Comparaison du traitement, avec ou sans antibiotiques, de la pneumonie non sévère, chez les enfants âgés de 2 à 59 mois

Problématique de la revue
Nous avons essayé de déterminer s'il y avait une différence dans l’issue de la pneumonie non sévère avec respiration sifflante chez les enfants âgés de 2 à 59 mois, selon qu’ils étaient traités avec ou sans antibiotiques.

Contexte
La pneumonie est une infection pulmonaire. Chez les enfants, c'est l'une des principales causes de décès dans le monde. La pneumonie peut être classée selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La classification comprend l'évaluation de certains signes cliniques et symptômes, ainsi que de la gravité de la maladie et de son traitement en fonction de la gravité. Pour les pneumonies non sévères, l'OMS recommande un traitement antibiotique par voie orale. Pour cette revue nous avons utilisé la définition de la pneumonie non sévère de l'OMS de 2014 : un épisode de toux aigu, ou de difficulté à respirer, combiné à une respiration rapide et à un tirage sous-costal.

Le plus souvent, les pneumonies sont d’origines virales, et nécessitent des soins symptomatiques plutôt qu'une antibiothérapie ; cependant, les pneumonies d’origines bactériennes doivent être traitées avec des antibiotiques pour éviter les complications. Comme il n'existe pas de moyen clair de distinguer rapidement l’origine de la pneumonie, on considère que l'administration d'antibiotiques est sans danger. Toutefois, cela pourrait entraîner le développement d'une résistance aux antibiotiques et limiter leur utilisation pour le traitement d’infections futures. La question est de savoir si l'utilisation d'antibiotiques est justifiée dans les cas de pneumonie non sévère.

Date des recherches

Nos données probantes sont à jour au 23 décembre 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus trois essais (3 256 enfants). Ils ont été menés dans quatre hôpitaux de trois villes du Pakistan (Islamabad, Lahore et Rawalpindi), et dans des services de consultations externes d'hôpitaux en Inde et au Malawi. Les enfants ont été traités par de l'amoxicilline (antibiotique) ou un placebo pendant trois jours, et ont été suivis pendant deux semaines. Un essai est en attente de classification.

Source de financement des études

Les essais inclus ont été financés par USAID par l'intermédiaire d'INCLEN et d'IndiaClen ; par la cellule de recherche ARI, l'hôpital pour enfants, l'Institut des sciences médicales du Pakistan, Islamabad, Pakistan, et par une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Principaux résultats

Des données limitées ont montré une réduction de 20 % des échecs de traitement, mais nous n’avons pas observé d’impact sur la guérison clinique, les rechutes ou les risques du traitement. Aucun décès n'a été rapporté, quel que soit le groupe. Notre étude ne disposait pas de suffisamment de données probantes pour soutenir ou contester la poursuite de l'utilisation des antibiotiques dans le traitement des pneumonies non sévères.

Niveau de confiance des données probantes

Le niveau de confiance des données probantes sur la guérison clinique était modéré. Le niveau de confiance des données probantes sur l’échec du traitement, la rechute ou le risque des traitements était faible, en raison du déclassement pour imprécision et risque de biais.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne disposons pas actuellement de suffisamment de données probantes pour soutenir ou contester la poursuite de l’utilisation des antibiotiques dans le traitement des pneumonies non sévères. Il y a un besoin clair pour les ECR d’étudier cette question chez les enfants âgés de 2 à 59 mois souffrant de pneumonie non sévère avec respiration sifflante, telle que définie par l'OMS en 2014.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pneumonie est la première cause de décès chez les enfants de moins de cinq ans dans le monde, et représente environ deux millions de décès par an.

La pneumonie peut être classée selon les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La classification comprend l'évaluation de certains signes cliniques et symptômes ainsi que de la gravité de la maladie. Le traitement est ensuite adapté en fonction de la classification. Pour les pneumonies non sévères, l'OMS recommande un traitement antibiotique par voie orale. Pour cette revue nous avons utilisé la définition de la pneumonie non sévère de l'OMS de 2014 : un épisode de toux aigu, ou de difficulté à respirer, combiné à une respiration rapide et à un tirage sous-costal.

