Quelle est l'efficacité des programmes d'exercices supervisés par rapport aux programmes de marche supervisée pour traiter la claudication intermittente ?

Pourquoi cette question est importante ?

La claudication intermittente est le terme médical désignant la douleur dans la partie inférieure de la jambe (ou dans les deux jambes) qui se développe pendant l'exercice (par exemple, la marche) et qui disparaît généralement après quelques minutes de repos. Cette douleur est produite par une restriction du flux sanguin vers les muscles des jambes. Cette restriction de la circulation sanguine est due à l'obstruction partielle des artères (vaisseaux qui acheminent le sang riche en oxygène autour du corps) par une accumulation de dépôts graisseux (athérosclérose). Il en résulte une réduction de l'apport en oxygène aux muscles des jambes.

Les recommandations internationales préconisent aux personnes souffrant de claudication intermittente de faire de l'exercice en marchant (par exemple, sur un tapis roulant) sous la surveillance d'un kinésithérapeute ou d'un thérapeute du sport. Le but de ces exercices est d'augmenter la distance que les gens peuvent parcourir à pied et de limiter l'impact de la claudication intermittente sur leur qualité de vie.

Les programmes de marche supervisée ne sont pas le seul type d'exercice supervisé possible. Il existe d'autres options, telles que la musculation, la marche nordique (marche avec des bâtons spécialement conçus pour exercer le haut et le bas du corps) ou le vélo. Pour savoir dans quelle mesure d'autres types de programmes d'exercices supervisés sont efficaces par rapport aux programmes de marche supervisée, nous avons évalué les données probantes issues d'études de recherche.

Comment avons nous identifié et évalué les données probantes ?

Tout d'abord, nous avons recherché toutes les études pertinentes dans la littérature médicale. Nous avons ensuite comparé les résultats et résumé les données probantes de toutes les études. Enfin, nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes. Nous avons pris en compte des facteurs tels que la manière dont les études ont été menées, la taille des études et la cohérence des résultats d'une étude à l'autre. Sur la base de nos évaluations, nous avons classé les données probantes comme étant d’un niveau de confiance très faible, faible, modéré ou élevé.

Nos résultats

Nous avons trouvé dix études sur un total de 527 personnes souffrant de claudication intermittente. Les études ont comparé les programmes de marche supervisée en opposition avec :

* des exercices pour renforcer les muscles des jambes (quatre études) ;

* la marche nordique (trois études) ;

* le vélo (une étude) ;

* l'ergométrie des bras (pédaler avec les bras sur un appareil d'exercice - une étude) ;

* une combinaison de différents types d'exercices (quatre études).

Les programmes ont duré entre six et 24 semaines.

Les données probantes suggèrent qu'il n'y a peut-être que peu ou pas de différence entre la marche supervisée et les autres types d'exercices supervisés en termes de :

* distance maximale moyenne que les gens peuvent parcourir à pied après 12 semaines d'exercice ou une fois qu'ils ont terminé le programme d'exercice ;

* la distance moyenne que les personnes peuvent parcourir à pied sans ressentir de douleur après 12 semaines d'exercice ou une fois qu'elles ont terminé le programme d'exercice ; ou

* l’incapacité (après 12 à 24 semaines d'exercice).

Nous ne savons pas s'il y a une différence de qualité de vie, car les études qui se sont penchées sur la question ont utilisé différents outils de mesure pour l'évaluer, et nous n'avons pas pu comparer les résultats.

Ce que cela signifie

Cette revue suggère que la marche supervisée et d'autres types de programmes d'exercices supervisés pourraient avoir des effets similaires sur la distance que les personnes souffrant de claudication intermittente peuvent parcourir et sur la distance qu'elles peuvent parcourir sans douleur. Cependant, notre niveau de confiance dans ces résultats est limité, principalement car :

* les études que nous avons examinées étaient de petite taille ;

* les types d'exercices de marche supervisés qui ont été évalués variaient selon les études

* des préoccupations quant à la manière dont certaines études ont été conçues.

Des études ultérieures utilisant des méthodes solides et incluant un grand nombre de personnes sont nécessaires pour fournir des données probantes plus solides permettant de comparer différents types de programmes d'exercices supervisés pour la claudication intermittente.

Cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes de cette revue Cochrane sont à jour jusqu'en mars 2019.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue n'a pas trouvé de différence claire entre les modes d'exercice alternatifs et l'exercice de marche supervisé pour améliorer la distance de marche maximale et indolore chez les patients souffrant de claudication intermittente. Le niveau de confiance des données probantes a été jugé faible, en raison de l'incohérence clinique, de la petite taille de l'échantillon et du risque de partialité. Les conclusions de cette revue indiquent que d'autres modes d'exercice peuvent être utiles lorsque l'exercice de marche supervisé n'est pas une option. Il faut davantage d'ECR de qualité méthodologique et de puissance suffisante pour fournir des données probantes solides permettant de comparer chaque mode d'exercice alternatif avec le traitement de référence : la marche sur tapis roulant supervisé. Les futures ECR devraient étudier les critères de jugement sur le comportement à la marche, l'activité physique, le risque cardiovasculaire et la qualité de vie liée à la santé, en utilisant des méthodes d'essai de référence et en rapportant les critères de jugement afin de permettre une comparaison significative entre les études.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Selon les recommandations et la littérature internationales, tous les patients atteints de claudication intermittente doivent recevoir un traitement initial pour les facteurs de risque cardiovasculaire, un coaching sur les habitudes quotidiennes et une traitement par les exercices physiques supervisé. Dans la littérature, le traitement par les exercices physiques supervisé consiste souvent à marcher sur un tapis roulant ou sur une piste. Cependant, des modes alternatifs de traitement par les exercices physiques ont été décrits et ont donné des résultats similaires à la marche. Cela soulève la question suivante : quel mode d'exercice produit les résultats les plus bénéfiques ? Il s'agit de la première mise à jour de la revue originale publiée en 2014.

Objectifs: 

Évaluer les effets des mode alternatifs de traitements par les exercices physiques supervisés par rapport à l'exercice de marche traditionnel chez les patients souffrant de claudication intermittente.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur les maladies vasculaire a effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires, dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase et CINAHL, ainsi que dans les registres des essais cliniques de la plateforme internationale de l'Organisation mondiale de la santé et de ClinicalTrials.gov jusqu'au 4 mars 2019. Nous avons également entrepris la vérification des références bibliographiques, la recherche de citations et la prise de contact avec les auteurs des études afin de trouver des études supplémentaires. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés en comparant un groupe réalisant des modes d'entraînement alternatifs ou des combinaisons d'exercice alternatives avec un groupe témoin réalisant des exercices de marche supervisés chez des patients présentant une claudication intermittente cliniquement déterminée. Le programme de marche supervisée devait être supervisé au moins deux fois par semaine pendant six semaines d'entraînement consécutives.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné indépendamment les études, extrait les données et évalué le risque de biais pour chaque étude. Comme nous avons inclus des études avec différents protocoles de test sur tapis roulant et différentes unités de mesure (mètres, minutes ou secondes), l'approche de la différence moyenne standardisée (DMS) a été utilisée pour résumer les statistiques de la distance de marche moyenne (DMM) et de la distance de marche indolore (DMI). Les résumés des estimations ont été obtenues pour tous les résultats mesurés en utilisant un modèle à effets aléatoires. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Pour cette mise à jour, cinq études supplémentaires ont été incluses, soit un total de 10 études randomisés avec un total de 527 participants avec une claudication intermittente (CI). Les modes alternatifs de traitement par les exercices physiques comprennent le cyclisme, l'entraînement à la résistance des membres inférieurs, l'ergométrie des bras, la marche nordique et des combinaisons de modes d'exercice. Outre les essais contrôlés randomisés, deux essais quasi randomisés ont été inclus. Le risque global de biais dans les études incluses varie d’un niveau élevé à faible. Selon les critères de GRADE, le niveau de confiance des données probantes a été ramenée à faible, en raison de la taille relativement réduite des échantillons, de l'incohérence clinique et de l'inclusion de trois études présentant un risque de biais.

Dans l'ensemble, la comparaison des modes d'exercice alternatifs par rapport à la marche n'a pas montré de différences nettes pour la DMM à 12 semaines (différence moyenne standardisée (DMS) -0,01, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,29 à 0,27 ; P = 0,95 ; 6 études ; 274 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ; ou à la fin de la formation (DMS -0,11, IC à 95 % -0,33 à 0,11 ; P = 0,32 ; 9 études ; 412 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). De même, nous n’avons pas détecté de différence nette dans la DMI à 12 semaines (DMS -0,01, IC à 95 % -0,26 à 0,25 ; P = 0,97 ; 5 études ; 249 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ; ou à la fin de la formation (DMS -0,06, IC à 95 % -0,30 à 0,17 ; P = 0,59 ; 8 études, 382 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Quatre études ont porté sur la qualité de vie liée à la santé (HR-QoL) et trois études ont porté sur les troubles fonctionnels. Comme les études ont utilisé des mesures différentes, la méta-analyse n'a été possible que pour le score de distance du questionnaire de trouble de la marche (walking impairment questionnaire, WIQ), qui a montré peu ou pas de différence entre les groupes (DM -5,52, IC à 95 % -17,41 à 6,36 ; P = 0,36 ; 2 études ; 96 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Aude Aguilaniu et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.