l'obésité) ?

- quelles sont les complications les plus courantes affectant le cœur et les vaisseaux sanguins (par exemple, battements cardiaques irréguliers, caillots sanguins, insuffisance cardiaque et accident vasculaire cérébral) dans différents contextes (dans la communauté, dans les établissements médicalisés ou à l'hôpital).

Ce que nous avons fait

Nous avons recherché les études publiées qui rapportaient des problèmes de cœur et de vaisseaux sanguins chez des personnes présentant une COVID-19 suspectée ou confirmée. Nous n’avons pas appliquer de restriction sur le schéma d’étude et la localisation des études mais elles devaient avoir été validées par d'autres chercheurs (être évaluées par des pairs), être rédigées en anglais et inclure au moins 100 cas.

Les données probantes sont à jour jusqu'en juillet 2020.

Ce que nous avons trouvé

Nous avons trouvé 220 études qui rapportaient des informations pertinentes, mais la qualité de ces informations était souvent médiocre. Les études provenaient principalement de Chine et des États-Unis. La plupart des études ne disposent d'informations que sur la petite minorité de cas qui ont été admis à l'hôpital avec la COVID-19, souvent dans l'unité de soins intensifs.

Nous avons constaté que l'hypertension artérielle, le diabète et les maladies cardiaques sont très fréquents chez les personnes hospitalisées de la COVID-19 et sont associés à un risque accru de décès. Plus d'un tiers des patients atteints de la COVID-19 avaient des antécédents d'hypertension artérielle, 23,5 % avaient un problème cardiaque ou vasculaire préexistant, 22,1 % étaient diabétiques et 21,6 % étaient obèses (de nombreuses personnes présentaient plus d'une de ces pathologies).

La complication cardiovasculaire la plus fréquente chez les personnes atteintes de la COVID-19 était un rythme cardiaque irrégulier (fibrillation auriculaire ; 8,5 %). Les caillots sanguins dans les jambes (6,1 %) ou les poumons (4,3 %) et l'insuffisance cardiaque (6,8 %) étaient également fréquents, mais les taux rapportés pourraient être sous-estimés car les études n'ont pas toujours effectué les investigations appropriées. Les crises cardiaques (1,7 %) et les accidents vasculaires cérébraux (1,2 %) ont été signalés moins souvent. Les analyses de sang ont également souvent suggéré des lésions cardiaques ou un stress cardiaque.

Prochaines étapes

Les études se sont concentrées sur des personnes hospitalisées, présentant une forme sévère de la COVID-19, de sorte que les résultats pourraient ne pas s'appliquer aux personnes présentant une forme plus légère de la COVID-19 et qui n'ont pas été hospitalisées. Les études étaient très différentes les unes des autres et ne rapportaient pas toujours les résultats de la même manière ou n'utilisaient pas les méthodes les plus fiables. Par conséquent, nous ne sommes pas très confiants sur la précision de la prévalence de la maladie préexistante et des complications cardiovasculaires.

Nous prévoyons de mettre à jour cette revue. Toutefois, à l'avenir, nous nous concentrerons uniquement sur les données probantes de qualité élevée afin d'accroître la puissance de nos résultats.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique de la littérature indique que les comorbidités cardiométaboliques sont courantes chez les personnes hospitalisées pour une infection COVID-19, et que les complications cardiovasculaires sont fréquentes. Nous prévoyons de mettre à jour cette revue et de réaliser une méta-analyse formelle sur les critères de jugement à partir d’un sous-échantillon sélectionné qui soit plus homogène, avec des études d’un niveau de confiance élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une petite minorité de personnes atteintes de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) développent une forme sévère, caractérisée par une inflammation, des lésions microvasculaires et une coagulopathie, pouvant entraîner des lésions myocardiques, une thromboembolie veineuse (TEV) et des événements occlusifs artériels. Les personnes présentant des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire ou préexistantes pourraient être plus à risque de développer une forme sévère.

Objectifs: 

Évaluer la prévalence des comorbidités cardiovasculaires préexistantes associées aux cas suspects ou confirmés de la COVID-19 dans divers contextes, notamment au sein de la communauté, dans les établissements médicalisés et les hôpitaux. Nous avons également évalué la nature et le taux de complications cardiovasculaires ultérieures et d'événements cliniques chez des personnes présentant une COVID-19 suspectée ou confirmée.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche électronique de décembre 2019 jusqu’au 24 juillet 2020 dans les bases de données suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, Embase, covid-19.cochrane.org, ClinicalTrials.gov et le Registre des essais cliniques de l'UE.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études de cohorte prospectives et rétrospectives, des études contrôlées avant-après, des études cas-témoins et transversales, ainsi que des essais contrôlés randomisés (ECR). Nous avons analysé les essais contrôlés en tant que cohortes, sans tenir compte de l'allocation des traitements. Nous n'avons retenu que les études évaluées par des pairs et comptant au moins 100 participants, et avons exclu les articles non rédigés en anglais ou publiés uniquement dans des serveurs de prépublication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, examiné les résultats de la recherche et extrait les données. En raison de la variation substantielle des schémas d'études, des critères de jugement rapportés et des mesures des critères de jugement, nous avons entrepris une synthèse narrative des données, sans effectuer de méta-analyse. Nous avons procédé à une évaluation critique de toutes les études incluses en utilisant la liste de vérification de l'institut Joanna Briggs (Joanna Briggs Institute, JBI) pour les études de prévalence et la liste de vérification du JBI pour les séries de cas.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 220 études. La plupart des études provenaient de Chine (47,7 %) ou des États-Unis (20,9 %) ; 9,5 % provenaient d'Italie. Une grande partie des études étaient rétrospectives (89,5 %), mais trois (1,4 %) étaient des ECR et 20 (9,1 %) étaient prospectives.

En utilisant l'outil de vérification du JBI pour l'évaluation critique des études de prévalence, 75 études ont obtenu un score complet de 9, 57 études un score de 8, 31 études un score de 7, 5 études un score de 6, trois études un score de 5 et une un score de 3 ; en utilisant l'outil de vérification du JBI pour l'évaluation critique des séries de cas, 30 études ont reçu un score total de 10, six études un score de 9, 11 études un score de 8, et une étude un score de 5

Nous avons trouvé que l'hypertension (189 études, n = 174 414, prévalence moyenne pondérée : 36.1 %), le diabète (197 études, n = 569 188, prévalence moyenne pondérée : 22.1 %) et les cardiopathies ischémiques (94 études, n = 100 765, prévalence moyenne pondérée : 10.5 %) sont hautement prévalentes chez les personnes hospitalisées pour la COVID-19, et sont associées à un risque accru de décès. Chez les personnes admises à l'hôpital, les biomarqueurs du stress cardiaque ou des lésions cardiaques sont souvent anormaux, et l'incidence d'un large éventail de complications cardiovasculaires est importante, notamment les arythmies (22 études, n = 13 115, incidence moyenne pondérée 9,3 %), l'insuffisance cardiaque (20 études, n = 29 317, incidence moyenne pondérée : 6.8 %) et les complications thrombotiques (TEV : 16 études, n = 7 700, incidence moyenne pondérée : 7.4 %).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.