Traitement anticoagulant pour l'embolie pulmonaire sous-segmentaire

Contexte

L'embolie pulmonaire aiguë (EP) est une cause courante de décès, représentant 50 000 à 200 000 décès par an. C'est la troisième cause de mortalité parmi les maladies cardiovasculaires, après les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux. L'avènement de l'angiographie tomographique pulmonaire (CTPA) à détecteurs multiples assistée par ordinateur a permis de mieux évaluer l'EP en ce qui concerne la visualisation des artères pulmonaires périphériques, ce qui a augmenté son taux de diagnostic. Davantage de cas d'EP périphériques, tels que l'EP sous-segmentaire (EPSS) isolée et l'EP accidentelle, ont ainsi été identifiés. Ces deux affections se retrouvent généralement chez des patients présentant peu ou pas de symptômes classiques tels que la toux (y compris l'expectoration de sang), des douleurs thoraciques ou dans le haut du dos, un essoufflement aigu ou une défaillance générale ou spécifique de la circulation, qu'elle soit de nature cardiaque ou périphérique. Cependant, chez les patients souffrant d'une affection cardiaque et pulmonaire, les symptômes classiques de l'EP peuvent être retrouvés avec des EPSS isolées. L’EPSS accidentelle est constatée de manière fortuite chez les patients asymptomatiques, généralement par imagerie diagnostique réalisée pour d'autres raisons (par exemple, la tomodensitométrie (TDM) de routine pour le bilan d’extension chez les patients en oncologie). Les patients présentant une EPSS isolée ou une EP accidentelle peuvent avoir un tableau clinique plus bénin que ceux présentant une EP proximale. Cependant, la signification clinique et le pronostic chez ces patients doivent être étudiés pour évaluer si un traitement anticoagulant est nécessaire.

Problématique de la revue

Quelle est l'efficacité et l’innocuité du traitement anticoagulant par rapport au contrôle chez les patients souffrant d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) ou d'EPSS accidentelle ?

Caractéristiques de l'étude

Nous n'avons identifié aucune étude répondant aux critères d'inclusion.

Principaux résultats

Il n'y a pas de preuves provenant d'essais contrôlés randomisés (à la date du 26 novembre 2019) sur l'efficacité et l’innocuité du traitement anticoagulant par rapport au contrôle chez les patients souffrant d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou d'une EPSS accidentelle. Nous ne pouvons donc tirer aucune conclusion. Une recherche bien menée est nécessaire avant de pouvoir prendre des décisions de pratique éclairées.

Qualité des données probantes

Il n'est pas possible d'examiner la qualité méthodologique en l'absence d'études pouvant être incluses dans la revue.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas de données probantes provenant d'essais contrôlés randomisés pour évaluer l'efficacité et l’innocuité du traitement anticoagulant par rapport au contrôle chez les patients souffrant d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou d'EPSS accidentelle. Une recherche bien menée est nécessaire avant de pouvoir prendre des décisions de pratique éclairées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'embolie pulmonaire aiguë (EP) est une cause courante de décès, représentant 50 000 à 200 000 décès par an. C'est la troisième cause de mortalité parmi les maladies cardiovasculaires, après les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux. L'avènement de l'angiographie tomographique pulmonaire (CTPA) à détecteurs multiples assistée par ordinateur a permis de mieux évaluer l'EP en ce qui concerne la visualisation des artères pulmonaires périphériques, ce qui a augmenté son taux de diagnostic. Davantage de cas d'EP périphériques, tels que l'EP sous-segmentaire (EPSS) isolée et l'EP accidentelle, ont ainsi été identifiés. Ces deux affections se retrouvent généralement chez des patients présentant peu ou pas de symptômes classiques d'EP tels que l'hémoptysie ou les douleurs pleurétiques, la dyspnée aiguë ou le collapsus. Cependant, chez les patients dont la réserve cardiorespiratoire est réduite, les symptômes classiques de l'EP peuvent se retrouver avec des EPSS isolées. L’EPSS accidentelle est constatée de manière fortuite chez les patients asymptomatiques, généralement par imagerie diagnostique réalisée pour d'autres raisons (par exemple, le scanner de routine pour le bilan d’extension chez les patients en oncologie). Traditionnellement, toutes les EP sont anticoagulées de manière similaire, indépendamment de leur emplacement, ou du nombre et de la taille des thrombi. Il a été suggéré que de nombreux patients atteints d’EPSS pourraient être traités sans bénéfice, augmentant les effets indésirables par une possible utilisation inutile d'anticoagulants. Les patients présentant une EPSS isolée, ou une EP accidentelle, peuvent avoir un tableau clinique plus bénin que ceux présentant une EP proximale. Cependant, la signification clinique chez les patients, et leur pronostic, doivent être étudiés pour évaluer si une thérapie anticoagulante est nécessaire. Il s'agit de la deuxième mise à jour de la revue systématique Cochrane publiée en 2014.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l’innocuité du traitement anticoagulant par rapport au contrôle chez les patients souffrant d'embolie pulmonaire sous-segmentaire (EPSS) isolée ou d'EPSS accidentelle.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information vasculaire Cochrane a effectué des recherches dans le registre spécialisé en vasculaire de Cochrane, dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et AMED et dans le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et le registre d’essais ClinicalTrials.gov jusqu'au 26 novembre 2019. Nous avons également procédé à une vérification des références afin d'identifier d'autres études.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés de thérapie anticoagulante par rapport au contrôle chez les patients atteints d’EPSS ou d’EPSS accidentelle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont inspecté toutes les références identifiées afin d’assurer une évaluation fiable. Nous avons prévu que deux auteurs de la revue extraient les données de manière indépendante et évaluent la qualité méthodologique des essais identifiés en utilisant les critères recommandés dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions si des études pertinentes étaient identifiées.

Résultats principaux: 

Nous n'avons identifié aucune étude répondant aux critères d'inclusion.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Mamadou Lamarana Diallo et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.