Programmes d'éducation et de formation pour prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs qui y sont exposés.

Contexte

Chaque jour, les travailleurs d'un grand nombre d'industries sont en contact avec un métal nocif : le plomb. Tout niveau d'exposition au plomb est potentiellement nocif pour la santé, c'est pourquoi il est impératif de réduire l'exposition des travailleurs. Les programmes d'éducation et de formation peuvent empêcher les risques d’empoisonnement au plomb par les travailleurs.

Quel est l’objectif de cette revue ?

Nous avons effectué des recherches dans cinq bases de données d’études randomisées (ECR) et non randomisées afin d'évaluer l'efficacité de ces programmes éducatifs.

Principaux messages

Les interventions éducatives pourraient prévenir l'empoisonnement au plomb des travailleurs, mais nous avons encore beaucoup d’incertitudes face à ce constat, c'est pourquoi il est nécessaire de réaliser davantage d'études de meilleure qualité.

Qu'est-ce qui a été étudié dans cette revue ?

Nous avons inclus dans cette revue quatre études avant/après non contrôlées. Les études ont évalué l'efficacité des interventions éducatives pour prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs qui y sont exposés. Nous avons évalué un risque de biais critique pour trois études et un risque de biais modéré pour une étude.

Quels sont les principaux résultats de l’étude ?

Des données probantes d’un niveau de confiance très faible ont été obtenues suite à trois études menées auprès de participants qui présentaient initialement une concentration de plomb élevée dans le sang et ont suggéré une diminution du plomb dans le sang après les interventions éducatives. Une autre étude conduite auprès de participants avec un faible niveau initial de plomb dans le sang a donné des résultats discordants. Des données probantes d’un niveau de confiance très faible ont été obtenues à partir d’une étude et ont suggéré une diminution du niveau de plomb dans les urines.

Il pourrait y avoir un effet, mais nous ne savons pas si les interventions éducatives sont efficaces pour prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs qui présentent une concentration initiale de plomb élevée dans le sang et dans les urines. Pour les travailleurs dont le niveau de plomb dans le sang est faible initialement, les résultats n'ont pas été concluants.

Cette étude est-elle à jour ?

Nous avons recherchés des études jusqu'au 5 juin 2020.

Conclusions des auteurs: 

Les interventions éducatives pourraient prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs dont les niveaux de plomb initiaux dans le sang et dans les urines sont élevés, mais nous n’en sommes pas certains. Les interventions éducatives pourraient ne pas prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs dont le niveau de plomb initial dans le sang est faible, mais nous n’en sommes pas certains.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'exposition professionnelle au plomb peut entraîner de graves effets sur la santé, allant de symptômes généraux (dépression, douleurs généralisées et signes digestifs, tels que perte d'appétit, maux d'estomac, nausées, diarrhées et constipation) à des affections chroniques (maladies cérébrovasculaires et cardiovasculaires, troubles cognitifs, maladies rénales, cancers et infertilité). Les interventions éducatives pourraient contribuer à la prévention de l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs qui y sont exposés, et il donc est important d'évaluer leur efficacité.

Objectifs: 

Évaluer l'effet des interventions éducatives visant à prévenir l'empoisonnement au plomb chez les travailleurs qui y sont exposés.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches auprès de CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et OSH UPDATE jusqu'au 5 juin 2020, sans restriction sur la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés (ECR), des essais contrôlés en grappes, des séries temporelles interrompues, des études avant/après contrôlées et des études avant/après non contrôlées qui ont analysé l’effet d'une intervention éducative sur la prévention de l'exposition et de l’empoisonnement au plomb des travailleurs exposés. L'efficacité a été mesurée à partir des niveaux de plomb dans le sang et les urines, des niveaux de protoporphyrine zinc dans le sang et des niveaux d'acide aminolévulinique dans les urines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont, de manière indépendante, examiné les résultats de la recherche, évalué les études afin de déterminer leur éligibilité et extrait les données selon les méthodes standard de Cochrane. Nous avons utilisé l'outil ROBINS-I pour évaluer le risque de biais, et la méthodologie GRADE pour évaluer le niveau de confiance des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous n'avons pas trouvé d’ECR, ni d’essais contrôlés en grappe, ni de série temporelle interrompue ou d’étude avant/après contrôlée répondant à nos critères. Nous avons inclus quatre études avant/après non contrôlées, conduites entre 1982 et 2004.

