Agonistes des récepteurs de l'acide gamma-aminobutyrique (GABA) pour le traitement de l'AVC aigu

Question : Les agonistes des récepteurs GABA sont-ils efficaces et sûrs dans le traitement de l'AVC aigu ?

Contexte : Les agonistes des récepteurs GABA sont un type de médicament qui peut aider à protéger le cerveau en cas d'AVC aigu. Ce groupe de médicaments, qui comprend le diazépam et le chlormethiazole, est utilisé comme sédatifs traditionnels depuis plusieurs décennies et s'est révélé bénéfique dans les études sur l'AVC chez les animaux. Cependant, l'effet sédatif des agonistes des récepteurs GABA pourrait être nocif pour les personnes ayant subi un AVC aigu.

Caractéristiques de l'étude: Nous avons identifié cinq études jusqu'en mai 2018 qui répondaient à nos critères d'inclusion ; elles ont randomisé 3 838 participants (patients ayant subi un AVC ischémique ou hémorragique aigu) et analysé 3 758. La qualité de toutes les études était généralement bonne, avec un faible risque de biais. Une étude a testé les effets et l'innocuité du diazépam en cas d'AVC aigu chez 849 participants dans les 12 heures suivant son apparition. Quatre études ont testé les effets et l'innocuité du chlormethiazole chez 2909 participants ayant subi un AVC aigu, dans les 12 heures suivant l'apparition de l'AVC ; 95 participants ont subi un AVC causé par un saignement et ont été analysés séparément.

Principaux résultats :x Les cinq essais ont tous fait état de décès et de dépendance au bout de trois mois. Il n'y avait pas de différence significative entre les groupes chlormethiazole et placebo ou entre les groupes diazépam et placebo. Les effets indésirables les plus fréquents causés par le chlormethiazole étaient la somnolence et l'irritation du nez.

Qualité des données probantes : En conclusion, les données de qualité moyenne n'appuient pas l'utilisation des agonistes des récepteurs GABA pour le traitement des personnes ayant subi un AVC aigu.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue fournit des données de qualité moyenne qui n'appuient pas l'utilisation des agonistes des récepteurs GABA (chlormethiazole ou diazépam) pour le traitement des personnes ayant subi un AVC aigu. Des ECR mieux conçus avec de grands échantillons de participants présentant un syndrome de circulation antérieure totale sont nécessaires pour déterminer s'il y a des avantages pour ce sous-groupe. La somnolence et la rhinite sont des effets indésirables fréquents liés au chlormethiazole.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il a été démontré que les agonistes des récepteurs de l'acide gamma aminobutyrique (GABA) ont un effet neuroprotecteur en réduisant la taille de l'infarctus et en améliorant les résultats fonctionnels dans les modèles animaux de maladies cérébrovasculaires. Cependant, les effets sédatifs des agonistes des récepteurs GABA ont limité leur application plus large chez les personnes ayant subi un AVC aigu, en raison du risque potentiel de stupeur. Il s'agit d'une mise à jour d'une Revue Cochrane publiée pour la première fois en 2013, et mise à jour en 2014 et 2016.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité des agonistes des récepteurs du GABA dans le traitement de l'AVC aigu.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais du Groupe Cochrane sur les AVC (consulté en mai 2018), le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL) 2018, numéro 4 (consulté en mai 2018), MEDLINE (de 1949 à mai 2018), Embase (de 1980 à mai 2018), CINAHL (de 1982 à mai 2018), AMED (de 1985 à mai 2018) et 11 bases de données chinoises (consulté en mai 2018). Dans le but d'identifier d'autres essais publiés, non publiés et en cours, nous avons fait des recherches dans les registres d'essais en cours, les listes de références et les comptes rendus de conférences pertinents, et avons communiqué avec les auteurs et les sociétés pharmaceutiques.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques contrôlés randomisés (ECR) portant sur les agonistes des récepteurs GABA par rapport au placebo chez les personnes ayant subi un AVC aigu (dans les 12 heures suivant la survenue de l'AVC), les critères de jugement primaires étant l'efficacité et la sécurité.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné de façon indépendante les titres et les résumés des documents identifiés, choisi les études à inclure, extrait les données éligibles, recoupé les données pour en vérifier l'exactitude et évalué le risque de biais. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais auprès de 3 838 participants (patients ayant subi un AVC ischémique ou hémorragique aigu, dont 3 758 ont été analysés). La plupart des participants recrutés ont eu un AVC ischémique aigu, les données disponibles auprès des participants ayant subi d'autres sous-types d'AVC, dont le syndrome de circulation antérieure totale (SCAT), étant limitées. La qualité méthodologique des essais inclus était généralement bonne, avec seulement un risque incertain de biais de sélection. En ce qui concerne le décès et la dépendance à trois mois, les résultats regroupés n'ont pas révélé de différence significative entre le chlormethiazole et le placebo (risque relatif (RR) de 1,03, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,96 à 1,11 ; quatre essais ; 2 909 participants ; données modérées) et le diazépam contre placebo (RR 0,94, IC à 95 % : 0,82 à 1,07 ; un essai ; 849 participants ; preuves modérées). Les effets indésirables les plus fréquents liés au chlormethiazole étaient la somnolence (RR 4,56, IC à 95 % : 3,50 à 5,95 ; deux essais ; 2 527 participants ; preuves de qualité modérée) et la rhinite (RR 4,75, IC à 95 % : 2,67 à 8,46 ; deux essais ; 2527 participants ; preuves de qualité moyenne).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Amytis Heim et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.