Bénéfices et risques de l'association d'antibiotiques et de stéroïdes sous forme de gouttes, de sprays, de pommades ou de crèmes pour traiter l'otite moyenne chronique suppurée (infection de l'oreille persistante ou récurrente avec écoulement)

Pourquoi est-ce important ?

L'otite moyenne chronique suppurée (OMCS) est une inflammation et une infection de l'oreille moyenne qui dure deux semaines ou plus. Les personnes atteintes d’OMCS souffrent généralement d'un écoulement auriculaire récurrente ou persistante - du pus qui s'écoule par un trou dans le tympan - et d'une perte auditive.

L’OMCS est généralement traitée par une combinaison d'antibiotiques (médicaments qui combattent les infections bactériennes) et de stéroïdes (médicaments anti-inflammatoires) sous forme de traitement topique (c'est-à-dire sous forme de gouttes, de sprays, de pommades ou de crèmes à appliquer directement dans l'oreille). Pour savoir dans quelle mesure cette combinaison est efficace et si elle provoque des effets indésirables, nous avons examiné les données probantes issues d'études.

Comment avons nous identifié et évalué les données probantes ?

Nous avons recherché toutes les études pertinentes dans la littérature médicale, comparé les résultats et résumé les données probantes de toutes les études. Nous avons également évalué le niveau de confiance des données probantes, en tenant compte de facteurs tels que la taille de l'étude et la manière dont les études ont été menées. Sur la base de nos évaluations, nous avons classé les données probantes comme étant d’un niveau de confiance très faible, faible, modéré ou élevé.

Ce que nous avons trouvé

Nous avons trouvé 17 études sur plus de 1901 personnes atteintes d’OMCS. Les personnes ont été suivies pendant 10 jours à 20 semaines après la fin du traitement.

Les études ont porté sur une série de combinaisons d'antibiotiques et de stéroïdes, et les ont comparées à l'absence de traitement, à un traitement factice (placebo), au même antibiotique sans stéroïdes ou à différents antibiotiques sans stéroïdes. Nous présentons ici les résultats des trois principales comparaisons :

Antibiotiques topiques combinés avec des stéroïdes comparés à un placebo (traitement factice) ou à l'absence de traitement (trois études, 210 personnes)

Nous ne savons pas si les antibiotiques combinés avec des stéroïdes sont meilleurs ou pires que le placebo ou l'absence de traitement pour :

- l'arrêt de l’écoulement auriculaire à trois moments (une à deux semaines ; deux à quatre semaines ; ou après quatre semaines) ; ou

- l'audition ; ou

- nous ne savons pas s’ils causent des effets indésirables (tels que des douleurs aux oreilles ou des complications graves).

Cela s'explique par le fait qu'aucune étude n'a pris en compte ces critères de jugement ou que les données probantes étaient d’un niveau de confiance très faible.

Antibiotiques topiques combinés avec des stéroïdes comparés au même antibiotique topique utilisé seul (quatre études, 475 personnes)

Les antibiotiques topiques et les stéroïdes pourraient faire peu ou pas de différence pour arrêter l'écoulement de l'oreille après une à deux semaines (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous ne savons pas si les antibiotiques et les stéroïdes sont meilleurs ou pires que le même antibiotique topique, utilisé seul pour :

- l'arrêt de l’écoulement auriculaire à trois moments (une à deux semaines ; deux à quatre semaines ; ou après quatre semaines) ; ou

- l'audition ; ou

- nous ne savons pas s’ils causent des effets indésirables (tels que des douleurs aux oreilles ou des complications graves).

Cela s'explique par le fait qu'aucune étude n'a pris en compte ces critères de jugement ou que les données probantes étaient d’un niveau de confiance très faible.

Antibiotiques topiques autres que les quinolones (une famille d'antibiotiques) combinés avec des stéroïdes par rapport aux antibiotiques quinolones topiques utilisés seuls (neuf études, au moins 981 personnes plus 40 oreilles supplémentaires)

Les antibiotiques non-quinolones et les stéroïdes pourraient ne pas être aussi efficaces que les antibiotiques quinolones utilisés seuls pour arrêter l'écoulement de l'oreille après une à deux semaines (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous ne savons pas si les antibiotiques non quinolones combinés avec des stéroïdes sont meilleurs ou pires pour :

- l'arrêt de l’écoulement auriculaire à trois moments (une à deux semaines ; deux à quatre semaines ; ou après quatre semaines) ; ou

- l'audition ; ou

- nous ne savons pas s’ils causent des effets indésirables (tels que des douleurs aux oreilles ou des complications graves).

