Le refroidissement local pour le soulagement de la douleur du traumatisme périnéal subi lors de l'accouchement

Nous avons recherché des données probantes issues d'essais contrôlés randomisés sur l'efficacité des traitements de refroidissement locaux pour réduire la douleur due aux lésions de la zone située entre le vagin et l'anus, c'est-à-dire le « traumatisme périnéal », lors de l'accouchement.

Quelle est la problématique ?

Les déchirures périnéales sont fréquentes pendant l'accouchement. En outre, il arrive que la personne qui assiste à la naissance incise le périnée pour donner plus de place au bébé à naître (épisiotomie).

Ces déchirures et incisions sont souvent douloureuses et la mère est susceptible d’avoir des difficultés à marcher ou à s'asseoir confortablement, ou à nourrir et soigner son bébé.

Pourquoi est-ce important ?

La douleur causée par les déchirures ou les incisions du périnée peut diminuer la capacité des femmes à se déplacer et provoquer une gêne lors de l'évacuation des urines ou des selles. Cela peut affecter son bien-être émotionnel. Une douleur périnéale persistante peut avoir des effets à plus long terme, tels que des douleurs lors des rapports sexuels et des problèmes de selles et de miction. Les femmes sont encouragées à utiliser différents moyens de soulagement de la douleur, y compris l'utilisation de traitements par refroidissement tels que les poches de glace ou les compresses de gel froid. Il est important de savoir si le refroidissement fonctionne et s'il peut ralentir la guérison de l’incision ou de la déchirure.

Il s'agit d'une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2007 et mise à jour en 2012.

Quelles données probantes avons-nous trouvées ?

Nous avons mis à jour la recherche de données probantes en octobre 2019. Nous avons maintenant trouvé 10 essais contrôlés randomisés à inclure. Neuf de ces études contenaient des informations provenant de 998 femmes que nous avons pu utiliser dans la revue.

Des poches de glace ou des compresses de gel froid ont été placés sur le périnée pendant 10 à 20 minutes à la fois au cours des deux premiers jours suivant l'accouchement. Elles ont été comparées à l'absence de traitement (5 études, 612 femmes) ou au traitement placebo par compresse de gel (1 étude) ou sachet d'eau (1 étude), tous deux à température ambiante. Les poches de glace ont été comparées aux compresses de gel froid dans trois études (338 femmes).

Les essais étaient en grande partie de très faible qualité en raison des inquiétudes quant à la validité des résultats, avec un petit nombre de femmes pour chaque comparaison, de grandes variations dans les effets des traitements, et des femmes sachant quel traitement (ou l’absence de traitement) elles utilisaient. Peu d'essais se sont penchés sur les mêmes comparaisons ou les essais utilisaient des outils d'évaluation ou des critères de jugement différents. La plupart des résultats proviennent d'études uniques.

La douleur périnéale auto-évaluée des femmes après l'utilisation d’une compresse de gel froid dans les six heures suivant l'accouchement pourrait être inférieure à celle des femmes n’ayant pas reçu de traitement (1 étude, 100 femmes). Il n'y avait pas de différences claires dans les douleurs déclarées par les patientes dans les 24 heures ou jusqu'à 48 heures après l'accouchement (1 étude, 316 femmes) ou dans la guérison du périnée.

Une compresse de gel froid par rapport au placebo pourrait entraîner une très faible réduction de la douleur 24 à 48 heures après l'accouchement (1 étude, 250 femmes). La cicatrisation des plaies périnéales pourrait ne pas être affectée par le refroidissement. Aucune des femmes ayant une poche de glace ou une poche d'eau à température ambiante n'a rapporté de douleur dans les 24 heures suivant l'accouchement (1 étude, 63 femmes). Aucun effet indésirable sur la cicatrisation des plaies n'a été rapporté.

En comparant les poches de glace aux compresses de gel froid, il pourrait n'y avoir aucune différence dans l'autoévaluation de la douleur périnéale à aucun des moments de mesure (3 études, 338 femmes). Un essai a montré que moins de femmes utilisant des poches de glace présentaient une béance des plaies au cinquième jour mais pas au dixième jour (215 femmes). Dans une unique étude, les femmes ont évalué leur traitement moins favorablement avec des poches de glace qu'avec des compresses de gel froid cinq jours après l'accouchement (49 femmes) et lors de l'évaluation au 10e jour (208 femmes).

