Vitamines et minéraux pour la hypofertilité chez la femme

Problématique de la revue :
Les antioxydants supplémentaires administrés par voie orale, comparés à un placebo, à l’absence de traitement/traitement standard ou à un autre antioxydant, améliorent-ils les résultats en matière de fertilité chez les femmes hypofertiles ? Le « traitement standard » comprend moins de 1 mg d'acide folique.

Contexte :
De nombreuses femmes hypofertiles qui suivent un traitement de fertilité prennent également des compléments alimentaires dans l'espoir d'améliorer leur fertilité. Cette période peut être particulièrement stressante pour ces femmes et leurs partenaires. Il est important que ces couples reçoivent des données probantes de haute qualité qui leur permettront de prendre des décisions éclairées sur la question de savoir si la prise d'un antioxydant supplémentaire lors d'un traitement de fertilité améliorera leurs chances ou provoquera des effets indésirables. Ceci est particulièrement important, car la plupart des antioxydants en complément ne sont pas contrôlés par la réglementation. L'objectif de la présente revue était d'évaluer si la supplémentation orale en antioxydants permet à une femme hypofertile d'accroître ses chances de tomber enceinte et d'avoir un bébé.

Date des recherches :
Les données probantes sont à jour jusqu'en septembre 2019.

Caractéristiques des études :
La revue comprend 63 essais contrôlés randomisés qui comparent les antioxydants à un placebo ou à l’absence de traitement/traitement standard, ou à un autre antioxydant, sur un total de 7760 femmes.

Sources de financement :
Les sources de financement ont été signalées par seulement 27 des 63 essais inclus.

Principaux résultats :
Nous ne savons pas si l'utilisation d'antioxydants augmentera le nombre de naissances vivantes, car les données probantes étaient de très mauvaise qualité. Sur la base de nos résultats, on pourrait s'attendre à ce que sur 100 femmes hypofertiles ne prenant pas d'antioxydants, 20 aient un bébé, contre 24 à 36 femmes sur 100 qui auraient un bébé si elles prenaient des antioxydants. Des données probantes de faible qualité suggèrent que les antioxydants pourraient être associés à une augmentation du taux de grossesse clinique. Les effets néfastes ont été mal signalés, mais l'utilisation d'antioxydants ne semble pas avoir entraîné d’avantage de fausses couches, de naissances multiples, d'effets digestifs ou de grossesses ectopiques.

Des données probantes de faible qualité suggèrent qu'il n'y a pas de différence dans les taux de naissance vivante ou de grossesse clinique lorsqu'on compare une faible dose de mélatonine à une dose plus élevée. Dans ce cas, on s'attendrait à ce que sur 100 femmes hypofertiles ne prenant pas de mélatonine à faible dose, 24 auraient un enfant, contre 12 à 40 femmes sur 100 qui auraient un enfant si elles prenaient de la mélatonine à plus forte dose.

Trois essais ont fait état d'une fausse couche dans la comparaison entre les antioxydants (deux ont utilisé des doses de mélatonine et un a comparé la N-acétylcystéine à la L-carnitine). Il n'y a pas eu de fausses couches dans les deux essais sur la mélatonine. Les grossesses multiples et les troubles gastro-intestinaux n'ont pas été signalés, et une grossesse ectopique n'a été signalée que par un seul essai, sans aucun événement.

L'étude comparant la N-acétylcystéine et la L-carnitine n'a pas fait état d'un taux de naissance vivante. Des données probantes de très faible qualité ne montrent aucune différence dans la grossesse clinique. Les données probantes de faible qualité ne montrent aucune différence en matière de fausses couches. L'étude n'a pas fait état de grossesse multiple, de troubles gastro-intestinaux ou de grossesse ectopique.

Qualité des données probantes :
La qualité globale des données probantes a été limitée par de sérieux risques de biais liés à une mauvaise communication des méthodes, à l'imprécision et à l'incohérence.

Conclusions des auteurs: 

Dans cette revue, il y avait des données probantes de faible à très faible qualité pour montrer que la prise d'un antioxydant pourrait être bénéfique pour les femmes hypofertiles. Dans l'ensemble, il n'y a pas de données probantes indiquant un risque accru de fausse-couche, de naissances multiples, d'effets gastro-intestinaux ou de grossesses extra-utérines, mais les données probantes sont de très faible qualité. À l'heure actuelle, il existe peu de données probantes à l'appui d'un supplément d'antioxydants par voie orale pour les femmes hypofertiles.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un couple peut être considéré comme ayant des problèmes de fertilité si ses tentatives de conception restent infructueuses depuis plus d'un an. Cela peut concerner jusqu'à un quart de tous les couples qui prévoient d'avoir un enfant. On estime que pour 40 à 50 % des couples, l’hypofertilité pourrait résulter de facteurs affectant les femmes. Les antioxydants réduiraient le stress oxydatif lié à ces affections. À l'heure actuelle, des données probantes limitées suggèrent que les antioxydants améliorent la fértilité et des essais ont examiné ce sujet et généré différents résultats. Cette revue évalue les données probantes de l'efficacité de différents antioxydants dans l’hypofertilité féminine.

