Y a-t-il des différences de survie entre les personnes atteintes d'un gliome de bas grade ayant subi une radiothérapie précoce et celles ayant subi une radiothérapie retardée au moment de la progression ?

Problématique
Les gliomes de bas grade (GBG) sont des tumeurs cérébrales qui touchent principalement les jeunes adultes. Ils se développent à un rythme plus lent et sont généralement associés à un pronostic favorable par rapport aux gliomes de haut grade. L'un des symptômes les plus communs chez les personnes atteintes de GBG sont les crises d'épilepsie. Bien qu'il n'existe pas de directives définitives sur la prise en charge des GBG, la plupart des personnes atteintes de GBG sont traitées par une combinaison de chirurgie suivie d'une radiothérapie. Cependant, on ne sait pas s'il faut utiliser la radiothérapie au début de la période postopératoire ou la retarder jusqu'à ce que la maladie évolue.

Objectif de la revue
Nous avons cherché à comparer le moment où la radiothérapie est administrée ; au début de la période postopératoire, ou si elle doit être retardée jusqu'à ce que la maladie (la tumeur) réapparaisse.

Quels sont les principaux résultats ?
Dans le cadre de la recherche documentaire effectuée en Septembre 2014, nous avons inclus un essai contrôlé randomisé, auquel ont participé 311 personnes, qui a comparé la radiothérapie précoce à la radiothérapie tardive administrée au moment de la progression de la maladie chez les personnes atteintes de GBG. Cette étude était bien conçue et présentait des données utiles sur la survie, mais n'incluait pas d'autres renseignements cliniquement importants, comme la survie fonctionnelle indépendante (déficience fonctionnelle ou neurologique, ou les deux) et la qualité de vie. Par conséquent, nous avons estimé que la qualité de l'essai n'était pas claire. Les personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce (peu après la chirurgie) ont eu plus de temps pour que leur maladie progresse que les personnes qui n'ont reçu la radiothérapie qu'une fois la maladie évoluée. Cependant, les personnes qui ont été observées initialement ont eu un taux de survie similaire à celui des personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce. Les mesures de la qualité de vie telles que la mémoire, les fonctions exécutives et les différences de détérioration cognitive n'ont été évaluées dans aucun des deux groupes. Les résultats n'ont pas suggéré que les personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce ont vécu plus longtemps que celles qui ont reçu une radiothérapie tardive. Pourtant, les personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce ont mieux maîtrisé leurs crises d'épilepsie que celles qui ont reçu une radiothérapie tardive. Les effets toxiques de la radiothérapie ont été jugés minimes dans les deux groupes à l'aide d'un système de notation qui mesurait la gravité et comprenait les réactions de la peau, l'inflammation des oreilles, les maux de tête légers, les nausées et les vomissements.

Les recherches de mise à jour en Novembre 2019 n'ont trouvé aucun nouvel article accomplissant aux critères d'inclusion. Aucun article n'a été jugé admissible pour inclusion dans cette mise à jour de la revue.

Quelles sont les conclusions?
Compte tenu des données actuelles, les résultats doivent être interprétés avec prudence. Il n'est pas clair si la radiothérapie précoce est meilleure que la radiothérapie tardive, car la survie était la même dans les deux groupes. Les personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce ont subi des périodes de rémission de la tumeur plus longues que les patients qui ont reçu une radiothérapie tardive. Cependant, on ne sait pas si ces personnes ont présenté un taux plus élevé de déficience cognitive, de dysfonctionnement neuroendocrinien ou de nécrose causée par la radiothérapie par rapport aux personnes qui ont reçu une radiothérapie tardive. Les effets toxiques de la radiothérapie étaient minimes dans les deux groupes et il n'y a eu aucun cas de seconde tumeur maligne.

Conclusions des auteurs: 

Étant donné le risque élevé de biais dans l'étude incluse, les résultats de cette analyse doivent être interprétés avec prudence. La radiothérapie précoce a été associée aux effets indésirables suivants : réactions cutanées, otite moyenne, maux de tête légères, nausées et vomissements. Les personnes atteintes de GBG qui ont subi une radiothérapie précoce ont montré une augmentation du temps avant la progression par rapport aux personnes qui ont été observées et qui ont subi une radiothérapie au moment de la progression. Il n'y a pas eu de différence significative dans la survie globale entre les personnes qui ont reçu une radiothérapie précoce et celles qui ont reçu une radiothérapie tardive ; cependant, cette constatation peut être due à l'efficacité de la thérapie de sauvetage avec radiothérapie dans le groupe radiothérapie tardive. Les personnes qui ont subi une irradiation précoce ont mieux maîtrisé leurs crises d'épilepsie à un an que les personnes qui ont subi une irradiation tardive. Il n'y a eu aucun cas de transformation maligne du GBG induite par la radiothérapie. Cependant, il n'a pas été possible de déterminer avec certitude s'il y avait des différences entre les deux groupes en ce qui concerne la mémoire, des fonctions exécutives, des fonctions cognitives ou de la qualité de vie, car ces mesures n'ont pas été évaluées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

C’est une mise à jour de la revue publiée initialement en 2011 et mise à jour pour la première fois en 2015.

