Réduire la consommation d'aflatoxines grâce à l'éducation agricole et nutritionnelle pour améliorer la croissance des nourrissons et des enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Problématique de la revue

L’éducation agricole et nutritionnelle visant à réduire la consommation d'aflatoxines (provenant de cultures alimentaires contaminées) dans les ménages et les communautés des pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) améliore-t-elle la croissance des nourrissons et des enfants par rapport à l'éducation habituelle ou à l'absence d'éducation ?

Contexte

Les aflatoxines sont des toxines produites par des moisissures qui contaminent les cultures vivrières. Le maïs et les arachides sont les principales sources alimentaires d'aflatoxines, car elles sont consommées en grande quantité par de nombreuses personnes vivant dans les PRFI. Certaines recherches menées dans les PRFI suggèrent qu'il pourrait y avoir un lien entre la consommation d'aflatoxines pendant la grossesse et la petite enfance, et la croissance des nourrissons et des jeunes enfants.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus trois essais, menés auprès de femmes enceintes et allaitantes (1168 paires mère-enfant), de femmes en âge de procréer (N = 231), et de nourrissons et jeunes enfants (< 59 mois), issus de communautés rurales pratiquant la culture de maïs de subsistance au Kenya, en Tanzanie et au Zimbabwe. Un essai en Tanzanie, dont le risque de biais global n'est pas clair, a fourni des données pour cette revue, car un essai n'a pas rapporté de résultats pertinents pour cette revue, et nous n'avons pas pu obtenir de données de croissance non publiées pour un autre, même après avoir contacté les auteurs de l'étude.

L'essai, mené auprès de femmes allaitantes et de leurs bébés, a étudié les effets de l'enseignement agricole (démonstrations visant à modifier les pratiques des agriculteurs après la récolte du maïs pour réduire les aflatoxines (par exemple, en triant le maïs à la main et en le décorticant, en utilisant des feuilles de séchage et des insecticides) sur le poids des bébés, normalisé en fonction de l'âge (z score du poids pour l'âge), après six mois (le z score mesure la différence entre ces bébés et la médiane d'une population de bébés similaires). Les agriculteurs du groupe témoin ont reçu des services de routine de la part des agents de vulgarisation agricole.

Principaux résultats

données probantes d’un niveau de confiance très faible issues d’un essai suggèrent que le z score du poids pour l'âge de 128 enfants de ménages d'agriculteurs ayant reçu une éducation agricole pourrait s'améliorer par un z score de 0,57, contre 121 enfants de ménages où les agriculteurs ne recevaient que des services de routine. Cela signifie qu'une petite fille du groupe d'intervention, ayant un poids sain, prendrait environ 450 à 690 grammes de plus entre trois et neuf mois, par rapport à une petite fille du groupe témoin. C'est une différence significative.

Une autre façon de mesurer l'effet est de comparer la proportion de nourrissons présentant une insuffisance pondérale (z score du poids pour l'âge ≥ 2 écarts types sous la valeur médiane de référence) par groupe, après l'intervention. Dans ce cas, l'enseignement agricole pourrait réduire la proportion d'enfants en sous-poids, en moyenne, de 6,7 % (données probantes d’un niveau de confiance très faible), par rapport aux services habituels.

Aucune des études incluses n'a abordé les effets de l'éducation nutritionnelle sur la longueur de la taille, ou sur les effets involontaires de l'éducation agricole ou nutritionnelle.

Les données probantes concernant les effets sur la croissance des enfants des interventions d'éducation agricole ou nutritionnelle qui réduisent l'exposition aux aflatoxines dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire étaient très limitées. Les données d'un essai ont suggéré que l'éducation agricole, visant à modifier les pratiques post-récolte des agriculteurs afin de réduire l'exposition aux aflatoxines, pourrait entraîner une augmentation du poids des bébés par rapport à l'éducation habituelle ou à l'absence d'éducation.

La littérature a été recherchée jusqu'en août 2019.

Niveau de confiance des données probantes

Nous avons très peu confiance dans les résultats. L'effet réel pourrait être sensiblement différent.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes concernant les effets des interventions d'éducation agricole ou nutritionnelle visant à réduire l'exposition aux aflatoxines sur la croissance des enfants dans les pays à revenu faible et intermédiaire sont très limitées ; aucune étude incluse n’a rapporté la croissance linéaire. Des données probantes d’un niveau de confiance très faible suggèrent que l'éducation agricole visant à modifier les pratiques post-récolte des agriculteurs pour réduire l'exposition aux aflatoxines par l’intermédiaire de démonstrations, pourrait entraîner une augmentation du z score du poids pour l'âge, par rapport à l'éducation habituelle ou à l'absence d'éducation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les aflatoxines sont des mycotoxines cancérigènes qui contaminent de nombreuses cultures vivrières. Le maïs et les arachides sont sujets à la contamination par les aflatoxines et sont les principales sources d'exposition humaine aux aflatoxines, en raison de leur forte consommation en tant qu'aliments de base, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI). Des études d'observation suggèrent une association entre l'exposition alimentaire aux aflatoxines pendant la grossesse et la petite enfance et la croissance linéaire chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Objectifs: 

