Quels sont les avantages et les risques des gouttes oculaires dilatant la pupille comme traitement d’appoint de l'inflammation après un coup porté à l'œil ?

Pourquoi cette question est importante
Les services d'urgence des hôpitaux traitent souvent les personnes souffrant de blessures aux yeux. Il existe deux principaux types de lésions oculaires :

- les traumatismes contondants, lorsqu'un objet ou une force frappe l'œil. Les causes courantes de traumatisme oculaire contondant sont les accidents de voiture, les accidents de sport ou de travail, ou les rixes ;

- les traumatismes pénétrants, lorsqu'un objet pointu ou un objet se déplaçant à grande vitesse (par exemple, des balles tirées par des pistolets à air comprimé) transperce l'œil.

Le traumatisme contondant est la forme la plus courante de blessure oculaire. Les personnes souffrant de ces blessures développent souvent une iridocyclite traumatique, une inflammation de l'iris (la partie colorée de l'œil entourant la pupille noire) et du corps ciliaire (les muscles et les tissus entourant l'iris). L'iridocyclite traumatique peut se développer après un traumatisme contondant majeur ou mineur, et peut toucher aussi bien les enfants que les adultes. Les symptômes associés aux lésions de l'iris et du corps ciliaire comprennent des douleurs oculaires et une sensibilité à la lumière. Si l'inflammation passe inaperçue ou n'est pas traitée correctement, elle peut entraîner une perte de vision.

Le traitement standard de l'iridocyclite traumatique est le collyre anti-inflammatoire (corticostéroïdes). Les gouttes oculaires dilatant la pupille (mydriatiques) sont généralement utilisées comme traitement d’appoint, pour réduire la douleur et l'inconfort oculaires et pour réduire la durée des symptômes.

Nous avons cherché à savoir si l'utilisation de mydriatiques combinées avec des corticostéroïdes dans le traitement de l'iridocyclite traumatique est bénéfique ou provoque plus d'effets indésirables que les corticostéroïdes seuls, en examinant les données probantes de la recherche. Plus précisément, nous voulions savoir si les mydriatiques soulagent les douleurs et inflammations oculaires et améliorent la vision. Nous voulions également savoir si les mydriatiques provoquent des complications telles que des douleurs chroniques, et s'ils ont des effets négatifs graves sur la vue (y compris la cécité).

De quelle façon nous avons cherché des données probantes ?
Notre équipe de chercheurs a effectué des recherches dans la littérature médicale afin de trouver :

- des essais contrôlés randomisés : il s'agit d'études médicales dans lesquelles les personnes sont placées au hasard dans l'un des deux ou plusieurs groupes de traitement. Ce type d'étude fournit les données probantes les plus fiables pour savoir si un traitement fait une différence ;

- des études sur des personnes de tous âges souffrant d'iridocyclite traumatique ;

- des études ayant comparé les effets des mydriatiques et des corticostéroïdes à ceux des corticostéroïdes seuls.

Ce que nous avons trouvé
Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé pour nous aider à répondre à notre question. Par conséquent, nous ne savons pas si l'ajout de mydriatiques aux corticostéroïdes est bénéfique ou entraîne plus d'effets indésirables que les corticostéroïdes seuls dans le traitement de l'iridocyclite traumatique. Il est nécessaire que des chercheurs mènent de futures études comparant les mydriatiques combinées à des corticostéroïdes aux corticostéroïdes seuls, afin que nous puissions évaluer les avantages et les risques des mydriatiques comme traitement d’appoint de l'iridocyclite traumatique.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?
La dernière recherche de données probantes date du 12 juin 2019. Cette revue a porté sur les recherches disponibles jusqu'à cette date, mais n'a pas tenu compte des données probantes ayant pu être produites depuis.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé données probantes issues d'ECR sur l'efficacité des agents mydriatiques topiques comme thérapie d'appoint aux corticostéroïdes topiques pour le traitement de l'iridocyclite traumatique. En l'absence de ce type d'études, nous ne pouvons pas tirer de conclusions définitives. Des essais contrôlés comparant l'utilisation combinée d'agents mydriatiques topiques et de gouttes de corticostéroïdes à celle de gouttes de corticostéroïdes standard seules, chez des personnes souffrant d'iridocyclite traumatique, sont nécessaires. Celles-ci pourraient fournir des données probantes relatives à l'efficacité et du risque des gouttes mydriatiques topiques comme traitement adjuvant de l'iridocyclite traumatique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les traumatismes oculaires représentent 3 % de toutes les visites aux urgences des hôpitaux. La blessure traumatique la plus courante à l'œil est le traumatisme contondant, qui représente 30 % de ces visites. Un traumatisme contondant entraîne fréquemment une iridocyclite traumatique, provoquant ainsi une uvéite antérieure. L'iridocyclite provoque fréquemment des larmoiements, une photophobie, des douleurs oculaires et une perte de vision. Ces symptômes sont le résultat des processus inflammatoires et des spasmes ciliaires des muscles et du sphincter de l'iris. Le processus inflammatoire est généralement géré avec des corticostéroïdes topiques, tandis que le spasme ciliaire est atténué en dilatant les pupilles avec des agents mydriatiques topiques, un traitement adjuvant. Cependant, l'efficacité des agents mydriatiques n'a pas été quantifiée en termes de réduction de la douleur oculaire et de la perte d'acuité visuelle.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance des mydriatiques topiques comme thérapie d'appoint aux corticostéroïdes topiques dans l'iridocyclite traumatique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) contenant le registre des essais du groupe Cochrane sur la vue (2019, numéro 6) ; Ovid MEDLINE ; Embase.com ; Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL) Plus ; PubMed ; ClinicalTrials.gov et Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Aucune restriction de date ou de langue n’a été appliquée aux recherches électroniques d’essais cliniques. La dernière recherche dans les bases de données électroniques date du 12 juin 2019.

Critères de sélection: 

Nous avions prévu d'inclure des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des agents mydriatiques topiques en association avec une corticothérapie topique par rapport aux corticostéroïdes topiques seuls, chez des participants souffrant d'iridocyclite traumatique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue (JH, MK) ont indépendamment examiné les titres et les résumés, puis les rapports en texte intégral, en fonction des critères d'éligibilité. Nous avions prévu que deux auteurs extrairaient indépendamment les données des études incluses. Nous avons résolu les différences d'opinion par la discussion.

Résultats principaux: 

Aucun ECR éligible n'a comparé les interventions d'intérêt chez les personnes souffrant d'iridocyclite traumatique.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.