Quels médicaments, pris par voie orale ou administrés par injection, sont les plus efficaces pour traiter les allergies oculaires graves chez les enfants et les jeunes de moins de 16 ans ?

Qu'est-ce qu'une allergie oculaire ?
La réponse immunitaire est la façon dont l'organisme reconnaît et se défend contre des substances qui semblent nocives, généralement en produisant des protéines sanguines spécifiques (anticorps) contre elles. Une allergie est une réaction du système immunitaire de l'organisme à une substance particulière (un allergène) généralement inoffensive, comme les pollens d'herbe ou d'arbres présents dans l'air. Différents allergènes affectent différents tissus, et leurs effets peuvent être légers ou graves.

Dans l'œil, les réactions allergiques peuvent provoquer une conjonctivite : la conjonctive (le tissu recouvrant le blanc de l'œil et tapissant l'intérieur des paupières) devient gonflée et douloureuse. Une allergie oculaire grave pourrait également affecter la cornée (la partie antérieure transparente de l'œil), provoquant une kératoconjonctivite.

La kératoconjonctivite vernale (KCV) et la kératoconjonctivite atopique (KCA) sont des types rares d'allergies oculaires graves. La KCV se développe généralement chez les enfants et est plus fréquente chez les garçons ; la KCA peut toucher les enfants et les adultes. Ces affections touchent généralement les deux yeux et les rendent rouges, irrités, douloureux, larmoyants et sensibles à la lumière. Ces deux conditions peuvent endommager la cornée, ce qui peut affecter la vue et entraîner une cécité. Le traitement est essentiel pour préserver la vue.

Traitements des allergies oculaires graves
Ces deux affections sont traitées par des médicaments essayant de bloquer la réaction allergique et de réduire le gonflement. Les symptômes sont susceptibles de s'améliorer avec des médicaments administrés sous forme de gouttes ophtalmiques, mais si ces dernières ne sont pas efficaces, d'autres médicaments pourraient être pris par voie orale ou administrés par injection (traitements systémiques). Les médicaments systémiques qui sont souvent utilisés pour traiter les allergies oculaires graves comprennent ceux ciblant ou supprimant la réponse immunitaire, tels que les médicaments anti-inflammatoires et les anticorps.

Pourquoi avons-nous réalisé cette revue Cochrane ?
Nous voulions savoir quels sont les traitements systémiques les plus efficaces pour les allergies oculaires graves chez les enfants et les jeunes.

Comment avons-nous procédé ?
Nous avons recherché des études portant sur des médicaments systémiques destinés à traiter les allergies oculaires graves chez les enfants et les jeunes de moins de 16 ans. Nous voulions trouver des études comparant un seul médicament à un placebo (médicament factice), ou des études comparant deux ou plusieurs médicaments entre eux.

Nous avons recherché des études contrôlées randomisées, dans lesquelles les traitements que les personnes reçoivent sont décidés au hasard, étant donné que ces études fournissent généralement les données probantes les plus fiables des effets d'un traitement.

Date de la recherche : Nous avons recherché les données probantes publiées jusqu'au 17 février 2020.

Ce que nous avons trouvé
Nous n'avons trouvé aucune étude contrôlée randomisée chez les enfants et les jeunes souffrant de allergies oculaires graves traitées par des médicaments systémiques.

Conclusions

Il n'existe pas de données probantes issues d'études contrôlées randomisées, relatives à l'efficacité des médicaments systémiques pour les allergies oculaires graves chez les enfants et les jeunes de moins de 16 ans.

Des recherches sont nécessaires pour étudier l'efficacité des médicaments systémiques dans le traitement des allergies oculaires graves chez les enfants et les jeunes, et pour connaître les effets indésirables que ces médicaments pourraient induire.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas de données probantes provenant d'essais contrôlés randomisés concernant la tolérance et l'efficacité des traitements systémiques de la KCV et de la KCA. Des essais sont nécessaires pour tester l'efficacité et la tolérance des traitements actuels et futurs. Des mesures de critères de jugement pouvant saisir les aspects cliniques objectifs et les aspects de l'affection et des traitements rapportés par le patient sont à mettre au point.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La kératoconjonctivite atopique (KCA) et la kératoconjonctivite vernale (KCV) sont des allergies oculaires graves et potentiellement menaçantes pour la vue, caractérisées par une inflammation chronique de la surface oculaire. Des traitements à la fois topiques et systémiques sont utilisés. Cette revue Cochrane se concentre sur les traitements systémiques.

Objectifs: 

Évaluer les effets des traitements systémiques (y compris les corticostéroïdes, les AINS, les immunomodulateurs et les anticorps monoclonaux), seuls ou en association, par rapport à un placebo ou à un autre traitement systémique ou topique, pour les cas graves de KCA et de KCV chez les enfants et les jeunes jusqu'à l'âge de 16 ans.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches sur CENTRAL, Ovid MEDLINE, Ovid Embase, le registre ISRCTN, ClinicalTrials.gov et le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP). Aucune restriction de langue ou d'année de publication n’a été appliquée. Notre dernière recherche dans les bases de données électroniques remonte au 17 février 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des traitements systémiques chez des enfants âgés de 16 ans maximum avec un diagnostic clinique de KCA ou de KCV. Nous avions prévu d'inclure des études évaluant un seul médicament systémique par rapport à un placebo, et des études comparant deux ou plusieurs traitements actifs.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard attendues par Cochrane.

Résultats principaux: 

Aucun essai n'a satisfait aux critères d'inclusion de cette revue Cochrane. Aucun ECR n'a été réalisé sur ce sujet.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.