Médicaments pour prévenir le cancer du poumon chez des personnes en bonne santé

Problématique de la revue

Nous avons examiné les preuves évaluant la relation entre les vitamines ou l'apport en antioxydants et la prévention du cancer du poumon, la mortalité et les effets indésirables de ce cancer. Cette revue met à jour notre revue Cochrane sur ce sujet, publiée en 2012.

Contexte

Le cancer du poumon est l'une des principales causes de décès par cancer dans le monde, et sa prévention est devenue une priorité de santé publique. Il a été suggéré que des suppléments de vitamines et certains antioxydants pourraient prévenir le cancer du poumon.

Caractéristiques de l'étude

Cette revue comprend 12 études dans lesquelles des adultes en bonne santé ont été choisis au hasard pour recevoir des suppléments de vitamines ou un placebo (une substance qui n'a pas d'effets thérapeutiques) et ont été suivis dans le temps pour évaluer leur risque de développer un cancer du poumon. Les données sont à jour jusqu'en mai 2019.

Principaux résultats

Aucun des traitements comparés au placebo n'a montré de différence dans le risque d'incidence ou de mortalité par cancer du poumon chez les personnes en bonne santé. Chez les fumeurs et les personnes exposées à l'amiante, la vitamine A augmente l'incidence du cancer du poumon, la mortalité due au cancer du poumon et la mortalité toutes causes confondues. La vitamine C augmente l'incidence du cancer du poumon chez les femmes. La vitamine E augmente le risque d'accidents vasculaires cérébraux hémorragiques.

La certitude des données est élevée pour les comparaisons suivantes par rapport au placebo : vitamine A, vitamine E, sélénium; et les combinaisons de vitamines A, C, E, sélénium et zinc.

Conclusions des auteurs: 

Des ECR bien conçus n'ont pas montré d’effet bénéfique des suppléments pour la prévention du cancer du poumon et de la mortalité due au cancer du poumon chez les personnes en bonne santé. Les suppléments de vitamine A augmentent l'incidence du cancer du poumon et la mortalité chez les fumeurs ou les personnes exposées à l'amiante. La vitamine C augmente l'incidence du cancer du poumon chez les femmes. La vitamine E augmente le risque d'accidents vasculaires cérébraux hémorragiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette revue Cochrane. Certaines études ont suggéré un effet protecteur des nutriments antioxydants et des niveaux alimentaires plus élevés de fruits et légumes sur le cancer du poumon.

Objectifs: 

Déterminer si les vitamines et minéraux et d'autres agents potentiels, seuls ou en combinaison, réduisent l'incidence du cancer du poumon et la mortalité due au cancer du poumon dans les populations en bonne santé.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et Embase de 1974 à mai 2019 et avons passé au crible les références figurant dans les études et les revues publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des vitamines ou des suppléments minéraux à un placebo, administrés à des personnes en bonne santé dans le but de prévenir le cancer du poumon.

Recueil et analyse des données: 

Quatre auteurs de la revue ont sélectionné de manière indépendante les essais à inclure dans l'examen, ont évalué leur qualité méthodologique et ont extrait les données. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % et avons regroupé les résultats en utilisant le modèle à effets aléatoires. Nous avons évalué le risque de biais à l'aide de l'outil d'évaluation du "risque de biais" de Cochrane et la certitude des données probantes à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Dans cette mise à jour, nous avons identifié trois nouveaux essais pour un total de 12 études. Neuf ont étudié les combinaisons de deux produits ou plus. Six ont analysé la vitamine A, trois la vitamine C, trois la vitamine D3 combinée avec du calcium, quatre la vitamine E combinée avec d'autres produits, un les suppléments de sélénium. Quatre études ne portaient que sur des hommes et cinq que sur des femmes.

La vitamine A n'entraîne que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon (RR 1,09, 95 % IC 1,00 à 1,19 ; 5 ECR, 212314 participants ; données probantes de haute certitude) et la mortalité due au cancer du poumon (RR 1,06, 95 % IC 0,81 à 1,38 ; 3 ECR, 190118 participants ; données probantes de haute certitude). Mais chez les fumeurs ou les travailleurs de l'amiante, la vitamine A augmente le risque d'incidence du cancer du poumon (RR 1,10, 95 % IC 1,01 à 1,20 ; 3 ECR, 43995 participants ; données probantes de haute certitude), de mortalité due au cancer du poumon (RR 1.18, 95 % IC 1,01 à 1,38 ; 2 ECR, 29426 participants ; données probantes de haute certitude) et la mortalité toutes causes confondues (RR 1,09, 95 % IC 1,05 à 1,13 ; 2 ECR, 32883 participants ; données probantes de haute certitude). La vitamine A augmente le risque d'effets secondaires mineurs, tels que le jaunissement de la peau et des symptômes gastro-intestinaux mineurs (données probantes de haute certitude).

La vitamine C n'entraîne probablement que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon (RR 1,29, 95 % IC 0,67 à 2,49 ; 2 ECR, 14953 participants ; données probantes de certitude modérée). Chez les femmes, la vitamine C augmente le risque d'incidence du cancer du poumon (RR 1,84, 95 % IC 1,14 à 2,95 ; 1 ECR, 7627 participants ; données probantes de haute certitude). Chez les hommes, la vitamine C n'entraîne que peu ou pas de différence dans la mortalité due au cancer du poumon (RR 0,81, 95 % IC 0,53 à 1,23 ; 1 ECR, 7326 participants ; données probantes de haute certitude).

La vitamine D associée au calcium peut entraîner peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon chez les femmes post-ménopausées (RR 0,90, 95 % IC 0,39 à 2,08 ; 3 ECR, 37601 femmes ; données probantes de faible certitude).

La vitamine E n'entraîne que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon (RR 1,01, IC à 95% 0,90 à 1,14 ; 3 ECR, 36841 participants ; données probantes de haute certitude) ou dans la mortalité due au cancer du poumon (RR 0,96, IC à 95% 0,77 à 1.18 ; 2 ECR, 29214 participants ; données probantes de haute certitude), mais augmente le risque d'accidents vasculaires cérébraux hémorragiques (rapport de risque (RR), 1,74, IC à 95% 1,04 à 2,91 ; 1 ECR, 14641 participants ; données probantes de haute certitude).

Le calcium n'entraîne que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon chez les femmes ménopausées (RR 0,65, 95 % IC 0,13 à 3,18 ; 1 ECR, 733 participants) ou dans le risque de calculs rénaux (RR 1,94, 95 % IC 0,20 à 18,57 ; 1 ECR, 733 participants ; données probantes de faible certitude).

Le sélénium chez les hommes n'entraîne que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon (RR 1,11, 95 % IC 0,80 à 1,54 ; 1 ECR, 17448 participants ; données probantes de haute certitude) et la mortalité due au cancer du poumon (RR 1,09, 95 % IC 0,72 à 1.66 ; 1 ECR, 17 448 participants ; données probantes de haute certitude) et augmente le risque de dermatite de grade 1 à 2 (RR 1,16, 95 % CI 1,04 à 1,31 ; 1 ECR, 17 448 participants ; données probantes de haute certitude) et d'alopécie (RR 1,28, 95 % CI 1,07 à 1,53 ; 1 ECR, 17 448 participants ; données probantes de haute certitude).

La combinaison des vitamines A, C, E + sélénium + zinc n'entraîne que peu ou pas de différence dans l'incidence du cancer du poumon (RR 0,64, IC à 95 % 0,28 à 1,48 ; 1 ECR, 12741 participants ; données probantes de haute certitude).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mamadou Lamarana Diallo et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.