Interventions par alarme pour l'énurésie nocturne (incontinence nocturne) chez les enfants

Problématique de la revue

L’entraînement à l'utilisation de l'alarme est-elle un traitement efficace contre l'énurésie nocturne chez les enfants ?

Contexte

L'énurésie nocturne est fréquente dans l'enfance et touche jusqu'à 20 % des enfants de cinq ans. Bien que les enfants puissent s'en remettre spontanément, l'énurésie nocturne peut avoir des effets sociaux, émotionnels et psychologiques importants sur l'enfant et sa famille. Les traitements contre l'énurésie comprennent des alarmes (activées par la miction), des interventions comportementales et des médicaments.

Cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes sont à jour jusqu'au 25 juin 2018.

Caractéristiques des études

Cette revue comprend 74 essais impliquant 5983 enfants.

Sources de financement des études

Trois des études incluses dans la revue ont été financées ou soutenues par une société pharmaceutique.

Principaux résultats

Mieux vaut une alarme qu'aucun traitement pour réduire le nombre de nuits humides par semaine et augmenter le nombre d'enfants qui passent 14 nuits sèches consécutives. Les alarmes pourraient augmenter le nombre d'enfants restant au sec après l'arrêt du traitement, par rapport à l'absence de traitement.

Nous ne savons pas s'il existe une différence entre les alarmes et les interventions comportementales (telles que la rééducation de la vessie), ou entre les alarmes et la desmopressine en ce qui concerne la réduction du nombre de nuits humides par semaine, l’augmentation du nombre d'enfants atteignant 14 nuits sèches consécutives et l'augmentation du nombre d'enfants restant au sec après l'arrêt du traitement.

Nous ne savons pas si les alarmes réduisent davantage le nombre de nuits humides que les médicaments placebo, les autres types d'alarmes, les médicaments tricycliques ou les divers traitements tels que l'hypnothérapie ou le régime alimentaire restreint.

L’alarme associée à la desmopressine pourrait réduire le nombre de nuits humides par semaine par rapport à la desmopressine seule. Cela pourrait augmenter le nombre d'enfants qui atteignent 14 nuits sèches consécutives et augmenter le nombre d'enfants restant au sec après l'arrêt du traitement. L'alarme associée à l’entraînement à la propreté au lit pourrait augmenter le nombre d'enfants qui passent 14 nuits sèches consécutives par rapport à l’entraînement à la propreté au lit seul, mais nous ne savons pas si la réponse se maintient après l'arrêt du traitement.

En raison de la très faible qualité des données probantes, nous ne sommes pas certains des différences d'efficacité entre l'alarme et la rééducation vésicale et la rééducation vésicale seule.

La thérapie par alarme réduit probablement le nombre d'enfants victimes d'effets indésirables par rapport à la desmopressine. Nous pensons qu'il y a probablement une légère augmentation des événements indésirables entre les alarmes vocales émettant des mots clés et les alarmes standard, mais tant que nous n'aurons pas plus de données probantes provenant d'un plus grand nombre d'enfants, nous ne pourrons pas en être certains. Nous sommes incertains quant à la sécurité de la thérapie par alarme par rapport à d'autres traitements, car la qualité des données probantes est très faible.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes signifie que, en général, le niveau de confiance de nos conclusions est faible.

Conclusions des auteurs

La thérapie par alarme est peut-être plus efficace que l'absence de traitement, mais en raison de la faible qualité des données probantes, nous ne savons pas dans quelle mesure la thérapie par alarme est plus efficace que l'absence de traitement. L'ajout d'une thérapie par alarme à la desmopressine pourrait être plus efficace que la desmopressine seule. Malgré le grand nombre d'essais que nous avons identifiés, le faible niveau de confiance des données probantes signifie que nous ne pouvons pas dire à partir de ces études si la thérapie par alarme est meilleure ou non que la plupart des autres thérapies pour réduire l'énurésie nocturne chez les enfants. Nous ne pouvons pas être sûrs de ses effets tant que il n’y aura pas des essais mieux conçus.

