Communiquer avec les femmes enceintes et les parents par le biais de leurs appareils mobiles pour améliorer la santé maternelle, néonatale et infantile

Objectif de cette revue

Nous avons évalué l'effet de l'envoi de messages ciblés par des appareils mobiles aux femmes enceintes et aux parents de jeunes enfants sur la santé et les services de soins de santé.

Messages principaux

Il existe des lacunes dans les données concernant les effets des messages ciblés envoyés par les appareils mobiles aux femmes enceintes et aux parents de jeunes enfants sur la santé et les services de soins de santé. Certains de ces messages pourraient améliorer la santé de certaines personnes et leur utilisation des services de santé, mais d'autres pourraient ne faire que peu ou pas de différence. Les données probantes existantes sont pour la plupart de faible ou très faible niveau de confiance.

Qu'étudie cette revue ?

La communication ciblée avec les usagers est une intervention dans laquelle le système de santé envoie des informations à des personnes particulières, en fonction de leur état de santé ou d'autres facteurs spécifiques à ce groupe de population. Les types de communication ciblée avec les usagers les plus courants sont les SMS qui rappellent aux gens de se rendre à un rendez-vous ou qui offrent des informations et un soutien en matière de soins de santé. Notre examen a permis de déterminer si la communication ciblée peut modifier le comportement des femmes enceintes et des parents, l'utilisation des services de santé, la santé et le bien-être.

Que se passe-t-il lorsque des femmes enceintes reçoivent des messages ciblés par un appareil mobile ?

Par rapport aux femmes qui ne reçoivent pas de messages

Les femmes pourraient allaiter davantage dans des contextes où l'allaitement exclusif n'est pas courant. Elles pourraient également se rendre à un plus grand nombre de consultations prénatales. Elles pourraient faire davantage appel à des accoucheurs qualifiés lorsque cela est moins fréquent. Nous ne savons pas si les messages ont une incidence sur la santé des femmes ou des bébés, car le niveau de confiance des données probantes est très faible.

Par rapport aux femmes qui reçoivent des messages envoyés par d'autres moyens

Les femmes et les nouveau-nés pourraient avoir moins de problèmes de santé au cours des dix premiers jours suivant la naissance. Les messages pourraient ne faire que peu ou pas de différence pour le nombre de femmes qui allaitent. Nous ne savons pas s'ils incitent les femmes à utiliser davantage les services de santé.

Par rapport aux femmes qui reçoivent des messages non ciblés

Les messages pourraient ne pas faire de différence, ou très peu, quant à la possibilité pour les femmes de se faire vacciner contre la grippe pendant la grossesse. Nous ne savons pas si les messages affectent la santé des femmes ou des bébés ou s'ils incitent les femmes à recourir davantage à des accoucheurs qualifiés parce que les données probantes manquent ou sont très peu certaines.

Que se passe-t-il lorsque des femmes enceintes séropositives reçoivent des messages ciblés par le biais d'un appareil mobile ?

Par rapport aux femmes qui ne reçoivent pas de messages

Les femmes peuvent se rendre à un nombre légèrement plus élevé de consultations prénatales. Nous ne savons pas si les messages incitent davantage de femmes à accoucher dans un établissement de santé ou s'ils améliorent la santé des bébés, car les données probantes sont d’un niveau de confiance très faible. Les messages pourraient ne faire que peu ou pas de différence si les femmes enceintes et les bébés suivent un traitement antirétroviral (utilisé pour traiter le VIH) conformément aux recommandations. Nous ne savons pas si les messages ont une incidence sur la santé des femmes car les données probantes manquent.

Par rapport aux femmes qui reçoivent des messages envoyés par d'autres moyens

Nous ne savons pas quel est l'effet de ces messages car nous manquons de données probantes.

Par rapport aux femmes qui reçoivent des messages non ciblés

Davantage de parents pourraient suivre le traitement antirétroviral de leur bébé selon les recommandations. Nous ne savons pas si les messages améliorent la santé des femmes ou des bébés ou leur utilisation des services, car les données probantes manquent.

Que se passe-t-il lorsque les parents de jeunes enfants reçoivent des messages ciblés par un appareil mobile ?

Par rapport aux parents qui ne reçoivent pas de messages

Davantage de parents pourraient faire bénéficier leurs enfants de services de santé tels que les consultations de vaccination. Mais nous ne savons pas si les messages améliorent la santé des enfants ou leur comportement en matière de santé, car les données probantes manquent.

