Dépistage du diabète de type 2

Problématique de la revue

Quels sont les effets du dépistage sur la santé par rapport à l'absence de dépistage du diabète de type 2 ?

Contexte

Le diabète de type 2 est un trouble métabolique caractérisé par une hyperglycémie qui peut entraîner des complications telles que des maladies rénales et oculaires. Il peut se développer à tout âge mais atteint généralement un pic chez les adultes de 65 ans et plus et peut être traité au début par le biais d'un régime alimentaire et d'exercices physiques. Le diabète de type 2 pourrait ne pas présenter de symptômes, ou peu, au début et pourrait donc ne pas être diagnostiqué. Le dépistage des personnes apparemment en bonne santé pourrait permettre de détecter et de traiter précocement le diabète de type 2, ainsi que de prévenir ou de retarder le développement des complications qui y sont liées.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé un essai contrôlé randomisé (une étude clinique dans laquelle les participants sont affectés à l'un des groupes de traitement selon une méthode aléatoire) où 20 184 personnes à haut risque provenant de 33 cabinets de médecine générale de l'Est de l'Angleterre ont été invitées ou non à un dépistage du diabète de type 2 (l'étude ADDITION-Cambridge). Les participants éligibles devaient avoir un score de risque de diabète élevé mais aucun diabète connu. Le score de risque de diabète pour identifier les personnes à haut risque comprenait des variables relatives à l'âge, au sexe, à l'indice de masse corporelle et à l'utilisation de stéroïdes prescrits et de médicaments antihypertenseurs. Les cabinets pouvaient participer s'ils pouvaient fournir des données pour le calcul du score de risque pour au moins 70 % de leurs patients. Au total, 11 737 participants ont participé au dépistage, et 4 137 participants représentaient le groupe sans dépistage. Dans les deux groupes, 36% des participants étaient des femmes ; l'âge moyen des participants était de 58,2 ans dans le groupe dépistage et de 57,9 ans dans le groupe sans dépistage. Près de la moitié des participants des deux groupes prenaient des médicaments contre l'hypertension.

Ces données probantes sont à jour en mai 2019.

Principaux résultats

Nous ne sommes pas certains des effets du dépistage du diabète de type 2 sur les décès toutes causes confondues, et sur les décès dus à des causes liées au diabète (les seuls critères de jugement importants de notre revue pour lesquels les auteurs de l'étude ont fourni des données fiables). L'étude incluse n'a pas fait état des effets secondaires du dépistage, des nouveaux cas de diabète de type 2, de la qualité de vie liée à la santé, de l'hémoglobine glyquée A1c (HbA1c) comme mesure à long terme du contrôle du glucose, et des effets socio-économiques (tels que les coûts du dépistage, l'utilisation des médicaments, le nombre de consultations).

Niveau de confiance dans les données probantes

Nous avons fondé notre confiance dans les données probantes sur une seule étude. Le niveau de confiance global dans les résultats de cette étude est faible, car les résultats ne sont pas précis, c'est-à-dire qu'ils pourraient changer de direction si de nouvelles études sont publiées.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne sommes pas certains des effets du dépistage du diabète de type 2 sur la mortalité toutes causes confondues et la mortalité liée au diabète. Une seule étude a fourni des données probantes. Nous ne sommes donc pas en mesure de tirer des conclusions définitives concernant les résultats sur la santé du dépistage précoce du diabète de type 2. De plus, l'étude incluse n'a pas évalué tous les critères de jugement préspécifiés dans la revue (morbidité liée au diabète, incidence du diabète de type 2, qualité de vie liée à la santé, événements indésirables, effets socio-économiques).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le diabète sucré, un trouble métabolique caractérisé par une hyperglycémie et associé à un lourd fardeau de complications microvasculaires et macrovasculaires, reste souvent non diagnostiqué. Le dépistage des personnes apparemment en bonne santé pourrait permettre de détecter et de traiter précocement le diabète de type 2 et pourrait prévenir ou retarder le développement des complications qui y sont liées.

Objectifs: 

Évaluer les effets du dépistage du diabète de type 2.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches sur le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, LILACS, le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) et ClinicalTrials.gov depuis son lancement. La date de la dernière recherche était mai 2019 pour toutes les bases de données. Nous n’avons pas appliqué de restriction de langue lors de ces recherches.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés impliquant des adultes et des enfants sans diabète sucré connu, menés sur au moins trois mois, qui ont évalué l'effet du dépistage du diabète (de masse, ciblé ou opportuniste) par rapport à l'absence de dépistage du diabète.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, examiné les titres et les résumés pour en déterminer la pertinence potentielle et ont ensuite examiné les textes complets des études potentiellement pertinentes, extrait les données et procédé à une évaluation du « risque de biais » à l'aide de l'outil Cochrane « Risk of bias ». Nous avons évalué le niveau de confiance global dans les données probantes en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons examiné 4 651 titres et résumés identifiés par la recherche et évalué 92 textes intégraux/articles pour inclusion. Nous avons inclus un essai randomisé en grappes, l'étude ADDITION-Cambridge, qui a impliqué 20 184 participants provenant de 33 cabinets de médecine générale de l'est de l'Angleterre. Il a évalué les effets de l'invitation ou de l’absence d’invitation à un dépistage du diabète, sur les personnes à haut risque. Le score de risque de diabète a été utilisé pour identifier les personnes à haut risque ; il comprend des variables relatives à l'âge, au sexe, à l'indice de masse corporelle et à l'utilisation de stéroïdes et de médicaments antihypertenseurs prescrits. Vingt-sept cabinets ont été randomisées dans le groupe dépistage (11 737 participants ayant effectivement participé au dépistage) et 5 cabinets dans le groupe sans dépistage (4 137 participants). Dans les deux groupes, 36% des participants étaient des femmes ; l'âge moyen des participants était de 58,2 ans dans le groupe dépistage et de 57,9 ans dans le groupe sans dépistage. Près de la moitié des participants des deux groupes prenaient des médicaments antihypertenseurs. Les résultats de la première phase de cette étude indiquent que le dépistage du diabète de type 2, comparé à l'absence de dépistage, n'a pas montré de différence nette dans la mortalité toutes causes confondues (rapport des risques instantanés (HR) 1,06, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,90 à 1,25, données probantes de faible niveau de confiance). Le dépistage par rapport à l'absence de dépistage du diabète de type 2 a montré un HR de 1,26, IC à 95 % 0,75 à 2,12 (données probantes de faible niveau de confiance) pour la mortalité liée au diabète (selon que le diabète est ou non déclaré comme cause de décès sur le certificat de décès). La morbidité liée au diabète et la qualité de vie liée à la santé n'ont été rapportées que dans un sous-échantillon et n'ont pas montré de différence substantielle entre l'intervention de dépistage et le contrôle. L'étude incluse n'a pas fait état des événements indésirables, de l'incidence du diabète de type 2, de l'hémoglobine glyquée A1c (HbA1c) et des effets socio-économiques.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.