Interventions visant à éviter la survenue d'une mastite après un accouchement

Nous avons entrepris d'examiner l'efficacité des interventions utilisées pour empêcher les femmes qui allaitent de développer une inflammation du tissu mammaire connue sous le nom de mastite.

Quelle est la problématique ?

La mastite est une complication courante de l'allaitement. Elle cause des douleurs et des souffrances considérables aux femmes et pourrait empêcher certaines mères d'allaiter leur bébé aussi longtemps qu'elles le souhaiteraient. Plusieurs facteurs contribuent au développement de la mastite, tels que des conduits obstrués, des seins trop pleins de lait, des mamelons fissurés et l'incapacité du bébé à prendre correctement le sein. La mastite peut se produire sur un ou deux seins et être associée à un certain nombre de symptômes, notamment des douleurs, des rougeurs et des gonflements des seins, ainsi que des symptômes pseudo-grippaux. Les symptômes peuvent durer de deux à trois jours voire quelques semaines ou plus.

Pourquoi est-ce important ?

Il est important de rechercher des traitements pour prévenir la mastite afin de maximiser les critères de jugement et la durée de l'allaitement. L'allaitement maternel présente des bénéfices majeurs pour la santé des bébés et de leurs mères, et les autorités sanitaires et l'Organisation mondiale de la santé recommandent que les nouveau-nés soient nourris exclusivement au lait maternel jusqu'à l'âge de six mois. Nous devons veiller à ce que les mères, ainsi que les médecins et les sages-femmes qui les soignent, connaissent les meilleures interventions pour prévenir la mastite afin d'aider les femmes à allaiter avec succès aussi longtemps qu'elles le souhaitent.

Quelles données probantes avons-nous trouvées ?

Nous avons cherché des données probantes dans des essais contrôlés randomisés en octobre 2019 et avons identifié 10 essais (impliquant 3034 femmes allaitantes). La plupart des essais ont indiqué combien de femmes ont été diagnostiquées avec une mastite, mais il n'y avait presque aucune information sur les effets indésirables, les douleurs mammaires, la durée de l'allaitement, les dommages aux mamelons, les abcès mammaires ou la récurrence de la mastite. Certains essais ont été financés par l'industrie.

Trois essais (1038 femmes) ont comparé les probiotiques à un placebo. Les résultats du plus grand de ces essais (639 femmes) ne sont actuellement pas disponibles en raison d'un accord contractuel entre le fournisseur de probiotiques et les testeurs. Les probiotiques pourraient réduire le risque de mastite par rapport au placebo (données probantes d’un niveau de confiance faible). Il est incertain que les probiotiques réduisent le risque de douleur aux seins ou d'endommagement des mamelons, car le niveau de confiance des données probantes est très faible.

Le risque de mastite pourrait être similaire entre les antibiotiques et les soins habituels ou le placebo (données probantes d’un niveau de confiance faible). Le risque de mastite pourrait être similaire entre les antibiotiques et la pommade à l'acide fusidique, les antibiotiques et la pommade à la mupirocine, la pommade à l'acide fusidique et les conseils d'allaitement, la pommade à la mupirocine et les conseils d'allaitement, l'acide fusidique et la mupirocine, une seule séance d'éducation spécialisée sur l'allaitement et les soins de routine, les céréales induisant le facteur anti-sécrétoire et les céréales standard, mais nous sommes incertains de ces résultats car ils proviennent d'essais avec un petit nombre de participants et la qualité des données probantes est faible.

Le massage des points d'acupuncture réduit probablement le risque de mastite et de douleurs mammaires par rapport aux soins de routine (données probantes d’un niveau de confiance modéré).

Le massage des seins et le traitement par impulsions à basse fréquence pourraient réduire le risque de mastite par rapport aux soins de routine (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Qu’est-ce que cela signifie?