Par rapport aux parents qui reçoivent des messages envoyés par d'autres moyens

Un nombre légèrement plus élevé de parents pourraient emmener leurs enfants à consultations de vaccination. Les messages pourraient ne faire que peu ou pas de différence dans les habitudes de brossage des dents des enfants. Nous ne savons pas si les messages ont une incidence sur la santé des enfants car les données probantes manquent.

Par rapport aux parents qui reçoivent des messages non ciblés

Les parents sont moins nombreux à emmener leurs enfants à leurs consultations de vaccination, mais ces données probantes sont mitigées. Nous ne savons pas si les messages ont une incidence sur la santé des enfants, faute de données probantes.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études publiées jusqu'en août 2017. Nous avons effectué une mise à jour de la recherche en juillet 2019 et les études pertinentes sont présentées dans la section «Caractéristiques des études en attente de classification ».

Conclusions des auteurs: 

L'effet de la communication ciblée via des appareils mobiles est incertain pour la plupart des critères de jugement. Il est possible que des améliorations soient apportées pour certains critères de jugement grâce à une communication ciblée, mais ces critères de jugement sont peu probants. Des essais et des analyses coût-efficacité de haute qualité et d'une puissance suffisante sont nécessaires pour déterminer de manière fiable les effets et les bénéfices relatifs de la communication ciblée avec les usagers via des appareils mobiles. Les études futures devraient mesurer les conséquences indésirables potentielles, telles que les violences conjugales ou les violations de la confidentialité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le fardeau mondial de la mauvaise santé maternelle, néonatale et infantile (SMNI) représente plus d'un quart des années de vie en bonne santé perdues dans le monde. La communication ciblée avec les usagers via des appareils mobiles peut être une stratégie utile pour améliorer la SMNI.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la communication ciblée via des appareils mobiles sur les comportements de santé, l'utilisation des services, la santé et le bien-être des enfants en bas âge.

Stratégie de recherche documentaire: 

En juillet/août 2017, nous avons effectué des recherches dans cinq bases de données, dont le registre Cochrane des essais contrôlés, MEDLINE et Embase. Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d’essais. Une mise à jour de la recherche a été effectuée en juillet 2019 et des études potentiellement pertinentes sont en attente de classification.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui ont évalué la communication ciblée via des appareils mobiles pour améliorer le comportement de SMNI, l'utilisation des services, la santé et le bien-être. Les comparateurs admissibles étaient les soins habituels ou l’absence d'intervention, la communication ciblée non numérique et la communication numérique non ciblée avec les usagers.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard recommandées par Cochrane, bien que l'extraction des données et l'évaluation des risques de biais aient été effectuées par une seule personne et vérifiées par une seconde.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 27 essais (17 463 participants). Les populations testées étaient : les femmes enceintes et les femmes en post-partum (11 essais menés dans des pays à revenu faible, moyen ou élevé) ; les femmes enceintes et les femmes en post-partum vivant avec le VIH (trois essais menés dans un pays à revenu moyen inférieur) ; et les parents d'enfants de moins de cinq ans (13 essais menés dans des pays à revenu faible, moyen ou élevé). La plupart des interventions (18) ont été effectuées par messages textuels uniquement, une a été effectuée par appels vocaux uniquement, et les autres ont été effectuées par des combinaisons de différents canaux de communication, tels que les messages multimédia et les appels vocaux.

Femmes enceintes et femmes en post-partum

Communication ciblée via des appareils mobiles contre soins standard

En ce qui concerne les comportements, la communication ciblée via des appareils mobiles pourrait augmenter l'allaitement maternel exclusif dans les milieux où les taux d'allaitement maternel exclusif sont moins courants (risque relatif (RR) de 1,30, intervalles de confiance (IC) à 95% de 1,06 à 1,59 ; données probantes d’un niveau de confiance faible), mais n'a que peu ou pas d'effet dans les milieux où presque toutes les femmes allaitent (données probantes d’un niveau de confiance faible). Pour l'utilisation des services de santé, la communication ciblée via des appareils mobiles pourrait augmenter la fréquentation des consultations prénatales (rapport de cotes (RC) 1,54, IC à 95 % 0,80 à 2,96 ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ; cependant, l'IC englobe à la fois les risques et les bénéfices. L'intervention pourrait augmenter le nombre d'accoucheurs qualifiés présents à la naissance dans les milieux où le manque d'accoucheurs qualifiés à la naissance est courant (bien que cela diffère selon le lieu de résidence urbaine/rurale), mais pourrait ne faire aucune différence dans les milieux où presque toutes les femmes ont déjà un accoucher qualifié à la naissance (RC 1,00, IC à 95 % 0,34 à 2,94 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Les effets sur la mortalité et la morbidité maternelles et néonatales étaient incertains, car le niveau de confiance de données probantes était jugée très faible.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication ciblée non numérique (p. ex. brochures)

