Traitement topique des brûlures faciales

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les effets des traitements topiques (appliqués à la surface de la peau) pour soigner les brûlures au visage ou au cou. Nous voulions savoir quels étaient les traitements les plus efficaces pour guérir ces blessures et améliorer l'apparence des cicatrices, ce qui est une question particulièrement importante en ce qui concerne les brûlures au visage. Nous voulions également savoir comment les traitements topiques affectaient le risque de complications telles que l'infection et la douleur, et comment ils influaient sur la qualité de vie des gens.

Contexte

Les brûlures sont un problème de santé important et une cause majeure d'invalidité et de défiguration chez les adultes et les enfants. Les femmes et les enfants des pays à faible revenu sont particulièrement exposés au risque. Les brûlures posent des problèmes particuliers lorsqu'elles se produisent sur la tête ou le cou. Le visage est au cœur de l'identité d'une personne et joue un rôle essentiel dans la communication. D'autres fonctions de base telles que l'ouïe, l'odorat et la respiration pourraient être affectées par une brûlure faciale. Les traitements topiques tels que les crèmes (non) antimicrobiennes et les substituts de peau, sont le plus souvent utilisés pour traiter les brûlures du visage. Nous voulions comparer l'efficacité de ces traitements afin d'en évaluer les bénéfices et les risques.

Caractéristiques des études

En décembre 2019, nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur les traitements topiques des brûlures du visage. Les ECR sont des études médicales dans lesquelles le traitement ou les soins que les personnes reçoivent sont choisis au hasard. Ce type d'étude fournit les données probantes les plus fiables pour savoir si différentes approches de traitement ou de soins peuvent faire la différence. Nous avons trouvé 12 études appropriées pour être incluses dans cette mise à jour de revue, avec 507 participants dont l'âge moyen varie de 5,3 à 41,9 ans. Trois études ont comparé les agents antimicrobiens avec des agents non antimicrobiens, deux études ont comparé différents antimicrobiens, quatre études ont comparé des substituts de peau avec des antimicrobiens, et quatre études ont comparé une variété de traitements topiques. Une étude a contribué à deux comparaisons. Huit études étaient de petite taille (moins de 40 participants) et presque toutes les études présentaient un risque élevé de biais en raison de l'absence de mise en aveugle (les participants et les évaluateurs pouvaient savoir à quel groupe les participants étaient affectés et interpréter les effets différemment).

Principaux résultats

Dans l'ensemble, les données probantes des effets de toute intervention topique sur la cicatrisation ou l'infection chez les personnes souffrant de brûlures faciales sont principalement faibles à très faibles. En outre, il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible à très faible concernant les effets des interventions incluses sur la nécessité de la chirurgie, la douleur, la qualité des cicatrices, la satisfaction des patients, la durée du séjour à l'hôpital et les effets secondaires.

Tous les résultats étaient très susceptibles d'être faussés et variés, ce qui a pu exagérer les effets.

Niveau de confiance des données probantes

Dans l'ensemble, le niveau de confiance des données probantes sur l'efficacité des traitements topiques pour les brûlures du visage est faible à très faible. Il n'y a pas suffisamment de données probantes fiables pour savoir si les traitements topiques améliorent les critères de jugement pour les personnes souffrant de brûlures au visage, notamment en améliorant la cicatrisation des plaies ou les taux d'infection. Une meilleure conception des essais et des rapports de ces études est nécessaire pour contribuer à des soins aux brûlés basés sur des données probantes.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études qui avaient été publiées jusqu'en décembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Il existe principalement des données probantes d’un niveau de confiance faible à très faible des effets de toute intervention topique sur la guérison des plaies chez les personnes souffrant de brûlures faciales. Le nombre d'ECR dans le domaine des soins aux brûlés est en augmentation, mais l'ensemble des données probantes est encore entravé par le nombre insuffisant d'études qui suivent des normes appropriées fondées sur des données probantes pour la conduite et la rédaction des rapport des ECR.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les brûlures sont un problème de santé important. Ils se produisent fréquemment dans la région de la tête et du cou. Le visage est la zone centrale de l'identité d'une personne qui constitue notre moyen de communication le plus expressif. Les interventions topiques sont actuellement la pierre angulaire du traitement des brûlures au visage.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions topiques sur la cicatrisation des plaies chez les personnes atteintes de brûlures faciales, quelle qu’en soit la profondeur.

Stratégie de recherche documentaire: 

En décembre 2019, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies ; le registre Cochrane des essais contrôlés(CENTRAL) ; Ovid MEDLINE (y compris les références en cours de traitement et autres références non indexées) ; Ovid Embase et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études en cours et non publiées, ainsi que dans les références bibliographiques des études pertinentes incluses dans notre revue, mais aussi dans des revues, des méta-analyses et des rapports sur les technologies de la santé pour identifier des études supplémentaires. Aucune restriction n’a été appliquée concernant la langue, la date de publication ou le contexte de l'étude.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ayant évalué les effets d'un traitement topique des brûlures faciales étaient éligibles pour être inclus dans la présente revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment la sélection des études, l'extraction des données, l'évaluation du risque de biais et l'évaluation GRADE du niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Dans cette première mise à jour, nous avons inclus 12 ECR, comprenant 507 participants.

La plupart des essais ont porté sur des adultes admis dans des centres spécialisés dans les brûlures après des brûlures récentes.

