Doppler couleur transcranien (DCT) et duplex transcranien à code couleur (DTCC), chez les patients victimes d'un accident vasculaire cérébral ischémique aigu, pour détecter une occlusion ou une sténose des vaisseaux intracrâniens

Quel est l’objectif de la revue ?

L'objectif de cette étude était de déterminer la précision de deux techniques d'imagerie - le Doppler couleur transcrânien (DCT) et le duplex transcrânien à code couleur (DTCC) - pour détecter un blocage des artères du cerveau dans les premières heures suivant un accident vasculaire cérébral et si elles peuvent être utilisées pour sélectionner les patients qui pourraient avoir besoin de méthodes d'imagerie plus invasives et plus coûteuses, telles que l'angiographie intra-artérielle (AI), l'angiographie par tomographie assistée par ordinateur (en anglais : computed tomography angiography, CTA) et l'angiographie par résonance magnétique (ARM). Il n'existe actuellement aucun consensus sur l'utilisation du DCT et du DTCC dans la prise en charge des personnes victimes d'un accident vasculaire cérébral aigu, et l'utilisation du DCT et du DTCC varie d'un pays à l'autre et au sein d'un même pays.

Messages principaux

Le DCT et le DTCC pourraient fournir des informations cliniquement utiles pour détecter un blocage des artères dans le cerveau par rapport à l'AI, la CTA et l'ARM.

Quel était le sujet de la revue ?

L'accident vasculaire cérébral ischémique est la troisième cause de décès et la cause la plus fréquente d'invalidité de longue durée. Il est généralement causé par un blocage de l'apport sanguin dans une partie du cerveau. Lorsqu'un accident vasculaire cérébral est dû au blocage d'une grosse artère par un caillot sanguin, le pronostic, sans traitement, est souvent mauvais et peut entraîner un handicap grave. Actuellement, il existe deux options de traitement efficaces pour dissoudre le caillot sanguin : l'administration d'un médicament thrombolytique ou l'extraction physique du caillot sanguin de l'artère (thrombectomie mécanique). Les deux traitements fonctionnent mieux dans les premières heures suivant le début de l'AVC. Les échographies (DCT et DTCC) sont un moyen rapide et simple de détecter le blocage des vaisseaux sanguins dans le cerveau. Nous avons passé en revue la littérature actuelle pour trouver les études cliniques évaluant la précision de ces techniques de diagnostic, par rapport à l'AI, la CTA et l'ARM, pour la détection des vaisseaux sanguins bloqués dans le cerveau des personnes présentant des symptômes d'accident vasculaire cérébral ischémique.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Une recherche exhaustive des principales bases de données électroniques pertinentes de 1982 au 13 mars 2018 a permis d'identifier 13 534 articles, mais seules neuf études ont répondu aux critères d'inclusion préétablis. Les neuf études identifiées ont porté sur un total de 493 patients victimes d'un accident vasculaire cérébral, avec des proportions similaires d'hommes et de femmes. L'âge moyen des participants inclus était de 64,2 ans (et variait de 55,8 à 69,9 ans). Six études ont recruté des participants en Europe, une en Amérique du Sud, une en Chine et une en Égypte. Les résultats de cette revue indiquent que si le DCT ou le DTCC était utilisé dans un groupe de 1000 personnes présentant des symptômes d'AVC aigu, et que pour 420 d’entre elles (42%) cela soit dû à un blocage des grandes artères du cerveau, alors 428 auraient un résultat positif mais 29 d'entre elles (29/428, 7%) seraient identifiées à tort comme étant positives même si elles ne présentent pas de blocage des grandes artères. De même, on estime que 572 personnes auraient un résultat négatif au test indiquant que leurs symptômes ne sont pas causés par un blocage des grandes artères du cerveau, mais 21 (21/572, 4%) de ces cas négatifs auraient en fait un blocage des grandes artères, que le DCT ou le DTCC auraient manqué. En bref, pour les personnes souffrant d'un accident ischémique cérébral aigu, le DCT ou le DTCC peuvent fournir des informations cliniquement utiles pour détecter le blocage de grandes artères du cerveau, par rapport à l'AI, la CTA et l'ARM. Les deux tests étudiés dans la revue (DCT et DTCC) ont montré une précision similaire.

Dans quelle mesure les résultats des études de la revue sont-ils fiables ?

