Aspirine et autres anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la prévention de la démence

Problématique de la revue

Le but de cette revue était de déterminer si l'aspirine et d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pouvaient contribuer à la prévention de la démence.

Contexte

La démence est un problème de santé publique mondial. À l'heure actuelle, il n'existe aucun médicament dont il est prouvé qu'il retarde ou empêche l'apparition de la démence. La biologie de la démence est encore mal comprise. Cependant, il y a des raisons de croire que l'inflammation pourrait être en partie responsable de certains des changements cérébraux observés dans la démence. Il existe de nombreux médicaments qui ont des propriétés anti-inflammatoires, notamment l'aspirine et les AINS qui sont souvent vendus comme analgésiques. Nous voulions voir si ces médicaments avaient un effet sur le développement de la démence. Ces médicaments ont quelques effets secondaires potentiels, qui incluent crise cardiaque et hémorragie, c'est pourquoi nous avons également évalué les effets nocifs des médicaments.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché les études pertinentes qui avaient été publiées jusqu'en janvier 2020. Nous avons trouvé quatre essais qui répondaient aux critères d'inclusion de cette revue (23187 personnes). Un essai a été entrepris aux États-Unis et en Australie et trois aux États-Unis seulement. Les essais portaient sur différentes populations. L'un d'entre eux concernait l'aspirine chez des personnes en bonne santé sans antécédents de démence, de maladie cardiovasculaire ou de handicap physique. Les trois autres portaient sur des AINS autres que l'aspirine et ont été menés chez des personnes en bonne santé ayant des antécédents familiaux de maladie d'Alzheimer, des personnes ayant déclaré une perte de mémoire et des personnes souffrant de troubles cognitifs légers (un déclin léger mais perceptible et mesurable des capacités cognitives, notamment de la mémoire et de la réflexion). Toutes les études incluses avaient des limitations. L'étude de l'aspirine a été interrompue prématurément en raison de son inefficacité. Les trois études portant sur d'autres AINS (célécoxib, naproxène et rofécoxib) ont été interrompues prématurément en raison de préoccupations concernant leur sécurité.

Résultats principaux et qualité des données probantes

L'étude sur l'aspirine a révélé qu'une faible dose d'aspirine (100 mg par jour) ne prévenait pas la démence chez les personnes âgées en bonne santé, mais entraînait des taux plus élevés de décès et d'hémorragies majeures par rapport au placebo (comprimé factice). Nous étions très confiants dans ce résultat. Les études sur les AINS n'ont trouvé aucune donnée probante indiquant une différence entre les AINS et le placebo en termes de réduction du nombre de personnes atteintes de démence. En fait, dans l'une des études, plus de personnes ont développé une démence dans le groupe AINS. L'une des études sur les AINS incluses a rapporté une augmentation des saignements gastriques et une autre a rapporté autres problèmes gastriques, tels que des douleurs, des nausées et des gastrites. Les autres effets secondaires étaient similaires d'un groupe à l'autre. Nous étions modérément confiants dans la plupart des résultats concernant les AINS.

Conclusions

Cette revue n'a pas trouvé des données probantes à l'appui de l'utilisation de l'aspirine ou d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour la prévention de la démence et, en réalité, il y avait certaines indications qu'ils pouvaient entraîner des effets nocifs. Les études avaient des limitations, mais, étant donné les préoccupations concernant la sécurité, il semble peu probable que d'autres études concernant de faibles doses d’aspirine dans le cadre de la prévention de la démence soient menées. Si de futures études sur les AINS pour la prévention de la démence sont prévues, elles devront tenir compte des questions de sécurité découlant des études incluses dans cette revue et d'autres études sur les mêmes médicaments.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas de données probantes soutenant l'utilisation d'aspirine à faible dose ou d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens de toute classe (célécoxib, rofécoxib ou naproxène) pour la prévention de la démence, mais il y avait des données probantes des effets néfastes. Bien que les données probantes disponibles soient limitées, il semble peu probable qu'il soit nécessaire de poursuivre les essais de l'aspirine à faible dose pour la prévention de la démence. Si de futures études sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens dans le cadre la prévention de la démence sont prévues, elles devront être conscientes des problèmes de sécurité découlant des études existantes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La démence est une préoccupation mondiale. Sa prévalence mondiale est en augmentation. À l'heure actuelle, il n'existe aucun médicament autorisé pour prévenir ou retarder l'apparition de la démence. L'inflammation a été suggérée comme un facteur clé dans la pathogenèse de la démence. Par conséquent, les médicaments aux propriétés anti-inflammatoires pourraient être bénéfiques pour la prévention de la démence.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les effets indésirables de l'aspirine et d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour la prévention primaire ou secondaire de la démence.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans ALOIS, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et autres troubles cognitifs, jusqu'au 9 janvier 2020. ALOIS contient des enregistrements d'essais cliniques identifiés à partir de recherches mensuelles dans plusieurs grandes bases de données de soins de santé, registres d'essais et sources de littérature grise. Nous avons effectué des recherches supplémentaires dans MEDLINE (OvidSP), Embase (OvidSP) et dans six autres bases de données pour nous assurer que ces recherches étaient aussi complètes et à jour que possible. Nous avons également examiné les citations des références bibliographiques des études incluses.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais cliniques contrôlés (ECC) comparant l'aspirine ou d'autres AINS à un placebo pour la prévention primaire ou secondaire de la démence. Nous avons inclus des essais avec des participants en bonne santé cognitive (prévention primaire) ou des participants souffrant de troubles cognitifs légers ou de problèmes cognitifs (prévention secondaire).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standard selon le Manuel Cochrane pour les revues systématiques des interventions en santé. Nous avons évalué la solidité des données probantes pour chaque résultat en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR totalisant 23187 participants. En raison de la diversité de ces essais, nous n'avons pas combiné les données pour donner des estimations faisant office de résumé, mais nous avons présenté une description narrative des données probantes.

