Probiotiques pour le traitement de la rectocolite hémorragique

Quel est l’objectif de cette revue ?

Le but de cette revue Cochrane était de déterminer si les probiotiques peuvent induire une rémission chez les personnes atteintes de rectocolite hémorragique. Les données de 14 études ont été analysées pour répondre à cette question.

Principaux messages

Les probiotiques pourraient être plus efficaces que le placebo (traitement factice) pour induire une rémission. Il n'est pas certain que les probiotiques soient meilleurs que l'acide 5-aminosalicylique (5-ASA, un agent anti-inflammatoire utilisé pour traiter les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin), cependant il y a peu de données probantes indiquant que lorsque les deux traitements sont utilisés en combinaison, ils pourraient être meilleurs que le 5-ASA seul pour induire une rémission. La plupart des études ont indiqué l’absence d’événements indésirables graves. Pour les études qui en ont rapporté, aucun événement indésirable grave ne s'est produit dans le groupe des probiotiques. Les événements indésirables mineurs signalés étaient des ballonnements et des diarrhées.

Qu'étudie cette revue ?

La rectocolite hémorragique est une maladie récidivante et chronique qui provoque une inflammation du gros intestin et entraîne des symptômes tels que des douleurs abdominales, de la diarrhée et de la fatigue. Certaines données probantes suggèrent qu'un déséquilibre des bactéries de l'intestin est à l'origine de la maladie. Les probiotiques, qui sont des micro-organismes vivants, peuvent donc modifier la flore bactérienne et éventuellement réduire l'inflammation.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR ; études cliniques où les personnes sont réparties au hasard dans l'un des deux groupes de traitement ou plus) comparant les probiotiques avec un placebo, les probiotiques avec le 5-ASA et les probiotiques en combinaison avec le 5-ASA. Nous avons trouvé 14 ECR portant sur 865 participants. Les essais ont porté sur des participants adultes et pédiatriques. Dans huit études, la poursuite d’un traitement complémentaire était autorisé, tandis que les quatre autres études n'étaient pas claires sur ce point.

1) Les probiotiques peuvent améliorer l'induction de la rémission clinique par rapport au placebo.

2) Il n'est pas certain que les probiotiques entraînent une différence en termes d’événements indésirables (mineurs et graves) par rapport au placebo.

3) Il existe peu de données probantes pour déterminer si les probiotiques permettent une meilleure amélioration de la maladie que le placebo.

4) Il pourrait y avoir peu ou pas de différence en termes d'induction de la rémission avec les probiotiques par rapport au 5-ASA (données probantes de faible niveau de confiance).

5) Il existe peu de données probantes suggérant que lorsque les probiotiques associés au 5-ASA sont comparés au 5-ASA seul, les probiotiques pourraient augmenter légèrement les chances d'induction de la rémission. Ceci est basé sur des données probantes de faible niveau de confiance provenant d'une seule étude, dans laquelle le type de rémission étudié n’est pas clairement spécifié.

6) Des effets indésirables graves ont été signalés lorsque les probiotiques ont été comparés à un placebo, mais ils ne se sont produits que dans le groupe placebo.

Conclusion

Bien que des données probantes suggèrent que les probiotiques pourraient être meilleurs pour améliorer l'induction de la rémission que le placebo, notre confiance dans ces résultats est limitée car données probantes sont de faible certitude. Cela est dû au faible nombre de participants dans chaque étude ainsi qu'aux biais méthodologiques dans les essais. Les données probantes présentées dans ces études ne nous permettent pas de tirer des conclusions fermes sur l'efficacité des probiotiques ; des études mieux conçues avec un plus grand nombre de participants sont nécessaires.

Cette revue est-elle à jour ?