Conclusions des auteurs: 

La thérapie par alarme peut être plus efficace que l’absence de traitement pour réduire l'énurésie chez les enfants. Nous ne savons pas si la thérapie par alarme est plus efficace que la desmopressine, mais le risque d'effets indésirables est probablement plus faible avec les alarmes qu'avec la desmopressine. Malgré le grand nombre d'essais inclus dans cette étude, d'autres essais suffisamment puissants avec une randomisation robuste sont encore nécessaires pour déterminer le plein effet de la thérapie par alarme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'énurésie (incontinence nocturne) touche jusqu'à 20 % des enfants de cinq ans et peut avoir des effets sociaux, émotionnels et psychologiques considérables. Les traitements comprennent des alarmes (activées par la miction), des interventions comportementales et des médicaments.

Objectifs: 

Évaluer les effets des alarmes d'énurésie pour le traitement de l'énurésie chez les enfants.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l’incontinence, qui contient des essais identifiés dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), de MEDLINE, de MEDLINE In-Process, de MEDLINE Epub Ahead of Print, de ClinicalTrials.gov, de l'ICTRP de l'OMS, et de la recherche manuelle de revues et de comptes rendus de conférences (recherche effectuée le 25 juin 2018), ainsi que dans les références bibliographiques d'articles pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés ou quasi-randomisés d'alarmes d'énurésie ou d'alarmes associées à une autre intervention pour traiter l'énurésie nocturne chez les enfants de 5 à 16 ans.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les risques de biais et extrait des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 74 procès (5983 enfants).

À la fin du traitement, les alarmes pourraient réduire le nombre de nuits humides par semaine par rapport au contrôle ou à l'absence de traitement (différence moyenne (MD) -2,68, intervalle de confiance (IC) de 95% -4,59 à -0,78 ; 4 essais, 127 enfants ; données probantes de faible qualité). Des données probantes de faible qualité suggèrent que plus d'enfants pourraient obtenir une réponse complète (14 nuits sèches consécutives) avec des alarmes par rapport au contrôle ou à l'absence de traitement (RR 7,23, 95 % IC 1,40 à 37,33 ; 18 essais, 827 enfants) et que plus d'enfants pourraient rester au sec après le traitement (RR 9,67, 95 % IC 4,74 à 19,76 ; 10 essais, 366 enfants ; données probantes de faible qualité).

À la fin du traitement, nous ne savons pas s'il y a une différence entre les alarmes et les placebos en ce qui concerne le nombre de nuits humides par semaine (MD -0,96, 95 % IC -2,32 à 0,41 ; 1 essai, 47 enfants ; données probantes de très faible qualité). Les alarmes pourraient entraîner une réponse complète chez plus d'enfants qu'avec les médicaments placebo (RR 1,59, 95 % IC 1,16 à 2,17 ; 2 essais, 181 enfants ; données probantes de faible qualité). Aucun essai comparant les alarmes au placebo n’a signalé le nombre d’enfants restant secs après le traitement

Par rapport aux alarmes de contrôle, les alarmes vocales émettant des mots clés augmentent probablement légèrement le nombre d'enfants qui obtiennent une réponse complète à la fin du traitement (RR 1,11, 95 % IC 0,97 à 1,27 ; 1 essai, 353 enfants ; données probantes de qualité modérée) mais il y a probablement peu ou pas de différence dans le nombre d'enfants qui restent secs après le traitement (RR 0,91, 95 % IC 0,79 à 1,05 ; données probantes de qualité modérée). La très faible qualité des données probantes signifie que nous ne savons pas s'il existe des différences d'efficacité entre les différents types d'alarme.

À la fin du traitement, les alarmes pourraient réduire le nombre de nuits humides par semaine par rapport aux interventions comportementales (réveil, rééducation de la vessie, l’entraînement à la propreté au lit, et tableau étoilé plus récompenses) (MD -0,81, 95 % IC -2,01 à 0,38 ; données probantes de faible qualité) et pourraient augmenter le nombre d'enfants obtenant une réponse complète (RR 1,77, 95 % IC 0,98 à 3,19 ; données probantes de faible qualité) et pourraient légèrement augmenter le nombre d'enfants restant au sec après le traitement (RR 1,39, 95 % IC 0,81 à 2,41 ; données probantes de faible qualité).

