Les points de suture réalisés sous la peau pour fermer les plaies après l'opération

Quel est l’objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue était de déterminer si les sutures sous-cutanées (points de suture placés sous la peau) sont efficaces pour fermer les plaies après une opération. Nous nous sommes intéressés à tous les types de chirurgie sauf la chirurgie obstétricale (opérations liées à l'accouchement, par exemple les césariennes). Les chercheurs de Cochrane ont rassemblé et analysé toutes les études liées à cette question et ont trouvé 66 essais contrôlés randomisés pertinents. Les essais contrôlés randomisés sont des études médicales où les patients sont choisis au hasard pour recevoir différents traitements. Ce type d'essai fournit les données probantes les plus fiables en matière de santé.

Messages clés

En ce qui concerne l'infection des plaies en postopératoire, il n'y a pas de différence nette entre les points de suture placés sous la peau et les autres méthodes de fermeture des plaies chirurgicales, comme les points de suture standards qui passent sur la peau, le ruban chirurgical, les agrafes ou la colle biologique. Les points de suture qui passent sous la peau réduisent probablement les complications des plaies par rapport aux agrafes et améliorent la satisfaction du patient en comparaison avec les points de suture qui passent sur la peau ou les agrafes. Cependant, la colle peut améliorer la satisfaction des patients, et les points de suture qui passent sur la peau et les agrafes peuvent être plus rapides à réaliser pour les chirurgiens.

Qu'étudie cette revue ?

Les chirurgiens disposent de différentes options pour fermer les plaies chirurgicales à la fin d'une opération. La fermeture de la peau peut être effectuée avec des points de suture placés sous la peau, des points de suture placés sur la peau, des agrafes (clips), des adhésifs tissulaires (colle), des bandes ou d'autres dispositifs. Les points de suture peuvent être résorbables (les points se dissolvent dans le corps au cours du processus de cicatrisation et n'ont pas besoin d'être retirés) ou non résorbables (les points doivent être retirés une fois la plaie cicatrisée).

Les infections du site opératoire sont un problème courant après une opération et peuvent causer plusieurs problèmes aux patients. Les blessures chirurgicales peuvent également causer des cicatrices inesthétiques si elles ne cicatrisent pas correctement. Nous voulions savoir comment les points de suture placés sous la peau se comparent aux autres méthodes de fermeture des plaies chirurgicales en termes d'infection, de cicatrisation, de satisfaction du patient, de coût, de douleur, de durée d'hospitalisation et de qualité de vie.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

En mars 2019, nous avons consulté les bases de données médicales et identifié 66 études qui comparaient les points de suture placés sous la peau avec d'autres méthodes de fermeture de la peau telles que les points standards, les agrafes cutanées, les adhésifs tissulaires, le ruban adhésif ou les dispositifs zip (de type « fermeture éclair ») chirurgicaux. Soixante-quatre de ces études (impliquant 7487 participants) ont été utilisées dans notre analyse. En moyenne, chaque étude a impliqué 115 personnes. La plupart des participants étaient des adultes (20 à 75 ans) subissant une intervention chirurgicale en milieu hospitalier. La plupart des études n’ont pas mentionné les sources de financement.

La majorité des études ont comparé des points de suture placés sous la peau avec les points de suture standards, les agrafes cutanées ou les adhésifs tissulaires.

Le critère de jugement principal était l’infection des plaies opératoires. Il n’y avait pas de différence claire dans le nombre de sujets ayant eu des infections des plaies opératoires entre les points de suture placés sous la peau et les autres méthodes de fermeture.

Par rapport aux points de suture placés sur la peau, les points de suture placés sous la peau amélioreraient la satisfaction du patient. Il est prouvé que les points de suture placés sous la peau préviennent probablement les complications des plaies et améliorent la satisfaction des patients par rapport aux agrafes cutanées. Les points de suture placés sous la peau peuvent empêcher la déhiscence de la plaie (séparation des berges de la plaie) par rapport aux agrafes ou aux adhésifs tissulaires, mais les adhésifs tissulaires peuvent améliorer la satisfaction du patient. Toutefois, les chirurgiens peuvent utiliser des méthodes alternatives plus rapides que les points de suture placés sous la peau. Il n'y avait pas de différence claire entre les points de suture placés sous la peau et les autres méthodes de fermeture pour la suture des déhiscences, la douleur, la durée du séjour hospitalier et la qualité de vie.