Pour les pneumonies non sévères, l'OMS recommande un traitement antibiotique par voie orale. Les pneumonies sont le plus souvent causées par des virus qui ne nécessitent pas d’antibiothérapie, mais les pneumonies d’origines bactériennes doivent être traitées avec des antibiotiques pour éviter les complications. Il n'existe pas de moyen clair de distinguer rapidement entre une pneumonie virale et une pneumonie bactérienne. Il est considéré comme sûr d'administrer des antibiotiques, mais cela peut entraîner le développement de résistance aux antibiotiques, et donc limiter leur utilisation pour traiter de futures infections. Il est donc essentiel d'étudier l'efficacité des antibiotiques dans le traitement des enfants atteints de pneumonie non sévère avec respiration sifflante telles que définie par l'OMS.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité de l'antibiothérapie par rapport à l'absence d'antibiothérapie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois atteints de pneumonie non sévère avec respiration sifflante, telle que définie par l'OMS.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, quatre autres bases de données et deux registres d’essais cliniques (décembre 2020).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'efficacité d'une antibiothérapie par rapport à l'absence d’antibiothérapie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois souffrant de pneumonie non sévère avec respiration sifflante. Nous avons défini la pneumonie non sévère comme "une toux ou une difficulté à respirer, avec une respiration rapide (rythme respiratoire de 50 respirations par minute ou plus pour les enfants âgés de 2 à 12 mois, ou de 40 respirations par minute ou plus pour les enfants âgés de 12 à 59 mois), un tirage sous-costal et une respiration sifflante". Nous avons exclu les essais impliquant des enfants atteints de pneumonie sévère ou très sévère, et les essais non contrôlés non randomisés.

Recueil et analyse des données: 

Les critères de jugement principaux étaient la guérison clinique et l'échec du traitement ; les critères de jugement secondaires étaient la rechute, le décès, et les risques du traitement. Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes. Deux auteurs de l'étude ont évalué indépendamment les résultats de la recherche, extrait les données, évalué le risque de biais, et le niveau de confiance des données probantes. Nous avons contacté les auteurs de deux essais sélectionnés et l'auteur d’un essai en attente de classification pour obtenir les données numériques manquantes sur les critères de jugement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois essais impliquant 3 256 enfants âgés de 2 à 59 mois, qui présentaient des signes de pneumonie non sévère avec respiration sifflante. Les essais inclus étaient des essais multicentriques, en double aveugle, randomisés et contrôlés par placebo, réalisés au Malawi, au Pakistan et en Inde. Les enfants ont été traités à l’amoxicilline ou avec un placebo pendant trois jours, et ont été suivis pendant deux semaines au total. Nous avons estimé que, globalement, dans les essais inclus il y avait un faible risque de biais dans la génération de séquences aléatoires, l’assignation secrète, la mise en aveugle, l’attrition et la notification sélective. Dans un essai nous avons estimé qu’il y avait un risque élevé de biais sur la mise en aveugle des évaluateurs des critères de jugement. Un essai est en attente de classification.

L'antibiothérapie pourrait entraîner une réduction de 20 % des échecs de traitement (rapport de risque (RR) de 0,80, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,68 à 0,94 ; trois essais ; 3 222 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

L'antibiothérapie n'entraîne probablement que peu ou pas de différence en termes de guérison clinique (RR 1,02, IC à 95 % 0,96 à 1,08 ; un essai ; 456 participants ; données probantes d’un niveau de confiance modéré), et peu ou pas de différence en termes de rechute (RR 1,00, IC à 95 % 0,74 à 1,34 ; trois essais ; 2 795 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible), et de risques liés au traitement (RR 0,81, IC à 95 % 0,60 à 1,09 ; trois essais, 3 253 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Seuls deux essais (2 112 participants) ont présenté des résultats sur la mortalité ; aucun décès n'est survenu, quel que soit les groupes.

Un essai a rapporté des cas d'hospitalisation, de diarrhée (avec et sans déshydratation), d'éruption cutanée (sans démangeaison), de tremblements, de nausées et de vomissements légers.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Natalie Moyen et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.