L'utilisation de suppléments caloriques protéiques oraux chez les enfants souffrant d'une maladie chronique

Contexte

Une croissance réduite et une mauvaise nutrition sont fréquentes chez les enfants atteints de maladies chroniques comme la mucoviscidose et les cancers pédiatriques. Cela peut résulter de la diminution de l'appétit, la mauvaise absorption et le besoin de calories supplémentaires dus à la maladie. Les suppléments caloriques protéiques oraux, sous forme de lait ou de jus, pourraient améliorer l'état nutritionnel de ces enfants et aider à la prise de poids. Les effets secondaires de la prise de ces suppléments comprennent le risque que les protéines et les calories dans le supplément finissent par remplacer celles issues de l'alimentation et ont un effet négatif sur le comportement alimentaire et des effets secondaires physiques (ex. ballonnements, vomissements et diarrhées).

Date de la recherche

Les preuves sont à jour jusqu'au 24 février 2015.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des essais de suppléments caloriques protéiques oraux comparés au traitement habituel ou à l'absence d'autre traitement dans lesquels les enfants avaient pris des suppléments pendant au moins un mois. La revue inclut quatre essais totalisant 187 enfants ; dans trois de ces essais les enfants étaient atteints de la mucoviscidose et dans le dernier de cancer. Les études duraient de trois mois à un an. Nous avons pris note des résultats et évalué si les essais risquaient d'être biaisés en raison de leur conception ou de la façon dont ils avaient été menés. Nous avons examiné des critères de jugement tels que le poids et la taille, les apports caloriques, le comportement et également les effets secondaires.

Principaux résultats

Une étude (58 enfants) a mis en évidence des augmentations de la quantité totale de calories consommés à six et à 12 mois. Aucun des autres critères de jugement que nous avons examinés n'a montré de différence entre les traitements. Ceci est une version mise à jour de la revue, qui n'a relevé aucune preuve concluante étayant l'utilisation de suppléments protéiques oraux. Nous préconisons de mener au moins un essai de qualité élevée. Ainsi, nous recommandons d'utiliser ces produits avec modération et prudence.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, les études incluses étaient à faible risque de biais, à l'exception de deux études dans lesquelles il est possible que les organisateurs aient su dans quel groupe de traitement les enfants seraient placés. Ces problèmes sont peu susceptibles de modifier les résultats, puisque le fait de connaître le traitement reçu est peu susceptible de modifier les résultats des mesures corporelles (ex. mesures du poids et de la taille). Tous les critères de jugement planifiés ont bien été rapportés, à l'exception d'une étude qui n'a pas rendu compte du comportement alimentaire et de l'apport de lipases qui avaient été mesurés. La qualité des résultats pour l'évaluation du comportement alimentaire était contestable et plusieurs enfants n'avaient pas retourné le journal alimentaire permettant de calculer l'apport de lipases.

Conclusions des auteurs: 

Les suppléments caloriques protéiques oraux sont largement utilisés pour améliorer l'état nutritionnel des enfants souffrant de diverses maladies chroniques. Nous avons identifié un petit nombre d'études évaluant ces produits chez les enfants atteints de mucoviscidose et de malignités pédiatriques, mais n'avons pas pu tirer des conclusions sur la base des données limitées extraites. Nous préconisons de mener une série de grands essais contrôlés randomisés étudiant l'utilisation de ces produits chez les enfants atteints de différentes maladies chroniques. Jusqu'à ce que de nouvelles données soient disponibles, nous recommandons de faire preuve de prudence dans l'utilisation de ces produits.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une croissance réduite et un mauvais statut nutritionnel sont fréquents chez l'enfant atteint de maladie chronique. Les suppléments caloriques protéiques oraux sont utilisés pour améliorer l'état nutritionnel chez ces enfants. Ces produits onéreux pourraient être associés à certains effets indésirables, comme le développement de schémas de comportement alimentaire inadaptés. Ceci est une nouvelle mise à jour d'une revue systématique Cochrane actualisée pour la dernière fois en 2009.

Objectifs: 

Examiner les éléments de preuve suggérant que, chez l'enfant atteint de maladie chronique, les suppléments caloriques protéiques oraux modifient l'apport nutritionnel quotidien, les indices nutritionnels, la survie et la qualité de vie, ou sont associés à des effets indésirables tels que des diarrhées, des vomissements, une diminution de l'appétit, une intolérance au glucose, des ballonnements et des problèmes de comportement alimentaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des essais de suppléments caloriques protéiques oraux chez les enfants atteints de maladies chroniques ont été identifiés par des recherches exhaustives dans des bases de données électroniques, ainsi que des recherches manuelles de revues pertinentes et de recueils de résumés d'actes de conférence. Des sociétés commercialisant ces produits ont également été contactées.

La recherche la plus récente effectuée dans le registre des essais du groupe Cochrane : 24 février 2015.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés comparant sur un mois au moins des suppléments caloriques protéiques oraux visant à augmenter les apports caloriques par rapport à un traitement conventionnel existant (y compris les conseils sur l'amélioration de l'apport nutritionnel des aliments ou l'absence d'intervention spécifique) chez l'enfant atteint de maladie chronique.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons évalué de façon indépendante les critères de jugement suivants : indices de nutrition et de croissance, mesures anthropométriques de la composition corporelle, apport calorique et nutritionnel (total issu des suppléments caloriques protéiques oraux et de l'alimentation), comportement alimentaire, observance, qualité de vie, effets indésirables spécifiques, scores de gravité de la maladie et mortalité. Nous avons également évalué le risque de biais des essais inclus.

Résultats principaux: 

Quatre études (187 enfants) remplissaient les critères d'inclusion. Trois études portaient sur des enfants atteints de mucoviscidose et une étude incluait des enfants atteints de malignités pédiatriques. Dans l'ensemble, le risque de biais était faible pour la mise en aveugle et les données de résultat incomplètes. Deux études présentaient un risque élevé de biais pour l'assignation secrète. Peu de différences statistiques ont été observées entre les groupes de traitement et de contrôle sur les critères évalués, à l'exception du changement dans l'apport énergétique total à six et à 12 mois, pour lequel la différence moyenne était respectivement de 304,86 kcal par jour (intervalle de confiance à 95 % de 5,62 à 604,10) et de 265,70 kcal par jour (intervalle de confiance à 95 % de 42,94 à 485,46). Cependant, ces résultats sont fondés sur l'analyse de seulement 58 enfants dans une seule étude. Seules deux maladies chroniques ont été incluses dans ces analyses, à savoir la mucoviscidose et la malignité pédiatrique. Aucune autre étude n'a été identifiée évaluant l'efficacité des suppléments caloriques protéiques oraux chez l'enfant atteint d'autres maladies chroniques.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par le Centre Cochrane Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.