Qu’est-ce que cela signifie?

Il n'existe qu'une petite quantité de données probantes de faible ou de très faible qualité provenant de petits essais suggérant que les traitements par refroidissement pourraient aider à soulager la douleur périnéale après avoir eu un bébé. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de savoir si le refroidissement a une incidence sur la cicatrisation des déchirures ou des incisions. La glace est facilement disponible dans les pays à revenu élevé, mais ce n'est pas toujours le cas dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Les compresse de gel qui doivent être placés dans un congélateur pour être refroidies pourraient également ne pas être facilement disponibles dans les zones à revenus faibles et intermédiaires.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des données probantes limitées d’un niveau de confiance très faible qui pourraient soutenir l'utilisation de traitements par refroidissement, sous la forme de poches de glace ou de compresses de gel froid, pour le soulagement des douleurs périnéales dans les deux premiers jours suivant l'accouchement. Il est probable que l'utilisation simultanée de plusieurs traitements soit nécessaire pour résoudre ce problème de manière adéquate, notamment l'analgésie sur ordonnance et en vente libre. Les études incluses dans cette revue ont impliqué l'utilisation de traitements par refroidissement pendant 10 à 20 minutes, et bien qu'aucun effet indésirable n'ait été noté, ces résultats proviennent d'études portant sur un nombre relativement faible de femmes, ou n'ont pas été rapportés du tout. Le manque persistant de données probantes de haute qualité des avantages des traitements par refroidissement doit être considéré avec prudence, et d'autres essais bien conçus doivent être menés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les traumatismes du périnée sont fréquents lors de l'accouchement et pourraient être douloureux. Dans la pratique obstétrique contemporaine plusieurs formes de soulagement de la douleur sont offertes aux femmes, notamment l'application locale de traitements par refroidissement. Cette revue Cochrane est la version la plus récente d'une revue mise à jour pour la première fois en 2012.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des traitements par refroidissement localisé par rapport à l'absence de traitement, au placebo ou à d'autres traitements par refroidissement appliqués sur le périnée pour soulager la douleur à la suite d'un traumatisme périnéal subi lors l'accouchement.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance, ClinicalTrials.gov, sur le Système d'enregistrement international des essais cliniques ICTRP de l'OMS (7 octobre 2019) et sur les références bibliographiques des études récupérées.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi randomisés publiés et non publiés comparant un traitement par refroidissement local appliqué sur le périnée à l'absence de traitement, à un placebo ou à un autre traitement par refroidissement appliqué pour soulager la douleur liée au traumatisme périnéal subi lors de l'accouchement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité des études, extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses. Les données ont fait l'objet d'une double vérification. Le niveau de confiance des données probantes a été évaluée à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 ECR ayant enrôlé 1233 femmes randomisées pour l'utilisation d'un traitement par refroidissement (poche de glace, compresse de gel froid, refroidissement combiné à la compression, refroidissement combiné à la compression et au repos en position horizontale) par rapport à un autre traitement de refroidissement, à l’absence de traitement, ou à un placebo (poche d'eau, compresse). Dans l'ensemble, les essais inclus présentaient un risque de biais faible ou incertain, à l'exception de l'impossibilité de mise en aveugle des participants et du personnel concernant le groupe alloué, ce qui signifie que nous avons évalué tous les essais comme présentant un risque de biais peu clair ou élevé dans ce domaine.

Nous avons entrepris un certain nombre de comparaisons pour évaluer les différents traitements.

Traitement par refroidissement (poche de glace ou compresse de gel froid) par rapport à l’absence de traitement

Il existe des données probantes limités d’un niveau de confiance très faible indiquant que le traitement par refroidissement pourrait réduire la douleur périnéale déclarée par les femmes dans les quatre à six heures (différence moyenne (DM) -4,46, intervalle de confiance (IC) à 95% -5,07 à -3,85 sur une échelle de 10 points ; 1 étude, 100 participants) ou entre 24 et 48 heures après l'accouchement (risque relatif (RR) 0,73, IC à 95% 0,57 à 0,94 ; 1 étude, 316 participants). Les données probantes sont très incertaines en ce qui concerne les différentes mesures de cicatrisation des plaies, par exemple, la béance des plaies lorsqu'elles sont inspectées cinq jours après l'accouchement (RR 2,56, IC à 95 % 0,58 à 11,33 ; 1 étude, 315 participants). Les femmes ont généralement évalué de la même manière leur satisfaction à l'égard des soins périnéaux après un refroidissement ou l'absence de traitement. L'exception potentielle était qu'il pourrait y avoir une différence moyenne triviale plus faible de -0,1 sur une échelle de cinq points de confort psychospirituel avec le traitement par refroidissement, ce qui ne présente probablement pas d'importance clinique.