Cela s'explique par le fait qu'aucune étude n'a pris en compte ces critères de jugement ou que les données probantes étaient d’un niveau de confiance très faible.

Parmi les différentes comparaisons, aucune étude n'a rapporté sur la qualité de vie liée à la santé.

Ce que cela signifie

Les stéroïdes combinés avec des antibiotiques non quinolones pourraient ne pas être aussi efficaces que les antibiotiques quinolones seuls pour arrêter l'écoulement de l'oreille après une à deux semaines (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Trop peu d'études solides ont été menées pour que nous sachions si :

- les antibiotiques topiques et les stéroïdes sont meilleurs ou pires que l'absence de traitement ou un placebo ;

- l'ajout de stéroïdes à un antibiotique topique affecte l'efficacité de l'antibiotique ou a un impact sur les effets indésirables.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les données contenues dans cette revue Cochrane sont à jour jusqu'en mars 2020.

Conclusions des auteurs: 

Nous sommes incertains quant à l'efficacité des antibiotiques topiques avec stéroïdes pour améliorer la résolution des écoulements auriculaires chez les patients atteints de OMCS en raison d’un nombre limité de données probantes, et leur faible niveau de confiance. Parmi ces incertitudes, nous n'avons pas trouvé de données probantes indiquant que l'ajout de stéroïdes aux antibiotiques topiques affecte la résolution de l’écoulement auriculaire. Il existe également des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que certains types d'antibiotiques topiques (sans stéroïdes) pourraient être meilleurs que les combinaisons antibiotiques topiques/stéroïdes pour améliorer la résolution des écoulements. Il existe également une incertitude quant à l'efficacité relative des différents types d'antibiotiques ; il n'est pas possible de déterminer avec certitude si les quinolones sont meilleures ou pires que les aminoglycosides. Ces deux groupes de composés ont des profils d'effets indésirables différents, mais les études incluses dans cette revue ne fournissent pas suffisamment de données probantes pour faire des commentaires à leur sujet. En général, les effets indésirables ont été mal rapportés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'otite moyenne suppurée chronique (OMCS) est une inflammation chronique et souvent une infection polymicrobienne de l'oreille moyenne et de la cavité mastoïde, caractérisée par un écoulement de l'oreille (otorrhée) à travers une membrane tympanique perforée. Les symptômes prédominants de l’OMCS sont les écoulements de l’oreille et la perte d'audition. Les antibiotiques topiques agissent pour tuer ou inhiber la croissance des micro-organismes qui pourraient être responsables de l'infection. Les antibiotiques peuvent être utilisés seuls ou en complément d'autres traitements contre l’OMCS, tels que les stéroïdes, les antiseptiques ou le nettoyage des oreilles (toilette auriculaire). Les antibiotiques sont couramment prescrits dans des préparations combinées avec des stéroïdes.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'ajout d'un stéroïde topique aux antibiotiques topiques dans le traitement des personnes souffrant d'otite moyenne suppurée chronique (OMCS).

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie a effectué des recherches dans le Registre du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, le Registre central des essais contrôlés (CENTRAL via le Registre des études Cochrane), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, CINAHL, Web of Science, ClinicalTrials.gov, ICTRP et d'autres sources pour les essais publiés et non publiés. La date de la recherche était le 16 mars 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques contrôlés randomisés (ECR) avec un suivi d'au moins une semaine impliquant des participants (adultes et enfants) qui avaient un écoulement chronique de l'oreille de cause inconnue ou OMCS, lorsque l'écoulement de l'oreille avait continué pendant plus de deux semaines.

Les interventions étaient toute combinaison d'un ou plusieurs antibiotiques topiques de toute classe et d'un corticostéroïde topique (stéroïde) de toute classe, appliqués directement dans le canal auditif sous forme de gouttes, de poudre ou d'irrigation, ou dans le cadre d'une procédure de toilette auriculaire.

Les deux principales comparaisons ont porté sur un antibiotique topique et un stéroïde par rapport à a) un placebo ou une absence d'intervention et b) un autre antibiotique topique.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard de Cochrane. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes pour chaque critère de jugement.

