Les interventions sur Internet peuvent-elles aider les gens à arrêter de fumer ?

Contexte

On estime que la consommation de tabac tue 7 millions de personnes par an. La nicotine crée une forte dépendance, mais des enquêtes indiquent que près de 70 % des fumeurs américains et britanniques souhaiteraient arrêter de fumer. Bien que de nombreux fumeurs tentent d'arrêter de fumer par eux-mêmes, les conseils d'un professionnel de la santé augmentent les chances d'arrêter. À partir de 2016 il y avait 3.5 milliards d'utilisateurs Internet dans le monde entier. L’Internet est une plate-forme attrayante pour aider les gens à arrêter de fumer en raison de faibles coûts par utilisateur, et il a le potentiel d’atteindre les fumeurs qui pourraient ne pas avoir accès au soutien en raison de la disponibilité limitée des soins de santé ou de la stigmatisation. Les interventions basées sur Internet pourraient également être utilisées pour cibler les jeunes fumeurs ou d'autres personnes qui ne recherchent peut-être pas les méthodes traditionnelles de traitement du tabagisme.

Caractéristiques des études

Jusqu'en août 2016, cette revue a trouvé 67 essais, y compris les données de plus de 110 000 participants. Des données sur le sevrage tabagique après six mois ou plus étaient disponibles pour 35 969 participants. Nous avons examiné une série d'interventions sur Internet, allant d'une intervention de faible intensité, par exemple en fournissant aux participants une liste de sites web pour arrêter de fumer, à des interventions intensives consistant en des éléments fournis par Internet, le courrier électronique et le téléphone mobile. Nous avons classé les interventions comme étant sur mesure ou interactives, ou les deux. Les interventions sur mesure sur l'internet se distinguent par leur degré de personnalisation, allant des ressources avec des composants multimédias aux messages personnalisés. Certaines interventions comprenaient également des conseils sur Internet ou le soutien d' infirmiers(ères), de mentors ou de spécialistes du traitement du tabac. Des essais récents ont intégré des réseaux sociaux en ligne, tels que Facebook, Twitter et d'autres forums en ligne.

Principaux résultats

D’après les résultats combinés, les programmes sur Internet qui étaient interactifs et adaptés aux réponses individuelles ont conduit à des taux de sevrage plus élevés, à six mois ou plus, que les soins habituels ou les matériels imprimés d'auto-assistance.

Qualité des données

Il n'y a pas eu beaucoup d'essais menés chez les jeunes. D'autres essais sont nécessaires pour déterminer l'effet sur les méthodes basées sur Internet pour aider les jeunes et les jeunes adultes à arrêter de fumer. Les résultats doivent être interprétés avec prudence, car nous avons estimé que certaines des études incluses présentaient un risque élevé de biais, et pour la plupart des résultats, la qualité des données était modérée ou faible.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes d'essais réalisés sur des adultes suggèrent que les interventions interactives et sur mesure basées sur Internet, avec ou sans soutien comportemental supplémentaire, sont modérément plus efficaces que les contrôles non actifs à six mois ou plus, mais il n’y avait pas des données probantes suggérant que ces interventions soient meilleures que les autres traitements actifs contre le tabagisme. Cependant, certaines études présentaient un risque élevé de biais et il y avait des données probantes d'une grande hétérogénéité statistique. L'efficacité des traitements chez les jeunes est inconnue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On estime que la consommation de tabac tue 7 millions de personnes par an. La nicotine crée une forte dépendance, mais des enquêtes indiquent que près de 70 % des fumeurs américains et britanniques souhaiteraient arrêter de fumer. Bien que de nombreux fumeurs tentent d'arrêter de fumer par eux-mêmes, les conseils d'un professionnel de la santé augmentent les chances d'arrêter. En 2016, on comptait 3,5 milliards d'internautes dans le monde, ce qui fait d'Internet une plateforme potentielle pour aider les gens à arrêter de fumer.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des interventions basées sur Internet pour le sevrage tabagique, si l'efficacité de l'intervention est modifiée par des caractéristiques personnalisées ou interactives, et s'il existe une différence d'efficacité entre les adolescents, les jeunes adultes et les adultes.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme, qui comprenait des recherches dans MEDLINE, Embase et PsycINFO (via d'OVID). Aucune restriction n'a été imposée en ce qui concerne la langue, le statut de la publication ou la date de publication. La recherche la plus récente a été effectuée en août 2016.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR). Les participants étaient des fumeurs, sans exclusion d'âge, de sexe, d'origine ethnique, de langue ou d'état de santé. Tout type d'intervention sur Internet était éligible. La condition de comparaison pourrait être un contrôle sans intervention, une intervention Internet différente ou une intervention sans Internet. Pour être incluses, les études doivent avoir mesuré l'arrêt du tabac à quatre semaines ou plus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué et extrait les données de manière indépendante. Nous avons extrait et, le cas échéant, regroupé les résultats du sevrage tabagique d'un suivi de six mois ou plus, en rapportant les résultats à court terme de manière narrative lorsque les résultats à long terme n'étaient pas disponibles. Nous avons calculé les effets des études sous forme de risque relatif (RR) avec intervalle de confiance (IC) à 95 %.

