Interventions psychologiques pour favoriser la résilience des professionnels de santé

Contexte
Le travail des professionnels de la santé (par exemple les infirmières, les médecins, les psychologues, les travailleurs sociaux) peut être très stressant. Ils ont souvent beaucoup de responsabilités et sont obligés de travailler sous pression. Cela peut nuire à leur santé physique et mentale. Les interventions visant à les protéger contre de tels stress sont connues sous le nom d'interventions de résilience. Des revues systématiques antérieures suggèrent que les interventions de résilience pourraient aider les travailleurs à faire face au stress et les protéger contre les conséquences néfastes pour leur santé physique et mentale.

Problématique de la revue
Les interventions psychologiques destinées à favoriser la résilience améliorent-elles la résilience, la santé mentale et d'autres facteurs associés à la résilience chez les professionnels de la santé ?

Date des recherches
Les données sont à jour jusqu'en juin 2019. Les résultats d'une recherche actualisée dans quatre bases de données clés en juin 2020 n'ont pas encore été inclus dans la revue.

Caractéristiques des études
Nous avons trouvé 44 essais contrôlés randomisés (études dans lesquelles les participants sont affectés soit à une intervention, soit à un groupe de contrôle par une procédure similaire au tirage au sort). Les études ont testé une série d'interventions de résilience chez des participants âgés en moyenne de 27 à 52,4 ans.

Les professionnels de la santé étaient les sujets de 39 études, avec un total de 6892 participants. Quatre études ont porté sur des échantillons mixtes (1000 participants) de professionnels de la santé et de personnes n'appartenant pas au secteur de la santé. Une étude sur la formation à la résilience pour les travailleurs d'urgence a examiné 82 volontaires.

Parmi les études incluses, 19 ont comparé une intervention combinée de résilience (par exemple, la thérapie de pleine conscience et la thérapie cognitivo-comportementale) à des comparateurs non spécifiques (par exemple, un groupe contrôle recevant la formation après une période d'attente). La plupart des interventions (30/44) ont été réalisées en groupes, avec une forte intensité de formation de plus de 12 heures ou sessions (18/44), et ont été dispensées en face à face (c'est-à-dire avec un contact direct et des réunions en face à face entre le prestataire de l'intervention et les participants ; 29/44).

Les études incluses ont été financées par différentes sources (par exemple les hôpitaux, les universités), ou une combinaison de différentes sources. Quinze études n'ont pas précisé la source de leur financement, et une étude n'a reçu aucune aide financière.

Niveau de confiance des données probantes
Un certain nombre de facteurs réduisent le niveau de confiance quant à l'efficacité des interventions de résilience. Il s'agit notamment des limites des méthodes des études, des résultats différents selon les études, du petit nombre de participants dans la plupart des études et du fait que les résultats sont limités à certains participants, interventions et comparateurs.

Principaux résultats
Pour les professionnels de santé, la formation à la résilience pourrait améliorer la résilience et pourrait réduire les symptômes de la dépression et du stress immédiatement après la fin du traitement. Les interventions de résilience ne semblent pas réduire les symptômes d'anxiété ni améliorer le bien-être. Cependant, les données probantes trouvées dans cette étude sont limitées et très incertaines. Cela signifie qu'à l'heure actuelle, nous avons très peu de confiance dans le fait que les interventions de résilience font une différence dans ces résultats. Il est très probable que des recherches supplémentaires modifieront les conclusions.

Très peu d'études ont fait rapporté l'impact à long terme des interventions en matière de résilience. Les études ont utilisé une diversité de mesures de critères de jugement et de modèles d'intervention différents, ce qui rend difficile de tirer des conclusions générales à partir des résultats. Les événements indésirables potentiels n'ont été examinés que dans trois études, ne montrant aucun effet indésirable. Il est nécessaire de mener davantage de recherches de haute qualité méthodologique et avec des plans d'étude améliorés.

Conclusions des auteurs: 

Pour les professionnels de santé, il existe des données probantes d’un niveau de confiance très faible indiquant que, par rapport au contrôle, la formation à la résilience puisse entraîner des niveaux plus élevés de résilience, des niveaux plus faibles de dépression, de stress ou de perception du stress, et des niveaux plus élevés de certains facteurs de résilience après l'intervention.