La communication ciblée via des appareils mobiles pourrait avoir peu ou pas d'effet sur l'allaitement maternel exclusif (RR 0,92, IC à 95 % 0,79 à 1,07 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). La communication ciblée via des appareils mobiles pourrait réduire « tout problème de santé maternelle » (RR 0,19, IC à 95 % 0,04 à 0,79) et « tout problème de santé néonatale » (RR 0,52, IC à 95 % 0,25 à 1,06) signalé jusqu'à 10 jours après l'accouchement (données probantes d’un niveau de confiance faible), bien que l'IC pour ce dernier comprenne les bénéfices et les risques. L'effet sur l'utilisation des services de santé est inconnu en raison du manque d'études.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication numérique non ciblée

Aucune étude n'a rapporté le critères de jugement : comportement, santé ou bien-être pour cette comparaison. En ce qui concerne l'utilisation des services de santé, les effets de la présence d'un personnel qualifié à la naissance sont incertains en raison des données probantes d’un niveau de confiance très faible, et l'intervention peut ne faire que peu ou pas de différence par rapport à l'assistance à la vaccination prénatale contre la grippe (RR 1,05, IC à 95 % 0,71 à 1,58), bien que l'IC englobe à la fois les risques et les bénéfices (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Femmes enceintes et femmes en post-partum vivant avec le VIH

Communication ciblée via des appareils mobiles contre soins standard

En ce qui concerne les comportements, la communication ciblée via des appareils mobiles pourrait faire peu ou pas de différence dans l'adhésion de la mère et du nourrisson à la thérapie antirétrovirale (ARV) (données probantes d’un niveau de confiance faible). En ce qui concerne l'utilisation des services de santé, les rappels par téléphone mobile de la communication ciblée avec les usagers peuvent légèrement augmenter le recours aux soins prénatals (différence moyenne (DM) 1,5, IC à 95 % -0,36 à 3,36 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). L'effet sur la proportion de naissances se produisant dans un établissement de santé est incertain en raison des données probantes d’un niveau de confiance faible. En ce qui concerne les critères de jugement : santé et bien-être, l'effet de l'intervention sur la mortalité néonatale ou la mortinatalité et sur le VIH infantile était incertain en raison des données probantes d’un niveau de confiance faible. Aucune étude n'a été publiée sur la mortalité ou la morbidité maternelle.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication ciblée non numérique

L'effet est inconnu en raison du manque d'études faisant état de cette comparaison.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication numérique non ciblée

La communication ciblée via des appareils mobiles pourrait augmenter l'adhésion au traitement ARV/prévention de la transmission mère-enfant (RR 1,26, IC à 95 % 1,07 à 1,48 ; données probantes d’un niveau de confiance faible). L'effet sur les autres critères de jugement est inconnu en raison du manque d'études.

Parents d'enfants âgés de moins de cinq ans

Aucune étude n'a porté sur les traitements appropriés, la nutrition ou les critères de jugement pour la santé.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre soins standard

Sur la base de 10 essais, la communication ciblée via des appareils mobiles pourrait augmenter modestement l'utilisation des services de santé (vaccinations et soins du VIH) (RR 1,21, IC à 95 % 1,08 à 1,34 ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ; cependant, les estimations des effets varient largement d'une étude à l'autre.

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication ciblée non numérique

La communication ciblée via des appareils mobiles pourrait augmenter la fréquentation des consultations de vaccinations (RR 1,13, IC à 95 % 1,00 à 1,28 ; données probantes d’un niveau de confiance faible), et pourrait faire peu ou pas de différence dans les pratiques d'hygiène bucco-dentaires (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Communication ciblée via des appareils mobiles contre communication numérique non ciblée

La communication ciblée via des appareils mobiles pourrait réduire la participation aux consultations de vaccination, mais l'IC englobe à la fois les bénéfices et les risques (RR 0,63, IC à 95 % 0,33 à 1,20 ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Aucun essai dans une population quelconque n'a rapporté de données sur des conséquences indésirables.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Hélène Fortin et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.