Chez la plupart des personnes atteintes de gliomes de bas grade (GBG), le traitement principal demeure une combinaison de chirurgie suivie d'une radiothérapie postopératoire. Cependant, le moment optimal de la radiothérapie est controversé. Il n'est pas clair s'il faut utiliser la radiothérapie au début de la période postopératoire ou si la radiothérapie doit être retardée jusqu'à ce que la tumeur progresse.

Objectifs: 

Évaluer les effets d'une radiothérapie postopératoire précoce par rapport à une radiothérapie retardée jusqu'à la progression de la tumeur pour les gliomes intracrâniens de bas grade chez les personnes ayant subi une biopsie initiale ou une résection chirurgicale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les recherches originales ont été effectuées jusqu'en septembre 2014. Une recherche documentaire actualisée de Septembre 2014 à Novembre 2019 a été effectuée dans les bases de données électroniques suivantes : le Registre central Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2019, numéro 11), MEDLINE via Ovid (de Septembre 2014 à la semaine 2 de Novembre 2019) et Embase via Ovid (de Septembre 2014 à la semaine 46 de 2019) afin de déterminer les essais à inclure dans cette mise à jour de la critique Cochrane.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) qui comparent la radiothérapie précoce et la radiothérapie retardée après une biopsie ou une résection chirurgicale pour le traitement de personnes ayant un GBG intracrânien récemment diagnostiqué (astrocytome, oligodendrogliome, oligoastrocytome mixte, astroblastome, xanthoastrocytome ou gangliogliome). La radiothérapie peut comprendre : la radiothérapie externe conforme (RTE) avec des sources à accélérateur linéaire ou au cobalt 60, la radiothérapie à modulation d'intensité (RCMI) ou la radiochirurgie stéréotaxique (RS).

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les essais en ce qui concerne l'inclusion et le risque de biais, et ont extrait les données de l'étude. Nous avons résolu les désaccords entre les auteurs de la revue par la discussion. Les effets indésirables ont également été extraits du rapport de l'étude. Nous avons effectué des méta-analyses en utilisant un modèle à effets aléatoires avec pondération de la variance inverse.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un vaste ECR prospectif multi-institutionnel, impliquant 311 participants ; le risque de biais dans cette étude n'était pas clair. Cette étude a révélé qu'une radiothérapie postopératoire précoce (par rapport à une radiothérapie retardée lors de la progression de la maladie) était associée à une augmentation du délai avant la progression par rapport à l'observation chez les personnes atteintes de GBG, mais n'a pas amélioré de façon significative la survie globale (SG). La survie médiane sans progression (SSP) était de 5,3 ans dans le groupe de radiothérapie précoce et de 3,4 ans dans le groupe de radiothérapie retardée (rapport des risques (RR) de 0,59, intervalle de confiance (IC) de 95 % de 0,45 à 0,77 ; P < 0,0001 ; 311 participants ; 1 essai ; données probantes de faible qualité). La SG médiane dans le groupe de radiothérapie précoce était de 7,4 ans, tandis que le groupe de radiothérapie retardée a connu une survie globale médiane de 7,2 ans (HR 0,97, IC à 95 % 0,71 à 1,33 ; P = 0,872 ; 311 participants ; 1 essai ; données probantes de faible qualité). La dose totale de radiothérapie administrée était de 54 Gy ; cinq fractions de 1,8 Gy par semaine ont été administrées pendant six semaines. Les effets indésirables suivant la radiothérapie ont consisté en des réactions cutanées, une otite moyenne, de légers maux de tête, des nausées et des vomissements. Une thérapie de sauvetage a été fournie à 65 % des participants randomisés pour une radiothérapie tardive. Les personnes des deux cohortes qui n'avaient pas de tumeur en progression n'ont pas montré de différences dans le déficit cognitif, le déficit focal, l'état de la performance et les maux de tête après un an. Cependant, les participants randomisés dans le groupe de radiothérapie précoce ont subi significativement moins de crises d'épilepsie que les participants du groupe de radiothérapie postopératoire retardée à un an (25 % contre 41 %, P = 0,0329, respectivement).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Dalia El-Rouby et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.