Le massage des points d’acupuncture aide probablement à prévenir les mastites et les douleurs mammaires, les probiotiques pourraient être meilleurs que le placebo et le massage des seins et le traitement par impulsions à basse fréquence pourrait être meilleur que les soins de routine. Toutefois, en général, nous ne pouvons pas être sûrs des traitements les plus efficaces pour prévenir la mastite, car le niveau de confiance des données probantes est faible en raison du risque de biais, du faible nombre de femmes participant aux essais et des grandes différences entre les traitements, ce qui rend difficile l'établissement de comparaisons significatives. Nous sommes également incertains de la véritable efficacité des probiotiques car nous connaissons au moins un essai de probiotiques dont les résultats ne sont pas accessibles au public.

Conclusions des auteurs: 

Certaines données probantes suggéraient que le massage des points d'acupuncture est probablement meilleur que les soins de routine, que les probiotiques sont peut-être meilleurs que le placebo, et que le massage des seins et le traitement par impulsions à basse fréquence sont peut-être meilleurs que les soins de routine pour prévenir la mastite. Cependant, il est important de noter que nous avons connaissance d'au moins un grand essai sur les probiotiques dont les résultats n'ont pas été rendus publics, par conséquent, les données probantes présentées ici sont incomplètes.

Les données probantes disponibles concernant d'autres interventions, notamment l'éducation à l'allaitement, les traitements pharmacologiques et les thérapies alternatives, suggèrent que celles-ci ne sont peut-être guère meilleures que les soins de routine pour prévenir la mastite, mais nos conclusions sont incertaines en raison du niveau de confiance faible des données probantes.

Les futurs essais devraient recruter un nombre suffisamment important de femmes afin de détecter les différences cliniquement importantes entre les interventions et les résultats des futurs essais devraient être rendus publics.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Malgré les bienfaits de l'allaitement maternel pour la santé, les taux d'initiation et de durées continuent à être très inférieurs aux recommandations internationales. De nombreux facteurs pourraient conduire une femme à arrêter d'allaiter, les principales raisons invoquées étant associées aux complications de la lactation telles que la mastite.

La mastite est une inflammation du sein, avec ou sans infection. Elle peut être considérée comme un continuum de maladies, allant de l'inflammation non infectieuse du sein à l'infection qui pourrait entraîner la formation d'un abcès.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des stratégies préventives (par exemple, l'éducation à l'allaitement, les traitements pharmacologiques et les thérapies alternatives) sur l'apparition ou la récurrence de la mastite non infectieuse ou infectieuse chez les femmes qui allaitent après l'accouchement.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance, sur le site ClinicalTrials.gov, sur le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS (3 octobre 2019) et sur les références bibliographiques des études récupérées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés d'interventions pour la prévention de la mastite chez les femmes post-partum qui allaitent.

Les essais contrôlés quasi randomisés et les essais rapportés uniquement sous forme abstraite étaient éligibles. Nous avons essayé de contacter les auteurs pour obtenir des résultats non publiés, dans la mesure du possible.

Les interventions visant à prévenir la mastite pourraient inclure : des probiotiques, des conseils spécialisés sur l'allaitement et des approches holistiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué indépendamment les essais pour l'inclusion et le risque de biais, ont extrait les données et ont évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 essais (3034 femmes). Neuf essais (2395 femmes) ont fourni des données. En général, les essais présentaient un faible risque de biais dans la plupart des domaines, mais certains présentaient un risque élevé de cécité, de biais d'attrition et de déclaration sélective. Le biais de sélection (dissimulation de l'attribution) n'était généralement pas clair. Le niveau de confiance des données probantes a été réduit en raison du risque de biais et d'imprécision (faible nombre de femmes participant aux essais). Les conflits d'intérêts de la part des auteurs des essais et l'implication des bailleurs de fonds de l'industrie pourraient également avoir eu un impact sur le niveau de confiance des données probantes.

