Métroplastie versus prise en charge non interventionniste pour les femmes présentant des fausses couches à répétition et un utérus cloisonné

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Il n'a été identifié aucune étude contrôlée randomisée qui permette d'évaluer l'efficacité d'une résection chirurgicale sur un utérus cloisonné (un utérus cloisonné est un utérus qui au lieu de former une cavité est divisé en deux cavités) chez les femmes présentant des fausses couches à répétition.

Les fausses couches à répétition sont plus fréquentes chez les femmes avec un utérus cloisonné que chez les femmes ayant un utérus normal. La résection chirurgicale (métroplastie hystéroscopique) de cette cloison devrait en principe améliorer l'issue de la grossesse chez les femmes présentant des fausses couches à répétition. Cependant, il n'est pas possible de formuler un jugement sur l'efficacité de ce traitement en raison d'un manque de preuves randomisées.

Conclusions des auteurs: 

La métroplastie hystéroscopique chez les femmes présentant des fausses couches à répétition et un utérus cloisonné est effectuée dans de nombreux pays pour améliorer l'issue de la procréation chez les femmes. Ce traitement a été évalué dans des études non contrôlées, qui suggèrent un effet positif sur l'issue des grossesses. Cependant, ces études sont biaisées du fait que les femmes présentant des fausses couches à répétition traitées par métroplastie hystéroscopique ayant participé à ces études ont été leurs propres témoins. Jusqu'à présent, l'efficacité et les complications possibles d'une métroplastie hystéroscopique n'ont jamais été étudiées dans un essai contrôlé randomisé. Si l'on tient compte de cet élément, il n'existe pas suffisamment de preuves pour plaider en faveur de ce traitement chez ces femmes. Un essai contrôlé randomisé s'impose de toute urgence et est actuellement en cours (www.studies-obsgyn.nl/trust NTR 1676).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La prévalence des fausses couches à répétition chez les femmes ayant un utérus cloisonné a augmenté. La restauration de la morphologie utérine devrait théoriquement entraîner une augmentation du taux des naissances vivantes et des grossesses ultérieures chez les femmes qui ont un utérus cloisonné et qui font des fausses couches à répétition.

Objectifs: 

Déterminer si la métroplastie hystéroscopique chez des femmes ayant un utérus cloisonné et qui ont fait deux fausses couches antérieures ou plus, améliore l'issue de la grossesse.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (depuis sa date de création jusqu'à 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (depuis sa date de création jusqu'à août 2010), MEDLINE (de 1950 à août 2010), EMBASE (de 1980 à août 2010), PSYCHINFO (de 1806 à août 2010). En outre, nous avons effectué des recherches dans les registres des essais en cours et enregistrés, les actes de conférences et OpenSIGLE ainsi que dans des sources de littérature grise.

Critères de sélection: 

Seuls des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'effet d'une métroplastie hystéroscopique sur l'issue de la procréation chez les femmes avec des antécédents d'au moins deux fausses couches antérieures et un utérus cloisonné, étaient éligibles pour être inclus dans la revue.

Recueil et analyse des données: 

S'il y avait eu des données à inclure, deux auteurs auraient indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Ils auraient également contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Dans les essais, nous avons recueilli des informations relatives aux effets indésirables.

Résultats principaux: 

Aucun essai contrôlé randomisé n'a été identifié pour être inclus dans la revue.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.