Sulfate de magnésium dans le traitement de la bronchiolite chez les enfants jusqu'à deux ans

Problématique de la revue

Nous avons étudié l'efficacité et la sécurité du sulfate de magnésium pour traiter les enfants jusqu'à deux ans atteints de bronchiolite aiguë.

Contexte

La bronchiolite aiguë est causée par un virus et touche principalement les enfants jusqu'à l'âge de deux ans. Cette infection est responsable d’un blocage des petites voies respiratoires dans les poumons, ce qui entraîne une toux, une respiration sifflante et des difficultés respiratoires. Le traitement habituel implique des soins de soutien, comprenant l’administration de fluides adéquats et d'oxygène humidifié. Les enfants atteints de bronchiolite pourraient nécessiter un traitement en soins intensifs.

Date des recherches

Les données probantes sont à jour jusqu'au 30 avril 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus quatre études (564 enfants) menées au Qatar, en Turquie, en Iran et en Inde. Trois études ont porté sur des enfants souffrant de bronchiolite modérée à sévère. Des études ont comparé le sulfate de magnésium, administré par un cathéter dans une veine (par voie intraveineuse), ou sous forme de fine pulvérisation inhalée (nébulisée), à un traitement factice (appelé placebo - qui ressemble à un traitement par sulfate de magnésium), à des médicaments ouvrant les voies respiratoires (salbutamol ou épinéphrine), à une solution d'eau salée (solution saline hypertonique), ou à l’absence de traitement.

Sources de financement des études

Une étude a été financée par un hôpital et une autre par une université ; deux études n'ont pas rapporté des sources de financement.

Principaux résultats

Les données probantes étaient insuffisantes pour savoir si le sulfate de magnésium administré par voie intraveineuse ou en nébulisation, seul ou en association avec d'autres traitements, améliorait les critères de jugement de la bronchiolite chez les enfants jusqu'à l'âge de deux ans. Nous n'avons pas pu déterminer si le sulfate de magnésium réduisait les décès, les problèmes médicaux inattendus pendant le traitement, le temps passé à l'hôpital ou la gravité de la maladie (sur la base des scores d'évaluation clinique des médecins). Le temps nécessaire à la récupération n'a pas été mesuré.

Niveau de confiance des données probantes

Dans l'ensemble, nous sommes très incertains des résultats.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas suffisamment de données probantes pour établir l'efficacité et la tolérance du sulfate de magnésium dans le traitement de la bronchiolite aiguë chez les enfants de moins de deux ans. Il n’y avait pas de données probantes disponibles concernant le temps de récupération, la durée de ventilation mécanique et du séjour en unité de soins intensifs, ou la fonction pulmonaire. Pour certaines comparaisons, il n'y avait pas d’information sur les événements indésirables. Des ECR bien conçus sont nécessaires pour évaluer les effets du sulfate de magnésium sur les enfants atteints de bronchiolite aiguë. Les critères de jugement importants, tels que le temps de récupération et les événements indésirables, doivent être mesurés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La bronchiolite aiguë est une charge importante pour les enfants, leurs familles et les établissements de soins. Elle touche surtout les enfants de moins de deux ans. Le traitement comprend une hydratation adéquate, une supplémentation en oxygène humidifié et la nébulisation de médicaments, tels que le salbutamol, l'épinéphrine et le sérum physiologique hypertonique. L'efficacité du sulfate de magnésium pour la bronchiolite aiguë n'est pas claire.