La rareté des données à moyen ou long terme, l'hétérogénéité des interventions et la répartition géographique restreinte limitent la généralisabilité de nos résultats. Les conclusions doivent donc être tirées avec prudence. Les résultats suggèrent des effets positifs de la formation à la résilience pour les professionnels de santé, mais les données probantes sont très incertaines. Il est clair qu'il faut des répliques de haute qualité et des plans d'étude améliorés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La résilience peut être définie comme le maintien ou le rétablissement rapide de la santé mentale pendant ou après des périodes d'exposition à des facteurs de stress, qui peuvent résulter d'un événement potentiellement traumatisant, de circonstances de vie complexes, d'une phase de transition de vie critique ou d'une maladie physique. Les professionnels de santé, tels que les infirmières, les médecins, les psychologues et les travailleurs sociaux, sont exposés à divers facteurs de stress liés au travail (par exemple, les soins aux patients, la pression du temps, l'administration) et courent un risque accru de développer des troubles mentaux. Cette population pourrait tirer des bénéfices de programmes de formation favorisant la résilience.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions visant à favoriser la résilience des professionnels de santé, c'est-à-dire du personnel soignant qui dispense des soins médicaux directs (par exemple, les infirmières, les médecins, le personnel hospitalier) et du personnel soignant auxiliaire (par exemple, les travailleurs sociaux, les psychologues).

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, 11 autres bases de données et trois registres de procès de 1990 à juin 2019. Nous avons vérifié les listes de références et contacté des chercheurs sur le terrain. Nous avons mis à jour cette recherche dans quatre bases de données clés en juin 2020, mais nous n'avons pas encore intégré ces résultats.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) chez des adultes de 18 ans et plus employés comme professionnels de santé, comparant toute forme d'intervention psychologique visant à favoriser la résilience, la robustesse ou la croissance post-traumatique à l'absence d'intervention, à une liste d'attente, aux soins habituels, au contrôle actif ou à l'attention. Les principaux critères de jugement sont la résilience, l'anxiété, la dépression, le stress ou la perception du stress et le bien-être ou la qualité de vie. Les critères de jugement secondaires étaient des facteurs de résilience.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les études, extrait les données, évalué les risques de biais et noté le niveau de confiance des données probantes en utilisant l'approche GRADE (au post-test uniquement).

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 44 ECR (pays à revenu élevé : 36). Trente-neuf études ont porté uniquement sur les professionnels de santé (6892 participants), y compris les personnels de santé fournissant des soins médicaux directs et les personnels de santé auxiliaires. Quatre études ont porté sur des échantillons mixtes (1000 participants) de professionnels de santé et de participants travaillant en dehors du secteur de la santé, et une étude a évalué la formation du personnel d'urgence chez des volontaires de la population générale (82 participants). Les études incluses ont été principalement menées dans un cadre hospitalier et comprenaient des médecins, des infirmières et différents membres du personnel hospitalier (37/44 études).

Les participants étaient principalement des femmes (68 %), jeunes ou adultes (tranche d'âge moyenne : 27 à 52,4 ans). La plupart des études ont porté sur des interventions de groupe (30 études) à forte intensité de formation (18 études ; > 12 heures/sessions), qui ont été réalisées en face à face (29 études). Parmi les études incluses, 19 ont comparé une formation à la résilience basée sur des bases théoriques combinées (par exemple, la pleine conscience et la thérapie cognitivo-comportementale) à des comparateurs non spécifiques (par exemple, une liste d'attente). Les études ont été financées par différentes sources (par exemple, des hôpitaux, des universités), ou une combinaison de différentes sources. Quinze études n'ont pas précisé la source de leur financement, et une étude n'a reçu aucune aide financière.

Le risque de biais était élevé ou peu clair pour la plupart des études dans les domaines des performances, de la détection et du biais d'attrition.

Après l'intervention, des données probantes d’un niveau de confiance très faible indiquaient que, par rapport aux contrôles, les professionnels de santé recevant une formation à la résilience pouvaient faire état de niveaux de résilience plus élevés (différence moyenne standardisée (DMS) 0,45, intervalle de confiance (IC) à 95% 0.25 à 0,65 ; 12 études, 690 participants), des niveaux plus faibles de dépression (DMS -0,29, IC à 95 % -0,50 à -0,09 ; 14 études, 788 participants), et des niveaux plus faibles de stress ou de perception du stress (DMS -0,61, IC à 95 % -1,07 à -0,15 ; 17 études, 997 participants). Il y avait peu ou pas de données probantes indiquant un quelconque effet de la formation à la résilience sur l'anxiété (DMS -0,06, IC à 95 % -0,35 à 0,23 ; 5 études, 231 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) ou le bien-être ou la qualité de vie (DMS 0,14, IC à 95 % -0,01 à 0,30 ; 13 études, 1494 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). La taille de l'effet était faible, sauf pour la résilience et la réduction du stress (modérée). Des données sur les effets indésirables étaient disponibles pour trois études, aucune ne faisant état d'effets indésirables survenus au cours de l'étude (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Leopold-Metzger et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.