Imagerie par tomographie par émission de positons (TEP) pendant la chimiothérapie pour prédire les résultats chez les adultes atteints d'un lymphome de Hodgkin

Problématique de la revue

Cette étude Cochrane visait à déterminer si les résultats d'une tomographie par émission de positons (TEP) au cours d'un traitement chez les personnes atteintes d'un lymphome de Hodgkin (LH) peuvent aider à faire la distinction entre celles dont le pronostic est mauvais et celles dont le pronostic est meilleur, et à prévoir les résultats relatifs à la survie dans chaque groupe.

Contexte

Le lymphome de Hodgkin est un cancer qui affecte le système lymphoïde de l'organisme. Il est considéré comme une maladie relativement rare (deux à trois cas pour 100 000 personnes chaque année dans les pays occidentaux), qui est plus fréquente chez les jeunes adultes dans la vingtaine, mais peut aussi survenir chez les enfants et les personnes âgées. Comme les options de traitement se sont améliorées, la plupart des personnes atteintes de LH peuvent maintenant être guéries. Il est important que les personnes reçoivent le traitement avec la plus grande efficacité et la toxicité la plus faible possible. La TEP est un outil d'imagerie permettant d'évaluer le stade de la maladie d'un individu et de surveiller l'activité tumorale. Il a été suggéré que la TEP effectuée pendant le traitement (appelée TEP provisoire, par exemple après deux cycles de chimiothérapie) peut faire la distinction entre les personnes qui répondent bien au traitement et celles qui n'y répondent pas bien. Le but de cette revue était de démontrer la capacité pronostique à faire la distinction entre ces groupes et de prédire les critères de jugement de survie dans chaque groupe, afin d'aider les cliniciens à prendre une décision éclairée sur la voie du traitement pour améliorer les résultats à long terme et la sécurité des personnes atteintes de LH.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 23 études pour explorer l'association entre les résultats intermédiaires de la TEP après un à quatre cycles de chimiothérapie et les critères de jugement de survie chez les adultes atteints de LH (tous stades). Nous avons contacté 10 auteurs et six d'entre eux nous ont fourni des informations et/ou des données pertinentes.

Principaux résultats

Dans 16 études incluses, les participants ont reçu soit la chimiothérapie ABVD, soit la chimiothérapie BEACOPP (quatre études) seulement, avec ou sans radiothérapie. Dans 16 études, les participants ont subi une TEP intermédiaire combinée à une tomodensitométrie (TEP-TDM), qui permet de détecter avec plus de précision les cancers primaires et secondaires qu'une TEP seule. Dans les sept autres études, seule la TEP a été effectuée. Vingt et une études ont réalisées des scans TEP intermédiaires après deux cycles (TEP2) de chimiothérapie.

Huit études n'ont pas fourni suffisamment de données sur nos critères de jugement ou sur la population d'intérêt, de sorte que nous avons présenté les critères de jugement de ces études sous forme narrative. Nous avons combiné les résultats d'études individuelles dans des méta-analyses pour fournir des données probantes solides pour les critères de jugement de survie globale et de survie sans progression. Aucune étude n'a mesuré les effets indésirables associés à la TEP (méfaits).

Pour la survie globale, les résultats combinés de neuf études (1802 participants) montrent qu'il y a probablement un grand avantage dans la survie globale pour les personnes avec une TEP intermédiaire négative par rapport aux personnes avec une TEP intermédiaire positive. En ce qui concerne la survie sans progression, les résultats combinés de 14 études (2079 participants) montrent que les personnes avec un bilan TEP intermédiaire négatif peuvent avoir un avantage pour la survie sans progression, comparativement aux personnes avec un bilan TEP intermédiaire positif, mais nous ne sommes pas certains de ce résultat. Il s'agit de résultats non corrigés, pour lesquels le bilan TEP intermédiaire a été testé comme seul facteur de pronostic.

Huit études ont rapporté des résultats ajustés, où la capacité pronostique indépendante de la TEP intermédiaire a été évaluée par rapport à d'autres facteurs pronostiques établis (p. ex. stade de la maladie, symptômes B). Nous n'avons pas pu combiner les résultats d'études individuelles parce que les études n'incluaient pas les mêmes ensembles de facteurs pronostiques. Néanmoins, leurs résultats indiquent une capacité pronostique indépendante probable de la TEP intermédiaire à prédire les deux résultats.

