Différents antibiotiques dans la pharyngite à streptocoques du groupe A

Problématique de la revue

Nous voulions savoir quel antibiotique était plus efficace dans le traitement des maux de gorge causés par des bactéries (streptocoques bêta-hémolytiques du groupe A, SBHGA).

Contexte

La plupart des maux de gorge sont causés par des virus, mais de nombreuses personnes portent des bactéries dans la gorge, ce qui provoque parfois une infection bactérienne de la gorge.

L'infection à SBHGA peut entraîner des complications graves, telles que le rhumatisme articulaire aigu ou une maladie rénale. Les antibiotiques sont souvent prescrits pour prévenir les complications, cependant ils n'apportent qu'un bénéfice modeste pour le traitement de l’angine, même si les SBHGA sont présents. La plupart des infections de la gorge sont spontanément résolutives, et les risques de complications sont extrêmement faibles chez la plupart des personnes des pays à revenu élevé. Cependant, les antibiotiques sont parfois nécessaires. La pénicilline, un antibiotique peu coûteux, a été utilisée pendant de nombreuses années dans le traitement des SBHGA. La résistance des SBHGA à la pénicilline est rare.

Date de la recherche

Nous avons effectué des recherches dans la littérature jusqu'au 3 septembre 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 19 essais (18 publications) portant sur un total de 5839 personnes. Les essais inclus ont étudié différents antibiotiques chez des personnes souffrant de maux de gorge avec un test positif pour les SBHGA, et âgées d'un mois à 80 ans. Neuf essais n'incluaient que des enfants, et 10 essais incluaient des personnes âgées de 12 ans ou plus. La plupart des études ont été publiées il y a plus de 15 ans, et toutes sauf une ont rapporté des critères de jugement pertinents pour les patients.

Sources de financement des études

Douze essais ont rapporté des sources de financement des industries pharmaceutiques. Les auteurs de six essais (dans cinq publications) étaient employés dans des sociétés pharmaceutiques. Sept essais (dans six publications) n'ont pas indiqué de sources de financement.

Principaux résultats

Les effets des antibiotiques étaient similaires, et tous les antibiotiques provoquaient des effets secondaires (tels que nausées et vomissements, éruptions cutanées), mais il n'y avait pas de données probantes solides montrant des différences significatives entre les antibiotiques. Les études n'ont pas rapporté de complications à long terme, et il n'était pas clair si une classe d'antibiotiques était plus efficace pour prévenir les complications graves, mais rares.

Toutes les études ont été réalisées dans des pays à revenu élevé avec un faible risque de complications streptococciques. Il est donc nécessaire de mener des essais dans les pays à faible revenu et dans les communautés aborigènes, où le risque de complications reste élevé. Notre revue soutient l'utilisation de la pénicilline comme antibiotique de premier choix chez les personnes souffrant d'infections de la gorge causées par les SBHGA.

Niveau de confiance des données probantes

Nous avons jugé que les données probantes étaient d’un niveau de confiance faible ou très faible pour tous les critères de jugement, lorsque les macrolides ou les céphalosporines étaient comparés à la pénicilline. Nous avons des préoccupations liées à la rigueur des méthodes d'étude, du fait des estimations pas très précises et des différences entre les études.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne sommes pas certains qu'il existe des différences cliniquement relevantes concernant la résolution des symptômes, lorsque l'on compare les céphalosporines et les macrolides à la pénicilline dans le traitement de la pharyngoamygdalite à streptocoques bêta-hémolytiques du groupe A, SBHGA. Chez les enfants, des données probantes d’un niveau de confiance faible suggèrent que le carbacéphème pourrait être plus efficace que la pénicilline dans la résolution des symptômes. Les données probantes sont insuffisantes pour tirer des conclusions concernant les autres comparaisons de cette revue. Les données sur les complications étaient trop peu nombreuses pour tirer des conclusions. Ces résultats ne démontrent pas que d'autres antibiotiques sont plus efficaces que la pénicilline dans le traitement de la pharyngite à SBHGA. Toutes les études ont été menées dans des pays à revenu élevé avec un faible risque de complications streptococciques. Il est donc nécessaire de mener des essais dans des pays à faible revenu et dans les communautés aborigènes, où le risque de complications reste élevé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les antibiotiques n'apportent qu'un bénéfice modeste dans le traitement du mal de gorge, bien que leur efficacité augmente chez les personnes dont les écouvillons de prélèvements de gorge sont positifs pour les streptocoques bêta-hémolytiques du groupe A (SBHGA). Lorsque les antibiotiques sont indiqués, il n’est pas clair quel antibiotique constitue le meilleur choix. Cette publication représente la mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2010, et actualisée en 2013, 2016 et 2020.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité comparative de différents antibiotiques pour: (a) soulager les symptômes (douleur, fièvre); (b) raccourcir la durée de la maladie; (c) prévenir les rechutes cliniques (c'est-à-dire la réapparition des symptômes après la résolution initiale); et (d) prévenir les complications (complications suppuratives, rhumatisme articulaire aigu, glomérulonéphrite post-streptococcique). Évaluer les données probantes concernant la comparaison de l'incidence des effets indésirables et du rapport risque-bénéfice du traitement antibiotique pour la pharyngite streptococcique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes jusqu'au 3 septembre 2020 : CENTRAL (2020, numéro 8), MEDLINE Ovid (depuis 1946), Embase Elsevier (depuis 1974) et Web of Science Thomson Reuters (depuis 2010). Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques le 3 septembre 2020.

