Antibioprophylaxie pour la prévention des infections du site opératoire chez l’adulte bénéficiant d'une intervention chirurgicale élective ouverte pour hernie inguinale ou fémorale

Contexte

La hernie de l'aine est une faiblesse de la paroi abdominale dans la région de l'aine, à travers laquelle des tissus mous ou des organes peuvent faire saillie. Les hernies de l'aine sont fréquentes, c'est pourquoi la chirurgie pour hernie de l'aine est l'une des plus fréquemment pratiquées dans le monde. Elle est considérée comme une technique chirurgicale « propre » avec un faible taux d'infections du site opératoire, et l'administration d'antibiotiques aux patients subissant une intervention chirurgicale ouverte pour la réparation d’une hernie n'est donc généralement pas recommandée. Jusqu'aux années 1990, le traitement chirurgical des hernies par suture (herniorrhaphie) était la méthode de choix. À partir de ce moment là, la réparation des hernies avec filet synthétique (hernioplastie) a gagné en popularité et le débat sur la nécessité d'utiliser des antibiotiques pour prévenir les infections du site opératoire a recommencé.

Investigation

Nous avons recherché dans la littérature (12 novembre 2019) des essais contrôlés randomisés comparant des antibiotiques à un placebo pour prévenir les infections du site opératoire après une chirurgie ouverte pour la réparation d’une hernie de l'aine. Nous avons inclus des méthodes chirurgicales basées sur des sutures et des méthodes basées sur des filets. Nous avons divisé les infections en infections superficielles et infections profondes du site opératoire. Plusieurs études ont révélé des taux d'infection supérieurs aux 5 % attendus pour une chirurgie propre. Nous avons donc divisé les études en un groupe avec un faible taux d'infection (moins de 5 %) et un groupe avec un taux d'infection élevé (plus de 5 %).

Caractéristiques des études et principaux résultats

Nous avons identifié cinq études de chirurgie par suture et 22 études de chirurgie avec filet. Les études basées sur les sutures étaient de très faible qualité méthodologique. Les études de chirurgie avec filet étaient de qualité méthodologique faible à modérée.

Cette étude montre que les antibiotiques n'empêchent pas l'apparition de tout type d'infection du site opératoire après le traitement d'une hernie par suture. Pour la chirurgie des hernies avec filet dans un environnement à faible risque d'infection, les antibiotiques ne font probablement que peu ou pas de différence dans la prévention des infections superficielles du site opératoire. Cependant, dans un environnement à haut risque d'infection, il n'est pas certain que les antibiotiques réduisent le risque d'infection superficielle du site opératoire.

Pour les infections profondes du site opératoire, nous montrons que les antibiotiques ne font probablement pas ou peu de différence dans la réduction du risque dans un environnement à risque d'infection faible ou élevé.

Qualité des données probantes

Des données probantes de très faible qualité montrent qu'il n'est pas certain que les antibiotiques réduisent le risque d'infection du site opératoire après une réparation de hernie par suture. Des données probantes de qualité modérée montrent que les antibiotiques ne font probablement pas ou peu de différence dans la prévention des infections superficielles ou profondes du site opératoire après la réparation d'une hernie avec filet dans un environnement à faible risque d'infection. Les données probantes de (très) faible qualité montrent qu'il n'est pas certain que les antibiotiques réduisent le risque d'infections superficielles des plaies, et les antibiotiques ont peu ou pas d'effet sur les infections profondes des plaies après la réparation d'une hernie de type maille dans un environnement à haut risque d'infection.


Conclusions des auteurs: 

Des données probantes de très faible qualité montrent qu'il n'est pas certain que l’antibioprophylaxie réduise le risque d'infections du site opératoire après une chirurgie pour hernie. Des données probantes de qualité modérée montrent que l'antibioprophylaxie ne fait probablement pas ou peu de différence dans la prévention de toutes les infections du site opératoire (c'est-à-dire les infections superficielles et profondes du site opératoire) après une hernioplastie dans un environnement à faible risque d'infection. Dans un environnement à haut risque, des données probantes de très faible qualité montrent qu'il n'est pas certain que la prophylaxie antibiotique réduise toutes les infections des plaies et les infections superficielles du site opératoire après une hernioplastie. Des données probantes de faible qualité montrent que l'antibioprophylaxie dans un environnement à haut risque pourrait avoir peu pu pas de différence au niveau du risque d'infections profondes du site opératoire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La hernie inguinale ou fémorale est une protrusion tissulaire dans la région de l'aine et a une incidence cumulée de 27 % chez les hommes adultes et de 3 % chez les femmes adultes. Comme la plupart des hernies deviennent symptomatiques avec le temps, la réparation des hernies de l'aine est l'une des procédures chirurgicales les plus fréquemment pratiquées dans le monde. Ce type de chirurgie est considéré comme une chirurgie « propre » avec un taux d'infections du site opératoire attendu inférieur à 5 %. Pour les interventions chirurgicales propres, une antibioprophylaxie n'est généralement pas recommandée. Cependant, après l'introduction du traitement des hernies avec filet et la publication d'études qui ont montré des taux élevés d'infection du site opératoire, le débat sur la nécessité d'une antibioprophylaxie pour prévenir les infections du site opératoire a repris.