La plupart des essais ont rapporté notre principal critère de jugement sur l'incidence de la mastite, mais il n'y avait presque pas de données concernant les effets indésirables, les douleurs mammaires, la durée de l'allaitement, les dommages aux mamelons, les abcès mammaires ou la récurrence de la mastite.

Les probiotiques par rapport au placebo

Les probiotiques pourraient réduire le risque de mastite davantage que le placebo (risque relatif (RR) 0,51, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,35 à 0,75 ; 2 essais ; 399 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Il est incertain que les probiotiques réduisent le risque de douleur aux seins ou d'endommagement des mamelons, car le niveau de confiance des données probantes est très faible. Les résultats du plus grand de ces essais (639 femmes) ne sont actuellement pas disponibles en raison d'un accord contractuel entre le fournisseur de probiotiques et les testeurs. Des effets indésirables ont été signalés dans un essai, où aucune femme de l'un ou l'autre groupe n'a subi d'effets indésirables.

Les antibiotiques par rapport au placebo ou aux soins habituels

Le risque de mastite pourrait être similaire entre les antibiotiques et les soins habituels ou un placebo (RR 0,37, IC à 95 % 0,10 à 1,34 ; 3 essais ; 429 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Le risque de mastite pourrait être similaire entre les antibiotiques et la pommade à l'acide fusidique (RR 0,22, IC à 95 % 0,03 à 1,81 ; 1 essai ; 36 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) ou la pommade à la mupirocine (RR 0,44, IC à 95 % 0,05 à 3,89 ; 1 essai ; 44 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) mais nous sommes incertains en raison des larges IC. Aucun des essais n'a rapporté les effets indésirables.

Les traitements topiques par rapport aux conseils d'allaitement

Le risque de mastite peut être similaire entre la pommade à l'acide fusidique et les conseils d'allaitement (RR 0,77, IC à 95 % 0,27 à 2,22 ; 1 essai ; 40 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) et la pommade à la mupirocine et les conseils d'allaitement (RR 0,39, IC à 95 % 0,12 à 1,35 ; 1 essai ; 48 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) mais nous sommes incertains en raison des larges IC.

Un essai (42 femmes) a comparé les traitements topiques les uns aux autres. Le risque de mastite pourrait être similaire entre l'acide fusidique et la mupirocine (RR 0,51, IC à 95 % 0,13 à 2,00 ; données probantes d’un niveau de confiance faible) mais nous sommes incertains en raison des larges IC. Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

L'éducation spécialisée en matière d'allaitement par rapport aux soins habituels

Le risque de mastite (RR 0,93, IC à 95 % 0,17 à 4,95 ; 1 essai ; 203 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) et de douleur mammaire (RR 0,93, IC à 95 % 0,36 à 2,37 ; 1 essai ; 203 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) pourrait être similaire mais nous sommes incertains en raison des larges IC. Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

Céréales induisant le facteur anti-sécrétoire et céréales standards

Le risque de mastite (RR 0,24, IC à 95 % 0,03 à 1,72 ; 1 essai ; 29 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) et de récurrence de la mastite (RR 0,39, IC à 95 % 0,03 à 4,57 ; 1 essai ; 7 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible) pourraient être similaires mais nous sommes incertains des larges IC. Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

Le massage des points d’acupuncture par rapport aux soins de routine

Le massage des points d'acupuncture réduit probablement le risque de mastite par rapport aux soins de routine (RR 0,38, IC à 95 % 0,19 à 0,78;1 essai ; 400 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance modéré) et aux douleurs mammaires (RR 0,13, IC à 95 % 0,07 à 0,23 ; 1 essai ; 400 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

Le massage des seins et le traitement par impulsions à basse fréquence par rapport aux soins de routine

Le massage des seins et le traitement par impulsions à basse fréquence pourraient réduire le risque de mastite (RR 0,03, IC à 95 % 0,00 à 0,21 ; 1 essai ; 300 femmes ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Les événements indésirables n'ont pas été rapportés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Achraf Oukacha et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.