Protocoles contenant du platine pour le cancer du sein triple négatif métastatique

Quelle est la problématique ?

Le cancer du sein métastatique se produit lorsque le cancer s'est étendu à des zones du corps situées au-delà du sein et des ganglions lymphatiques voisins. Bien que le cancer du sein métastatique ne soit généralement pas guérissable, il est largement admis que les femmes atteintes d'une maladie métastatique devraient recevoir une forme de chimiothérapie pour aider à atténuer la gravité des symptômes de la maladie, à ralentir la progression du cancer et à améliorer la survie, par rapport à l'absence de traitement. La chimiothérapie contenant du platine est connue pour être efficace dans le traitement d'un certain nombre de types de cancer, notamment les cancers du poumon, des testicules, de la tête et du cou, de la vessie et des ovaires. Cependant, on sait aussi qu'elle provoque plus d'effets indésirables (tels que nausées et vomissements, perte de cheveux, anémie, lésions rénales et faible taux de globules blancs) que les autres options de chimiothérapie. Les deux agents à base de platine les plus utilisés pour le traitement du cancer du sein métastatique sont le carboplatine et le cisplatine.

Dans une revue Cochrane précédente, nous avons constaté que pour les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique, les protocoles à base de platine n'apportent que peu ou pas de bénéfices en termes de survie et présentent davantage d'effets secondaires liés à la toxicité. Cependant, en analysant différents groupes de femmes atteintes de maladies métastatiques, nous avons trouvé des données probantes préliminaires d'un avantage en termes de survie des protocoles à base de platine pour les femmes atteintes du sous-type triple négatif de cancer du sein métastatique. Le terme « triple négatif » fait référence au fait que ce sous-type de cancer du sein est négatif pour les récepteurs aux œstrogènes (RE) et les récepteurs à la progestérone (RP), et présente de faibles niveaux d'une protéine appelée récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (HER2).

La revue actuelle met à jour les données probantes concernant les protocoles contenant du platine pour les femmes atteintes d'un sous-type spécifique de cancer du sein, le cancer du sein triple négatif (CSTN) métastatique.

En quoi est-ce important ?

Le CSTN métastatique représente environ 12 à 17 % des cancers du sein et est associé à une survie plus courte et à une plus grande probabilité de récidive. Ces dernières années, certains chercheurs ont émis l'hypothèse que la chimiothérapie contenant du platine pourrait être plus efficace pour traiter le CSTN métastatique que d'autres options de chimiothérapie. Des essais contrôlés randomisés (ECR) ont été conçus et réalisés pour tester cette hypothèse.

Question posée dans cette revue :

Les chimiothérapies contenant un agent du platine sont-elles plus ou moins efficaces pour traiter les femmes atteintes de CSTN métastatique que les chimiothérapies ne contenant pas d'agent du platine ?

Ce que nous avons trouvé :

10 études portant sur 1349 femmes. Les données probantes sont à jour jusqu'en septembre 2019. Cette revue a révélé que pour les femmes atteintes de CSTN métastatique, une chimiothérapie contenant du platine :

- pourrait augmenter la durée de survie par rapport à la chimiothérapie sans platine ;

- réduit le nombre de récidives du cancer du sein par rapport à une chimiothérapie ne contenant pas de platine, mais nous sommes incertains de ces résultats ;

- semble provoquer une réduction des tumeurs plus importante que la chimiothérapie sans platine ;

- pourrait augmenter le risque de nausées et de vomissements sévères par rapport à un traitement sans platine

- pourrait augmenter le risque d'anémie par rapport à une chimiothérapie sans platine.

Qu’est-ce que cela signifie ?

La chimiothérapie contenant du platine pourrait apporter un léger avantage en termes de survie aux participants atteints de CSTN métastatique, mais reste suffisamment importante pour justifier son utilisation. Ce bénéfice potentiel doit être mis en balance avec les risques plus élevés d'effets secondaires toxiques des protocoles à base de platine par rapport aux protocoles sans platine. D'autres études sont nécessaires avant de pouvoir tirer une conclusion plus définitive.

Conclusions des auteurs: 

Pour les femmes atteintes d'un cancer du sein triple négatif (CSTN) métastatique, des preuves de qualité données probantes de qualité modérée ont montré que les protocoles à base de platine présentaient un faible avantage en termes de survie par rapport aux protocoles sans platine. Ce résultat est conforme aux conclusions d'un bénéfice de la survie sans progression/temps jusqu’au progression et d'une amélioration de la réponse tumorale avec des protocoles à base de platine. Ces bénéfices potentiels doivent toutefois être mis en balance avec les toxicités excessives précédemment identifiées des protocoles à base de platine, en particulier les protocoles contenant du cisplatine. D'autres essais randomisés de protocoles à base de platine chez les femmes atteintes de CSTN métastatique sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Dans une revue Cochrane précédente, nous avons constaté que pour les femmes atteintes d'un cancer du sein métastatique non sélectionnées pour une maladie du sous-type triple négatif, les protocoles à base de platine n'apportent que peu ou pas de bénéfice en termes de survie et présentent une toxicité excessive. Dans les analyses de sous-groupes, nous avons cependant trouvé des données probantes préliminaires de faible qualité indiquant un bénéfice de survie des protocoles à base de platine pour les femmes atteintes d'un cancer du sein triple négatif (CSTN) métastatique. Cette revue met à jour les données probantes provenant des analyses du sous-groupe CSTN métastatique dans la précédente revue Cochrane.

