Les suppléments protéinés oraux chez les personnes souffrant d'une maladie rénale chronique nécessitant une dialyse

Quelle est la problématique ?
Les personnes atteintes d'une maladie rénale chronique nécessitant une dialyse risquent de développer une malnutrition pour de nombreuses raisons. Ces personnes ne mangent souvent pas assez car elles manquent d’appétit. Les suppléments nutritionnels oraux sont généralement fournis aux personnes qui ne mangent pas assez pour répondre à leurs besoins. La fourniture de suppléments nutritionnels aux patients dialysés nécessite une attention particulière en ce qui a trait aux limites de potassium, de phosphate et de liquide.

Qu'avons-nous fait ?
Nous avons cherché à déterminer si l'administration de suppléments nutritionnels à base de protéines par voie orale améliorait les niveaux d'albumine sérique et d'autres mesures de la nutrition.

Qu’avons-nous trouvé ?
Au total, 1278 personnes ont participé aux 22 études incluses dans cette revue pour étudier les effets des suppléments nutritionnels oraux à base de protéines. Tous les participants étaient des adultes sous dialyse d'entretien (79% d'hémodialyse et 21% de dialyse péritonéale). Les études ont duré de un à douze mois. Les résultats suggèrent qu'une supplémentation nutritionnelle par voie orale à base de protéines entraîne probablement une augmentation légèrement plus importante du niveau d'albumine et peut améliorer le niveau de préalbumine et la circonférence musculaire du bras moyen. L'augmentation du taux d'albumine était plus évidente chez les participants qui étaient sous hémodialyse et chez ceux qui étaient mal nourris. Il n'est pas certain qu'une supplémentation nutritionnelle par voie orale à base de protéines affecte les niveaux de potassium et de phosphate. Les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines peuvent n'entraîner que peu ou pas de différence dans le risque de développer des symptômes abdominaux, mais il y a eu quelques différences entre la qualité des études et leur conception.

Conclusions
Les auteurs concluent que les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines semblent être efficaces pour améliorer certains marqueurs nutritionnels chez les personnes qui ont besoin de dialyse ; cependant, il n'est pas certain que ces résultats se traduisent par des critères de jugement significatifs pour cette population. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer le rapport coût-efficacité de ce traitement et s'il peut apporter des bénéfices aux patients, comme le fait de se sentir mieux et de vivre plus longtemps.

Conclusions des auteurs: 

Dans l'ensemble, il est probable que les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines augmentent à la fois le changement moyen de l'albumine sérique et de l'albumine sérique à la fin de l'intervention et pourraient améliorer la préalbumine sérique et la circonférence musculaire du bras moyen. L'amélioration de l'albumine sérique était plus évidente chez les participants hémodialysés et mal nourris. Toutefois, il n'est pas certain que ces résultats se traduisent par une amélioration de l'état nutritionnel et des critères de jugement cliniquement pertinents comme le décès. Il est nécessaire d'effectuer de vastes essais contrôlés randomisés bien conçus dans cette population.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La malnutrition est fréquente chez les patients atteints de maladie rénale chronique (MRC) sous dialyse. Les suppléments protéinés oraux sont souvent fournis aux patients dont la consommation d’aliments est autrement insuffisante pour répondre à leurs besoins énergétiques et protéiques. Les données probantes de l'efficacité des suppléments nutritionnels oraux à base de protéines dans cette population sont limitées.

Objectifs: 

Les objectifs de cette revue étaient de déterminer les bénéfices et les risques de l'utilisation de suppléments protéinés oraux pour améliorer l'état nutritionnel des patients atteints de MRC nécessitant une dialyse.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’études du groupe Cochrane sur les reins et les greffes jusqu'au 12 décembre 2019 en contactant le spécialiste de l'information et en utilisant des termes de recherche pertinents pour cette revue. Les études figurant dans le registre sont identifiées grâce à des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, des actes de conférences, le Système d’enregistrement international des essais cliniques de l’OMS (ICTRP) et le site ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) sur des patients atteints de MRC nécessitant une dialyse ont comparé les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines à l'absence de suppléments nutritionnels oraux à base de protéines ou à un placebo.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment les études pour l'éligibilité, le risque de biais et ont extrait les données des études individuelles. Des estimations sommaires de l'effet ont été obtenues à l'aide d'un modèle à effets aléatoires, et les résultats ont été exprimés sous forme de ratios de risque et de leurs intervalles de confiance (IC) de 95 % pour les résultats dichotomiques, et de différence moyenne et d'IC de 95 % pour les résultats continus.