Traitement par refroidissement (compresse de gel froid) + compression (d’un serviette périnéale par rapport au placebo (compresse de gel + compression)

Il existe des données probantes limitées d’un niveau de confiance faible indiquant qu'il pourrait y avoir une DM triviale de -0,43 de douleur sur une échelle de 10 points entre 24 et 48 heures après l'accouchement (IC à 95 % -0,73 à -0,13 ; 1 étude, 250 participants) lorsqu'un traitement par refroidissement combiné à la compression à partir d'une compresse périnéale bien fixée était comparé au placebo. Les niveaux d'œdème périnéal pourraient être similaires pour les deux groupes (données probantes d’un niveau de confiance faible) et aucune ecchymose périnéale n'a été observée. Il existait des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que les femmes pourraient évaluer leur satisfaction comme étant légèrement plus élevée pour les soins périnéaux dans le groupe des compresses de gel froid et de compression (DM 0,88, IC à 95 % 0,38 à 1,38 ; 1 essai, 250 participants).

Traitement par refroidissement (poche de glace) par rapport au placebo (poche d'eau)

Selon une étude, aucune femme n'a signalé de douleur après avoir utilisé une poche de glace ou une poche d'eau lorsqu'on lui a demandé dans les 24 heures suivant l'accouchement. Il existait des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que l'œdème pouvait être similaire pour les deux groupes lorsqu'il était évalué entre quatre et six heures (RR 0,96, IC à 95 % 0,50 à 1,86 ; 1 étude, 63 participantes) ou dans les 24 heures suivant l'accouchement (RR 0,36, IC à 95 % 0,08 à 1,59). Aucune femme n’a présenté de contusions périnéales à ces moments-là. Les auteurs de l’essai ont rapporté qu'aucune femme de l'un ou l'autre groupe n'a subi d'effets indésirables sur la cicatrisation des plaies. Il existait des données probantes d’un niveau de confiance faible indiquant que les femmes pourraient évaluer leurs points de vue et leurs expériences avec les traitements de manière similaire (par exemple, satisfaction du traitement : RR 0,91, IC à 95% 0,77 à 1,08 ; 63 participants).

Traitement par refroidissement (poche de glace) par rapport à un traitement par refroidissement (compresse de gel froid)

Les données probantes sont d’un niveau de confiance très faible quant aux effets de l'utilisation de poches de glace ou de compresses de gel froid sur les douleurs périnéales auto-évaluées par les femmes, sur les contusions périnéales ou sur l'œdème périnéal dans les quatre à six heures ou dans les 24 heures suivant l'accouchement. L’œdème périnéal est susceptible de persister 24 à 48 heures après l'accouchement chez les femmes utilisant les poches de glace (RR 1,69, IC à 95 % 1,03 à 2,7 ; 2 essais, 264 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Le risque de béances des berges des plaies cinq jours après l'accouchement pourrait être réduit chez les femmes ayant utilisé des poches de glace (RR 0,22, IC à 95 % 0,05 à 1,01 ; 215 participantes ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Cependant, cela ne semblait pas persister jusqu'au dixième jour (RR 3,06, IC à 95% 0,63 à 14,81 ; 214 participants). Les femmes pourraient avoir une opinion moins favorable du traitement après l'utilisation de poches de glace cinq jours après l'accouchement (RR 0,33, IC à 95 % 0,17 à 0,68 ; 1 étude, 49 participantes) et lorsqu'elles sont évaluées le 10e jour (RR 0,82, IC à 95 % 0,73 à 0,92 ; 1 étude, 208 participantes), données probantes d’un niveau de confiance très faible pour les deux.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.