Les données probantes relatives aux alarmes par rapport à la desmopressine en ce qui concerne le nombre de nuits humides par semaine (MD -0,64, 95 % IC -1,77 à 0,49 ; 4 essais, 285 enfants) et le nombre d'enfants obtenant une réponse complète à la fin du traitement (RR 1,12, 95 % IC 0,93 à 1,36 ; 12 essais, 1168 enfants) sont de faible qualité, couvrant les risques et les bénéfices possibles. Les alertes augmentent probablement légèrement le nombre d'enfants restant secs après le traitement par rapport à la desmopressine (RR 1,30, 95 % IC 0,92 à 1,84 ; 5 essais, 565 enfants ; données probantes de qualité modérée).

À la fin du traitement, nous ne savons pas s'il y a une différence entre les alarmes et les tricycliques en ce qui concerne le nombre de nuits humides par semaine, le nombre d'enfants ayant obtenu une réponse complète ou le nombre d'enfants restant au sec après le traitement, car la qualité des données probantes est très faible.

En raison de données probantes de très faible qualité, nous ne sommes pas certains des différences d'efficacité entre les alarmes et la thérapie cognitivo-comportementale, la psychothérapie, l'hypnothérapie et le régime alimentaire restreint.

L’Alarme associée à la desmopressine pourrait réduire le nombre de nuits humides par semaine par rapport à la desmopressine seule (MD -0,88, 95 % IC -0,38 à -1,38 ; 2 essais, 156 enfants ; données probantes de faible qualité). L'alarme associée à la desmopressine pourrait augmenter le nombre d'enfants obtenant une réponse complète (RR 1,32, 95 % IC 1,08 à 1,62 ; 5 essais, 359 enfants ; données probantes de faible qualité) et le nombre d'enfants restant à sec après le traitement (RR 2,33, 95 % IC 1,26 à 4,29 ; 2 essais, 161 enfants ; données probantes de faible qualité) par rapport à la desmopressine seule.

L'alarme associée à l’entraînement à la propreté au lit pourrait augmenter le nombre d'enfants qui obtiennent une réponse complète par rapport à la entraînement à la propreté au lit seul (RR 3,79, 95 % IC 1,85 à 7,77 ; 1 procès, 80 enfants ; données probantes de faible qualité). Il n'est pas clair s'il y a une différence dans le nombre d'enfants qui restent à sec après le traitement en raison du large intervalle de confiance (RR 0,56, 95 % IC 0,15 à 2,12 ; données probantes de faible qualité). En raison de la très faible qualité des données probantes, nous ne sommes pas certains des différences d'efficacité entre l'alarme et la rééducation vésicale et la rééducation vésicale seule.

Sur les 74 essais inclus, 17 ont signalé un ou plusieurs événements indésirables, neuf n'ont signalé aucun événement indésirable et 48 n'ont pas mentionné d'événements indésirables. Parmi les événements indésirables attribués aux alarmes, on peut citer le fait de ne pas réveiller l'enfant, de sonner sans uriner, de réveiller d'autres personnes, de causer un malaise, d'effrayer l'enfant et d'être trop difficile à utiliser. Les événements indésirables des interventions de comparaison comprenaient les saignements de nez, les maux de tête et les douleurs abdominales.

Il y a probablement une légère augmentation des événements indésirables entre l'alarme vocale émettant des mots clés et l'alarme standard (RR 1,34, 95 % IC 0,75 à 2,38 ; données probantes de qualité modérée), bien que nous soyons incertains en raison du large intervalle de confiance. Les alarmes réduisent probablement le nombre d'enfants victimes d'effets indésirables par rapport à la desmopressine (RR 0,38, 95 % IC 0,20 à 0,71 ; 5 essais, 565 enfants ; données probantes de qualité modérée). Des données probantes de très faible qualité signifient que nous ne pouvons pas être sûrs que le taux d'effets indésirables des alarmes est inférieur à celui des autres traitements.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Robinson et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.