Objectifs: 

Déterminer si la supplémentation orale en antioxydants comparée à un placebo, à l'absence de traitement/traitement standard ou à un autre antioxydant, améliore la fértilité chez les femmes hypofertiles.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes (depuis leur création jusqu'en septembre 2019), sans restriction de langue ou de date : Le registre spécialisé du Groupe Cochrane sur la gynécologie et la fertilité (CGFG), CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO, CINAHL et AMED. Nous avons vérifié les références bibliographiques des études pertinentes et effectué des recherches dans les registres des essais.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant n’importe quel type, dose ou combinaison de suppléments oraux d'antioxydants à un placebo, à l'absence de traitement ou à un traitement administrant un autre antioxydant chez des femmes se rendant à une clinique de fertilité. Nous avons exclu les essais comparant les antioxydants aux seuls médicaments pour la fertilité et les essais n'incluant que des femmes fertiles fréquentant une clinique de fertilité en raison de l'infertilité de leur partenaire masculin.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Le principal critère de jugement de la revue était la naissance vivante ; les critères de jugement secondaires comprenaient les taux de grossesse clinique et les événements indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 63 essais impliquant 7760 femmes. Les investigateurs ont comparé les antioxydants oraux, notamment : les combinaisons d'antioxydants, la N-acétylcystéine, la mélatonine, la L-arginine, le myo-inositol, la carnitine, le sélénium, la vitamine E, le complexe de vitamine B, la vitamine C, la vitamine D+calcium, le CoQ10 et les acides gras polyinsaturés oméga-3, avec un placebo, l'absence de traitement/traitement standard ou un autre antioxydant. Seuls 27 des 63 essais inclus ont fait état de sources de financement.

En raison de la très faible qualité des données probantes, nous ne savons pas si les antioxydants améliorent le taux de naissance vivante par rapport au placebo ou à l'absence de traitement/traitement standard (rapport de cotes (OR) 1,81, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,36 à 2,43 ; P < 0,001, I2 = 29 % ; 13 ECR, 1227 femmes). Cela suggère que parmi les femmes hypofertiles avec un taux de naissance vivante prévu de 19%, le taux des femmes utilisant des antioxydants se situerait entre 24% et 36%.

Des données probantes de faible qualité suggèrent que les antioxydants pourraient améliorer le taux de grossesse clinique par rapport au placebo ou à l'absence de traitement/traitement standard (OR 1,65, IC à 95 % 1,43 à 1,89 ; P < 0,001, I2 = 63 % ; 35 ECR, 5165 femmes). Cela suggère que parmi les femmes hypofertiles dont le taux de grossesse clinique prévu est de 19%, le taux des femmes utilisant des antioxydants se situerait entre 25 et 30%. L'hétérogénéité était modérément élevée.

Au total, 28 essais ont fait état de divers événements indésirables dans la méta-analyse. Les données probantes suggèrent que l'utilisation d'antioxydants ne fait aucune différence entre les groupes en ce qui concerne les taux de fausses couches (RC 1,13, IC à 95 % 0,82 à 1,55 ; P = 0,46, I2 = 0 % ; 24 ECR, 3229 femmes ; données probantes de faible qualité). Il n'y avait pas non plus de données probantes d'une différence entre les groupes dans les taux de grossesse multiple (OR 1,00, IC à 95 % 0,63 à 1,56 ; P = 0,99, I2 = 0 % ; 9 ECR, 1886 femmes ; données probantes de faible qualité). Il n'y avait pas non plus de données probantes indiquant une différence entre les groupes dans les taux de troubles gastro-intestinaux (RC 1,55, IC à 95 % 0,47 à 5,10 ; P = 0,47, I2 = 0 % ; 3 ECR, 343 femmes ; données probantes de faible qualité). Des données de faible qualité ont montré qu'il n'y avait pas non plus de différence entre les groupes en ce qui concerne les taux de grossesse ectopique (RC 1,40, IC à 95 % 0,27 à 7,20 ; P = 0,69, I2 = 0 % ; 4 ECR, 404 femmes).

Pour la comparaison d’un antioxydant à un autre antioxydant, les données probantes de faible qualité ne montrent aucune différence dans le fait qu'une dose plus faible de mélatonine est associée à un taux de naissance vivante plus élevé par rapport à une dose plus élevée de mélatonine (OR 0,94, IC à 95 % 0,41 à 2,15 ; P = 0,89, I2 = 0 % ; 2 ECR, 140 femmes). Cela suggère que parmi les femmes hypofertiles avec un taux de naissance vivante prévu de 24%, le taux des femmes utilisant une dose plus faible de mélatonine par rapport à une dose plus élevée se situerait entre 12% et 40%. De même, en ce qui concerne la grossesse clinique, il n'y avait pas de données probantes indiquant une différence entre les groupes en termes de taux entre une dose inférieure et une dose supérieure de mélatonine (OR 0,94, IC à 95 % 0,41 à 2,15 ; P = 0,89, I2 = 0 % ; 2 ECR, 140 femmes).

Trois essais ont fait état d'une fausse couche dans la comparaison entre les antioxydants (deux ont utilisé des doses de mélatonine et un a comparé la N-acétylcystéine à la L-carnitine). Il n'y a pas eu de fausses couches dans les deux essais sur la mélatonine. Les grossesses multiples et les troubles gastro-intestinaux n'ont pas été signalés, et une grossesse ectopique n'a été signalée que par un seul essai, sans aucun événement. L'étude comparant la N-acétylcystéine et la L-carnitine n'a pas fait état d'un taux de naissance vivante. Des données probantes de très faible qualité ne montrent une différence dans la grossesse clinique (RC 0,81, IC à 95 % 0,33 à 2,00 ; 1 ECR, 164 femmes ; données probantes de faible qualité). Des données probantes de faible qualité ne montrent pas de différence dans les fausses couches (RC 1,54, IC à 95 % 0,42 à 5,67 ; 1 ECR, 164 femmes ; données probantes de faible qualité). L'étude n'a pas fait état de grossesse multiple, de troubles gastro-intestinaux ou de grossesse ectopique.

La qualité globale des données probantes a été limitée par un risque sérieux de biais associé à une mauvaise communication des méthodes, à l'imprécision et à l'incohérence.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Achraf Oukacha et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.