Nous avons identifié un essai (19114 participants) comparant l'aspirine à faible dose (100 mg une fois par jour) à un placebo. Les participants étaient âgés de 70 ans ou plus et n'avaient aucun antécédent de démence, de maladie cardiovasculaire ou de handicap physique. L'analyse intermédiaire n'a révélé aucun effet significatif du traitement et l'essai a été interrompu un peu plus tôt après une période de suivi médiane de 4,7 ans. Il n'y avait pas de données probantes indiquant une différence dans l'incidence de la démence entre les groupes aspirine et placebo (rapport de risque (RR) 0,98, IC à 95 % 0,83 à 1,15 ; données probantes de niveau de confiance élevé). Les participants ayant reçu de l'aspirine présentaient des taux plus élevés d'hémorragies majeures (RR 1,37, IC à 95 % 1,17 à 1,60, données probantes de niveau de confiance élevé) et une mortalité légèrement plus élevée (RR 1,14, IC à 95 % 1,01 à 1,28, données probantes de niveau de confiance élevé). Il n'y avait pas de données probantes indiquant une différence dans les activités de la vie quotidienne entre les groupes (RR 0,84, IC à 95% 0,70 à 1,02 ; données probantes de niveau de confiance élevé).

Nous avons identifié trois essais comparant les AINS autres que l’aspirine à un placebo. Les trois essais ont été interrompus prématurément en raison des effets indésirables associés aux AINS signalés dans d'autres essais.

Un essai (2528 participants) a examiné le célécoxib, un inhibiteur de la cyclooxygénase-2 (COX-2) (200 mg deux fois par jour) et le naproxène, un AINS non sélectif (220 mg deux fois par jour), pour prévenir la démence chez les personnes âgées en bonne santé cognitive ayant des antécédents familiaux de maladie d'Alzheimer (MA). Le suivi médian était de 734 jours. En combinant les deux groupes de traitement par AINS, il n'y a pas eu de données probantes indiquant une différence dans l'incidence de la MA entre les participants ayant reçu des AINS et ceux ayant reçu un placebo (RR 1,91, IC à 95 % 0,89 à 4,10 ; données probantes de niveau de confiance modéré). Il n'y avait pas non plus de données probantes indiquant une différence dans les taux d'infarctus du myocarde (RR 1,21, IC à 95% 0,61 à 2,40), d'accidents vasculaires cérébraux (RR 1,82, IC à 95% 0,76 à 4,37) ou de mortalité (RR 1,37, IC à 95% 0,78 à 2,43) entre les groupes de traitement (données probantes de niveau de confiance modéré).

Un essai (88 participants) a évalué l'efficacité du célécoxib (200 mg ou 400 mg par jour) pour retarder le déclin cognitif chez des participants âgés de 40 à 81 ans présentant une légère perte de mémoire liée à l'âge mais dont les scores de mémoire sont normaux. La durée moyenne du suivi était de 17,6 mois pour le groupe traité par le célécoxib et de 18,1 mois pour le groupe placebo. Il n'y avait pas de données probantes indiquant une différence entre les groupes dans les résultats des tests dans l'un des six domaines cognitifs. Les participants auxquels on a attribué le célécoxib ont subi plus d'effets indésirables gastro-intestinaux que ceux auxquels on a attribué le placebo (RR 2,66, IC à 95 % 1,05 à 6,75 ; données probantes de faible niveau de confiance).

Un essai (1457 participants) a évalué l'efficacité du rofécoxib, un inhibiteur de la COX-2 (25 mg une fois par jour), pour retarder ou prévenir un diagnostic de MA chez les participants atteints de DCL. La durée moyenne de la participation à l'étude était de 115 semaines dans le groupe rofécoxib et de 130 semaines dans le groupe placebo. L'incidence de la MA était plus élevée dans le groupe rofécoxib que dans le groupe placebo (RR 1,32, IC à 95 % 1,01 à 1,72 ; données probantes de niveau de confiance modéré). Il n'y avait pas des données probantes indiquant une différence entre les groupes en termes d'événements cardiovasculaires indésirables (RR 1,07, IC à 95% 0,68 à 1,66 ; données probantes de niveau de confiance modéré) ou de mortalité (RR 1,62, IC à 95% 0,85 à 3,05 ; données probantes de niveau de confiance modéré). Les participants auxquels on a attribué le rofécoxib ont eu plus d'effets indésirables gastro-intestinaux supérieurs (RR 3,53, IC à 95 % 1,17 à 10,68 ; données probantes de niveau de confiance modéré). Les scores moyens annuels de différence rapportés n'ont pas montré des données probantes indiquant une différence entre les groupes dans les activités de la vie quotidienne (année 1 : pas de données disponibles ; année 2 : 0.0, IC à 95 % -0,1 à 0,2 ; année 3 : 0.1, IC à 95 % -0,1 à 0,3 ; année 4 : 0.1, IC à 95 % -0,1 à 0,4 ; données probantes de niveau de confiance modéré).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Guillaume Feller et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.