Niveaux de plomb dans le sang

Les interventions éducatives pourraient réduire le niveau de plomb dans le sang, mais nous ne sommes pas certains de la fiabilité des données probantes. À court terme, après l'intervention éducative, les niveaux de plomb dans le sang pourraient diminuer (différence moyenne (DM) de 9,17 µg/dL, intervalle de confiance (IC) à 95% de 4,14 à 14,20 ; une étude qui regroupe 18 participants avec un niveau de plomb initial élevé dans le sang ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

À moyen terme, les niveaux de plomb dans le sang pourraient diminuer (DM 3,80 µg/dL, IC à 95 % 1,48 à 6,12 ; une étude incluant 34 participants avec un niveau de plomb initial élevé dans le sang ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

À long terme, les niveaux de plomb dans le sang pourraient diminuer lorsque les niveaux de plomb initiaux sont élevés (DM 8,08 µg/dL ; IC à 95 % 3,67 à 12,49 ; deux études, 69 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible), mais pas lorsque ces derniers sont bas (DM 1,10 µg/dL, IC à 95 % -0,11 à 2,31 ; une étude, 52 participants, données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Niveaux de plomb dans les urines

À long terme, les niveaux de plomb dans les urines pourraient diminuer après l'intervention éducative, mais nous ne sommes pas certains de la fiabilité des données probantes (DM 42,43 µg/L, IC à 95 % 29,73 à 55,13 ; une étude, 35 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Changement du comportement

Nous sommes très incertains de la fiabilité des données probantes sur l'effet de l'intervention éducative sur le changement du comportement. Lors du suivi à moyen terme après l'intervention éducative, une étude (89 participants) avec des données probantes d’un niveau de confiance très faible a trouvé des résultats ne permettant pas de conclure concernant le lavage avant de manger (risque relatif (RR) 1,71, IC à 95 % 0,42 à 6,91), le lavage avant de boire (RR 1,37, IC à 95% 0,61 à 3,06) et le fait de ne pas fumer dans l’espace de travail (RR 1,04, IC à 95% 0,74 à 1,46). Des données probantes d’un niveau de confiance très faible, provenant d’une étude de 21 participants, a suggéré que les employeurs pourraient améliorer la fourniture des tests d'ajustement pour tous les utilisateurs de respirateurs (RR 1,87, IC à 95 % 1,16 à 3,01) et interdire de manger, de boire, de fumer et de faire usage de tout autre produit à base de tabac sur le lieu de travail (RR 4,25, IC à 95 % 1,72 à 10,51). Cependant, les résultats n'ont pas permis de conclure en ce qui concerne la fourniture de vêtements de protection (RR 1,40, IC à 95 % 0,82 à 2,40).

Lors d'un suivi à long terme, une étude (89 participants) avec des données probantes d’un niveau de confiance très faible, a montré que les travailleurs pourraient améliorer leur lavage avant de boire (RR 3,24, IC à 95 % 1,09 à 9,61), néanmoins, les résultats ne permettaient pas de conclure concernant le lavage avant de manger (RR 11,71, IC à 95 % 0,66 à 208,33) ni pour ce qui est de fumer sur le lieu de travail (RR 1,56, IC à 95 % 0,98 à 2,50). Des données probantes d’un niveau de confiance très faible provenant d’une étude (21 participants) ont montré que les employeurs pourraient améliorer la fourniture des tests d'ajustement pour tous les utilisateurs de respirateurs (RR 1,70, IC à 95 % 1,09 à 2,63), pourraient fournir des vêtements de protection adéquats (RR 2,80, IC à 95 % 1,23 à 6,37) et pourraient interdire de manger, de boire, de fumer ou tout autre usage de tabac sur le lieu de travail (RR 2,13, IC à 95 % 1,19 à 3,81).

Amélioration des connaissances ou de la conscience des effets néfastes du plomb sur la santé

Nous sommes très incertains de la fiabilité des données probantes autour de l’effet de l'intervention éducative sur les connaissances des travailleurs. Lors du suivi à moyen terme, les questionnaires ont révélé que les connaissances des travailleurs pourraient s'améliorer (DM 5,20, IC à 95 % 3,29 à 7,11 ; une étude, 34 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Lors du suivi à long terme, il pourrait y avoir une amélioration des connaissances des travailleurs (DM 5,80, IC à 95 % 3,89 à 7,71 ; une étude, 34 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible), mais les résultats n’ont pas permis de conclure sur les connaissances des employeurs (RR 1,67, IC à 95 % 0,74 à 3,75 ; une étude, 21 participants ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Nous n’avons pas trouvé d’études qui ont mesuré les autres critères de jugement : les niveaux de protoporphyrine zinc dans le sang, les niveaux d'acide aminolévulinique dans les urines, les niveaux de plomb dans l'air ainsi que les effets nocifs. Une étude a fourni les coûts de chaque composante de l'intervention.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Hugo Panau et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.