Port de blouse par le personnel et les visiteurs des services de néonatologie pour prévenir la morbidité et la mortalité néonatales

Les services de néonatologie et les unités néonatales de soins intensifs exigent souvent que le personnel et les visiteurs portent une blouse afin de prévenir la propagation des infections. On pense également que le port de la blouse permet de rappeler aux gens qu'ils doivent se laver les mains, une pratique très importante pour prévenir les infections. Une revue de la littérature médicale a permis d'identifier huit essais cliniques portant sur le port de blouse dans les services de néonatologie et recrutant 3 811 nouveau-nés. Le port de blouse n'avait pas d'impact significatif sur les taux d'infections, les taux de mortalité et la durée de séjour des nourrissons. Seuls deux essais étaient de bonne qualité, et les pratiques en matière de port de blouse variaient d'un essai à l'autre. Le port de blouse n'entraînait pas d'augmentation du taux de lavage des mains. Aucune preuve ne permet de recommander le port de blouse par le personnel pour prévenir la propagation des infections. Sur la base de ces études, le port de blouse pourrait ne pas être rentable.

Conclusions des auteurs: 

La revue systématique et la méta-analyse n'apportent aucune preuve permettant d'établir l'efficacité du port de blouse pour réduire les décès, les infections ou la multiplication bactérienne chez les nourrissons admis dans des services de néonatologie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le port de blouse est largement répandu dans les services de néonatologie et les unités néonatales de soins intensifs. On pense que le port de blouse pourrait permettre de prévenir la propagation des infections nosocomiales et de rappeler au personnel et aux visiteurs de se laver les mains avant tout contact avec les nourrissons.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue est d'évaluer les effets du port de blouse par le personnel et les visiteurs sur l'incidence des infections et des décès chez les nourrissons des services de néonatologie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les méthodes standard de la Collaboration Cochrane et de son groupe de revue sur la néonatologie ont été utilisées. Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, Bibliothèque Cochrane, numéro 1, 2009), MEDLINE (1950 - janvier 2009), EMBASE (1950 - janvier 2009) et CINAHL (1982 - janvier 2009).

Ces recherches ont été mises à jour en décembre 2010.

Critères de sélection: 

Cette revue inclut tous les essais randomisés ou quasi-randomisés publiés portant sur le port de blouse par le personnel ou les visiteurs par rapport à l'absence de blouse.

Recueil et analyse des données: 

Les méthodes standard de la Collaboration Cochrane et de son groupe de revue sur la néonatologie ont été utilisées. Les deux auteurs de revue ont extrait les données et évalué la qualité des études de manière indépendante. Trois auteurs ont été contactés afin d'obtenir des informations manquantes mais un seul a répondu. Les résultats sont exprimés sous forme de risque relatif ou de différence moyenne, avec des intervalles de confiance à 95 %.

Résultats principaux: 

Huit essais portant sur 3 811 nourrissons ont été inclus. Les essais étaient de qualité variable, et deux seulement ont été considérés comme de bonne qualité. Le fait de ne pas porter de blouse était associé à une tendance à la baisse du taux de mortalité (RR typique de 0,84, IC à 95 %, entre 0,70 et 1,02) par rapport au port de blouse, mais ces résultats n'atteignaient pas un niveau statistiquement significatif. Le port de blouse n'avait aucun effet statistiquement significatif sur l'incidence des infections nosocomiales systémiques (RR typique de 1,24, IC à 95 %, entre 0,90 et 1,71). L'analyse globale ne révélait aucun effet significatif du port de blouse sur l'incidence de la colonisation, la durée de séjour à l'hôpital ou la fréquence de lavage des mains. Nous n'avons identifié aucun essai portant sur le port de blouse par les visiteurs.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.