Les études que nous avons analysées impliquaient souvent un petit nombre de participants et, dans de nombreux cas, n'étaient pas rapportées de manière à ce que nous puissions être sûrs qu'elles avaient été menées avec rigueur. Nous ne pouvons donc pas faire de déclarations concluantes sur l'efficacité des points de suture placés sous la peau. Pour toutes les comparaisons, à l'exception de celle avec les agrafes, une recherche de meilleure qualité est nécessaire pour formuler des conclusions plus solides.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études qui avaient été publiées jusqu'en Mars 2019.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas de différence nette dans l'incidence des infections du site opératoire pour les sutures sous-cutanées par rapport à toute autre méthode de fermeture de la peau. Les sutures sous-cutanées réduisent probablement les complications des plaies par rapport aux agrafes, et améliorent probablement la satisfaction du patient par rapport aux sutures transdermiques ou aux agrafes. Cependant, les adhésifs tissulaires peuvent améliorer la satisfaction du patient par rapport aux sutures sous-cutanées, et les sutures transdermiques et les agrafes cutanées peuvent être plus rapides à appliquer que les sutures sous-cutanées. La qualité des données probantes varie de élevée à très faible ; les données probantes de presque toutes les comparaisons sont soumises à certaines limites. Il ne semble pas nécessaire de procéder à de nouveaux essais pour explorer la comparaison avec les agrafes car il existe des études de grande qualité avec des échantillons de grande taille et quelques études en cours de réalisation. Toutefois, il est nécessaire de mener des études explorant les comparaisons avec les sutures transdermiques, les adhésifs tissulaires, les rubans et les dispositifs zip, avec des études de haute qualité et des échantillons de grande taille, y compris des évaluations à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Après une opération, les plaies chirurgicales peuvent être refermées à l'aide de divers dispositifs, notamment des sutures (sous-cutanées ou transdermiques), des agrafes et des adhésifs tissulaires. Les sutures sous-cutanées sont des points de suture intradermiques (placés immédiatement sous la couche épidermique). La disponibilité accrue de filaments synthétiques résorbables (points de suture qui sont résorbés par le corps et n'ont pas besoin d'être enlevés) a entraîné une utilisation accrue des sutures sous-cutanées. Cependant, en chirurgie non obstétricale, la controverse persiste quant à savoir si les sutures sous-cutanées augmentent l'incidence des complications des plaies.

Objectifs: 

Examiner l'efficacité et l'acceptabilité des sutures sous-cutanées pour la fermeture de la peau en chirurgie non obstétricale.

Stratégie de recherche documentaire: 

En mars 2019, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé des plaies de Cochrane ; le registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL) ; Ovid MEDLINE (y compris les références en cours de traitement et autres références non indexées) ; Ovid Embase et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études en cours et non publiées, ainsi que dans les références bibliographiques des études pertinentes incluses dans notre revue, mais aussi dans des revues, des méta-analyses et des rapports sur les technologies de la santé pour identifier des études supplémentaires. Aucune restriction n’a été appliquée concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés qui comparaient les sutures sous-cutanées à d'autres méthodes de fermeture de la peau en chirurgie non obstétricale ont été inclus dans l'étude.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment identifié les essais, extrait les données et effectué une évaluation du risque de biais et de la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 66 études (7487 participants) ; 11 essais inclus avaient plus de deux bras. La plupart des essais avaient une méthodologie mal rapportée, il n’est donc pas clair s'ils présentaient un risque élevé de biais. La plupart des essais ont comparé les sutures sous-cutanées aux sutures transdermiques, aux agrafes cutanées ou aux adhésifs tissulaires. La plupart des résultats pré-spécifiés dans le protocole de la revue ont été signalés. Le niveau de confiance des données probantes varie de élevée à très faible concernant les comparaisons de sutures sous-cutanées avec des sutures transdermiques ou des agrafes et des adhésifs tissulaires ; le niveau de confiance des données probantes concernant la comparaison avec des rubans et des dispositifs zip chirurgicaux était faible à très faible. La plupart des données probantes ont été déclassées pour imprécision ou risque de biais.

Bien que la majorité des études ont inclus des personnes ayant subi des opérations chirurgicales de classe 1 (propres) du CDC [Centers for disease control and prevention], deux tiers des participants ont été inscrits à des études comprenant des opérations chirurgicales de classe 2 à 4 du CDC, telles que des appendicectomies et des interventions du tractus gastro-intestinal. La plupart des participants étaient des adultes en milieu hospitalier.