Nos principaux critères de jugement étaient les suivants : résolution de l'écoulement de l'oreille ou « sécheresse de l'oreille » (confirmée ou non par otoscopie), mesurée entre une et deux semaines, entre deux et quatre semaines et après quatre semaines ; qualité de vie liée à la santé ; douleur (otalgie) ou gêne ou irritation locale de l'oreille. Les critères de jugement secondaires comprenaient l'audition, les complications graves et l'ototoxicité.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 études portant sur 11 comparaisons de traitements. Un total de 1901 participants ont été inclus, une étude (40 oreilles) ne rapportant pas le nombre de participants recrutés, ce que nous n'avons donc pas pu comptabiliser. Aucune étude n'a rapporté la qualité de vie liée à la santé. Les principales comparaisons étaient :

1. Antibiotiques topiques avec stéroïdes par rapport au placebo ou à l’absence de traitement

Trois études (210 participants) ont comparé un antibiotique-stéroïde topique à une solution saline ou à l'absence de traitement. L’arrêt de l’écoulement n'a pas été signalé entre une et deux semaines. Une étude (50 enfants « à haut risque ») a rapporté des résultats à plus de quatre semaines par oreille et nous n'avons pas pu ajuster les résultats par personne. L'étude a montré que 58 % (sur 41 oreilles) ont résolu le problème avec des antibiotiques topiques, par rapport à 50 % (sur 26 oreilles) en absence de traitement, mais les données probantes sont d’un niveau de confiance très faible. Une étude (123 participants) a noté des effets secondaires mineurs chez 16 % des participants, tant dans le groupe d'intervention que dans le groupe placebo (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Une étude (123 participants) n'a signalé aucun changement dans les seuils auditifs de la conduction osseuse et n'a signalé aucune différence dans les acouphènes ou les problèmes d'équilibre entre les groupes (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Une étude (50 participants) a rapporté de complications graves, mais il n'était pas clair de quel groupe ces patients provenaient, ni si les complications étaient survenues avant ou après le traitement. Une étude (123 participants) a rapporté qu'aucun effet secondaire n'est survenu chez aucun des participants (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

2. Antibiotiques topiques avec stéroïdes par rapport aux antibiotiques topiques (mêmes antibiotiques) uniquement

Quatre études (475 participants) ont été incluses dans cette comparaison. Trois études (340 participants) ont comparé les combinaisons antibiotiques-stéroïdes topiques aux antibiotiques topiques seuls. Les données probantes suggèrent peu ou pas de différence dans la résolution de l’écoulement à une ou deux semaines : 82.7 % contre 76,6 % (risque relatif (RR) 1,08, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,96 à 1,21 ; 335 participants ; 3 études (4 groupes d'étude) ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Des résultats pour la résolution de l’écoulement après quatre semaines n'ont pas été signalés. Une étude (110 participants) a fait état de démangeaisons locales, mais comme il n'y a eu qu'un seul épisode dans chaque groupe, il n'est pas certain qu'il y ait une différence (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Trois études (395 participants) ont examiné l'ototoxicité suspectée, mais il n'a pas été possible de déterminer s'il y avait des différences entre les groupes pour ce critère de jugement (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Aucune étude n'a rapporté de complications graves.

3. Antibiotiques topiques avec stéroïdes par rapport aux antibiotiques topiques seuls (différents antibiotiques)

Neuf études (981 participants plus 40 oreilles) ont évalué une série de comparaisons entre les combinaisons antibiotiques topiques non quinolones + stéroïdes et les antibiotiques quinolones topiques seuls. La résolution de l’écoulement peut être plus importante avec les antibiotiques topiques à base de quinolone seuls, entre une et deux semaines, par rapport aux antibiotiques topiques non-quinolone avec stéroïdes : 82.1 % par rapport à 63,2 % (RR 0,77, IC à 95 % 0,71 à 0,84 ; 7 études ; 903 participants, données probantes d’un niveau de confiance faible). Les résultats concernant la résolution de l’écoulement auriculaire après quatre semaines n'ont pas été communiqués. Une étude (52 participants) a rapporté de données utilisables sur les douleurs au niveau des oreilles, deux études (419 participants) ont rapporté de critères de jugement auditifs et une étude (52 participants) a rapporté de problèmes d'équilibre. Il n'a pas été possible de déterminer s'il y avait des différences significatives entre les groupes pour ces critères de jugement (données probantes d’un niveau de confiance très faible). Deux études (149 participants) n'ont fait état d'aucune complication grave (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Pierre-Alexis Gontier et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.