Critères de sélection: 

Essais randomisés en double aveugle comparant différents antibiotiques et rapportant au moins un des éléments suivants : la guérison clinique, la rechute clinique ou les complications et/ou les effets indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure et extrait les données en utilisant les procédures méthodologiques standard recommandées par Cochrane. Nous avons évalué le risque de biais des études incluses selon les méthodes décrites dans le Manuel Cochrane pour les revues systématiques des interventions en santé, et utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance global des données probantes pour les critères de jugement. Nous avons rapporté l'analyse en intention de traiter, et avons également effectué une analyse des participants évaluables pour explorer la robustesse des résultats en intention de traiter.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 19 essais rapportés dans 18 publications (5839 participants randomisés) : six essais ont comparé la pénicilline avec des céphalosporines ; six ont comparé la pénicilline avec des macrolides ; trois ont comparé la pénicilline avec un carbacéphème ; un a comparé la pénicilline avec des sulfonamides ; un a comparé la clindamycine avec l'ampicilline ; et un a comparé l'azithromycine avec l'amoxicilline chez des enfants. Tous les participants présentaient une pharyngoamygdalite aiguë à SBHGA confirmée et leur âge variait entre un mois et 80 ans. Neuf essais ont inclus uniquement ou principalement des enfants. La plupart des essais ont été menés dans un cadre ambulatoire. Le rapport de la randomisation, de l’assignation secrète et de la mise en aveugle était insuffisant dans tous les essais. Nous avons abaissé le niveau de confiance des données probantes, principalement en raison de l'absence (ou de la mauvaise qualité des rapports) de randomisation ou de la mise en aveugle, ou des deux, de l'hétérogénéité et des amples intervalles de confiance.

Les céphalosporines par rapport à la pénicilline

Nous ne sommes pas sûrs qu'il y ait une différence dans la résolution des symptômes (à 2 à 15 jours) avec les céphalosporines par rapport à la pénicilline (rapport des cotes (RC) pour l'absence de résolution des symptômes 0,79, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,55 à 1,12 ; 5 essais ; 2018 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Les résultats de l'analyse de sensibilité des participants évaluables étaient différents (RC 0,51, IC à 95 % 0,27 à 0,97; 5 essais; 1 660 participants; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Nous ne savons pas si les rechutes cliniques pourraient être plus faibles avec les céphalosporines qu'avec la pénicilline (RC 0,55, IC à 95 % 0,30 à 0,99 ; nombre de sujets à traiter (NST) pour un résultat bénéfique supplémentaire 50; 4 essais; 1386 participants; données probantes d’un niveau de confiance faible). Des données probantes d’un niveau de confiance très faible n'ont pas montré de différences en ce qui concerne les effets indésirables rapportés.

Les macrolides par rapport à la pénicilline

Nous ne sommes pas certains qu'il y ait une différence entre les macrolides et la pénicilline en ce qui concerne la résolution des symptômes (RC 1,11, IC à 95 % 0,92 à 1,35 ; 6 essais ; 1 728 participants; données probantes d’un niveau de confiance faible). L'analyse de sensibilité des participants évaluables a abouti à un RC de 0,79, IC à 95 % de 0,57 à 1,09 ; 6 essais ; 1 159 participants). Nous ne sommes pas certains que la rechute clinique puisse être différente (RC 1,21, IC à 95 % 0,48 à 3,03 ; 6 essais ; 802 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

L’azithromycine par rapport à l’amoxicilline

Sur la base d'un essai non publié et mené chez des enfants, nous ne savons pas si la résolution des symptômes est meilleure avec l'azithromycine en dose unique par rapport à l'amoxicilline pendant 10 jours (RC 0,76, IC à 95 % 0,55 à 1,05 ; 1 essai ; 673 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). L'analyse de sensibilité pour l'analyse per-protocole a abouti à un RC de 0,29, IC à 95 % 0,11 à 0,73 ; 1 essai ; 482 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Nous ne sommes pas non plus certains qu'il y ait eu une différence entre les groupes en ce qui concerne les rechutes (RC 0,88, IC à 95 % 0,43 à 1,82 ; 1 essai ; 422 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Les effets indésirables étaient plus fréquents avec l'azithromycine par rapport à l'amoxicilline (RC 2,67, IC à 95 % 1,78 à 3,99 ; 1 essai ; 673 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Le carbacéphème par rapport à la pénicilline

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que, comparé à la pénicilline, le carbacéphème pourrait permettre une meilleure résolution des symptômes après traitement chez les adultes et les enfants (RC 0,70, IC à 95 % 0,49 à 0,99 ; NST pour un résultat bénéfique supplémentaire 14,3 ; 3 essais ; 795 participants).

Les études n'ont pas rapporté les complications à long terme, de sorte qu'il n'était pas clair si une classe d'antibiotiques était plus efficace pour prévenir les complications graves, mais rares.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Eliane Denise Bahbouth et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.