Sutures sous-cutanées contre sutures transdermiques

Il existe peut être peu de différence dans l'incidence des ISO [Infection du site opératoire] (risque relatif (RR) 1,10 ; intervalle de confiance (IC) à 95% 0,80 à 1,52 ; 3107 participants ; données probantes de faible niveau de confiance).

Il n'est pas certain que les sutures sous-cutanées réduisent les complications des plaies (RR 0,83 ; IC 95% 0,40 à 1,71 ; 1489 participants ; données probantes de très faible certitude). Les sutures sous-cutanées améliorent probablement la satisfaction des patients (score de 1 à 10) (à 30 jours ; MD 1,60, 95 % IC 1,32 à 1,88 ; 290 participants ; données probantes de niveau de confiance modéré). Le temps de fermeture de la plaie est probablement plus long lorsque des sutures sous-cutanées sont utilisées (DM 5,81 minutes ; IC 95% 5,13 à 6,49 minutes ; 585 participants ; données probantes de niveau de confiance modéré).

Sutures sous-cutanées contre agrafes cutanées

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance modéré indiquant que les sutures sous-cutanées ont probablement peu d'effet sur les ISO par rapport aux agrafes cutanées (RR 0,81, 95 % IC 0,64 à 1,01 ; 4163 participants) ; mais qu'elles diminuent probablement l'incidence des complications des plaies (RR 0,79, 95 % IC 0,64 à 0,98 ; 2973 participants). Les sutures sous-cutanées sont associées à une satisfaction des patients légèrement plus élevée (score de 1 à 5) (MD 0,20, 95 % IC 0,10 à 0,30 ; 1232 participants ; données probantes de niveau de confiance élevé). Le temps de fermeture de la plaie peut également être plus long que celui des agrafes (0,30 à 5,50 minutes pour les médecins ; 1384 participants ; données probantes de faible niveau de confiance).

Sutures sous-cutanées contre adhésifs tissulaires, rubans chirurgicaux et les dispositifs zip

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance modéré ne montrant aucune différence claire dans l'incidence des ISO entre les participants traités par sutures sous-cutanées et ceux traités par adhésifs tissulaires (RR 0,77, IC 95% 0,41 à 1,45 ; 869 participants). Il n'y a pas non plus de différence nette dans l'incidence des complications liées aux plaies (RR 0,62, 95 % IC 0,35 à 1,11 ; 1058 participants ; données probantes de faible niveau de confiance). Les sutures sous-cutanées pourraient également obtenir des taux de satisfaction des patients plus faibles (score de 1 à 10) (MD -2,05, 95 % IC -3,05 à -1,05 ; 131 participants) (données probantes de faible niveau de confiance). En termes d'incidence des ISO, les données probantes sont incertaines lorsque les sutures sous-cutanées sont comparées aux rubans chirurgicaux (RR 1,31, IC 95% 0,40 à 4,27 ; 354 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance) ou aux dispositifs zip chirurgicaux (RR 0,80, IC 95% 0,08 à 8,48 ; 424 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Il peut y avoir peu de différence dans l'incidence des complications liées aux plaies entre les participants traités par sutures sous-cutanées et ceux traités par bandelettes chirurgicales (RR 0,90, 95 % IC 0,61 à 1,34 ; 492 participants ; données probantes de faible niveau de confiance). Il est incertain que les sutures sous-cutanées réduisent le risque de complications des plaies par rapport aux dispositifs zip chirurgicaux (RR 0,55, 95 % IC 0,15 à 2,04 ; 424 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Il n'est pas non plus certain s'il faut plus de temps pour refermer une plaie avec des sutures sous-cutanées par rapport aux adhésifs tissulaires (MD -0,34 à 10,39 minutes ; 895 participants), aux rubans chirurgicaux (MD 0,74 à 6,36 minutes ; 169 participants) ou aux dispositifs zip (MD 4,38 à 8,25 minutes ; 424 participants) (données probantes de très faible niveau de confiance). Aucune étude n'a rapporté de résultats concernant la satisfaction des patients par rapport aux rubans chirurgicaux ou aux dispositifs zip chirurgicaux.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Anis Hasnaoui et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.