Des produits biologiques pour les personnes atteintes de rhinosinusite chronique

Quel est l’objectif de la revue ?

Les "produits biologiques" sont le nom donné à un nouveau type de médicament. Ce type est de plus en plus utilisé pour aider les personnes souffrant de maladies dues à l'inflammation des tissus corporels. L'objectif de cette revue est de voir si certains de ces médicaments sont efficaces pour traiter les personnes souffrant de "rhinosinusite chronique". Ces patients ont des problèmes à long terme d'inflammation du nez et des sinus. Ils ont donc le nez bouché, congestionné et qui coule, et des douleurs dans les joues. Ils doivent souvent utiliser des sprays nasaux à base de stéroïdes à long terme. Certains patients atteints de rhinosinusite chronique ont également des polypes dans le nez. Ces derniers peuvent aggraver leurs symptômes.

Messages principaux

L'un des nouveaux produits biologiques - appelé dupilumab - aide les personnes atteintes de rhinosinusite chronique sévère qui ont également des polypes du nez. Il améliore leurs symptômes et fait rétrécir leurs polypes. Il ne semble pas causer d'effets secondaires graves. Un autre médicament similaire - appelé mépolizumab - semble avoir les mêmes effets, mais nous en sommes moins sûrs.

Quel était le sujet de la revue ?

Nous avons cherché des essais où les patients atteints de rhinosinusite chronique avaient reçu soit un des nouveaux médicaments biologiques, soit un traitement placebo (factice). Ils devaient avoir été traités pendant au moins trois mois. Nous avons cherché des études qui mesuraient l'effet du médicament sur les symptômes des participants et sur leur santé générale.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Presque toutes les personnes étudiées dans le cadre des essais étaient atteintes de rhinosinusite chronique sévère avec polypes nasaux (nous ne pouvons donc tirer des conclusions sur les effets des médicaments uniquement sur ce type de personnes). Nous avons trouvé huit études, portant sur trois médicaments différents. La plupart des informations dont nous disposons proviennent de deux grands essais (avec près de 800 patients) portant sur l'effet d'un seul médicament, le dupilumab.

L’effet du dupilumab

Après 24 semaines de traitement, les personnes qui prennent du dupilumab ont une meilleure qualité de vie que celles qui n'en prennent pas et leurs polypes ont davantage rétréci. En moyenne, leurs symptômes sont probablement aussi améliorés, et ils n'ont pas d'effets secondaires plus graves que ceux prenant le placebo.

L’effet du mépolizumab

L'effet du mépolizumab a été étudié sur un nombre beaucoup plus restreint de patients et nous sommes donc moins sûrs des résultats. On peut dire que ce médicament pourrait avoir des effets similaires à ceux du dupilumab.

L’effet de l'omalizumab

Nous avons trouvé très peu d'informations sur l'utilisation de ce médicament et ne pouvons pas dire s'il est efficace ou non.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les preuves sont à jour jusqu'en septembre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Chez les adultes souffrant de rhinosinusite chronique sévère et de polypes nasaux, sous stéroïdes nasaux topiques réguliers, le dupilumab améliore la QVLS spécifique de la maladie par rapport au placebo, et réduit l'étendue de la maladie mesurée par scanner. Il améliore probablement aussi les symptômes et la QVLS générique et il n'y a pas de preuve d'un risque accru d'effets indésirables graves. Il pourrait réduire la nécessité d'une nouvelle intervention chirurgicale. Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence dans le risque de rhinopharyngite.

Chez des patients similaires, le mépolizumab pourrait améliorer à la fois la qualité de vie spécifique à la maladie et la qualité de vie générique. Il n'est pas certain qu'il réduise la nécessité d'une intervention chirurgicale ou qu'il améliore le score des polypes nasaux. Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence dans le risque de rhinopharyngite. Il n'est pas certain qu'il y ait une différence dans la gravité des symptômes et le risque d'effets indésirables graves.

Nous sommes incertains quant aux effets de l'omalizumab.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Cette revue systématique actualisée est l'une des nombreuses revues Cochrane qui évaluent la prise en charge médicale des patients atteints de rhinosinusite chronique.

La rhinosinusite chronique est fréquente. Elle se caractérise par une inflammation de la muqueuse nasale et des sinus, un blocage nasal, une rhinorrhée, une pression/douleur faciale et une perte de l'odorat. Elle survient avec ou sans polypes nasaux.

Les "produits biologiques" sont des médicaments produits par un processus biologique. Les anticorps monoclonaux en sont un type, déjà évalués pour des affections inflammatoires connexes (par exemple, l'asthme et la dermatite atopique).

Objectifs: 

Évaluer les effets des produits biologiques pour le traitement de la rhinosinusite chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information en ORL de Cochrane a effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais ORL, CENTRAL (2019, numéro 9), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, Le Web of Science, ClinicalTrials.gov, le système d’enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l’OMS et dans d'autres sources pour des essais publiés et non publiés. La recherche a été effectuée le 16 septembre 2019.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) avec un suivi d'au moins trois mois comparant des produits biologiques (actuellement, des anticorps monoclonaux) à un placebo ou à l’absence de traitement chez des patients atteints de rhinosinusite chronique.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards de Cochrane. Nos critères de jugement principaux étaient la qualité de vie liée à la santé (QVLS), la sévérité de la maladie et les effets indésirables graves (EIG). Les critères de jugement secondaires étaient l'évitement de la chirurgie, l'étendue de la maladie (mesurée par le score obtenu par endoscopie ou tomodensitométrie), la QVLS générique et les effets indésirables (nasopharyngite, y compris le mal de gorge). Nous avons utilisé GRADE pour évaluer le niveau de certitude des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit ECR. Sur 986 participants adultes, 984 souffraient de rhinosinusite chronique sévère avec polypes nasaux ; 43% à 100% des participants souffraient également d'asthme. Trois produits biologiques, avec des cibles différentes, ont été évalués : le dupilumab, le mépolizumab et l'omalizumab. Toutes les études ont été subventionnées ou soutenues par l'industrie.

