Les statines peuvent aider à réduire le risque de décès chez les personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique qui ne nécessitent pas de dialyse

Les adultes atteints d'insuffisance rénale chronique (IRC) ont un risque élevé de développer des complications de maladie cardiaque.On pense que le traitement par statines diminue le cholestérol et réduit les risques de décès et de complications de maladie cardiaque.

Nous avons examiné 50 études publiées avant juin 2012 concernant le traitement par statines chez plus de 45 000 personnes atteintes d'IRC qui n'avaient pas besoin d'un traitement de dialyse. Nous avons constaté que les statines réduisaient les risques de décès et d'événements cardiaques majeurs de 20 %. Le traitement par statines s'est également avéré efficace dans la réduction des maladies et des décès cardiaques chez les personnes atteintes d'IRC sans maladie cardiaque. Chez ces personnes, le traitement par statines réduit les risques de crise cardiaque de moitié.

Les statines ont de potentiels effets nocifs sur la fonction hépatique et musculaire ainsi que sur certains cancers. Nous avons constaté que ces questions n'étaient pas bien analysées dans les études que nous avons évaluées, et ces effets ne sont pas bien compris.

Bien que l'utilisation des statines n'ait pas réduit clairement les risques de progression de l'insuffisance rénale, elles peuvent être recommandées pour réduire les risques de décès et d'événements cardiaques chez les personnes qui sont aux premiers stades de l'insuffisance rénale. Cependant, les effets secondaires potentiels sont incertains et doivent être davantage étudiés.

Conclusions des auteurs: 

Les statines réduisaient de façon cohérente les décès et les événements cardiovasculaires majeurs de 20 % chez les personnes atteintes d'IRC non dialysées. Sur l'AVC et la fonction hépatique, les effets liés aux statines étaient imprécis et les effets indésirables du traitement sont encore mal compris. Les statines ont un rôle important dans la prévention primaire des événements cardiovasculaires et de la mortalité chez les personnes atteintes d'IRC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les maladies cardiovasculaires (MCV) sont la première cause de décès chez les personnes aux premiers stades de l'insuffisance rénale chronique (IRC), pour lesquelles le risque absolu d'événements cardiovasculaires est semblable à celui des patients atteints de pathologies coronariennes existantes. Cette mise à jour d'une revue publiée en 2009 inclut des preuves issues de 27 nouvelles études (25 068 participants) en plus des 26 études (20 324 participants) évaluées précédemment et exclut trois études précédemment incluses (107 participants). Cette revue mise à jour comprend 50 études (45 285 participants), dont 38 (37 274 participants) ont fait l'objet d'une méta-analyse.

Objectifs: 

Évaluer les avantages (tels que des réductions dans la mortalité toutes causes ou cardiovasculaire, les événements cardiovasculaires majeurs, l'infarctus du myocarde et l'AVC ; et le ralentissement de la progression de l'IRC vers l'insuffisance rénale terminale (IRT)) et les inconvénients (dysfonctionnement musculaire et hépatique, arrêt du traitement et cancer) des statines par rapport au placebo, à l'absence de traitement, aux soins habituels ou à une autre statine chez les adultes atteints d'IRC qui ne sont pas sous dialyse.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la néphrologie jusqu'au 5 juin 2012 en prenant contact avec le coordinateur des recherches d'essais et en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue.

Critères de sélection: 

Nos recherches documentaires visaient les essais contrôlés randomisés (ECR) et les quasi-ECR comparant les effets des statines à un placebo, à l'absence de traitement, aux soins standard ou à d'autres statines, en termes de mortalité, d'événements cardiovasculaires, de fonction rénale, de toxicité et de taux de lipides chez les adultes atteints d'IRC non dialysés.

Recueil et analyse des données: 

Deux ou plusieurs auteurs ont indépendamment extrait les données et évalué les risques de biais des études. Les effets thérapeutiques ont été exprimés en différences moyennes (DM) pour les résultats continus (lipides, clairance de la créatinine et protéinurie) et en risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques (événements cardiovasculaires majeurs, mortalité toutes causes, mortalité cardiovasculaire, infarctus du myocarde (IM) fatal ou non fatal, accident vasculaire cérébral (AVC) fatal ou non fatal, IRT, élévation des enzymes hépatiques, rhabdomyolyse, cancer et taux d'abandon) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 50 études (45 285 participants) : 47 d'entre elles (39 820 participants) comparaient des statines à un placebo ou à l'absence de traitement et trois études (5 547 participants) comparaient deux schémas thérapeutiques différents pour l'administration de statines chez les adultes atteints d'IRC qui n'étaient pas encore sous dialyse. Nous avons pu effectuer une méta-analyse de 38 études (37 274 participants).

Le risque de biais dans les études incluses était élevé. Sept études comparant les statines à un placebo ou à l'absence de traitement avaient dans l'ensemble un risque de biais plus faible ; ces études étaient réalisées selon des protocoles publiés, leurs résultats étaient examinés par un comité, les résultats spécifiés y étaient rapportés et les analyses étaient effectuées en utilisant des méthodes en intention de traiter. Parmi les études contrôlées contre placebo ou l'absence de traitement, les événements indésirables ont été rapportés dans 32 études (68 %) et systématiquement évalués dans 16 études (34 %).

Comparativement au placebo, le traitement par statines a montré un effet cohérent dans la prévention des événements cardiovasculaires majeurs (13 études, 36 033 participants ; RR 0,72, IC à 95 % de 0,66 à 0,79), de la mortalité toutes causes confondues (10 études, 28 276 participants ; RR 0,79, IC à 95 % de 0,69 à 0,91), des décès d'origine cardiovasculaire (7 études, 19 059 participants ; RR 0,77, IC à 95 % de 0,69 à 0,87) et de l'IM (8 études, 9 018 participants; RR 0,55, IC 95% 0,42 à 0,72). Les statines avaient des effets incertains sur l'AVC (5 études, 8 658 participants ; RR 0,62, IC à 95 % de 0,35 à 1,12).

Les éventuels inconvénients du traitement par statines ont été limités par le manque de compte-rendus systématiques et étaient incertains dans les analyses avec de rares événements : élevation de la créatine kinase (7 études, 4 514 participants ; RR 0,84, IC à 95 % de 0,20 à 3,48), anomalies de la fonction hépatique (7 études, RR 0,76, IC à 95 % de 0,39 à 1,50), abandon en raison d'événements indésirables (13 études, 4 219 participants ; RR 1,16, IC à 95 % de 0,84 à 1,60) et cancer (2 études, 5 581 participants ; RR 1,03, IC à 95 % de 0,82 à 130).

Les statines avaient des effets incertains sur la progression de l'IRC. Les données concernant les effets relatifs de diminution importante du cholestérol chez les personnes aux premiers stades de l'insuffisance rénale étaient rares. Les statines réduisaient clairement les risques de décès, d'événements cardiovasculaires majeurs et d'IM chez les personnes atteintes d'IRC sans MCV à l'inclusion (prévention primaire).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.