Nous avons regroupé les études selon qu'elles (1) comparent une intervention sur Internet avec un bras de contrôle non actif (par exemple, des guides d'auto-assistance imprimés), (2) comparent une intervention sur Internet avec un bras de contrôle actif (par exemple, des conseils en face à face), (3) évaluent l'ajout d'un soutien comportemental à un programme Internet, ou (4) comparent une intervention sur Internet avec une autre. Le cas échéant, nous avons regroupé les études par âge.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 67 ECR, dont les données de plus de 110 000 participants. Nous avons mis en commun les données de 35 969 participants.

Seuls quatre ECR menés sur des adolescents ou de jeunes adultes étaient éligibles pour une méta-analyse.

Résultats des essais chez les adultes : Huit essais ont comparé une intervention sur mesure et interactive sur Internet à un contrôle non actif. Les résultats regroupés ont démontré un effet en faveur de l'intervention (RR 1,15, 95 % IC 1,01 à 1,30, n = 6786). Cependant, l'hétérogénéité statistique était élevée (I2 = 58%) et inexpliquée, et la qualité globale des données probantes était faible selon le classement. Cinq essais ont comparé une intervention sur Internet à un contrôle actif. L'estimation de l'effet groupé a favorisé le groupe témoin, mais a croisé la valeur zéro (RR 0,92, IC à 95 % 0,78 à 1,09, n = 3806, I2 = 0 %) ; la cote de qualité GRADE était modérée. Cinq études ont évalué un programme Internet plus un soutien comportemental par rapport à un contrôle non actif (n = 2334). Regroupées, ces études ont indiqué un effet positif de l'intervention (RR 1,69, IC 95% 1,30 à 2,18). Bien que l'hétérogénéité statistique soit substantielle (I2 = 60%) et inexpliquée, la note GRADE était modérée. Quatre études ont évalué l'Internet et le soutien comportemental par rapport à un contrôle actif. Aucune des études n'a détecté de différence entre les bras d'essai (RR 1,00, IC 95% 0,84 à 1,18, n = 2769, I2 = 0%) ; le classement était modéré. Sept études ont comparé une intervention interactive ou sur mesure sur Internet, ou les deux, à une intervention sur Internet qui n'était pas sur mesure/interactive. Les résultats regroupés ont favorisé le programme interactif ou sur mesure, mais l'estimation a franchi la valeur zéro (RR 1,10, IC 95% 0,99 à 1,22, n = 14 623, I2 = 0%) ; la note GRADE était modérée. Trois études ont comparé les messages sur mesure et les messages non personnalisés sur Internet. Les messages personnalisés ont produit des taux d'abandon plus élevés que ceux du groupe témoin, mais l'estimation n'était pas précise (RR 1,17, IC 95% 0,97 à 1,41, n = 4040), et il y avait des données probantes d'une hétérogénéité statistique substantielle inexpliquée (I2 = 57%) ; la note GRADE était faible.

Les résultats doivent être interprétés avec prudence, car nous avons jugé que certaines des études incluses présentaient un risque élevé de biais.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par David Robinson et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.