Arrêt des médicaments contre l'hypertension chez les personnes âgées

Objectif

Cette étude visait à déterminer s'il est possible d'arrêter les médicaments contre l'hypertension chez les personnes âgées. Nous voulions également connaître les effets de l'arrêt de ces médicaments.

Nous avons inclus les adultes âgés de 50 ans et plus qui prenaient des médicaments pour l'hypertension artérielle ou pour la prévention des maladies cardiaques (prévention primaire). Nous avons exclu les études portant sur des personnes ayant déjà eu une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou une autre maladie cardiaque (prévention secondaire).

Nous avons comparé l'arrêt ou la réduction de la dose des médicaments pour la pression artérielle avec la poursuite des médicaments pour la pression artérielle.

Contexte

L'hypertension artérielle, également connue sous le nom d'hypertonie, est un facteur de risque pour de nombreuses maladies, telles que les crises cardiaques, les insuffisances rénales et les accidents vasculaires cérébraux. Bien que l'hypertension ne produise généralement aucun symptôme, il est essentiel de maîtriser la pression artérielle pour préserver la santé et réduire le risque de maladies graves.

L'hypertension est souvent prise en charge par le mode de vie et les médicaments antihypertenseurs. Il existe de nombreux types de médicaments pour la pression artérielle.

Les antihypertenseurs peuvent provoquer des effets secondaires dangereux, tels que des vertiges et de la fatigue qui peuvent entraîner des chutes. Les personnes âgées sont plus exposées aux effets secondaires des médicaments que les jeunes. Il n'est pas clair si les bénéfices des médicaments antihypertenseurs l'emportent sur les risques chez les personnes âgées.

Caractéristiques des études

Notre recherche jusqu'en avril 2019 a trouvé six études, dont 1 073 adultes âgés au total. Les participants aux études avaient un âge moyen de 58 à 82 ans. Dans trois des études, la dose de l'antihypertenseur a été lentement réduite avant de s'arrêter.

Principaux résultats

Nous avons constaté qu'il est possible d'arrêter les médicaments antihypertenseurs chez les personnes âgées. La plupart des personnes âgées dans les groupes d'arrêt de traitement n'ont pas eu besoin de recommencer à prendre leurs médicaments.

Nous avons trouvé peu de données probantes indiquant que l'arrêt des médicaments antihypertenseurs augmentait la pression sanguine dans une faible mesure.

Nous avons trouvé peu ou très peu de données probantes indiquant que l'arrêt des médicaments contre l'hypertension n'augmentait pas le risque de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, d'hospitalisation ou de décès.

Nous avons trouvé très peu de données probantes indiquant que l'arrêt des médicaments contre l'hypertension n'augmentait pas le risque d'événements indésirables et pouvait résoudre les effets secondaires, mais cela n'a pas été bien rapporté, et nous n'avons donc pas pu tirer de conclusions.

Aucune des études n'a indiqué si l'arrêt des médicaments contre l'hypertension affectait les chutes.

Niveau de confiance des données probantes

Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant quatre niveaux : très faible, faible, modéré ou élevé. Des données probantes d’un niveau de confiance élevé signifient que nous sommes très confiants dans les résultats. Des données probantes d’un niveau de confiance très faible signifient que nous sommes très incertains des résultats. Nous avons jugé le niveau de confiance des données probantes comme très faible et faible.

Conclusion

Il pourrait être sûr d'arrêter les médicaments antihypertenseurs chez les personnes âgées qui prennent des médicaments contre l'hypertension ou pour la prévention primaire des maladies cardiaques.

Les personnes âgées ne devraient pas arrêter de prendre leurs médicaments sans en parler à un professionnel de la santé.

Les études futures devraient inclure les personnes âgées qui prennent plusieurs autres médicaments et/ou qui vivent avec la fragilité.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas de données probantes indiquant un effet de l'arrêt du traitement par rapport à la poursuite de l'utilisation d'antihypertenseurs pour l'hypertension ou la prévention primaire des maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées sur la mortalité toutes causes confondues et l'infarctus du myocarde. Le niveau de confiance des données probantes variait de faible à très faible, principalement en raison de la petite taille des études et du faible taux d'événements. Ces limites signifient que nous ne pouvons tirer aucune conclusion ferme quant à l'effet de la déprescription des antihypertenseurs sur ces critères de jugement. Les recherches futures devraient se concentrer sur les populations pour lesquelles le rapport bénéfice/risque de l'utilisation des médicaments antihypertenseurs est le plus incertain, comme les personnes fragiles, les groupes d'âge plus âgés et les personnes qui suivent une polypharmacie, et mesurer les critères de jugement cliniquement importants tels que les chutes, la qualité de vie et les effets indésirables des médicaments.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypertension est un facteur de risque important pour les événements cardiovasculaires ultérieurs, notamment les accidents vasculaires cérébraux ischémiques et hémorragiques, l'infarctus du myocarde, l'insuffisance cardiaque, les maladies rénales chroniques, le déclin cognitif et le décès prématuré. Dans l'ensemble, l'utilisation de médicaments antihypertenseurs a permis de réduire les maladies cardiovasculaires, les taux de morbidité et de mortalité. Cependant, l’utilisation de médicaments antihypertenseurs est également associée à des risques, en particulier chez les personnes âgées, y compris le développement de réactions indésirables aux médicaments, les interactions médicamenteuses et peut contribuer à augmenter le fardeau lié aux médicaments. Ainsi, l'arrêt des antihypertenseurs peut être envisagé et approprié chez certaines personnes âgées.

