Produits à base de plantes contre la douleur neuropathique

Contexte

La douleur neuropathique est une affection complexe et souvent invalidante, et de nombreuses personnes souffrent de douleurs modérées ou intenses pendant de nombreuses années, ce qui affecte leur qualité de vie. Cette condition est difficile à traiter et, en général, seulement 40 à 60 % des personnes atteintes de cette condition obtiennent un soulagement partiel.

La douleur neuropathique est une douleur qui a pour origine des lésions nerveuses. Elle est différente des messages de douleur qui sont transmis le long des nerfs sains à partir de tissus endommagés (par exemple, une chute ou une coupure, ou un genou arthritique). La douleur neuropathique est souvent traitée par des médicaments différents de ceux utilisés pour soulager la douleur causée par des tissus endommagés. Les médicaments qui sont parfois utilisés pour traiter la douleur neuropathique peuvent avoir des effets secondaires dommageables et, par conséquent, les gens essaient maintenant des produits à base de plantes pour aider à soulager la douleur.

Nous avons effectué une recherche d'essais cliniques pertinents en mars 2018. Nous avons cherché des études chez des adultes souffrant de douleurs neuropathiques modérées qui ont pris une forme quelconque de produit à base de plantes, soit en le consommant dans leur alimentation, sous forme de comprimés, soit en l'appliquant sur la peau pour soulager la douleur. Nous avons également recueilli de l'information sur les effets secondaires que ces produits à base de plantes pourraient avoir.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus deux études avec 128 participants. La taille de l'étude variait de 54 à 74 participants âgés de 21 à 85 ans. Les deux études comprenaient des hommes et des femmes. Les deux études ont comparé des médicaments à base de plantes médicinales (muscade ou millepertuis) à un placebo et ont permis de continuer à utiliser des analgésiques. Les deux études ont signalé des effets secondaires.

Résultats principaux

Les participants n'ont signalé aucune réduction de l'intensité de la douleur de 30 % ou plus et on n'a observé aucune réduction du score total de la douleur en réponse à la muscade ou au millepertuis. Il n'y a pas eu non plus de réduction du taux d'abandon ou du nombre d'effets secondaires entre le traitement et le placebo.

Qualité des données probantes

Nous avons évalué la qualité des données des études selon quatre catégories: très faible, faible, modéré ou élevé. Des données de très faible qualité signifient que nous accordons très peu de confiance aux résultats. Des données probantes de grande qualité signifient que nous sommes très confiants.

Seulement deux petites études répondaient aux critères de recherche de cette revue. Ni l'un ni l'autre n'a fourni de preuves de grande qualité sur les avantages ou les inconvénients possibles. Nous avons jugé que les preuves étaient de très faible qualité. Par conséquent, les résultats des études contenues dans la présente analyse sont très incertains et ne permettent pas de tirer des conclusions significatives. Des études de plus grande envergure et de grande qualité sont nécessaires pour évaluer avec précision si les produits à base de plantes médicinales sont bénéfiques ou peuvent être nocifs lorsqu'ils sont utilisés pour traiter la douleur neuropathique chez les adultes.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes étaient insuffisantes pour déterminer si la muscade ou le millepertuis ont une efficacité significative dans les états douloureux neuropathiques.

La qualité des données probantes actuelles soulève de sérieuses incertitudes quant aux estimations de l'effet observé ; par conséquent, nous avons très peu confiance dans l'estimation de l'effet ; l'effet réel sera probablement très différent de l'estimation de l'effet.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur neuropathique est une conséquence d'une atteinte du système nerveux central (SNC), par exemple un accident vasculaire cérébral, une sclérose en plaques ou une lésion de la moelle épinière, ou du système nerveux périphérique (SNC), par exemple une neuropathie diabétique douloureuse (NDP), une névralgie postherpétique (NPH), une chirurgie. Les données probantes suggèrent que les personnes souffrant de douleur neuropathique sont susceptibles de rechercher d'autres modes de soulagement de la douleur, comme les médicaments à base de plantes médicinales, en raison des effets indésirables causés par les agents pharmacologiques actuels utilisés pour traiter la douleur neuropathique. Cette revue inclut des études dans lesquelles les participants ont été traités avec des médicaments à base de plantes médicinales (topiques ou ingérés) qui avaient éprouvé des douleurs neuropathiques pendant au moins trois mois.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'efficacité analgésique des médicaments ou préparations à base de plantes contre la douleur neuropathique et les effets indésirables associés à leur utilisation.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL et dans la base de données Cochrane sur les examens systématiques, MEDLINE, Embase, CINAHL et AMED jusqu'en mars 2018. Nous avons identifié d'autres études à partir des listes de références des documents récupérés. Nous avons également fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour connaître les essais en cours et nous avons communiqué avec des experts dans le domaine pour obtenir des données pertinentes sur les études publiées, non publiées ou en cours.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (y compris des essais croisés) à double insu, évaluant l'efficacité des traitements à base de plantes contre la douleur neuropathique par rapport au placebo, sans intervention ou tout autre comparateur actif. Les participants étaient âgés de 18 ans et plus et souffraient d'une ou de plusieurs douleurs neuropathiques depuis trois mois ou plus.

