Sélection normale de spermatozoïdes pour l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) par rapport à l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes choisis selon la morphologie (IMSI) par agrandissement ultra-grand pour la procréation assistée

Contexte : La micromanipulation de spermatozoïdes, comme l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), est très utile pour le traitement des couples chez qui le partenaire masculin présente une baisse de la concentration ou motilité des spermatozoïdes, ou les deux. Récemment, une nouvelle méthode de sélection des spermatozoïdes appelée 'examen morphologique des organites des spermatozoïdes motiles' (MSOME, motile sperm organelle morphology examination) a été décrite, laquelle analyse le sperme par agrandissement à une puissance ultra-grande (6000 fois). Les études initiales ont montré que l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes choisis selon la morphologie (IMSI), en utilisant les spermatozoïdes choisis par agrandissement ultra-grand, est associée à des taux de grossesse plus élevés chez les couples ayant subi des échecs successifs d'implantation.

Date de la recherche : nous avons effectué une recherche dans la littérature médicale en mai 2013 pour trouver des études ayant évalué l'efficacité et l'innocuité de l'utilisation de l'agrandissement ultra-grand (plus de 6000 fois) pour la sélection des spermatozoïdes avant la procédure ICSI, comparée à l'utilisation d'une procédure ICSI conventionnelle, avec un agrandissement de 200 à 400 fois.

Caractéristiques des études : nous avons trouvé neuf essais contrôlés randomisés, ayant évalué 2 014 couples, qui avaient comparé une procédure ICSI conventionnelle à la technique IMSI pour la procréation assistée. Ces études ont été financées par des services de consultation externe de fertilité et des universités.

Principaux résultats et qualité des preuves : pour la naissance vivante, il y avait des preuves de faible qualité compatibles soit avec des bénéfices soit avec des risques : pour les femmes ayant 38 % de chances d'obtenir une naissance vivante en utilisant une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) conventionnelle, les chances d'obtenir une naissance vivante avec une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes choisis selon la morphologie par agrandissement ultra-grand (IMSI) seraient comprises entre 30 % et 63 %. Pour les grossesses cliniques, il y avait des preuves de très faible qualité compatibles avec des bénéfices : pour les femmes ayant 33 % de chances d'obtenir une grossesse en utilisant une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) conventionnelle, les chances d'obtenir une grossesse avec une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes choisis selon la morphologie (IMSI) seraient comprises entre 36 % et 52 % ; la qualité de ces preuves a été rabaissée en raison de l'imprécision, de l'incohérence de l'effet observé entre les études, et du risque élevé de biais de publication. Pour les fausses couches, il y avait des preuves de très faible qualité compatibles soit avec des bénéfices soit avec des risques : pour les femmes enceintes présentant un risque de 22 % de fausses couches en utilisant une ICSI conventionnelle, le risque avec la procédure IMSI serait compris entre 13 % et 25 %. Il n'existait aucune preuve concernant les anomalies congénitales. Nous en avons conclu que les preuves actuelles ne corroborent pas l'utilisation de la procédure IMSI : il n'y a aucune preuve en faveur des bénéfices pour les naissances vivantes et les fausses couches ; nous ne pouvons donc pas soutenir avec certitude l'effet bénéfique de la procédure IMSI dans les grossesses cliniques, et il n'existe aucune preuve de l'effet de cette intervention sur les anomalies congénitales. D'autres études sont nécessaires pour améliorer la qualité des preuves pour recommander la procédure IMSI dans la pratique clinique.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats obtenus dans les ECR ne corroborent pas l'utilisation clinique de la procédure IMSI. Il n'existe aucune preuve de l'effet sur les naissances vivantes ou les fausses couches et les preuves indiquant que la procédure IMSI améliore les grossesses cliniques sont de très faible qualité. Il n'y a aucune indication que la procédure IMSI augmente les anomalies congénitales. D'autres essais sont nécessaires pour améliorer la qualité des preuves pour recommander la procédure IMSI dans la pratique clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypofertilité est un trouble qui touche les couples en âge de procréer dans une proportion atteignant 15 %. La micromanipulation des gamètes, comme l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI), est très utile pour le traitement des couples dont les paramètres spermatiques sont affaiblis. Récemment, une nouvelle méthode de sélection des spermatozoïdes appelée 'examen morphologique des organites des spermatozoïdes motiles' (MSOME, motile sperm organelle morphology examination) a été décrite ainsi que les spermatozoïdes choisis par agrandissement ultra-grand (plus de 6000 fois) utilisés pour l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI). Cette nouvelle technique, appelée injection intracytoplasmique de spermatozoïdes choisis selon la morphologie (IMSI), offre théoriquement le potentiel d'améliorer les critères de jugement pour la procréation chez les couples bénéficiant de techniques de procréation assistée (TPA).

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'innocuité de la procédure IMSI et de la procédure ICSI chez les couples bénéficiant d'une TPA.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) dans les bases de données électroniques (le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, PsycINFO, CINAHL, LILACS), les registres d'essais (ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé), les actes de conférences (ISI Web of knowledge), et la littérature grise (OpenGrey) ; en outre, nous avons effectué des recherches manuelles dans les références bibliographiques des études incluses et des revues similaires. Nous avons consulté les bases de données électroniques pour la dernière fois le 8 mai 2013.

Critères de sélection: 

Nous avons considéré que seuls les véritables essais contrôlés randomisés comparant la procédure ICSI et la procédure IMSI étaient éligibles ; nous n'avons pas inclus d'essais quasi- ou pseudo-randomisés. Nous avons inclus les études qui ont permis l'inclusion du même participant plus d'une fois (essais croisés ou 'par cycle') uniquement si les données relatives au premier traitement de chaque participant étaient disponibles.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études, extrait les données et évalué les risques de biais, et ont résolu tous les désaccords par la discussion avec un troisième auteur de la revue. Nous avons correspondu avec les chercheurs des études afin d'éliminer le moindre doute, en cas de besoin.

Résultats principaux: 

La recherche a permis de trouver 294 dossiers ; parmi ces derniers neuf études ayant un schéma parallèle ont été incluses, totalisant 2 014 couples (IMSI = 1002 ; ICSI = 1012). La naissance vivante a été évaluée dans un seul essai qui ne fournissait aucune preuve significative d'une différence entre la procédure IMSI et la procédure ICSI (risque relatif (RR) 1,14, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,79 à 1,64, 1 ECR, 168 femmes, I2 = non applicable, preuves de faible qualité). La procédure IMSI a été associée à une amélioration significative du taux de grossesses cliniques (RR 1,29, IC à 95 % 1,07 à 1,56, 9 ECR, 2 014 femmes, I2 = 57 %, preuves de très faible qualité). Nous avons rabaissé la qualité de ces preuves en raison de l'imprécision, de l'incohérence et de l'indication forte de biais de publication. Nous n'avons trouvé aucune différence significative au niveau du taux de fausses couches entre la procédure IMSI et la procédure ICSI (RR 0,82, IC à 95 % 0,59 à 1,14, 6 ECR, 552 grossesses cliniques, I2 = 17 %, preuves de très faible qualité). Aucune des études incluses n'a signalé des anomalies congénitales.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.