Certitude des données probantes

En ce qui concerne les résultats non ajustés, nous avons jugé que notre certitude à l'égard des données probantes était " modérée " pour la survie globale. Cela signifie que l'effet réel est susceptible d'être proche de l'effet estimé, mais il est possible qu'il soit substantiellement différent. Pour ce qui est de la survie sans progression, nous avons évalué notre certitude à l'égard des données probantes comme étant " très faible ", ce qui signifie que nous avons peu confiance dans l'estimation de l'effet et que l'effet réel est susceptible d'être sensiblement différent de l'effet estimé.

En ce qui concerne les résultats ajustés, nous avons évalué notre certitude des données probantes comme étant " modérée " pour la survie globale, et " faible " pour la survie sans progression.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons consulté les bases de données jusqu'au 2 avril 2019 et un registre de première instance le 25 janvier 2019.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue fournit des données probantes de certitude modérée que les résultats intermédiaires de la TEP prédisent la survie globale et de très faible certitude que les résultats intermédiaires de la TEP prédisent une survie sans progression chez les personnes avec un LH traitées. Ces données probantes sont principalement fondées sur des données non ajustées. D'autres études sont nécessaires pour tester la capacité pronostique ajustée de la TEP intermédiaire par rapport aux facteurs de pronostic établis.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le lymphome de Hodgkin (LH) est l'une des affections hématologiques malignes les plus courantes chez les jeunes adultes et, avec des taux de guérison de 90 %, est devenu guérissable pour la majorité des individus. La tomographie par émission de positons (TEP) est un outil d'imagerie utilisé pour surveiller l'activité métabolique d'une tumeur, son stade et sa progression. La TEP intermédiaire pendant la chimiothérapie a été présentée comme un facteur de pronostic chez les personnes atteintes de LH afin de faire la distinction entre celles dont le pronostic est mauvais et celles dont le pronostic est meilleur. Cette distinction est importante pour éclairer la prise de décision sur le cheminement clinique des personnes atteintes de LH.

Objectifs: 

Pour déterminer si, chez les adultes qui n'ont pas été traités auparavant et qui reçoivent un traitement de première intention, les résultats de la TEP intermédiaire permettent de faire la distinction entre ceux dont le pronostic est mauvais et ceux dont le pronostic est meilleur, et de prédire ainsi les critères de jugement de survie dans chaque groupe.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans MEDLINE, Embase, CENTRAL et les actes de conférences jusqu'en avril 2019. Nous avons également effectué des recherches dans un registre d'essais cliniques (ClinicalTrials.gov).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études rétrospectives et prospectives évaluant des examens TEP intermédiaires chez au moins 10 personnes ayant subi un traitement de première intention pour le LH (tous les stades). La TEP intermédiaire a été définie comme étant effectuée pendant le traitement (après un, deux, trois ou quatre cycles de traitement). La période minimale de suivi était d'au moins 12 mois. Nous avons exclu les études si la conception de l'essai permettait de modifier le traitement en fonction des résultats intermédiaires de la TEP.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons élaboré un formulaire d'extraction de données conformément à la Liste de contrôle pour l'évaluation critique et l'extraction de données pour les examens systématiques des études de modélisation prédictive (en anglais : Checklist for Critical Appraisal and Data Extraction for Systematic Reviews of Prediction Modelling Studies, CHARMS). Deux équipes composées de deux auteurs ont examiné indépendamment les études, extrait des données sur la survie globale (SG), la survie sans progression (SSP) et les effets indésirables associés à la TEP, évalué le risque de biais (par critère de jugement) selon l'outil Quality in Prognosis Studies (QUIPS) et évalué la certitude des résultats (GRADE). Nous avons communiqué avec les chercheurs pour obtenir des informations et données manquantes.

Résultats principaux: 

Notre recherche documentaire a donné 11 277 résultats. Au total, nous avons inclus 23 études (99 références) auprès de 7335 personnes nouvellement diagnostiquées atteintes de LH classique (tous stades).