Résultats principaux: 

Vingt-deux études (1278 participants) ont été incluses dans cette revue. Tous les participants étaient des adultes sous dialyse d'entretien, dont 79% sous hémodialyse (HD) et 21% sous dialyse péritonéale. La période de suivi allait de un à douze mois. La majorité des études étaient exposées à un risque de sélection, de performance et de biais dans les rapports. Le biais de détection était élevé pour les critères de jugement autodéclarés.

Les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines entraînent probablement une modification moyenne plus élevée de l'albumine sérique par rapport au groupe de contrôle (16 études, 790 participants : MD 0,19 g/dL, 95 % IC 0,05 à 0,33 ; données probantes de niveau de confiance modéré), bien qu'il y ait eu une grande hétérogénéité dans l'analyse combinée (I2 = 84 %). L'augmentation a été plus évidente chez les participants en HD (10 études, 526 participants : MD 0,28 g/dL, 95 % IC 0,11 à 0,46 ; P = 0,001 pour l'effet global) et les participants souffrant de malnutrition (8 études, 405 participants : MD 0,31 g/dL, IC 95% 0,10 à 0,52, P = 0,003 pour l'effet global). Les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines entraînent aussi probablement une augmentation de la moyenne de l'albumine sérique à la fin de l'intervention (14 études, 715 participants : MD 0,14 g/dL, 95 % IC 0 à 0,27 ; données probantes de niveau de confiance modéré), mais l'hétérogénéité était à nouveau élevée (I2 = 80 %). Là encore, l'augmentation a été plus évidente chez les participants en HD (9 études, 498 participants : MD 0,21 g/dL, 95 % IC 0,03 à 0,38 ; P = 0,02 pour l'effet global) et les participants souffrant de malnutrition (7 études, 377 participants : MD 0,25 g/dL, IC 95% 0,02 à 0,47 ; P = 0,03 pour l'effet global).

Par rapport au placebo ou à l'absence de supplément, des données probantes de faible niveau de confiance ont montré que les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines peuvent entraîner une augmentation de la préalbumine sérique (4 études, 225 participants : MD 2,81 mg/dL, 95 % IC 2,19 à 3,43), et la circonférence musculaire du milieu du bras (4 études, 216 participants : MD 1,33 cm, 95 % IC 0,24 à 2,43) à la fin de l'intervention. Par rapport au placebo ou à l'absence de supplément, les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines pourraient modifier peu ou pas le poids (8 études, 365 participants : MD 2,83 kg, 95 % IC -0,43 à 6,09 ; données probantes de faible niveau de confiance), indice de masse corporelle (9 études, 368 participants : MD -0,04 kg/m2, 95 % IC -0,74 à 0,66 ; données probantes de niveau de confiance modéré) et la masse maigre (5 études, 189 participants : MD 1,27 kg, 95 % IC -1,61 à 4,51 ; données probantes faible niveau de confiance). En raison de la très faible qualité des données probantes, il n'est pas certain que les suppléments nutritionnels oraux à base de protéines affectent l'épaisseur du pli cutané du triceps, la circonférence du bras moyen, la protéine C réactive, l'interleukine 6, le potassium sérique ou le phosphate sérique.

Il peut y avoir peu ou pas de différence dans le risque de développer une intolérance gastro-intestinale entre les participants qui ont reçu des suppléments nutritionnels à base de protéines par voie orale comparés à ceux qui ont reçu un placebo ou qui n'ont pas reçu de supplément (6 études, 426 participants) : RR 2,81, 95 % IC 0,58 à 13,65, données probantes de faible niveau de confiance). Il n'a pas été possible de tirer des conclusions sur le coût ou la qualité de vie, et les décès n'ont été signalés comme un critère de jugement d'étude dans aucune des études incluses.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Claudie Roch et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.