Interventions visant à faciliter l'administration d'anesthésiques locaux aux enfants et aux adolescents pendant les traitements dentaires

Problématique de la revue

Avec cette revue Cochrane, nous avons essayé de trouver la meilleure façon de faire accepter aux enfants de recevoir une injection d'anesthésique local pendant un traitement dentaire.

Contexte

Il est important que les enfants et les adolescents reçoivent un traitement dentaire sans douleur afin qu'ils ressentent moins d'anxiété et de peur. Cela les aidera également à accepter un traitement à l'avenir. L'administration d'un anesthésique local, c'est-à-dire d'un médicament qui arrête temporairement la sensation de douleur dans une petite partie du corps pendant que l'enfant reste éveillé et alerte, aidera à y parvenir. Cependant, il n'est pas toujours facile de donner aux enfants un anesthésiant local. Certains enfants ne supportent pas bien l'injection. Il existe un certain nombre d'interventions qui peuvent aider les enfants à accepter l'anesthésie locale dentaire, mais il n'y a pas de consensus sur la meilleure méthode.

Caractéristiques des études

Cette revue est à jour au 24 mai 2019. Nous avons inclus 26 études portant sur un total de 2435 enfants âgés de 2 à 16 ans. Les études ont été menées entre 2002 et 2019 dans des cliniques dentaires au Royaume-Uni, aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Iran, en Inde, en France, en Égypte, en Arabie Saoudite, en Syrie, au Mexique et en Corée.

Nous avons inclus des études comparant l'utilisation de différents équipements comme des lunettes audiovisuelles ou un dispositif d'injection informatisé appelé The Wand (baguette magique), ou des interventions du dentiste comme l'hypnose, la contre-stimulation/distraction, la modélisation vidéo, pour augmenter l'acceptation de l'administration d'un anesthésique local. Ces interventions ont été comparées à l'administration d'un anesthésique local à l'aide d'une seringue conventionnelle (soins habituels), ou de tout autre équipement dentaire ou intervention du dentiste. Des interventions ont été faites juste avant l'injection et d'autres ont été faites à la fois juste avant, pendant l'injection, et ont continué pendant le traitement dentaire.

Résultats principaux

Concernant la distraction audiovisuelle (utilisant des lunettes vidéo 3D comme distraction) comparée au traitement conventionnel les données étaient incertaines. Les preuves étaient incertaines lorsque l'on comparait le Wand au traitement conventionnel. Les données étaient également incertaines concernant la contre-stimulation/distraction par rapport au traitement conventionnel et pour l'hypnose par rapport au traitement conventionnel.

Les autres comparaisons étudiées incluaient le pré-refroidissement du site d'injection, le Wand par rapport à un autre système électronique appelé Sleeper One, l'utilisation d'une seringue de camouflage, l'utilisation d'un dispositif de contre-stimulation électrique et la modélisation vidéo. Il y avait une seule étude pour chacune. Les résultats de ces autres comparaisons n'étaient pas suffisants pour pouvoir décider de leur efficacité.

Les études incluses ne mentionnaient pas s'il y avait des effets néfastes des différentes interventions.

Certitude des données

Le niveau de certitude que nous avons par rapport à ces résultats est très faible. Cela s'explique par le risque élevé de biais et le petit nombre de personnes étudiées dans les essais inclus.

Conclusion

Nous n'avons pas suffisamment de preuves pour dire quelle est l'intervention la plus efficace pour accroître l'acceptation de l'anesthésie locale chez les enfants et les adolescents. Nous suggérons que d'autres études rigoureuses soient menées dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé suffisamment de données probantes pour tirer des conclusions fermes quant aux meilleures interventions pour accroître l'acceptation de l'AL chez les enfants, en raison des variations dans la méthodologie et la nature/le moment des mesures des critères de jugement. Nous recommandons d'autres ECR parallèles, communiquant leurs résultats conformément à la déclaration CONSORT. Il convient d'être prudent dans le choix des mesures des critères de jugement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pratique de soins dentaires sans douleur est cruciale pour réduire la peur et l'anxiété, pour achever le traitement et pour accroître l'acceptation des futurs traitements dentaires chez les enfants. L'anesthésie locale (AL) facilite cette approche indolore, mais elle reste difficile. Un certain nombre d'interventions visant à aider les enfants à faire face à la délivrance de l'AL ont été décrites, sans qu'il y ait de consensus sur la meilleure méthode pour en accroître l'acceptation.