Objectifs: 

Évaluer les effets du sulfate de magnésium dans la bronchiolite aiguë chez les enfants jusqu'à l'âge de deux ans.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les registres CENTRAL, MEDLINE, Embase, LILACS, CINAHL et dans deux registres d'essais jusqu'au 30 avril 2020. Nous avons contacté les auteurs des essais pour identifier des études supplémentaires. Nous avons recherché les actes de conférences et les références bibliographiques des articles extraits. Les études non publiées et publiées étaient éligibles à l'inclusion.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR, comparant le sulfate de magnésium, seul ou en association avec un autre traitement, à un placebo ou à un autre traitement, chez des enfants de moins de deux ans atteints de bronchiolite aiguë. Les principaux critères de jugement étaient le temps de récupération, la mortalité et les événements indésirables. Les critères de jugement secondaires étaient la durée du séjour à l'hôpital, le score de gravité clinique de 0 à 24 heures et de 25 à 48 heures après traitement, le test de fonction pulmonaire, la réadmission à l'hôpital dans les 30 jours, la durée de ventilation mécanique et la durée du séjour en unité de soins intensifs.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Nous avons utilisé les méthodes GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR (564 enfants). Une étude a été financée par un hôpital et une autre par une université ; deux études n'ont pas rapporté des sources de financement. Les interventions des comparateurs différaient entre les quatre essais. Les études ont été menées au Qatar, en Turquie, en Iran et en Inde. Nous avons estimé que deux études présentaient un faible risque global de biais, et deux autres un risque de biais peu clair, dans l'ensemble. Le niveau de confiance des données probantes pour tous les critères de jugement et comparaisons était très faible, sauf pour un : le taux de réadmission à l'hôpital dans les 30 jours suivant la sortie pour le sulfate de magnésium par rapport au placebo. Nous n’avons pas trouvé d’études ayant évalué le temps de récupération, la durée de ventilation mécanique, la durée du séjour en unité de soins intensifs ou la fonction pulmonaire.

Aucun décès ou effet indésirable n’a été rapporté pour le sulfate de magnésium par rapport au placebo (1 ECR, 160 enfants). Les effets du sulfate de magnésium sur la gravité clinique sont incertains (de 0 à 24 heures : différence moyenne (DM) sur le score de Wang 0,13, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,28 à 0,54 ; et de 25 à 48 heures : DM sur le score de Wang -0,42, IC à 95 % -0,84 à -0,00). Le sulfate de magnésium pourrait augmenter le taux de réadmission à l'hôpital dans les 30 jours suivant la sortie (risque relatif (RR) 3,16, IC à 95 % 1,20 à 8,27 ; 158 enfants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous critères de jugement principaux n’ont pas été mesurés dans l’étude comparant le sulfate de magnésium par rapport à une solution saline hypertonique (1 ECR, 220 enfants). Les effets étaient incertains sur la durée du séjour à l'hôpital en jours (DM 0,00, IC à 95 % -0,28 à 0,28), et sur la gravité clinique sur le score de l'instrument d'évaluation de la détresse respiratoire (Respiratory Distress Assessment Instrument, RDAI) entre 25 et 48 heures (DM 0,10, IC à 95 % -0,39 à 0,59).

Aucun décès ou effet indésirable n'a été constaté pour le sulfate de magnésium, avec ou sans salbutamol, par rapport au salbutamol (1 ECR, 57 enfants). Les effets sur la durée du séjour à l'hôpital étaient incertains (sulfate de magnésium : 24 heures (IC à 95 % 25,8 à 47,4), sulfate de magnésium + salbutamol : 20 heures (IC à 95 % 15,3 à 39,0), et le salbutamol : 24 heures (IC à 95 % 23,4 à 76,9)).

Nous critères de jugement principaux n’ont pas été mesurés dans l’étude comparant le sulfate de magnésium associé à l’épinéphrine par rapport à l'absence de traitement ou par rapport à une solution saline normale associée à l’épinéphrine (1 ECR, 120 enfants). Les effets étaient incertains pour la durée du séjour à l'hôpital en heures (DM -0,40, IC à 95 % -3,94 à 3,14), et pour les scores RDAI (0 à 24 heures : DM -0,20, IC à 95 % -1,06 à 0,66 ; et 25 à 48 heures : DM -0,90, IC à 95 % -1,75 à -0,05).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.