Objectifs: 

Le but de cette revue systématique était de déterminer l'efficacité de l’antibioprophylaxie dans la réduction des infections du site opératoire (superficielles et profondes) dans la réparation élective des hernies inguinales et fémorales ouvertes.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données électroniques : Le registre Cochrane des études (CRS Web), MEDLINE Ovid, Embase Ovid, Scopus et Science Citation Index (recherche effectuée le 12 novembre 2019). Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d'essais et dans les références bibliographiques des études incluses.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés comparant tout type d’antibioprophylaxie à un placebo ou à l'absence de traitement pour prévenir les infections du site opératoire chez les adultes subissant une chirurgie de réparation de hernie ouverte inguinale ou fémorale (réparation des tissus et réparation avec filets).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons analysé séparément les résultats de deux méthodes chirurgicales différentes (herniorrhaphie et hernioplastie). Plusieurs études ont révélé des taux d'infection plus élevés que les 5 % attendus pour la chirurgie propre et nous avons donc divisé les études en deux sous-groupes : les environnements à haut risque d'infection (taux d'infection ≥ à 5 %) et les environnements à faible risque d'infection (taux d'infection < à 5 %). Nous avons effectué des méta-analyses avec des modèles à effets aléatoires. Nous avons analysé trois critères de jugement : les infections superficielles du site opératoire (ISO superficielles), les infections profondes du site opératoire (ISO profondes) et toutes les infections du site opératoire (ISO superficielles + ISO profondes).

Résultats principaux: 

Dans cette mise à jour, nous avons identifié et inclus 10 nouvelles études. Au total, nous avons inclus 27 études avec 8 308 participants dans cette revue.

Il n'est pas certain que l’antibioprophylaxie, comparée à un placebo (ou à l'absence de traitement), prévienne tous les types d'infections du site opératoire après une chirurgie pour hernie (risque relatif (RR) 0,86, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,56-1,33 ; 5 études, 1 865 participants ; données probantes de très faible qualité). L'analyse des sous-groupes n'a pas modifié ces résultats. Nous n'avons pas pu effectuer de méta-analyses pour les ISO superficielles ou les ISO profondes car ces critères de jugement n'ont pas été rapportés séparément.

Vingt-deux études ont porté sur la chirurgie des hernies (6 443 participants au total) et nous avons analysé trois critères de jugement : ISO superficielles, ISO profondes et ISO superficielles + ISO profondes.

Dans le sous-groupe des environnements à faible risque d'infection, l'antibioprophylaxie par rapport au placebo ne fait probablement pas ou peu de différence pour les critères de jugement « prévention de toutes les infections du site postopératoire » (RR = 0,71, IC à 95 % 0,44-1,14 ; données probantes de qualité modérée) et « prévention des ISO superficielles » (RR = 0,71, IC à 95 % 0,44-1,17, données probantes de qualité modérée). Dans le sous-groupe des environnements à haut risque d'infection, il n'est pas certain que l’antibioprophylaxie réduise tous les types d'infections du site opératoire (RR = 0,58, IC à 95 % 0,43-0,77, données probantes de très faible qualité) ou les ISO superficielles (RR = 0,56, IC à 95 % 0,41-0,77, données probantes de très faible qualité). En combinant les participants des deux sous-groupes, l'antibioprophylaxie par rapport au placebo réduit probablement le risque de tous les types d'infections du site postopératoire (RR = 0,61, IC à 95 % 0,48-0,78) et des ISO superficielles (RR = 0,60, IC à 95 % 0,46-0,78 ; données probantes de qualité modérée).

L’antibioprophylaxie, comparée au placebo, ne fait probablement pas ou peu de différence dans la réduction du risque des ISO profondes (RR = 0,65, IC à 95 % 0,26-1,65 ; données probantes de qualité modérée), à la fois dans un environnement à faible risque d'infection (RR = 0,67, IC à 95 % 0,11-4,13 ; données probantes de qualité modérée) et dans un environnement à risque d'infection élevé (RR = 0,64, IC à 95 % 0,22-1,89 ; données probantes de faible qualité).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Marie Bartoli et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.