Les antibiotiques pour les blessures pénétrantes de l'abdomen : quels antibiotiques sont efficaces et pendant combien de temps faut-il les prendre ?

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant l'utilisation d'antibiotiques pour prévenir les infections ou la mort chez les personnes qui subissent une opération pour des blessures abdominales pénétrantes.

Contexte

Les traumatismes abdominaux pénétrants (coups de feu ou de couteau à l'abdomen) sont une cause majeure d'admission à l'hôpital et nécessitent souvent une opération. Si une personne survit à la blessure initiale, elle peut par la suite développer des infections, ce qui peut entraîner la mort. Avant que les antibiotiques ne soient disponibles, la majorité des personnes ayant subi ces blessures mouraient d'infections.

Caractéristiques des études

Nous avons recherché des essais impliquant des participants de tout âge et de tout sexe, qui ont subi une opération d'urgence pour traiter un traumatisme abdominal pénétrant. Les données probantes sont à jour jusqu'au 23 juillet 2019. Nous avons inclus 29 études qui ont inclus 4 458 participants. Il y avait des problèmes dans la conception et la réalisation de toutes ces études, ce qui signifie que nous étions incertains des résultats. La plupart de ces études ont été réalisées il y a plus de 20 ans, avec des antibiotiques qui ne sont plus souvent utilisés aujourd'hui. Les techniques et les pratiques chirurgicales ont également beaucoup évolué au cours de cette période. Sept des 29 études ont été financées par des sociétés pharmaceutiques, tandis que les autres études n'ont pas indiqué leurs sources de financement.

Résultats principaux

En raison de la très faible qualité des données probantes, nous ne savons pas si le fait de donner des antibiotiques plus longtemps après une plaie pénétrante réduit le taux d'infections après une opération. Nous ne savons pas non plus si un traitement antibiotique est meilleur que tous les autres testés dans les essais.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes pour tous les critères de jugement était très faible, principalement en raison de problèmes liés à la façon dont les études ont été menées. Ces problèmes étaient liés à l'absence de placebos (médicaments qui semblent identiques au médicament de l'étude mais qui ne contiennent pas le principe actif), à l'absence de mise en insu des participants ou des investigateurs ou à des méthodes inadéquates d'attribution aléatoire des traitements aux participants. Il y avait également des différences importantes dans les méthodes utilisées entre les études. De nouvelles études de meilleure qualité sont nécessaires afin de répondre aux questions sur l'utilisation des antibiotiques pour réduire les infections faisant suite à une lésion abdominale pénétrante.

Conclusions des auteurs: 

Des données probantes de très faible qualité signifient que nous ne sommes pas certains quant à l'effet de la durée de l'antibioprophylaxie ou de la supériorité d'un traitement antibiotique sur un autre, pour les traumatismes abdominaux pénétrants, sur les taux d'infection du site opératoire abdominal, la mortalité ou les infections intra-abdominales.

Les futurs ECR devraient être suffisamment puissants, tester les antibiotiques actuellement utilisés, connus pour leur efficacité contre la flore intestinale, utiliser une méthodologie permettant de minimiser le risque de biais et signaler de manière adéquate le niveau de contamination péritonéale rencontré lors de la laparotomie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traumatisme abdominal pénétrant (TAP) est un type de traumatisme courant menant à l'admission à l'hôpital, qui évolue souvent vers des complications septiques. Les antibiotiques sont couramment administrés à titre prophylactique avant la laparotomie pour TAP. Cependant, une revue Cochrane antérieure visant à comparer les antibiotiques avec le placebo n'a pas identifié d'essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) pertinents. Malgré cela, de nombreux ECR ont été réalisés, comparant différents agents et durées d'antibiothérapie. Jusqu'à présent, aucune étude systématique de ces essais n'a été effectuée.

Objectifs: 

Évaluer les effets des antibiotiques dans les cas de traumatismes abdominaux pénétrants, en fonction du type d'agent administré et de la durée du traitement.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes pour trouver des essais contrôlés randomisés pertinents, depuis la création de la base de données jusqu'au 23 juillet 2019 ; le registre spécialisé du Cochrane Injuries Group, CENTRAL, MEDLINE Ovid, MEDLINE Ovid In-Process & Other Non-Indexed Citations, MEDLINE Ovid Daily et Ovid OLDMEDLINE, Embase Classic + Embase Ovid, ISI Web of Science (SCI-EXPANDED, SSCI, CPCI-S et CPSI-SSH), et deux registres d'essais cliniques. Nous avons également cherché dans les listes des références des études incluses. Nous n'avons appliqué aucune restriction quant à la langue ou à la date de publication.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus uniquement les ECR. Nous avons inclus des études impliquant des participants de tous âges, qui ont été menées dans des hôpitaux de soins secondaires seulement. Nous avons inclus des études sur des participants qui avaient une plaie abdominale pénétrante isolée avec rupture du péritoine, et qui ne prenaient pas déjà d'antibiotiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont, de manière indépendante, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons utilisé les méthodes standard de Cochrane. Nous avons regroupé les résultats de l'étude à l'aide d'un modèle à effets aléatoires. Nous avons également effectué une analyse séquentielle d'essai (ASE) pour aider à réduire les erreurs de type I et II dans nos analyses.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 29 ECR, impliquant un total de 4 458 participants. Nous avons jugé que 23 essais présentaient un risque élevé de biais dans au moins un domaine.

Nous sommes incertains de l'effet d'une antibioprophylaxie de longue durée (> 24 heures) par rapport à une antibioprophylaxie de courte durée (≤ 24 heures) sur l'infection du site opératoire abdominal (RR 1,00, IC à 95 0,81 à 1,23 ; I² = 0 % ; 7 études, 1 261 participants ; données probantes de très faible qualité), la mortalité (Peto OR 1.67, IC à 95 % 0,73 à 3,82 ; I² = 8 % ; 7 études, 1 261 participants ; données probantes de très faible qualité), ou une infection intra-abdominale (RR 1,23, IC à 95 % 0,84 à 1,80 ; I² = 0 % ; 6 études, 111 participants ; données probantes de très faible qualité).

D'après les données probantes de très faible qualité de quinze études, portant sur 2 020 participants, qui ont comparé différents traitements ayant une activité contre trois classes de flore gastro-intestinale (gram positif, gram négatif, anaérobie), nous ne savons pas s’il existe un bénéfice d’un traitement par rapport à un autre.

L’ASE a montré que la majorité des comparaisons n'ont pas franchi la limite ajustée en fonction de l'alpha pour les avantages ou les inconvénients, ou n'ont pas atteint la taille d'information requise, ce qui indique que d'autres études sont nécessaires pour ces analyses. Toutefois, dans les trois analyses qui ont franchi la limite pour la futilité, il est peu probable que d'autres études montrent des avantages ou des inconvénients.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Stéphanie Roullet et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.