La thérapie par le froid après implantation d'une prothèse totale du genou

Ce résumé d'une revue Cochrane présente ce que la recherche nous a appris sur les effets de l'intervention de thérapie par le froid réalisée immédiatement après l'implantation d'une prothèse totale du genou chez un patient atteint d'arthrose.

L'étude montre que chez les personnes à qui on a implanté une prothèse totale du genou :

- La cryothérapie est susceptible de réduire légèrement les pertes de sang et la douleur

- La cryothérapie était généralement sûre et n'était associée à aucun effet indésirable grave

- La cryothérapie est susceptible d'améliorer l'amplitude des mouvements au niveau du genou durant la première ou les deux premières semaines suivant l'opération

- Aucune étude n'a été trouvée qui se soit intéressée aux effets de la cryothérapie sur les activités liées à la fonction du genou (ou sur la qualité de la vie ou le niveau général d'activité)

Que sont l'arthroplastie totale du genou et la thérapie par le froid ?

L'arthrose est une maladie des articulations, par exemple du genou. L'arthrose du genou peut rendre l'articulation du genou douloureuse et en limiter la fonction. Dans cet état, le remplacement du genou par une prothèse est un traitement qui peut aider à long terme, mais durant la période de récupération (pouvant durer jusqu'à six mois), les effets de l'opération sont invalidants. La thérapie par le froid (ou cryothérapie) consiste à appliquer des températures très basses sur la peau entourant une blessure ou un site chirurgical. Cela peut se faire au moyen de sacs de glaçons ou de dispositifs spécialisés qui acheminent de l'eau refroidie dans la région.

Cette étude fournit la preuve que la cryothérapie est capable de réduire la douleur et d'accroitre l'amplitude des mouvements dans les premiers jours suivant l'implantation d'une prothèse totale du genou, mais la cryothérapie ne réduit pas les besoins en transfusion sanguine. L'utilisation de la cryothérapie est sûre et n'a pas entrainé une augmentation des complications graves.

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes à qui on a implanté une prothèse totale du genou et qui bénéficient de la cryothérapie :

Pertes de sang

- Les personnes qui avaient bénéficié d'une cryothérapie avaient en moyenne perdu 225 ml de sang en moins que celles n'ayant pas eu de cryothérapie

Douleur

- Les personnes qui avaient eu une cryothérapie faisaient état d'une douleur moins importante le 2ème jour après l'opération, 1,3 point de moins en moyenne sur une échelle de 0 à 10, mais les niveaux de douleur le 1er et le 3ème jour ne montraient aucune différence.

Effets indésirables (notamment l'inconfort, les réactions cutanées locales, les infections cutanées, les blessures liées au froid et les caillots sanguins)

- 34 personnes sur 1 000 ayant bénéficié de la cryothérapie avaient souffert d'au moins un effet indésirable

- 34 personnes sur 1 000 n'ayant pas bénéficié de la cryothérapie avaient également souffert d'au moins un effet indésirable

Amplitude de mouvement

- Les personnes qui avaient bénéficié de la cryothérapie étaient parvenues à plier leur genou de 11 degrés de plus à leur sortie de l'hôpital

Taux de transfusion (le besoin de transfusion sanguine après l'opération)

- Cela n'avait pas été réduit par la cryothérapie

Fonction

- Aucune donnée n'a été trouvée concernant les effets de la cryothérapie sur la fonction du genou

Conclusions des auteurs: 

Les bénéfices potentiels de la cryothérapie sur la perte de sang, la douleur postopératoire et l'amplitude de mouvement pourraient être trop faibles pour en justifier l'utilisation, d'autant plus que la qualité des données était faible ou très faible pour tous les principaux critères de jugement. Cela doit être mis en balance avec les inconvénients potentiels et les coûts d'utilisation de la cryothérapie. Des essais randomisés bien conçus sont nécessaires pour améliorer la qualité des preuves.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'arthroplastie totale du genou (ATG​​) est une intervention courante chez les patients souffrant d'une arthrose du genou au stade terminal. La prise en charge post-chirurgicale peut inclure la cryothérapie. L'efficacité de la cryothérapie n'est toutefois pas claire.

Objectifs: 

Évaluer l'effet de l'application aiguë (sous 48 heures) de la cryothérapie après ATG sur la douleur, la perte de sang et la fonction.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches le 15 mars 2012 dans la base des revues systématiques Cochrane, ainsi que dans CENTRAL, DARE, HTA Database, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PEDro et Web of Science.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés ou des essais cliniques contrôlés dans lesquels, suite à une ATG pour cause d'arthrose, le groupe expérimental avait reçu une forme de cryothérapie et avait été comparé à un groupe témoin.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les essais à inclure de manière indépendante. Les désaccords ont fait l'objet de discussions et ont été résolus avec l'aide d'un troisième auteur si nécessaire. Puis les données ont été extraites et le risque de biais des essais a été évalué. Les principaux critères de jugement étaient la perte de sang, le score de douleur sur une échelle visuelle analogique (EVA), les effets indésirables, l'amplitude de mouvement du genou, le taux de transfusion et la fonction du genou. Les critères de jugement secondaires étaient l'utilisation d'analgésie, le gonflement du genou, la durée d'hospitalisation, la qualité de vie et le niveau d'activité. Les effets des interventions étaient estimés au moyen des différences moyennes (DM), des différences moyennes standardisées (DMS) ou sous forme de risques relatifs (RR), avec intervalles de confiance (IC) à 95 %. Des méta-analyses ont été effectuées par la méthode de variance inverse et regroupées à l'aide d'un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Onze essais randomisés et un essai clinique contrôlé totalisant 809 participants répondaient aux critères d'inclusion. Il existe des preuves de très faible qualité provenant de 10 essais (666 participants) que la cryothérapie est d'un léger bénéfice pour les pertes sanguines (DMS -0,46 ; IC à 95 % -0,84 à -0,08), équivalent à 225 ml de pertes sanguines en moins dans le groupe de cryothérapie (IC à 95 %, 39 à 410 ml). Ce bénéfice n'est peut-être pas cliniquement significatif. Il existe des preuves de très faible qualité provenant de quatre essais (322 participants) que la cryothérapie améliore le score de douleur sur une échelle visuelle analogique après 48 heures (DM -1,32 points sur une échelle de 10 points, IC à 95 % -2,37 à -0,27), mais pas après 24 ou 72 heures. Ce bénéfice n'est peut-être pas cliniquement significatif. Il n'y avait aucune différence entre les groupes pour les événements indésirables (RR 0,98 ; IC à 95 %, 0,28 à 3,47). Il existe des preuves de faible qualité provenant de deux essais (107 participants) d'une meilleure amplitude de mouvement à la sortie de l'hôpital (DM 11,39 degrés de flexion supplémentaire ; IC à 95 %, 4,13 à 18,66), mais cet avantage n'est peut-être pas cliniquement significatif. Il n'y avait aucune différence entre les groupes pour les taux de transfusion (RR 2,13 ; IC à 95 % 0,04 à 109,63), et la fonction du genou n'avait été mesurée dans aucun essai. Il n'a pas été trouvé de bénéfice significatif pour ce qui concerne l'analgésie, les gonflements ou la durée d'hospitalisation. Les critères de jugement mesurant la qualité de vie ou le niveau d'activité n'ont pas été pris en compte.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.