Les participants à 16 études ont subi une TEP (intermédiaire) combinée à la tomodensitométrie (TEP-TDM), comparativement à la TEP seulement dans les sept autres études. Le schéma chimiothérapeutique standard comprenait l’ABVD (16 études), comparé à BEACOPP ou à d'autres schémas thérapeutiques (sept études). La plupart des études (N = 21) ont réalisé des TEP intermédiaires après deux cycles (TEP2) de chimiothérapie, bien que des TEP1, TEP3 et TEP4 aient également été signalées dans certaines études. Dans les méta-analyses, nous avons utilisé les données PET2 si elles étaient disponibles, car nous voulions assurer l'homogénéité entre les études. Dans la plupart des études, les résultats de la TEP intermédiaire ont été évalués selon l'échelle de Deauville à 5 points (N = 12).

Huit études n'ont pas été incluses dans les méta-analyses en raison d'informations et/ou de données manquantes ; les résultats ont été présentés de façon narrative. Pour les autres études, nous avons mis en commun le rapports de risques instantanés non ajusté (HR). Dans les études regroupées, la mesure des critères de jugement a été effectuée après deux ou trois ans (la durée médiane du suivi allait de 22 à 65 mois).

Huit études ont exploré la capacité pronostique indépendante de la TEP intermédiaire en tenant compte d'autres facteurs pronostiques établis (p. ex. stade de la maladie, symptômes B). Nous n'avons pas regroupé les résultats parce que les analyses multivariables ont été ajustées pour un ensemble différent de facteurs dans chaque étude.

Survie globale

Douze études (sur 23) ont rapporté la SG. Six d'entre elles ont été évaluées comme étant à faible risque de biais dans les quatre premiers domaines du QUIPS (participation à l'étude, attrition, mesure du facteur pronostique et mesure des critère de jugement). Les six autres études ont été évaluées comme présentant un risque de biais peu clair, modéré ou élevé dans au moins un de ces quatre domaines. Neuf études ont été évaluées comme présentant un risque élevé et trois études comme présentant un risque modéré de biais pour le domaine de la confusion. Huit études ont été jugées à faible risque et quatre études à risque élevé de biais pour l'analyse statistique et la notification.

Nous avons regroupé neuf études avec 1802 participants. Les participants avec un LH et qui ont un résultat négatif à la TEP intermédiaire ont probablement un avantage important en terme de SG sur ceux qui ont un résultat positif à la TEP intermédiaire (HR 5,09 non ajusté, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 2,64 à 9,81, I² = 44 %, données probantes de certitude modérée). En valeur absolue, cela signifie que 900 participants sur 1 000 ayant obtenu un résultat négatif à la TEP intermédiaire survivront probablement plus de trois ans, comparativement à 585 (IC à 95 % : 356 à 757) sur 1 000 participants ayant obtenu un résultat positif.

Les résultats ajustés de deux études indiquent également une valeur pronostique indépendante des résultats intermédiaires de la TEP (données probantes de certitude modérée).

Survie sans progression

Vingt et une études ont rapporte la survie sans progression (SSP). Onze sur 21 ont été jugées à faible risque de biais dans les quatre premiers domaines. Les autres ont été jugées peu claires, moyennement ou fortement biaisées dans au moins l'un des quatre domaines. Onze études ont été jugées à risque élevé, neuf études à risque modéré et une étude à faible risque de biais de confusion. Huit études ont été jugées à risque élevé, trois à risque modéré et neuf à faible risque de biais pour l'analyse statistique et la notification.

Nous avons regroupé 14 études avec 2079 participants. Les participants dont le résultat de la TEP intermédiaire est négatif peuvent avoir un avantage en matière de SSP par rapport à ceux dont le résultat de la TEP intermédiaire est positif, mais les données probantes sont très incertaines (HR 4,90 non ajusté, IC à 95 % : 3,47 à 6,90, I² = 45 %, données probantes de très faible certitude). Cela signifie que 850 participants sur 1 000 ayant obtenu un résultat négatif à la TEP intermédiaire peuvent être sans progression pendant plus de trois ans, comparativement à 451 (IC 95 % : 326 à 569) sur 1 000 participants ayant obtenu un résultat positif.

Les résultats ajustés (non regroupés) de huit études indiquent également qu'il pourrait y avoir une valeur pronostique indépendante des résultats intermédiaires de la TEP (données probantes de faible certitude).

Effets indésirables associés à la TEP

Aucune étude n'a mesuré les EI associés à la TEP.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Lina Ghosn et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.