Objectifs: 

Évaluer les effets des méthodes d'acceptation de l'AL chez les enfants et les adolescents pendant les traitements dentaires.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane Santé bucco-dentaire a effectué des recherches dans le registre des essais de santé bucco-dentaire Cochrane (jusqu'au 24 mai 2019) ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2019 numéro 4) dans la bibliothèque Cochrane (recherche effectuée le 24 mai 2019) ; MEDLINE Ovid (de 1946 au 24 mai 2019) ; Embase Ovid (de 1980 au 24 mai 2019) ; et Le Web of Science (de 1900 au 24 mai 2019). Le registre des essais cliniques en cours de l’Institut National de Santé des États-Unis (ClinicalTrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS ont également été consultés jusqu'au 24 mai 2019. Il n'y a eu aucune restriction quant à la langue ou à la date des publications.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) parallèles sur les interventions utilisées pour accroître l'acceptation de l'AL dentaire chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Nous avons procédé à l'extraction des données et à l'évaluation du risque de biais en double et de manière indépendante. Nous avons contacté les auteurs pour les informations manquantes. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide du système GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 26 essais avec 2435 participants randomisés âgés de 2 à 16 ans. Des études ont été menées entre 2002 et 2019 dans des cliniques dentaires au Royaume-Uni, aux États-Unis, aux Pays-Bas, en Iran, en Inde, en France, en Égypte, en Arabie Saoudite, en Syrie, au Mexique et en Corée. Les études ont porté sur des interventions utilisant des équipements (plusieurs dispositifs d'administration d'AL par injection ou d'aides audiovisuelles utilisées immédiatement avant l'administration d'AL ou pendant ou les deux) et des interventions de dentistes (interventions de comportement psychologique effectuées avant l'AL [modélisation vidéo], ou immédiatement avant 'administration d'AL ou pendant ou les deux [hypnose, contre-stimulation]).

Nous avons jugé qu'une étude présentait un faible risque de biais et que les autres étaient à haut risque de biais. L'hétérogénéité clinique des études incluses a rendu impossible le regroupement des données dans des méta-analyses. Aucune des études n'a communiqué sur l'acceptation de l'AL, notre critère de jugement principal. Aucune étude n'a communiqué sur les critères de jugement secondaires suivants : achèvement du traitement dentaire, succès du traitement d’AL/antalgique, satisfaction du patient, satisfaction des parents et effets indésirables.

La distraction audiovisuelle par rapport au traitement conventionnel : les données probantes étaient incertaines concernant le comportement lié à la douleur pendant l'administration d'AL avec une réduction du comportement négatif lorsque les lunettes vidéo 3D étaient utilisées dans le groupe de distraction audiovisuelle (risque relatif (RR) 0,13, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,03 à 0,50 ; 1 essai, 60 participants ; données probantes de très faible certitude).

Le Wand par rapport au traitement conventionnel : les preuves étaient incertaines quant à l'effet de le Wand sur le comportement lié à la douleur pendant l'administration d’AL. Quatre études ont fait état d'un effet bénéfique de l'utilisation de le Wand, tandis que les autres études n'ont suggéré aucune différence entre les deux méthodes de délivrance d'AL (six essais, 704 participants ; données probantes de très faible certitude).

La contre-stimulation/distraction par rapport au traitement conventionnel : les données probantes étaient incertaines concernant le comportement lié à la douleur pendant l'administration d'AL, les enfants ressentant moins de douleur lorsque la contre-stimulation était utilisée (RR 0,12, IC à 95 % 0,04 à 0,34 ; 1 essai, 134 participants ; données probantes de très faible certitude).

L’hypnose par rapport au traitement conventionnel : les données probantes étaient incertaines quant à l'expérience de la douleur pendant l'administration d’AL, les participants du groupe d’hypnose éprouvant moins de douleur (différence moyenne (DM) -1,79, IC à 95 % -3,01 à -0,57 ; 1 essai, 29 participants ; données probantes de très faible certitude).

Les autres comparaisons étudiées incluaient le pré-refroidissement du site d'injection, le Wand par rapport au Sleeper One, l'utilisation d'une seringue de camouflage, l'utilisation d'un dispositif de contre-stimulation électrique et l'acclimatation par modélisation vidéo, et ont fait l'objet d'une seule étude dans chaque cas. Les résultats de ces autres comparaisons étaient insuffisants pour tirer des conclusions sur leur efficacité, et ont été considérés comme des données probantes de très faible certitude.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.