La principale limite de cette revue est le petit nombre de personnes évaluées par le DCT et le DTCC dans les différentes études. Pas assez de personnes ont été étudiées pour que nous puissions être confiants quant aux résultats. D'autres études de plus grande envergure sont nécessaires pour confirmer ou réfuter ces résultats.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue fournit des données probantes que le DCT ou le DTCC, administré par des professionnels ayant une expérience et des compétences adéquates, peuvent fournir des informations diagnostiques utiles pour détecter une sténose ou une occlusion des vaisseaux intracrâniens chez les personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique aigu, ou orienter la demande d'une neuroimagerie vasculaire plus invasive, en particulier lorsque l'imagerie vasculaire par tomodensitométrie ou RM n'est pas immédiatement disponible. D'autres études sont nécessaires pour confirmer ou réfuter les résultats de cette revue sur un échantillon plus large de patients atteints d'AVC, pour vérifier le rôle du produit de contraste et pour évaluer l'avantage clinique de l'utilisation des ultrasons.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une occlusion ou une sténose des grandes artères intracrâniennes peut être détectée dans la phase aiguë de l'AVC ischémique chez environ 42% des patients. Les thérapies approuvées pour les accidents ischémiques aigus sont la thrombolyse avec la forme recombinante de l’activateur tissulaire du plasminogène (en anglais : recombinant tissue plasminogen activator, rt-PA) par voie intraveineuse et la thrombectomie mécanique ; toutes deux visent à recanaliser une artère intracrânienne obstruée. La norme de référence pour le diagnostic de la sténose et de l'occlusion intracrâniennes est l'angiographie intra-artérielle (AI) et, depuis peu, l'angiographie par tomographie assistée par ordinateur (CTA) et l'angiographie par résonance magnétique (ARM), ou ARM à contraste renforcé. Le Doppler transcranien (DCT) et le Doppler couleur transcranien (DTCC) sont des outils utiles, rapides et non invasifs pour l'évaluation de la pathologie des grandes artères intracrâniennes. En raison de l'absence actuelle de consensus concernant l'utilisation du DCT et du DTCC dans la pratique clinique, nous avons effectué un revue systématique de la littérature pour les études évaluant la précision diagnostique de ces techniques, par rapport à l'AI intra-artérielle, la CTA et l'ARM, pour la détection de la sténose et de l'occlusion intracrâniennes chez les personnes présentant des symptômes d'AVC ischémique.

Objectifs: 

Évaluer la précision diagnostique du DCT et du DTCC pour détecter la sténose et l'occlusion des grandes artères intracrâniennes chez les personnes victimes d'un accident vasculaire cérébral ischémique aigu.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons limité nos recherches à partir de janvier 1982, car la technique Doppler transcrânienne n'a été introduite dans la pratique clinique que dans les années 1980. Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE (Ovid) (de 1982 à 2018) ; Embase (Ovid) (de 1982 à 2018) ; Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE) ; et Health Technology Assessment Database (HTA) (de 1982 à 2018). En outre, nous avons consulté les listes de référence de tous les articles récupérés et des articles des revues pertinentes publiées précédemment, recherché manuellement les actes de conférence pertinents, consulté les sites web pertinents et contacté des experts dans le domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus toutes les études comparant le DCT ou le DTCC (tests d'index) à l'AI, au CTA, à l'ARM ou à l'ARM avec renforcement du contraste (normes de référence), chez des personnes ayant subi un accident ischémique cérébral aigu, et dans lesquelles tous les participants ont subi à la fois le test d'index et la norme de référence dans les 24 heures suivant l'apparition des symptômes. Nous avons inclus des études de cohortes prospectives et des études randomisées de comparaisons de tests. Nous avons également pris en compte les études rétrospectives éligibles lorsque l'échantillon de population initial était recruté de manière prospective mais que les résultats étaient analysés de manière rétrospective.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs de la revue ont indépendamment screené les titres et les résumés identifiés par les stratégies de recherche, appliqué les critères d'inclusion, extrait les données, évalué la qualité méthodologique (à l'aide de QUADAS-2) et étudié l'hétérogénéité. Nous avons contacté des auteurs d'études pour obtenir des données manquantes.

Résultats principaux: 

Une recherche exhaustive dans les principales bases de données électroniques pertinentes (MEDLINE et Embase) de 1982 au 13 mars 2018 a permis d'obtenir 13 534 articles, dont neuf ont été jugés éligibles à l’inclusion. Les études ont inclus un total de 493 participants. L'âge moyen des participants inclus était de 64,2 ans (et variait de 55,8 à 69,9 ans). La proportion d'hommes et de femmes était similaire d'une étude à l'autre. Six études ont recruté des participants en Europe, une en Amérique du Sud, une en Chine et une en Égypte. Le risque de biais était élevé pour la sélection des participants mais faible pour le flux, le timing, le test d’index et la norme de référence. Les estimations sommaires de la sensibilité et de la spécificité du DCT et du DTCC étaient respectivement de 95 % (IC à 95 % = 0,83 à 0,99) et de 95 % (IC à 95 % = 0,90 à 0,98). Si l'on considère une prévalence de sténose ou d'occlusion de 42% (comme indiqué dans la littérature), pour 1000 personnes recevant un test DCT ou DTCC, la sténose ou l'occlusion sera manquée chez 21 personnes (IC à 95% = 4 à 71) et 29 (IC à 95% = 12 à 58) seront diagnostiquées à tort comme présentant une occlusion intracrânienne. Cependant, il existait une grande hétérogénéité entre les études, qui n'était plus évidente lorsque seule l'occlusion du MCA était prise en compte, ou lorsque l'analyse était limitée aux participants examinés dans les six heures. La performance du DCT ou du DTCC dans l'admission et l'exclusion d'une occlusion de MCA était bonne. Les limites de cette revue sont le petit nombre d'études identifiées et le manque de données sur l'utilisation du produit de contraste ultrasonore.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.