Édulcorants non nutritifs pour le diabète sucré

Problématique de la revue

Les édulcorants non nutritifs sont-ils bénéfiques ou nocifs chez les personnes atteintes de diabète ?

Contexte

Les édulcorants non nutritifs sont des agents édulcorants ayant une intensité édulcorante plus élevée et une teneur en calories plus faible par gramme par rapport aux édulcorants caloriques comme le saccharose ou les sirops de maïs. Tant la population générale que les personnes diabétiques utilisent des édulcorants non nutritifs pour remplacer les édulcorants caloriques et contrôler leur apport en glucides et en énergie. La plupart des édulcorants non nutritifs approuvés pour la consommation humaine sont synthétiques (édulcorants artificiels) ; cependant, un nombre croissant d'édulcorants naturels non caloriques sont disponibles pour la consommation humaine. Des produits sucrés par des édulcorants non nutritifs sont largement disponibles sur le marché : les boissons diététiques, les yaourts diététiques, les desserts et les chewing-gums sont les produits les plus courants contenant des édulcorants non nutritifs. Des édulcorants non nutritifs sont également disponibles sous forme d'édulcorants de table pour une utilisation par les consommateurs à domicile comme agent édulcorant pour les boissons et pour la cuisine et la pâtisserie.

Il existe très peu d'informations sur les conséquences sanitaires de cette consommation accrue d'édulcorants non nutritifs chez les personnes diabétiques. Nous voulions savoir si la consommation d'édulcorants non nutritifs chez les personnes diabétiques avait un effet sur le taux moyen de sucre dans le sang à long terme (hémoglobine glyquée A1c - HbA1c), le poids corporel, les effets secondaires, les complications du diabète (telles que crise cardiaque, maladie oculaire ou rénale) et la qualité de vie liée à la santé.

Caractéristiques des études

Nous avons identifié neuf essais contrôlés randomisés (études dans lesquelles les participants sont affectés à l'un des deux groupes de traitement ou plus selon une méthode aléatoire) répartissant les diabétiques soit dans un groupe ayant reçu un édulcorant non nutritif, soit dans un groupe de comparaison. Le comparateur était un régime alimentaire habituel avec du sucre supplémentaire dans trois études ; un placebo (une pilule factice) dans cinq études ; et le tagatose (un édulcorant nutritif à faible teneur en calories) dans une étude. Les études ont inclus un total de 979 participants ; la plupart des études étaient de petite taille, avec moins de 100 participants. La durée des études variait de 4 à 10 mois.

Ces données probantes sont à jour depuis mai 2019.

Principaux résultats

Les données sur la qualité de vie liée à la santé, les complications du diabète, les décès de toute cause et les effets socio-économiques (tels que l'absentéisme au travail, les visites chez le médecin généraliste, la consommation de médicaments) étaient insuffisantes et globalement rares pour toutes les comparaisons. Les données disponibles n'ont pas montré de différence claire entre les édulcorants non nutritifs et le sucre, le placebo, ou le tagatose, édulcorant nutritif à faible teneur en calories, concernant l'HbA1c, le poids corporel et les effets secondaires.

Niveau de confiance de données probantes

Nous avons estimé que le niveau de confiance global des données probantes était très faible, principalement en raison du petit nombre d'études et de participants inclus et des limitations méthodologiques des études incluses.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des données probantes non concluantes de très faible niveau de confiance sur les effets de la consommation d’ENN par rapport à la consommation de sucre, de placebo ou d'édulcorant nutritif faiblement calorique sur les bénéfices ou les risques cliniquement pertinents pour l'HbA1c, le poids corporel et les effets indésirables chez les personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2. Des données sur la qualité de vie liée à la santé, les complications du diabète, la mortalité toutes causes confondues et les effets socio-économiques font défaut.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les produits sucrés par des édulcorants non nutritifs (ENN) sont largement disponibles. De nombreuses personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2 utilisent les ENN en remplacement des édulcorants nutritifs afin de contrôler leur apport en glucides et en énergie. Les résultats de santé associés à l'utilisation des ENN dans le diabète sont inconnus.