Les agents topiques comprenaient des agents antimicrobiens (sulfadiazine d'argent (SSD), Aquacel-Ag, cérium-sulfadiazine, crème de gentamicine, crème d'acétate de mafenide, bacitracine), des agents non antimicrobiens (pommade hydratante pour brûlures exposées (MEBO), pansements imbibés de solution saline, les substituts de peau (y compris le substitut de peau issu du génie biologique (TransCyte), l'allogreffe et la xénogreffe (Xenoderm porcin), et divers traitements (thérapie par hormone de croissance, facteur recombinant humain stimulant les colonies de granulocytes et de macrophages sous forme d'hydrogel), débridement enzymatique et crème à l'extrait d'Helix Aspersa).

La quasi-totalité des données probantes incluses dans cette revue ont été évaluées comme étant d’un niveau de confiance faible ou très faible, souvent en raison du risque élevé de biais dû à des procédures de randomisation peu claires (c'est-à-dire la génération de séquences et l’assignation secrète), de l'absence de mise en aveugle des participants, des prestataires et parfois des évaluateurs de critères de jugement, et de l'imprécision résultant du faible nombre de participants, du faible taux d'événements ou des deux, souvent dans des études uniques.

Agents topiques antimicrobiens par rapport aux agents topiques non antimicrobiens

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance modéré indiquant qu'il y a probablement peu ou pas de différence entre les agents antimicrobiens et les agents non antimicrobiens (SSD et MEBO) en ce qui concerne le temps nécessaire à la cicatrisation complète des plaies (rapport de risque instantané (HR) 0,84 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,78 à 1,85, 1 étude, 39 participants). Les agents topiques antimicrobiens pourraient faire peu ou pas de différence dans la proportion de plaies complètement cicatrisées par rapport aux agents topiques non antimicrobiens (comparaison SSD et MEBO, rapport de risque (RR) 0,94, IC à 95 0,68 à 1,29 ; 1 étude, 39 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Nous ne savons pas s'il existe une différence dans l'infection des plaies (comparaison entre l'agent antimicrobien topique (Aquacel-Ag) et le MEBO ; RR 0,38, IC à 95 0,12 à 1,21 ; 1 étude, 40 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Aucun essai n'a rapporté une modification de la surface de la plaie au fil du temps ou d'une cicatrisation partielle. Il existe des données probantes d’un faible niveau de confiance en ce qui concerne les critères de jugement secondaires : la qualité des cicatrices et la satisfaction des patients . Deux études ont évalué la douleur, mais le rapport est incomplet.

Les agents topiques antimicrobiens par rapport aux autres agents topiques antimicrobiens

Il n'est pas certain que les agents topiques antimicrobiens fassent une différence en termes d'effets, car les données probantes sont d’un niveau de confiance faible à très faible. En ce qui concerne les critères de jugement primaires, il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible de la durée de la cicatrisation partielle (c'est-à-dire supérieure à 90 %) des plaies (comparaison entre la SSD et la SSD du cérium : différence moyenne (DM) -7,10 jours, IC à 95 -16,43 à 2,23 ; 1 étude, 142 participants). Il existe des données probantes d’un niveau de confiance très faible indiquant une différence entre les agents topiques antimicrobiens quant à l'infection des plaies (RR 0,73, IC à 95 0,46 à 1,17 ; 1 étude, 15 participants). Il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible à très faible quant à la proportion de brûlures faciales nécessitant une intervention chirurgicale, la douleur, la qualité des cicatrices, les effets indésirables et la durée du séjour à l'hôpital.

Substituts de peau contre agents topiques antimicrobiens

Il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant qu'un substitut de peau pourrait réduire légèrement le temps de cicatrisation partielle (c'est-à-dire supérieure à 90 %), par rapport à un agent antibactérien non spécifié (DM -6,00 jours, IC à 95 -8,69 à -3,31 ; 1 étude, 34 participants).

Nous ne sommes pas sûrs que les substituts de la peau en général aient d'autres effets, car les données probantes sont d’un niveau de confiance très faible. Les critères de jugement comprenaient l'infection des plaies, la douleur, la qualité des cicatrices, les effets indésirables du traitement et la durée du séjour à l'hôpital.

Des études uniques ont montré des données probantes contrastées d’un niveau de confiance faible. Un substitut de peau issu de la bio-ingénierie pourrait légèrement réduire la douleur liée à la procédure (DM -4,00, IC à 95 -5,05 à -2,95 ; 34 participants) et la douleur de fond (DM -2,00, IC à 95 -3,05 à -0,95 ; 34 participants) par rapport à un agent antimicrobien non spécifié. En revanche, un pansement biologique (Xenoderm porcin) pourrait légèrement augmenter la douleur des brûlures superficielles (DM 1,20, IC à 95 0,65 à 1,75 ; 15 participants (30 plaies)) ainsi que des brûlures profondes d'épaisseur partielle (DM 3,00, IC à 95 2,34 à 3,66 ; 10 participants (20 plaies)), par rapport aux agents antimicrobiens (Physiotulle Ag (Coloplast)).

Traitements divers par rapport aux traitements divers

Des études isolées montrent que les interventions ont des effets de faible à très faible niveau de confiance. Des données probantes d’un niveau de confiance faible montrent que le MEBO pourrait légèrement réduire le temps de guérison des plaies par rapport aux pansements imbibés de solution saline (MD -1,7 jours, IC à 95 -3,32 à -0,08 ; 40 participants). En outre, une crème contenant Helix Aspersa pourrait légèrement augmenter la proportion de plaies complètement cicatrisées à 14 jours par rapport au MEBO (RR 4,77, IC à 95 1,87 à 12,15 ; 43 participants). Nous ne sommes pas certains qu'un traitement quelconque dans les études incluses fasse une différence dans les effets sur les critères de jugement : infection des plaies, qualité de la cicatrice, douleur et satisfaction du patient, car les données probantes sont d’un niveau de confiance faible à très faible.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Anis Hasnaoui et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.