Évaluer les effets sur les critères de jugement de la croissance pré et postnatale lorsque les interventions d'éducation agricole et nutritionnelle pendant la période post-récolte qui visent à réduire l'exposition aux aflatoxines sont comparées au soutien habituel ou à l'absence d'intervention. Nous l'avons évalué chez les nourrissons, les enfants et les femmes enceintes et allaitantes au niveau du ménage ou de la communauté dans les PRFI.

Stratégie de recherche documentaire: 

En juillet et août 2019, nous avons effectué des recherches dans : CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, Web of Science Core Collection, Africa-Wide, LILACS, CAB Abstracts, Agricola, et deux registres d'essais. Nous avons également vérifié les bibliographies des études incluses et avons contacté les organisations et les chercheurs spécialisés dans les mycotoxines pour obtenir des études supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des ECR en grappes portant sur les interventions d'éducation agricole et nutritionnelle de toute durée, au niveau des ménages ou des communautés, visant à réduire l'apport en aflatoxines des nourrissons, des enfants et des femmes enceintes et allaitantes, dans les PRFI pendant la période post-récolte, par rapport à l'absence d'intervention ou de soutien habituel. Nous avons exclu les études qui ont suivi les participants pendant moins de quatre semaines. Nous avons évalué des critères de jugement prénataux (à la naissance) et postnataux (pendant la petite enfance, l'enfance et l'adolescence) prédéfinis, avec une croissance linéaire (comme critère de jugement principal), la morbidité des maladies infectieuses et les conséquences involontaires.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment l'éligibilité des études en utilisant des critères prédéfinis, ont extrait des données et ont évalué le risque de biais des ECR inclus. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes à l'aide de GRADE et avons présenté les principaux résultats dans un tableau récapitulatif des résultats.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois ECR en grappes récents qui rapportent les effets de l'enseignement agricole et des technologies post-récolte, par rapport au soutien agricole habituel ou à l'absence d'intervention. Les participants étaient des femmes enceintes et leurs enfants, des femmes allaitantes et leurs nourrissons (< 6 mois), des femmes en âge de procréer et des jeunes enfants (< 59 mois), issus de communautés rurales pratiquant une agriculture de subsistance à base de maïs au Kenya, au Zimbabwe et en Tanzanie.

Deux essais ont randomisé des villages pour les groupes d'intervention et de contrôle, comprenant au total au moins 979 couples mère-enfant de 60 villages. Le troisième essai a randomisé 420 ménages, dont 189 couples mère-enfant et 231 femmes en âge de procréer. La durée de l'intervention et du suivi a varié entre cinq et neuf mois. En raison du risque de biais d'attrition, le risque global de biais n'était pas clair dans un essai, et était élevé dans les deux autres essais.

Aucune des études incluses n'a abordé les effets de l'éducation nutritionnelle sur la croissance pré et postnatale.

Un essai a rapporté des critères de jugement non précisés dans notre revue, et nous n'avons pas pu obtenir de données de croissance non publiées pour le second essai, même après avoir contacté les auteurs. Le troisième essai, mené en Tanzanie auprès de femmes allaitantes et de leurs nourrissons, a rapporté le z score du poids pour l'âge des nourrissons après six mois. Cet essai a montré que l'éducation agricole visant à modifier les pratiques post-récolte des agriculteurs afin de réduire l'exposition aux aflatoxines, par l’intermédiaire de démonstrations (par exemple, tri à la main, décorticage du maïs, feuilles de séchage et insecticides), pourrait améliorer le z score du poids pour l'âge chez les nourrissons de ces ménages d'agriculteurs, en moyenne, de 0,57 (intervalle de confiance (IC) à 95 %, 0,16 à 0,98 ; 1 étude ; 249 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible), par rapport aux nourrissons de ménages où les agriculteurs ont reçu des services de vulgarisation agricole de routine.

Une autre façon de rendre compte de l'effet sur le z score du poids pour l'âge consiste à comparer la proportion de nourrissons en sous-poids (z score du poids pour l'âge > 2 et sous la valeur médiane de référence) par groupe. Cet essai a montré que l'intervention pourrait réduire la proportion de nourrissons en sous-poids dans les ménages d'intervention de 6,7 % (IC à 95% -12,6 à -1,4 ; 249 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) par rapport aux ménages témoins.

Aucune étude n’a rapporté les effets non intentionnels de l'éducation agricole et nutritionnelle.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Valentin Arrous et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.