Objectifs: 

Évaluer les effets des édulcorants non nutritifs chez les personnes atteintes de diabète sucré.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE Ovid, Scopus, le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS et ClinicalTrials.gov. La dernière recherche effectuée dans toutes les bases de données (exceptée Scopus) date de mai 2019. La dernière recherche effectuée dans Scopus date de janvier 2019. Aucune restriction de langue n’a été imposée.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) d'une durée de quatre semaines ou plus comparant tout type d’ENN à un régime alimentaire habituel, à l’absence d’intervention, à un placebo, à de l'eau, à un ENN différent ou à un édulcorant nutritif chez des personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2. Les essais comportant des interventions concomitantes visant à modifier le comportement, telles qu’un régime alimentaire, de l'exercice physique ou les deux, étaient éligibles à l'inclusion, dès lors que les interventions concomitantes étaient les mêmes dans le groupe intervention et le groupe contrôle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les résumés, les textes intégraux et les enregistrements extraits des registres d’essais, évalué le niveau de confiance et extrait les données. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires pour la méta-analyse et avons calculé les estimations des effets sous forme de risque relatif (RR) pour les résultats dichotomiques et sous forme de différences moyennes (DM) pour les critères continus, en utilisant des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons évalué le risque de biais en utilisant l'outil Cochrane « risque de biais » et le niveau de confiance des données probantes en utilisant l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus neuf ECR ayant randomisé un total de 979 personnes atteintes de diabète de type 1 ou de type 2. La durée de l'intervention variait de 4 à 10 mois. Nous avons jugé qu'aucun de ces essais ne présentait un faible risque de biais pour tous les domaines de « risque de biais » ; la plupart des essais inclus ne faisaient pas état de la méthode de randomisation.

Trois essais ont comparé les effets d'un complément alimentaire contenant de l’ENN à ceux du sucre : l'hémoglobine glyquée A1c (HbA1c) était 0,4% plus élevée dans le groupe ENN (IC à 95% -0,5 à 1,2 ; P = 0,44 ; 3 essais ; 72 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). La différence moyenne de changement de poids était de -0,1 kg (IC à 95 % -2,7 à 2,6 ; P = 0,96 ; 3 essais ; 72 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Aucun des essais utilisant le sucre comme comparateur n'a rapporté d'événements indésirables.

Cinq essais ont comparé l’ENN à un placebo. La différence moyenne du taux d'HbA1c était de 0 %, IC à 95 % -0,1 à 0,1 ; P = 0,99 ; 4 essais ; 360 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance. L'intervalle de prédiction à 95 % allait de -0,3 % à 0,3 %. La comparaison entre l’ENN et le placebo a montré une MD en poids corporel de -0,2 kg, IC à 95 % -1 à 0,6 ; P = 0,64 ; 2 essais ; 184 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance. Trois essais ont rapporté le nombre de participants ayant subi au moins un événement indésirable non grave : 36/113 participants (31,9 %) dans le groupe ENN contre 42/118 participants (35,6 %) dans le groupe placebo (RR 0,78, IC à 95 % 0,39 à 1,56 ; P = 0,48 ; 3 essais ; 231 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance).

Un essai a comparé l’ENN à un édulcorant nutritif à faible teneur en calories (le tagatose). Le taux d'HbA1c était supérieur de 0,3 % dans le groupe ENN (IC à 95 % 0,1 à 0,4 ; P = 0,01 ; 1 essai ; 354 participants ; données probantes de très faible niveau de confiance). Cet essai n'a pas rapporté des données sur le poids corporel et les événements indésirables.

Les essais inclus n'ont pas rapporté des données sur la qualité de vie liée à la santé, les complications du diabète, la mortalité toutes causes confondues ou les effets socio-économiques.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.