Traitement médicamenteux pour traiter les taux élevés d'acide urique chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle.

Contexte

Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette revue Cochrane. Les données probantes sont à jour jusqu'en mai 2020.

L'acide urique est le produit final naturel de la dégradation des tissus de l'organisme et de certains aliments, en particulier les protéines. L'acide urique est généralement éliminé du sang par les reins, et éliminé du corps dans l'urine. Si l'acide urique est produit en très grande quantité ou si les reins ne sont pas capables de l'éliminer du sang, le taux d'acide urique dans le sang augmente (appelé hyperuricémie). Un lien entre l'hyperuricémie et l'hypertension artérielle est reconnu depuis le XIXe siècle. Cette revue vise à évaluer si la réduction du taux d'acide urique dans le sang pourrait également faire baisser la pression artérielle.

Caractéristiques des études

Dans cette mise à jour, nous avons examiné 722 dossiers et en avons sélectionné 26 pour une évaluation plus approfondie. Nous n'avons trouvé aucune étude supplémentaire à ajouter aux trois études (211 participants) qui étaient déjà incluses dans la revue. Ces études ont évalué des adolescents et des adultes. Ils ont comparé un traitement médicamenteux, administré pour réduire le taux d'acide urique, avec un placebo, chez des personnes diagnostiquées avec de l'hypertension.

Ce que dit la recherche

Nous n'avons pas trouvé de résultats concluants pour déterminer si le traitement médicamenteux visant à réduire le taux d'acide urique réduisait la pression artérielle plus que le placebo, chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle et de taux élevés d'acide urique dans le sang. Le traitement médicamenteux a permis de réduire les taux sanguins d'acide urique mieux que le placebo. Les résultats concernant les effets secondaires n'ont pas été concluants entre le groupe ayant reçu le traitement médicamenteux et le groupe ayant reçu le placebo.

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour montrer que les médicaments qui réduisent le taux d'acide urique dans le sang baissent également la pression artérielle chez les personnes souffrant d'hypertension. D'autres recherches sur cette question sont nécessaires.

Niveau de confiance des données probantes

Des données probantes d’un niveau de confiance faible n'ont pas permis de démontrer si le traitement médicamenteux, visant à traiter les taux élevés d'acide urique dans le sang, baisse la pression artérielle. Nous avons abaissé le niveau de confiance des données probantes car les études présentaient des données limitées et des résultats incohérents pour ce critère de jugement.

Des données probantes d’un niveau de confiance élevé ont montré qu'un traitement médicamenteux visant à réduire le taux d'acide urique réduit le taux d'acide urique.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible n'ont pas permis de déterminer si le traitement médicamenteux augmentait la survenue des effets secondaires. Nous avons abaissé le niveau de confiance des données probantes en raison de problématiques liées à la conception des études, au manque de données et à l'incohérence des résultats d'une étude à l'autre.

Nous ne pouvons pas être certains que les études futures ne modifieront pas ces conclusions.

Conclusions des auteurs: 

Dans cette mise à jour de la revue Cochrane, les données actuelles issues des ECR sont insuffisantes pour déterminer si le traitement réduisant le taux d’acide urique fait baisser la tension artérielle. Des études supplémentaires sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette revue systématique. L'hypertension représente un problème de santé publique majeur. Dans le monde, environ un quart de la population adulte souffre d'hypertension. Des études épidémiologiques et expérimentales suggèrent un lien entre l'hyperuricémie et l'hypertension. L'hyperuricémie touche 25 à 40 % des personnes souffrant d'hypertension non traitée ; une prévalence beaucoup plus faible a été observée chez les personnes souffrant de normotension ou dans la population générale. Cependant, la question de savoir si la réduction du taux de l'acide urique sérique pourrait faire baisser la pression artérielle (PA) reste sans réponse.

Objectifs: 

Déterminer si les agents réduisant le taux d'acide urique baissent la pression artérielle chez les personnes souffrant d'hypertension primaire ou de préhypertension, par rapport au placebo.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle a effectué des recherches sur les essais contrôlés randomisés jusqu'en mai 2020 dans les bases de données suivantes : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, CENTRAL 2018, numéro 12, MEDLINE (depuis 1946), Embase (depuis 1974), le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et ClinicalTrials.gov. Nous avons également effectué des recherches dans LILACS (1982 à mai 2020) et contacté les auteurs d'articles pertinents concernant d'autres travaux publiés et non publiés. Les recherches n'ont pas été limitées par la langue ou la date.

Critères de sélection: 

Pour être incluses dans cette revue actualisée, les études devaient répondre aux critères suivants : 1) randomisé ou quasi randomisé, avec un groupe assigné pour recevoir un agent réduisant le taux d’acide urique et un autre groupe assigné pour recevoir un placebo ; 2) en double aveugle, en simple aveugle ou ouvert ; 3) en parallèle ou en croisé ; 4) les essais croisés devaient avoir une période d'élimination d'au moins deux semaines ; 5) la durée minimale du traitement devait être de quatre semaines ; 6) les participants devaient avoir un diagnostic d'hypertension essentielle ou de préhypertension plus hyperuricémie (taux d'acide urique sérique supérieur à 6 mg/dL chez les femmes, 7 mg/dL chez les hommes et 5.5 mg/dL chez les enfants ou les adolescents) ; 7) les mesures des critères de jugement comprenaient la variation de la pression artérielle systolique ou diastolique ambulatoire sur 24 heures, ou les deux ; ou la pression artérielle systolique ou diastolique mesurée en clinique, ou les deux.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont collecté les données de manière indépendante en utilisant un formulaire d'extraction de données et ont résolu tout désaccord par la discussion. Nous avons évalué le risque de biais à l'aide de l'outil Cochrane « Risque de biais ». Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Dans cette mise à jour, nous avons examiné 722 dossiers et sélectionné 26 rapports en texte intégral pour évaluation. Nous n'avons pas identifié d'études en cours et n'avons pas ajouté de nouvelles études. Nous avons inclus trois essais contrôlés randomisés (ECR), comprenant 211 personnes souffrant d'hypertension ou de préhypertension et d'hyperuricémie.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible issues de trois ECR ont montré des résultats peu concluants entre les personnes ayant reçu des médicaments réduisant le taux d’acide urique et les personnes ayant reçu le placebo, pour la pression artérielle systolique en ambulatoire sur 24 heures ( -6,2 mmHg, IC à 95% -12,8 à 0,5) ou diastolique (-3,9 mmHg, IC à 95%- 9.2 à 1 4).

Des données probantes d’un niveau de confiance faible issues de deux ECR ont montré que les médicaments réduisant le taux d’acide urique baissent la pression artérielle systolique mesurée en clinique (-8,43 mmHg, IC à 95% -15,24 à -1,62), mais que les résultats de la pression artérielle diastolique mesurée en clinique ne sont pas concluants (-6,45 mmHg, IC à 95 % -13,60 à 0,70).

Des données probantes d’un niveau de confiance élevé provenant de trois ECR ont montré que les taux d’acide urique sérique ont été réduits de 3,1 mg/dL (IC à 95% 2,4 à 3,8) chez les participants qui ont reçu des médicaments pour réduire le taux d’acide urique.

Des données probantes d’un niveau de confiance faible issues de trois essais cliniques randomisés (ECR) n'ont pas permis de conclure en ce qui concerne la survenue d'effets indésirables entre les personnes ayant reçu des médicaments réduisant le taux d'acide urique et le placebo (RR 1,86, IC à 95% 0,43 à 8,10).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Imene Moulla et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.