Anti-IL-4Rα mAb (dupilumab) par rapport au placebo ou à l’absence de traitement (tous recevant des stéroïdes intranasaux)

Trois études (784 participants) ont évalué le dupilumab.

La QVLS spécifique à la maladie a été mesurée avec le SNOT-22 (score de 0 à 110 ; différence minimale cliniquement importante (DMCI) 8,9 points). À 24 semaines, le score SNOT-22 était inférieur (meilleur) de 19,61 points chez les participants recevant du dupilumab (différence moyenne (DM) -19,61, intervalle de confiance (IC) à 95% -22,54 à -16,69 ; 3 études ; 784 participants ; haute certitude).

La gravité des symptômes mesurée sur une échelle visuelle analogique (EVA) de 0 à 10 points était inférieure de 3,00 chez les personnes recevant du dupilumab (IC à 95 % : -3,47 à -2,53 ; 3 études ; 784 participants ; certitude modérée).

Le risque d'effets indésirables graves pourrait être plus faible dans le groupe dupilumab (risque relatif (RR) 0,45, IC à 95 % 0,28 à 0,75 ; 3 études ; 782 participants ; faible certitude).

Le nombre de participants nécessitant une intervention chirurgicale pour les polypes nasaux (réelle ou prévue) pendant la période de traitement est probablement plus faible chez ceux qui reçoivent du dupilumab (RR 0,17, IC à 95 % 0,05 à 0,52 ; 2 études ; 725 participants ; certitude modérée).

La variation de l'étendue de la maladie selon le score de Lund Mackay en tomodensitométrie (0 à 24, score élevé = maladie étendue) était de -7,00 (IC à 95 % -9,61 à -4,39 ; 3 études ; 784 participants ; haute certitude), un effet important favorisant le groupe dupilumab.

L'échelle visuelle analogique EQ-5D (0 à 100, score élevé = meilleure qualité de vie ; DMCI de 8 points) a été utilisée pour mesurer l'évolution de la qualité de vie générique. La différence moyenne en faveur du dupilumab était de 8,59 (IC à 95% 5,31 à 11,86 ; 2 études ; 706 participants ; certitude modérée).

Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence dans le risque de rhinopharyngite (RR 0,95, IC à 95 % 0,72 à 1,25 ; 3 études ; 783 participants ; faible certitude).

Anti-IL-5 mAb (mépolizumab) par rapport au placebo ou à l’absence de traitement (tous recevant des stéroïdes intranasaux)

Deux études (137 participants) ont évalué le mépolizumab.

La QVLS spécifique à la maladie mesurée avec le SNOT-22 à 25 semaines était inférieure (meilleure) de 13,26 points chez les participants recevant du mépolizumab (IC à 95 % -22,08 à -4,44 ; 1 étude ; 105 participants ; faible certitude ; DMCI de 8,9).

Il est très incertain qu'il y ait une différence dans la gravité des symptômes : sur une échelle EVA de 0 à 10 points, la gravité des symptômes était inférieure de 2,03 chez les personnes recevant du mépolizumab (IC à 95 % -3,65 à -0,41 ; 1 étude ; 72 participants ; très faible certitude).

Il est très incertain qu'il y ait une différence dans le risque d'effets indésirables graves (RR 1,57, IC à 95 % 0,07 à 35,46 ; 2 études ; 135 participants, très faible certitude).

Il est très incertain que le risque global que les patients aient encore besoin d'une intervention chirurgicale à la fin de l'essai soit plus faible dans le groupe mépolizumab (RR 0,78, IC à 95 % 0,64 à 0,94 ; 2 études ; 135 participants ; très faible certitude).

Il est très incertain que le mépolizumab réduise l'étendue de la maladie telle que mesurée par le score endoscopique des polypes nasaux (échelle de 0 à 8). La différence moyenne était inférieure de 1,23 points dans le groupe mépolizumab (DM -1,23, IC à 95% -1,79 à -0,68 ; 2 études ; 137 participants ; très faible certitude).

La différence de qualité de vie générique (QE-5D) était de 5,68 (IC à 95% -1,18 à 12,54 ; 1 étude ; 105 participants ; faible certitude), favorisant le groupe mépolizumab. Cette différence est plus faible que la DMCI de 8 points.

Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence dans le risque de rhinopharyngite (RR 0,73, IC à 95% 0,36 à 1,47 ; 2 études ; 135 participants ; faible certitude).

AcM anti-IgE (omalizumab) par rapport au placebo ou à l’absence de traitement (tous recevant des stéroïdes intranasaux)

Trois très petites études (65 participants) ont évalué l'omalizumab. Nous sommes très incertains quant à l'effet de l'omalizumab sur la QVLS spécifique à la maladie, les effets indésirables graves, l'étendue de la maladie (résultats de tomodensitométrie), la QVLS générique et les effets indésirables.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.