Objectifs: 

Évaluer les effets des protocoles de chimiothérapie contenant du platine avec des protocoles n’en contenant pas dans la prise en charge des femmes atteintes de CSTN métastatique.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons obtenu des études pertinentes publiées avant 2015 et leurs résultats extraits de l'analyse du sous-groupe CSTN métastatique dans la précédente revue Cochrane. Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le cancer du sein, CENTRAL, MEDLINE, Embase, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et le site ClinicalTrials.gov entre 2015 et le 27 septembre 2019. Nous avons identifié d'autres études potentiellement pertinentes à partir de rapports d'essais antérieurs, de revues systématiques et de méta-analyses.

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparant des protocoles de chimiothérapie contenant du platine avec des protocoles ne contenant pas de platine chez des femmes atteintes de CSTN métastatique. Les essais individuels pourraient comparer un ou plusieurs protocoles à base de platine à un ou plusieurs protocoles sans platine ; il pourrait donc y avoir plus de « comparaisons de traitement » (c'est-à-dire comparaison entre un protocole à base de platine et un protocole sans platine) que d'essais. Les participants à l'essai pourraient avoir été délibérément sélectionnés pour le CSTN métastatique ou avoir été sélectionnés par inadvertance comme sous-groupe.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux examinateurs indépendants ont évalué les études pour l'éligibilité et la qualité, et ont extrait toutes les données pertinentes de chaque étude. Les rapport des risques instantanés (HR) ont été calculés pour les critères de jugement relatifs au délai jusqu’à l'événement, lorsque cela était possible, et la méta-analyse a été réalisée à l'aide d'un modèle à effet fixe.. Nous avons analysé les taux de réponse tumorale objectifs et les toxicités en tant que critères de jugement binaires (dichotomiques) avec des risques relatifs (RR) utilisés comme mesures des effets. Nous avons extrait des données sur la qualité de vie, si elles étaient disponibles. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la qualité des données probantes en ce qui concerne le délai jusqu’à l'événement et les critères de jugement relatifs à la réponse tumorale.

Résultats principaux: 

Cette revue comprend 13 comparaisons de traitements impliquant 1349 femmes provenant de 10 études. Douze des treize comparaisons de traitements ont été incluses dans une ou plusieurs méta-analyses. Sur les 13 comparaisons de traitements, six et huit avaient publié ou fourni des données sur le temps de survie globale (SG) ou la survie sans progression/temps jusqu’au progression (SSP/TP), respectivement, qui pouvaient être incluses dans des méta-analyses. Dix comparaisons de traitements ont publié ou fourni des données des taux de réponse tumorale objectifs qui pourraient être incluses dans des méta-analyses. Huit des treize comparaisons de traitements provenaient d'études qui sélectionnaient les participants sur la base du statut du CSTN métastatique, tandis que les cinq autres comparaisons de traitements provenaient d'études qui rapportaient les résultats du CSTN métastatique dans le cadre d'analyses de sous-groupes.

L'analyse de six comparaisons de traitements a indiqué que les protocoles contenant du platine ont pu apporter un faible bénéfice en termes de survie aux patients atteints du CSTN métastatique (HR 0,85, IC à 95% 0,73 à 1,00 ; 958 femmes ; données probantes de qualité modérée) sans données probantes d'hétérogénéité (P = 0,41 ; I2 = 1 %). Les données de huit comparaisons de traitements ont montré que les protocoles avec platine pourraient améliorer la SSP/TP (HR 0,77, IC à 95% 0,68 à 0,88 ; 1077 femmes ; données probantes de très faible qualité). Il y avait des signes évidents d'hétérogénéité (P < 0,0001 ; I2 = 80%). Il y avait également des données probantes de faible qualité indiquant une meilleure réponse tumorale pour les receveurs de platine (RR 1,40, IC à 95% 1,22 à 1,59 ; 1205 femmes) avec quelques données probantes d'hétérogénéité (P = 0,01 ; I2 = 58 %). L'hétérogénéité observée pour les critères de jugement de la SSP/TP et des taux de réponse tumorale objectifs pourrait refléter les différences entre les études et les difficultés générales d'évaluation de la réponse des tumeurs, ainsi que la puissance variable des comparateurs.

Par rapport aux femmes recevant un protocole sans platine : les taux de nausées/vomissements de grade 3 et 4 étaient plus élevés pour les receveurs de platine (RR 4,77, IC à 95% 1,93 à 11,81 ; 655 femmes ; données probantes de faible qualité) et les taux d'anémie de grade 3 et 4 étaient plus élevés pour les receveurs de platine (RR 3,80, IC à 95% 2,25 à 6,42 ; 843 femmes ; données probantes de faible qualité). Cependant, dans l'ensemble, relativement peu de comparaisons d'interventions ont pu être incluses dans les méta-analyses des événements indésirables. Aucun des études n'a rapporté des indicateurs de la qualité de vie.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Leopold-Metzger et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.