Objectifs: 

Étudier si le retrait des médicaments antihypertenseurs est possible et évaluer les effets de ce retrait sur la mortalité, les résultats cardiovasculaires, l'hypertension et la qualité de vie des personnes âgées.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information sur l'hypertension artérielle Cochrane a effectué des recherches dans les bases de données suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés jusqu'en avril 2019 : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, CENTRAL (2019, numéro 3), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l’OMS et ClinicalTrials.gov. Nous avons également procédé à la vérification des références, à la recherche de citations et, le cas échéant, nous avons contacté les auteurs des études afin d'identifier toute étude supplémentaire. Les recherches ont été effectuées sans restriction de langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le retrait à la poursuite des médicaments antihypertenseurs utilisés pour l'hypertension ou la prévention primaire des maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées (définies comme ayant 50 ans et plus). Les participants étaient éligibles s'ils vivaient dans la communauté, dans des établissements de soins pour personnes âgées ou s'ils étaient hospitalisés. Nous avons cherché à inclure des essais portant sur le retrait complet du médicament antihypertenseur et ceux portant sur une réduction de la dose du médicament antihypertenseur.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons comparé l'intervention consistant à interrompre ou à réduire la médication antihypertensive au traitement habituel en utilisant des différences moyennes (DM) et des intervalles de confiance à 95 % (IC à 95 %) pour les variables continues et nous avons utilisé des rapports de cotes (OR) de Peto et un IC à 95 % pour les variables binaires. Nos principaux critères de jugement comprenaient : la mortalité, l’infarctus du myocarde, le développement de réactions indésirables aux médicaments ou de réactions indésirables de retrait des médicaments. Les critères de jugement secondaires comprenaient: la tension artérielle, l’hospitalisation, l’accident vasculaire cérébral, le succès du retrait des antihypertenseurs, la qualité de vie et les chutes Deux auteurs ont mené indépendamment, et en double, toutes les étapes de la sélection des études, de l'extraction des données et de l'évaluation de la qualité.

Résultats principaux: 

Six ECR ont satisfait aux critères d'inclusion et ont été inclus dans l'examen (1073 participants). La durée de l'étude et du suivi varie de 4 à 56 semaines. La méta-analyse des études a montré que, dans le groupe d’arrêt par rapport à la continuation, les chances de mortalité toutes causes confondues étaient de 2,08 (IC à 95 % : 0,79 à 5,46 ; données probantes d’un niveau de confiance faible), pour l'infarctus du myocarde 1,86 (IC à 95 % : 0,19 à 17,98 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) et pour l'accident vasculaire cérébral 1,44 (IC à 95 % : 0,25 à 8,35 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). La pression artérielle était plus élevée dans le groupe d'arrêt que dans le groupe de continuation (pression artérielle systolique : DM = 9,75 mmHg, 95 % IC 7,33 à 12,18 ; et tension artérielle diastolique : DM = 3,5 mmHg, 95 % IC 1,82 à 5,18 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Pour le développement d’événements indésirables, la méta-analyse n'a pas été possible ; l'arrêt de l'antihypertenseur n'a pas semblé augmenter le risque d’événements indésirables et peut conduire à la résolution des effets indésirables des médicaments, bien que les études admissibles aient rapporté de façon limitée les effets indésirables du retrait du médicament (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Une étude a fait état d'une hospitalisation avec un rapport de cotes de 0,83 pour l'interruption par rapport à la poursuite (IC à 95 % : 0,33 à 2,10 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Aucune étude identifiée a signalé des chutes. Entre 10,5 % et 33,3 % des participants du groupe d'arrêt, contre 9 % à 15 % dans le groupe de continuation, ont souffert d'une hypertension artérielle ou d'autres critères cliniques (tels que prédéfinis par les études) qui nécessiteraient la reprise du traitement ou le retrait de l'étude. Les sources de biais comprenaient les rapports sélectifs (biais de déclaration), l'absence d'aveuglement de l'évaluation des résultats (biais de détection), les données incomplètes sur les résultats (biais d'attrition) et l'absence d'aveuglement des participants et du personnel (biais de performance).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Robinson et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.