Cette revue a été mise à jour en octobre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Des données probantes de faible niveau de confiance suggèrent que les probiotiques pourraient induire une rémission clinique dans les cas de rectocolite hémorragique active par rapport au placebo. Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans la rémission clinique avec les probiotiques seuls par rapport à l'acide 5-aminosalicylique (5-ASA). Une seule étude, qui n'a pas défini la rémission, a fourni peu de données probantes indiquant que les probiotiques pourraient légèrement améliorer l'induction de la rémission lorsqu'ils sont utilisés en combinaison avec le 5-ASA. Il n'y avait pas de données probantes permettant d’évaluer si les probiotiques sont efficaces chez les personnes souffrant de formes graves ou plus sévères de la maladie, ou si certaines préparations spécifiques sont supérieures à d'autres. Des ECR plus ciblés et bien conçus sont nécessaires pour combler le manque de données probantes. En particulier, il est nécessaire que les études soient d’une puissance suffisante, qu’elles utilisent des groupes de participants et des critères de jugement standardisés adaptés à l'ensemble du domaine de recherche, et que soit amélioré le rapport des données pour réduire au minimum le risque de biais.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La rectocolite hémorragique est une affection inflammatoire du côlon, dont l'incidence annuelle est d'environ 10 à 20 pour 100 000 personnes. La majorité des personnes atteintes de rectocolite hémorragique peuvent être considérés en rémission, quand elles quittent le groupe des patients non-répondeurs aux traitements de première ou de deuxième ligne. Une proportion importante de personnes subissent des effets indésirables liés aux traitements actuels. Par conséquent, de nouvelles alternatives pour le traitement de la rectocolite hémorragique sont constamment recherchées. Les probiotiques sont des compléments alimentaires à base de microbes vivants qui pourraient avoir un effet bénéfique sur l'hôte en améliorant l'équilibre microbien intestinal, en renforçant la fonction de barrière intestinale et en améliorant la réponse immunitaire locale.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des probiotiques par rapport au placebo ou à un traitement médical standard (5-aminosalicylates, sulfasalazine ou corticostéroïdes) pour l'induction d'une rémission dans la rectocolite hémorragique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase ainsi que dans deux autres bases de données Le 31 octobre 2019. Nous avons contacté les auteurs des études concernées et les fabricants de probiotiques au sujet des essais en cours ou non publiés, qui pourraient être pertinents pour la revue, et nous avons effectué des recherches sur ClinicalTrials.gov. Nous avons également recherché dans les références bibliographiques d'essais pour tout essai supplémentaire.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) étudiant l'efficacité des probiotiques par rapport aux traitements standard ou au placebo dans l'induction de la rémission de la rectocolite hémorragique. Nous avons pris en compte les études rapportant les critère de jugement de rémission clinique, endoscopique, histologique ou chirurgicale tels que définis par les auteurs de l'étude, à la fois chez des adultes et des enfants.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont procédé d’une manière indépendante à l'extraction des données et à l'évaluation du « risque de biais » des études incluses. Nous avons analysé les données à l'aide du logiciel Review Manager 5. Nous avons exprimé les résultats dichotomiques et continus sous forme de risque relatif (RR) et de différences moyennes (DM) avec des intervalles de confiance (IC) de 95 %. Nous avons évalué la confiance dans les données probantes en utilisant la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Dans cette revue, nous avons inclus 14 études (865 participants randomisés) qui répondaient aux critères d'inclusion. Douze de ces études ont porté sur des participants adultes et deux sur des participants pédiatriques atteints de rectocolite hémorragique légère à modérée, dont l'âge moyen se situait entre 12,5 et 47,7 ans. Les études ont comparé les probiotiques à un placebo, les probiotiques au 5-ASA et une combinaison de probiotiques plus 5-ASA par rapport au 5-ASA seul. Sept études ont utilisé une seule souche probiotique et sept autres une combinaison de souches. La durée des études variait de deux à 52 semaines. Pour toutes les études sauf deux d’entre elles, le risque de biais était élevé pour les raisons suivantes: absence d’assignation secrète, l’aveuglement des participants, rapports de résultats incomplets et sélection des données rapportées. Cela a conduit à une gradation du niveau de confiance dans les données probantes allant de modéré à très faible, selon le système GRADE.

Probiotiques par rapport au placebo
Les probiotiques pourraient induire une rémission clinique par rapport au placebo (RR 1,73, 95 % IC 1,19 à 2,54 ; 9 études, 594 participants ; données probantes de faible niveau de confiance ; rétrogradé en raison de l'imprécision et du risque de biais, nombre de sujets à traiter pour un bénéfice supplémentaire (NST) 5). Les probiotiques pourraient conduire à une amélioration des scores cliniques de la maladie (RR 2,29, 95 % IC 1,13 à 4,63 ; 2 études, 54 participants ; rétrogradé en raison du risque de biais et d'imprécision).

Il pourrait y avoir peu ou pas de différence en termes d’événements indésirables mineurs, mais le niveau de confiance est très faible (RR 1,04, 95 % IC 0,42 à 2,59 ; 7 études, 520 participants). Parmi les effets indésirables signalés, on peut citer les ballonnements et l’inconfort abdominal. Les probiotiques n'ont entraîné aucun événement indésirable grave dans aucune des sept études qui en ont fait état, mais cinq événements indésirables ont été signalés dans le groupe placebo d'une étude (RR 0,09, IC 0,01 à 1,66 ; 1 étude, 526 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance ; rétrogradé en raison du risque élevé de biais et d'imprécision). Il pourrait y avoir peu ou pas de différence liée aux probiotiques, en ce qui concerne les retraits dus à des événements indésirables (RR 0,85, 95 % IC 0,42 à 1,72 ; 4 études, 401 participants ; données probantes de faible niveau de confiance).

Probiotics par rapport à 5-ASA
Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans l'induction de la rémission avec les probiotiques par rapport au 5-ASA (RR 0,92, 95 % IC 0,73 à 1,16 ; 1 étude, 116 participants ; données probantes de faible niveau de confiance ; rétrogradé en raison du risque de biais et d'imprécision). Il pourrait y avoir peu ou pas de différence en termes de survenue d’événements indésirables mineurs, mais le niveau de confiance dans les données probantes est très faible (RR 1,33, 95 % IC 0,53 à 3,33 ; 1 étude, 116 participants). Les événements indésirables signalés étaient des douleurs abdominales, des nausées, des maux de tête et des aphtes. Aucun effet indésirable grave n'a été observé dans le groupe probiotiques, mais une perforation du diverticule sigmoïde et une insuffisance respiratoire chez un patient souffrant d'emphysème grave ont été signalées dans le groupe 5-ASA (RR 0,21, 95 % IC 0,01 à 4,22 ; 1 étude, 116 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance).

Probiotiques combinés avec le 5-ASA par rapport au 5-ASA seul
Des données probantes de faible niveau de confiance provenant d’une seule étude montrent que lorsqu'ils sont combinés avec le 5-ASA, les probiotiques pourraient améliorer légèrement l'induction de la rémission (définie selon l'indice d'activité de la maladie de Sunderland) par rapport au 5-ASA seul (RR 1,22 CI 1,01 à 1,47 ; 1 étude, 84 participants ; faible niveau de confiance ; rétrogradé en raison d'un risque de biais et d'imprécision incertain). Aucune information sur les événements indésirables n'a été rapporté.

Le délai avant rémission, les critères de jugement histologiques et biochimiques ont été peu mentionnés dans les études. Aucun des autres critères de jugement secondaires (évolution vers la chirurgie, nécessité d'une thérapie supplémentaire, scores de qualité de vie ou retrait des stéroïdes) n'a été signalé dans aucune des études.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Kevimy Agossa et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.