Nous n'avons appliqué aucune restriction quant à la langue ou au sexe. Nous avons exclu les études de surveillance des effets des produits chimiques isolés et uniques dérivés de la plante ou des produits chimiques synthétiques basés sur les constituants de la plante, s'ils n'ont pas été administrés à une concentration naturellement présente dans la plante.

Nous avons exclu les études qui surveillaient les effets de la médecine traditionnelle asiatique et des cannabinoïdes ainsi que les études portant sur les céphalées ou la migraine, car ces traitements et affections font l'objet d'examens distincts.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards définies par Cochrane. Deux auteurs de l'étude ont examiné indépendamment les essais en vue de leur inclusion, évalué le risque de biais et extrait les données. Nous avons calculé le ratio de risque (RR) et le nombre nécessaire à traiter pour un résultat bénéfique supplémentaire (NNTB). Les principaux résultats ont été un soulagement de la douleur de 30 %, ou 50 %, ou plus, déclaré par les participants, et une impression globale du changement clinique (PGIC) déclarée par les participants. Nous avons aussi recueilli des informations sur les événements indésirables. Nous avons évalué les éléments probants à l'aide de GRADE et avons créé un tableau récapitulatif des résultats.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus deux études (128 participants). La neuropathie diabétique et la douleur neuropathique non diabétique ont été étudiées dans ces deux études.

Deux médicaments à base de plantes, à savoir la muscade (appliquée par voie topique en vaporisateur de 125 mL pendant quatre semaines, contenant de l'huile de macis 2 %, de l'huile de muscade 14 %, du salicylate de méthyle 6 %, du menthol 6 %, de l'huile de coco et de l'alcool) et du millepertuis (pris sous forme de capsules contenant chacune 900 mg d'hypericine totale, soit trois fois par jour, soit une concentration de 2700 mg pendant cinq semaines). Les deux études ont permis l'utilisation d'analgésiques concomitants.

Les deux ont signalé au moins un résultat lié à la douleur, mais nous n'avons pu effectuer une méta-analyse de l'efficacité en raison de l'hétérogénéité entre les principaux résultats et nous n'avons pu tirer aucune conclusion sur les effets. Parmi les autres résultats, mentionnons le PGIC, les effets indésirables et les retraits. Il n'y avait pas de données sur les résultats de soulagement de la douleur de 50 % ou plus ou sur les résultats PGIC (modérés et substantiels) signalés par les participants.

Lorsque nous avons observé un soulagement de la douleur de 30 % ou plus par rapport aux valeurs initiales, nous n'avons observé aucune différence (P = 0,64) entre la muscade et le placebo (RR 1,12, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,69 à 1,85 ; 48,6 % contre 43,2 %). Nous avons abaissé les preuves de ce résultat à une très faible qualité.

Nous n'avons observé aucun changement entre le traitement par placebo et le traitement à la muscade lorsque nous avons examiné les résultats de la douleur secondaire. Les scores de l'échelle visuelle analogique (EVA) pour la réduction de la douleur (de 0 à 100, où 0 = aucune réduction de la douleur) étaient de 44 pour la muscade et le placebo avec des écarts types de 21,5 et 26,5 respectivement. On n'a observé aucune différence (P = 0,09 à 0,33) dans le score total de la douleur en réponse au millepertuis comparativement au placebo, car on n'a observé qu'une réduction de 1 point lorsque l'on examine les différences médianes de changement par rapport aux valeurs de référence sur une échelle numérique de 0 à 10 points.

Il y a eu un total de cinq abandons sur 91 participants (5 %) dans les groupes traités comparativement à six sur 91 (6,5 %) dans les groupes placebo, tandis que les effets indésirables étaient les mêmes dans les groupes traités et placebo.

Nous avons jugé qu'aucune des deux études ne présentait un faible risque de biais. Nous avons attribué le risque de biais à la petite taille de l'étude et aux données incomplètes sur les résultats qui entraînent un biais d'attrition. Nous avons abaissé la qualité des données probantes à très faible pour tous les résultats primaires et secondaires présentés dans le présent examen. Nous avons dégradé la qualité des données probantes à deux reprises en raison de très sérieuses limites dans la qualité de l'étude (en raison de la petite taille de l'étude et du biais d'attrition) et nous avons dégradé un autre niveau en raison de l'aspect indirect, puisque les études incluses ne mesuraient que les résultats à des moments à court terme. Les résultats de cet examen doivent être traités avec scepticisme, car nous avons très peu confiance dans l'estimation des effets.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.