Stratégies susceptibles d'encourager les gens à continuer à participer à un essai randomisé (un type d'étude scientifique)

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

Les essais randomisés sont un type d'étude scientifique généralement utilisé pour tester de nouveaux traitements de santé. Dans un essai randomisé, les personnes qui acceptent de participer sont placées aléatoirement (par hasard) dans l'un des deux groupes de traitement ou plus, puis étudiées pendant un certain temps. L'équipe de recherche essaie de rester en contact avec eux pour recueillir des informations sur leur état de santé. Ce « suivi » peut durer de quelques jours à plusieurs années selon l’essai, mais plus l’essai est long, plus ce suivi peut être difficile. Cela peut être dû au fait que les gens sont trop occupés pour répondre, qu'ils ne peuvent pas se rendre dans une clinique ou qu'ils ne veulent tout simplement plus participer. Le maintien des personnes dans un essai est appelé « rétention » Si la rétention est faible, cela peut rendre les résultats de l'essai moins fiables, mais la plupart des essais n'obtiennent pas de données de toutes les personnes ayant participé au début de l'essai.

Les informations recueillies au cours du suivi, parfois appelées données, aident l'équipe chargée de l'essai à déterminer lequel des traitements testés fonctionne le mieux. Ces informations sont souvent recueillies directement auprès des patients en leur demandant de remplir un questionnaire ou en leur demandant de revenir pour une consultation médicale.

Il existe de nombreuses façons de collecter des données auprès des personnes participant à des essais. Il peut s'agir de lettres, de l’utilisation d'Internet, d'appels téléphoniques, de messages texte, de rencontres en face à face ou du retour de kits de tests médicaux. Les équipes de recherche utilisent différentes méthodes pour tenter de recueillir des données et il est important de savoir quelles stratégies sont efficaces et valables. C'est pourquoi nous avons réalisé cette revue afin de comparer le succès des différentes stratégies.

Comment avons-nous identifié et évalué les données probantes ?

Nous avons recherché dans les bases de données scientifiques les études comparant les stratégies utilisées par les équipes de recherche pour améliorer la rétention dans les essais, entre elles ou par rapport à la non-utilisation d'une telle stratégie. Nous avons recherché des études incluant des participants de tout âge, tout sexe, toute ethnie, toute langue ou tout groupe géographique. Nous avons ensuite comparé les résultats des études et résumé les données probantes que nous avons trouvées. Enfin, nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes, sur la base de facteurs tels que les méthodes utilisées dans les études et leur taille, et la cohérence des résultats entre les études.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons identifié 70 articles pertinents, rapportant 81 études de rétention impliquant plus de 100 000 participants, et ayant étudié différentes manières d'essayer d'encourager les participants à un essai randomisé à fournir des données et à rester dans l'essai. Nous les avons organisés en grands groupes de comparaison mais, malheureusement, nous ne sommes pas en mesure d'affirmer avec certitude que certains des résultats que nous avons trouvés sont un effet réel et ne sont pas dus à d'autres facteurs, tels que des faiblesses dans la conception des études. Ainsi, l'effet des méthodes visant à encourager les gens à rester impliqués dans les essais n'est pas encore clair et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour voir si ces méthodes de rétention fonctionnent vraiment.

Quel est le niveau de confiance des données probantes et cette revue est-elle à jour ?

Les stratégies que nous avons identifiées ont été testées lors d'essais randomisés menés dans de nombreux domaines et contextes pathologiques différents, mais dans certains cas, elles n'ont été testées que dans un seul essai. Les comparaisons que nous avons faites n'ont pas fourni de données probantes de qualité élevée et d'autres études sont nécessaires pour améliorer le niveau de confiance des résultats que nous avons trouvés. Les données probantes de cette revue Cochrane sont à jour jusqu'en janvier 2020.

Conclusions des auteurs: 

La plupart des interventions que nous avons identifiées visaient à améliorer la rétention sous la forme d'une réponse à un questionnaire envoyé par voie postale. Il y avait peu d'évaluations des moyens d'améliorer le retour des participants sur les sites d'essai pour le suivi de l'essai. Aucune de ces comparaisons n'est soutenue par des données probantes d’un niveau de confiance élevé. Les comparaisons de la revue où la le niveau de confiance des données probantes pourrait être amélioré par l'ajout d'études bien réalisées devraient faire l'objet d'évaluations futures.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une mauvaise rétention des participants dans les essais randomisés peut entraîner l'absence de données sur les critères de jugement, ce qui peut introduire un biais et réduire la puissance de l'étude, affectant ainsi la généralisation, la validité et la fiabilité des résultats. De nombreuses stratégies sont utilisées pour améliorer la rétention, mais peu ont été formellement évaluées.

Objectifs: 

Quantifier l'effet des stratégies visant à améliorer la rétention des participants dans les essais randomisés et étudier si l'effet varie selon le contexte de l'essai.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, Scopus, PsycINFO, CINAHL, Web of Science Core Collection (SCI-expanded, SSCI, CPSI-S, CPCI-SSH et ESCI), soit directement avec une stratégie de recherche spécifique, soit indirectement via la base de données ORRCA. Nous avons également effectué une recherche dans le référentiel SWAT pour identifier les essais de rétention en cours ou récemment terminés. Nous avons effectué nos recherches les plus récentes en janvier 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés ou quasi randomisés éligibles portant sur des évaluations de stratégies visant à augmenter la rétention qui étaient intégrées dans des essais randomisés « hôtes » portant sur n'importe quelle maladie et dans tous les environnements de réalisés dans n'importe quel contexte de soins de santé. Nous avons exclu les études visant à augmenter l'observance du traitement.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait des données sur : la stratégie de rétention évaluée ; le lieu de l'étude ; le cadre de l'essai hôte ; la méthode de randomisation ; les nombres et les proportions dans chaque groupe d'intervention et de comparaison. Nous avons utilisé une différence des risques (DR) et un intervalle de confiance (IC) à 95 % pour estimer l'efficacité des stratégies visant à améliorer la rétention. L'hétérogénéité entre les essais a été évaluée. Nous avons appliqué la méthode GRADE pour déterminer le niveau de confiance des données probantes dans chaque comparaison.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 70 articles éligibles rapportant les données de 81 essais de rétention. Nous avons inclus 69 études comptant plus de 100 000 participants dans les méta-analyses finales, dont 67 études évaluant des interventions destinées aux participants de l'essai et deux évaluant des interventions destinées au personnel de l'essai impliqué dans la rétention. Toutes les études concernaient les soins de santé et la plupart visaient à améliorer la réponse au questionnaire la réponse au questionnaire envoyé par voie postale. Les interventions ont été classées en grands groupes de comparaison : collecte des données ; participants ; sites et personnel des sites ; gestion centrale de l'étude ; et plan d'étude.

Ces groupes d'intervention comprenaient 52 comparaisons, dont aucune n'était soutenue par des données probantes d’un niveau de confiance élevé, telles que déterminées par l'évaluation GRADE. Quatre comparaisons présentaient des données probantes d’un niveau de confiance modéré, trois favorisant la rétention (kits d'auto-prélèvement, récompense monétaire accompagnée d'un rappel ou d'une pré-notification et remise d'un stylo lors du recrutement) et une réduisant la rétention (inclusion d'un journal dans le suivi habituel par rapport au suivi habituel seul). Parmi les études restantes, 20 présentaient des données probantes d’un niveau de confiance faible et 28 des données probantes d’un niveau de confiance très faible selon GRADE.

Nos résultats fournissent une liste de priorités pour les futures études de réplication, en particulier en ce qui concerne les comparaisons qui reposent actuellement sur une seule étude.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.